{"185969":{"id":"185969","parent":"0","time":"1614074975","url":"http:\/\/reseauinternational.net\/qui-construit-la-doxa-du-covid\/","category":"documentaires","title":"Qui construit la doxa du Covid ?","image":"http:\/\/newsnet.fr\/img\/newsnet_185969_a95080.jpg","hub":"newsnet","url-explicit":"qui-construit-la-doxa-du-covid","admin":"newsnet","views":"46","priority":"3","length":"32469","lang":"","content":"\u003Cimg src=\"http:\/\/newsnet.fr\/\/img\/newsnet_185969_a95080.jpg\" \/\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003Epar Jean-Dominique Michel.\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ECommentaire d'un ami journaliste au sujet de la publication qui suit, adressant la question pos\u00e9e en titre :\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u00ab Une excellente analyse fouill\u00e9e et pointue de Laurent Mucchielli sur son blog de \u003Ci\u003EMediapart\u003C\/i\u003E du r\u00f4le hallucinant des m\u00e9dias dans la fabrique du consentement, leur liens avec le politique (subventions) et le business (rachat des titres, publicit\u00e9) :\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Col\u003E\u003Cli\u003Eune \u00ab pand\u00e9mie \u00bb menace la survie de l'humanit\u00e9 enti\u00e8re,\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003Eil n'existe aucune th\u00e9rapeutique pour gu\u00e9rir les malades,\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003Eil faut confiner les populations,\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003Ela d\u00e9livrance viendra uniquement d'un vaccin.\u003C\/li\u003E\u003C\/ol\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELa strat\u00e9gie de l'OMS est bien d\u00e9cortiqu\u00e9e : \u00ab \u00e9carter les rumeurs et fausses informations \u00bb et se faire r\u00e9f\u00e9rencer en t\u00eate des moteurs de recherche avec la complicit\u00e9 de Google.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EPour comprendre comment une d\u00e9sinformation plan\u00e9taire a \u00e9t\u00e9 impos\u00e9e, faisant exploser les rep\u00e8res \u00e9thiques, d\u00e9ontologiques et intellectuels des m\u00e9dias, des gouvernements et des autorit\u00e9s sanitaires.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EUne contribution de haut vol d'un des grands sociologues contemporains, qui met le doigt l\u00e0 o\u00f9 le drame actuel se joue.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003E*\u003C\/b\u003E \u003Cb\u003EQui construit la doxa du Covid ?\u003C\/b\u003E\u003Cbr \/\u003E\n\u003Cul\u003E\u003Cli\u003E\u003Ca href=\"https:\/\/blogs.mediapart.fr\/laurent-mucchielli\/blog\/210221\/qui-construit-la-doxa-du-covid\"\u003ELien vers l'article original sur le blog de Laurent Mucchielli\u003C\/a\u003E.\u003C\/li\u003E\u003C\/ul\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELa crise de la Covid a \u00e9t\u00e9 l'occasion d'un processus historiquement in\u00e9dit de contr\u00f4le de l'information \u00e0 l'\u00e9chelle mondiale. Quatre types d'acteurs y ont des int\u00e9r\u00eats convergents :\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Col\u003E\u003Cli\u003Eles gouvernements occidentaux lib\u00e9raux,\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003Ele tandem que forment l'OMS et son grand financeur Bill Gates,\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003Eles \u00ab g\u00e9ants du num\u00e9rique \u00bb qui contr\u00f4lent les r\u00e9seaux sociaux mais aussi et de plus en plus\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003Eles m\u00e9dias.\u003C\/li\u003E\u003C\/ol\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDans les d\u00e9mocraties, la plupart des questions de soci\u00e9t\u00e9s font l'objet de d\u00e9bats publics contradictoires plus ou moins intenses et plus ou moins pol\u00e9miques. Pourtant, si elle monopolise les commentaires dans les m\u00e9dias, la \u00ab crise sanitaire \u00bb ouverte par l'\u00e9pid\u00e9mie de coronavirus au d\u00e9but de l'ann\u00e9e 2020 se caract\u00e9rise par une fermeture in\u00e9dite du d\u00e9bat public, une absence de v\u00e9ritable d\u00e9bat contradictoire, des ph\u00e9nom\u00e8nes de censure et d'ostracisation pour le moins inhabituels. En France, tout se passe comme si le discours du gouvernement ne pouvait souffrir aucune contradiction majeure, toute personne se risquant \u00e0 \u00e9noncer de telles contradictions \u00e9tant renvoy\u00e9e vers des cat\u00e9gories stigmatisantes dont la principale est le \u00ab complotisme \u00bb. Chose particuli\u00e8rement \u00e9tonnante : tandis que les journalistes devraient \u00eatre les premiers organisateurs de tels d\u00e9bats contradictoires, beaucoup se r\u00e9v\u00e8lent au contraire \u00eatre devenus des sortes de policiers de la pens\u00e9e traquant les alternatives pour mieux les rejeter hors de l'espace l\u00e9gitime de discussion. Quant \u00e0 Internet et aux r\u00e9seaux sociaux, sens\u00e9s initialement constituer une avanc\u00e9e dans la d\u00e9mocratie d'expression, ils accompagnent d\u00e9sormais pleinement ce mouvement de fermeture et illustrent quotidiennement des formes de nouvelles censures. Comment comprendre une telle situation de fait ?\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003ELa fabrique du consentement\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDans \u00ab \u003Ci\u003ELa Fabrication du consentement : De la propagande m\u00e9diatique en d\u00e9mocratie\u003C\/i\u003E \u00bb, paru en 1988, Noam Chomsky et Edward Herman expliquent comment les principaux m\u00e9dias (radios, t\u00e9l\u00e9visions et presse \u00e9crite) participent d\u00e9sormais activement \u00e0 la propagande des \u00e9lites politiques et \u00e9conomiques dont ils sont devenus tr\u00e8s largement d\u00e9pendants. La d\u00e9monstration des auteurs s'appuie principalement sur l'analyse de la couverture m\u00e9diatique des mouvements de contestation internes ainsi que des guerres men\u00e9es par les \u00c9tats-Unis durant la seconde moiti\u00e9 du XXe si\u00e8cle. Ils montrent la d\u00e9pendance croissante des journalistes envers des sources gouvernementales qui leur facilitent le travail (communiqu\u00e9s de presse, d\u00e9p\u00eaches, dossiers documentaires, etc.) et leur incapacit\u00e9 \u00e0 engager de v\u00e9ritables investigations toujours longues et co\u00fbteuses. Ils soulignent \u00e9galement que les m\u00e9dias ont perdu peu \u00e0 peu leur ind\u00e9pendance financi\u00e8re. D'une part, beaucoup appartiennent d\u00e9sormais \u00e0 des grands groupes industriels et\/ou des milliardaires, ou bien ne survivent que gr\u00e2ce aux publicit\u00e9s que ces groupes leur payent. D'autre part, ils re\u00e7oivent d'importantes subventions gouvernementales. Dans cette double d\u00e9pendance, les m\u00e9dias ont perdu toute capacit\u00e9 \u00e0 repr\u00e9senter un \u00ab quatri\u00e8me pouvoir \u00bb. Ils sont, au contraire, structurellement sous influence des puissances \u00e9conomiques et politiques dont ils relayent de fait la vision du monde et les int\u00e9r\u00eats. Enfin, Herman et Chomsky \u00e9tudient la mani\u00e8re dont op\u00e8rent cette production d'informations et cette diffusion de messages \u00e0 destination de la population. Ils montrent que si le m\u00e9canisme de base est le contr\u00f4le de la diffusion des informations \u00e0 destination des journalistes, une autre dimension majeure consiste \u00e0 contr\u00f4ler et utiliser toute une s\u00e9rie \u00ab d'experts \u00bb faussement ind\u00e9pendants, qu'ils soient de simples \u00ab consultants \u00bb, des journalistes sp\u00e9cialis\u00e9s, des animateurs de think tanks ou m\u00eame des universitaires dont les recherches sont financ\u00e9es par ailleurs par le gouvernement ou les industriels. Ces \u00ab experts \u00bb se comportent alors comme des \u00ab influenceurs \u00bb comme l'on dit de nos jours.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003EContr\u00f4le des m\u00e9dias et police de la pens\u00e9e num\u00e9rique\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELa situation fran\u00e7aise correspond en grande partie \u00e0 ce mod\u00e8le de double d\u00e9pendance des m\u00e9dias. D'un c\u00f4t\u00e9, on retrouve des processus de concentration et de rachat qui font que la plupart des journaux, des radios et des t\u00e9l\u00e9visions sont aujourd'hui la propri\u00e9t\u00e9 de quelques milliardaires (Vincent Bollor\u00e9, Bernard Arnault, Claude Perdiel, Fran\u00e7ois Pinault, Xavier Niel...) et autres \u00ab grandes familles \u00bb (Bouygues, Dassault, Baudecroux, Baylet, Bettencourt, Lagard\u00e8re...). Ce processus de concentration est tel que dix soci\u00e9t\u00e9s contr\u00f4lent 90% de la presse \u00e9crite, 55% des parts d'audience de la t\u00e9l\u00e9vision et 40% des parts d'audience de la radio. De l'autre c\u00f4t\u00e9, outre le maintien d'un ensemble de m\u00e9dias audio-visuel publics (\u003Ci\u003ERadio France\u003C\/i\u003E et \u003Ci\u003EFrance T\u00e9l\u00e9vision\u003C\/i\u003E), l'\u00c9tat finance \u00e9galement les entreprises de presse qui, ainsi, en d\u00e9pendent. En 2017 (derni\u00e8re donn\u00e9e disponible), le Minist\u00e8re de la Culture publiait ces montants d'aides directes \u00e0 la presse : 8,3 millions d'euros pour Aujourd'hui en France, entre 5 et 6 millions pour \u003Ci\u003ELib\u00e9ration\u003C\/i\u003E, \u003Ci\u003ELe Figaro\u003C\/i\u003E et \u003Ci\u003ELe Monde\u003C\/i\u003E, entre 4 et 5 millions pour \u003Ci\u003ELa Croix\u003C\/i\u003E, \u003Ci\u003EOuest-France\u003C\/i\u003E et \u003Ci\u003EL'Humanit\u00e9\u003C\/i\u003E et entre 1 et 2 millions pour une petite dizaine de titres de la presse quotidienne r\u00e9gionale ainsi que pour \u003Ci\u003ELe Parisien\u003C\/i\u003E et le \u003Ci\u003EJournal du Dimanche\u003C\/i\u003E. Par ailleurs, dans son rapport de 2013, la Cour des Comptes proposait un inventaire de ces aides et attirait notamment l'attention sur le cas de l'\u003Ci\u003EAgence France Presse\u003C\/i\u003E (\u003Ci\u003EAFP\u003C\/i\u003E), \u00e9norme entreprise de fabrication d'informations \u00e0 destination de la totalit\u00e9 des m\u00e9dias fran\u00e7ais et \u00e9trangers, qui a un statut juridique d'\u00e9tablissement public autonome et dont l'\u00c9tat est \u00e0 la fois une des instances dirigeantes et le premier client (assurant environ 40% des recettes de l'agence). On remarque enfin que la presse a \u00e9t\u00e9 largement b\u00e9n\u00e9ficiaire des aides exceptionnelles de l'\u00c9tat li\u00e9es \u00e0 la crise actuelle, avec pr\u00e8s d'un demi-milliard d'euros annonc\u00e9s dans le plan de relance en ao\u00fbt 2020.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EL'ensemble de ces donn\u00e9es dessinent les contours d'un tissu de relations et de liens d'int\u00e9r\u00eats entre le monde \u00e9conomique (les propri\u00e9taires des m\u00e9dias), le monde politique (leur subventionneur) et les r\u00e9dactions en chef des m\u00e9dias. Nombre de journalistes ont d'ailleurs d\u00e9crit de l'int\u00e9rieur ces liens. Mais \u00e0 cela s'ajoute d\u00e9sormais l'entr\u00e9e en jeu des multinationales du num\u00e9rique que sont en particulier Google et Facebook.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ESous la menace d'un lourd redressement fiscal en 2012, Google a eu l'id\u00e9e de cr\u00e9er l'ann\u00e9e suivante un \u00ab fonds d'aide au d\u00e9veloppement de la presse \u00e9crite \u00bb en France, afin de \u00ab soutenir un journalisme de qualit\u00e9 gr\u00e2ce aux technologies et \u00e0 l'innovation \u00bb. C'est ainsi que, en 2019, 21 m\u00e9dias fran\u00e7ais ont re\u00e7u des subventions \u00e0 hauteur de 6,4 millions d'euros. Ont alors fleuri sur les sites Internet des principaux m\u00e9dias quantit\u00e9s d'infographies, d'analyses de type \u00ab big data \u00bb ainsi que les rubriques de \u00ab fact check \u00bb, traque des \u00ab fake news \u00bb et sites \u00ab complotistes \u00bb. Une des r\u00e9alisations les plus connues en France est le \u00ab Decodex \u00bb du journal \u003Ci\u003ELe Monde\u003C\/i\u003E, qui pr\u00e9tend \u00e9tablir un classement de la fiabilit\u00e9 de tous les sites Internet d'information.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EGoogle n'est pas la seule multinationale num\u00e9rique \u00e0 exercer cette sorte de police de la pens\u00e9e sur Internet. Facebook le fait aussi depuis 2017, toujours par le biais de la chasse aux \u00ab fake news \u00bb. \u00ab Nous, on travaille pour Facebook, comme un certain nombre de m\u00e9dias en France travaillent pour Facebook. On est r\u00e9mun\u00e9r\u00e9 pour faire le m\u00e9nage dans les contenus qui circulent \u00bb, d\u00e9clare ce journaliste de \u003Ci\u003ELib\u00e9ration\u003C\/i\u003E le 30 d\u00e9cembre 2017 \u003Csup\u003E13\u003C\/sup\u003E. De fait, huit m\u00e9dias fran\u00e7ais ont ainsi sign\u00e9 un partenariat avec Facebook : les quotidiens \u003Ci\u003ELib\u00e9ration\u003C\/i\u003E, \u003Ci\u003ELe Monde\u003C\/i\u003E et \u003Ci\u003E20 Minutes\u003C\/i\u003E, l'hebdomadaire \u003Ci\u003El'Express\u003C\/i\u003E, la cha\u00eene de t\u00e9l\u00e9vision \u003Ci\u003EBFMTV\u003C\/i\u003E ainsi que l'\u003Ci\u003EAFP\u003C\/i\u003E et le service public de l'audiovisuel \u00e0 savoir le groupe \u003Ci\u003EFrance T\u00e9l\u00e9visions\u003C\/i\u003E (inclus \u003Ci\u003EFrance Info\u003C\/i\u003E qui est \u00e0 la fois une cha\u00eene de t\u00e9l\u00e9vision, une radio et un important site Internet) et France m\u00e9dias monde (qui regroupe la cha\u00eene de t\u00e9l\u00e9vision \u003Ci\u003EFrance 24\u003C\/i\u003E, \u003Ci\u003ERadio France Internationale\u003C\/i\u003E et d\u00e9tient une participation dans \u003Ci\u003ETV5 Monde\u003C\/i\u003E). Pour les financer, Facebook ach\u00e8te au prix fort des espaces publicitaires, de m\u00eame qu'il diffuse des contenus vid\u00e9os de ces m\u00e9dias via des applications pour smartphones dont Facebook garde le contr\u00f4le et partage les profits g\u00e9n\u00e9r\u00e9s par les publicit\u00e9s.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EEn France comme dans d'autres pays (notamment aux \u00c9tats-Unis apr\u00e8s l'\u00e9lection de Donald Trump en 2016, marqu\u00e9e par des soup\u00e7ons d'ing\u00e9rence de la Russie, faisant trop vite oublier le scandale Cambridge Analytica impliquant directement Facebook, ces op\u00e9rations ont \u00e9t\u00e9 activement soutenues par l'\u00c9tat. Dans ses vœux \u00e0 la presse, en janvier 2018, Emmanuel Macron annon\u00e7ait une loi pour lutter contre la diffusion des fausses informations sur Internet en p\u00e9riode \u00e9lectorale. Ce sera la loi du 22 d\u00e9cembre 2018 \u00ab relative \u00e0 la lutte contre la manipulation de l'information \u00bb, adopt\u00e9e malgr\u00e9 l'opposition du S\u00e9nat et avec des r\u00e9serves d'interpr\u00e9tation du Conseil constitutionnel. Cette loi, toutefois, ne concerne pas que l'information en contexte \u00e9lectoral. Elle donne de nouveaux pouvoirs de censure au Conseil sup\u00e9rieur de l'Audiovisuel (CSA) et organise la coop\u00e9ration avec les g\u00e9ants d'Internet (Facebook, Google, YouTube, Twitter) afin de lutter contre toute production d'informations qui serait susceptible de \u00ab troubler l'ordre public \u00bb. Cette nouvelle forme de censure d'\u00c9tat, et les dangers potentiels pour la libert\u00e9 d'expression et d'information qu'elle porte, furent \u00e0 l'\u00e9poque critiqu\u00e9s en vain par le Syndicat national des Journalistes (SNJ), Reporters Sans Fronti\u00e8res (RSF), le Syndicat de la presse ind\u00e9pendante d'information en ligne (SPIIL), des associations de d\u00e9fense de la libert\u00e9 num\u00e9rique comme la Quadrature du Net et des chercheurs sp\u00e9cialis\u00e9s.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ERemarquons que cette nouvelle avanc\u00e9e dans la soci\u00e9t\u00e9 de contr\u00f4le de l'information repose sur une justification tr\u00e8s fragile car les recherches sociologiques ne confirment pas cette centralit\u00e9 des fake news dans l'\u00e9volution d'un d\u00e9bat public, et encore moins d'une \u00e9lection. Le d\u00e9veloppement majeur de cette fa\u00e7on de faire du journalisme (le fact checking) a donc d'autres raisons. Invent\u00e9 au d\u00e9part pour v\u00e9rifier la v\u00e9racit\u00e9 des discours politiques, ce style de journalisme fait partie d'une tentative de reconqu\u00eate de cr\u00e9dibilit\u00e9 des m\u00e9dias traditionnels lors m\u00eame qu'il se situe \u00e0 l'oppos\u00e9 du journalisme d'investigation puisqu'il permet de s'affranchir de toute d\u00e9marche d'enqu\u00eate sur le terrain (les articles pouvant s'\u00e9crire enti\u00e8rement depuis son bureau \u00e0 l'aide d'un ordinateur et d'un t\u00e9l\u00e9phone). Le fake checking est peu co\u00fbteux. Subventionn\u00e9 par les g\u00e9ants d'internet, il devient m\u00eame rentable \u00e9conomiquement.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003ELes nouveaux habits de la censure\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELa lutte contre la propagande terroriste et les \u00ab contenus haineux \u00bb d'extr\u00eame droite a \u00e9t\u00e9 au cœur du d\u00e9veloppement de nombreuses techniques de censure d\u00e9velopp\u00e9es par ces g\u00e9ants d'Internet en collaboration avec les \u00c9tats. Puis, elle s'est \u00e9tendue peu \u00e0 peu \u00e0 d'autres formes de censure de contenus plus politiques, au point d'exercer une v\u00e9ritable police de la pens\u00e9e : \u00ab les grandes plateformes du web, de par leur position oligopolistique sur le march\u00e9 de l'information, exercent ce pouvoir \u00e0 trois niveaux distincts. En mettant \u00e0 disposition des outils de prise de parole, elles les contraignent en m\u00eame temps qu'elles les rendent possible, en leur appliquant un format. Leurs algorithmes, ensuite, ordonnent ces prises de parole disparates en distribuant la visibilit\u00e9 dont elles ont besoin pour toucher leur public. Enfin, leurs dispositifs de mod\u00e9ration, qui articulent d\u00e9tection automatique et supervision humaine, exercent des fonctions de police en d\u00e9finissant ce qui peut ou non \u00eatre dit, et en punissant les discours (ou les images) qui contreviennent aux r\u00e8gles \u00bb.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ECela \u00e9tant, la censure n'est que le versant le moins pr\u00e9sentable de processus de contr\u00f4le de l'information plus globaux. Comme le disait d\u00e9j\u00e0 Roland Barthes (Sade, Fourier, Loyola, 1971), \u00ab la vraie censure ne consiste pas \u00e0 interdire (\u00e0 couper, \u00e0 retrancher) (...) mais \u00e0 \u00e9touffer, engluer dans les st\u00e9r\u00e9otypes (...) \u00e0 ne donner pour toute nourriture que la parole consacr\u00e9e des autres, la mati\u00e8re r\u00e9p\u00e9t\u00e9e de l'opinion courante \u00bb. D\u00e9sormais, \u00ab la censure ne doit plus \u00eatre seulement pens\u00e9e comme le r\u00e9sultat de pressions directes et concr\u00e8tes exerc\u00e9es sur les diff\u00e9rents maillons de la cha\u00eene de sens par les d\u00e9tenteurs identifi\u00e9s de l'autorit\u00e9 d'\u00c9tat ou d'\u00c9glise, mais comme le processus toujours et partout \u00e0 l'œuvre de filtrage des opinions admises. Bien plus, cette 'nouvelle censure' (...) passerait moins par l'interdit jet\u00e9 sur la parole dissidente que par la promotion d'une parole conforme aux int\u00e9r\u00eats des institutions et des groupes qui les dominent \u00bb. La censure, au sens sociologique large comme au sens juridique r\u00e9duit, est donc ins\u00e9parable de la doxa qu'elle sert.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003EL'OMS et la Fondation Bill Gates : deux puissances supranationales qui joignent leur influence\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELes g\u00e9ants de l'Internet ne sont pas les seuls \u00e0 s'immiscer dans le contr\u00f4le de l'information par le biais du financement des m\u00e9dias. C'est aussi le cas de la super-puissance que constitue la Fondation Bill & Melinda Gates. Le fondateur de Microsoft et Windows est devenu la personnalit\u00e9 la plus riche du monde au milieu des ann\u00e9es 1990 (il a \u00e9t\u00e9 r\u00e9cemment d\u00e9tr\u00f4n\u00e9 par le propri\u00e9taire d'Amazon, Jeff Bezos). Avec une fortune personnelle approchant les 100 milliards de dollars, il est plus riche que la plupart des pays du monde et, entre autres investissements, il finance de nombreux m\u00e9dias. En France, il subventionne en particulier \u003Ci\u003ELe Monde\u003C\/i\u003E (2,13 millions de dollars pour l'ann\u00e9e 2019) \u00bb, \u003Ci\u003ECovidinfos\u003C\/i\u003E\u003Csup\u003E23\u003C\/sup\u003E. Cette fondation consacre par ailleurs une partie tr\u00e8s importante de ses dons (d\u00e9fiscalis\u00e9s) \u00e0 la sant\u00e9, avec un prisme techno-industriel pr\u00e9cis : \u00ab dans le domaine de la sant\u00e9, la Fondation m\u00e8ne des actions de grande ampleur contre le sida, la tuberculose et le paludisme, traduisant son obsession pour la technologie par un int\u00e9r\u00eat tout particulier pour les vaccins, au m\u00e9pris de solutions moins industrielles et potentiellement tout aussi efficaces \u00bb. En outre, la fondation de Bill Gates est devenue extr\u00eamement influente au sein de l'OMS dont elle est le premier des contributeurs priv\u00e9s du budget avec 455 millions de dollars en 2019. Dans le classement g\u00e9n\u00e9ral des financeurs, la Fondation est encore d\u00e9pass\u00e9e de peu par la Grande-Bretagne (464 millions de dollars en 2019) et surtout les \u00c9tats-Unis (853 millions de dollars en 2019) \u003Csup\u003E25\u003C\/sup\u003E. Toutefois, le quatri\u00e8me financeur dans ce classement (avec 389 millions de dollars en 2019) n'est autre que l'Alliance GAVI (Global Alliance for Vaccines and Immunization), organisation internationale de promotion des vaccins dont la Fondation Gates est \u00e9galement le principal financeur. Enfin, le neuvi\u00e8me et le dixi\u00e8me plus importants financeurs de l'OMS (respectivement 168 et 116 millions de dollars en 2019) sont deux associations caritatives internationales bas\u00e9es aux \u00c9tats-Unis : le Rotary International et le National Philanthropic Trust. Et la Fondation Bill Gates est aussi l'un des premiers financeurs de ces deux associations par le biais des dons d\u00e9fiscalis\u00e9s. D\u00e8s lors, si l'on additionne les principaux quatre financements dans lesquels elle est impliqu\u00e9e (et ce ne sont pas les seuls), il apparait que la Fondation de Bill Gates est devenue en r\u00e9alit\u00e9 le premier financeur de l'OMS.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EL'OMS a jou\u00e9 un r\u00f4le particuli\u00e8rement actif dans la tentative de ma\u00eetriser la communication sur l'\u00e9pid\u00e9mie de coronavirus. Depuis le classement de la Covid-19 en \u00ab urgence de sant\u00e9 publique internationale \u00bb le 30 janvier 2020, son directeur tient des conf\u00e9rences de presse quasi quotidiennes. L'organisation a mis par ailleurs en place tout un syst\u00e8me de communication afin de contrer ce qu'elle appelle une \u00ab infod\u00e9mie \u00bb qui se caract\u00e9riserait par la multiplication de \u00ab rumeurs et fausses informations \u00bb. Son directeur g\u00e9n\u00e9ral, Tedros Adhanom Ghebreyesus estimait m\u00eame que \u00ab Notre plus grand ennemi \u00e0 ce jour, ce n'est pas le virus lui-m\u00eame. Ce sont les rumeurs, la peur et la stigmatisation \u00bb. Pour faire pr\u00e9dominer ses messages, l'OMS a mis sur pieds une strat\u00e9gie de communication mondiale supervis\u00e9e par Sylvie Briand, directrice du D\u00e9partement des Pand\u00e9mies et \u00c9pid\u00e9mies, et pilot\u00e9e par Andrew Pattison, responsable des \u00ab solutions num\u00e9riques \u00bb, en lien avec une \u00e9quipe de six personnes au si\u00e8ge de Gen\u00e8ve. Un accord a d'abord \u00e9t\u00e9 pass\u00e9 avec un partenaire ancien, Google, \u00ab pour faire en sorte que les personnes recherchant des informations sur le coronavirus voient les informations de l'OMS en t\u00eate de leurs r\u00e9sultats de recherche \u00bb. Ensuite, l'\u00e9quipe de communication s'est assur\u00e9e le concours des principaux r\u00e9seaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram, Pinterest, Tencent, Tik Tok) et m\u00eames de soci\u00e9t\u00e9s comme Uber et Airbnb afin qu'ils diffusent les \u00ab bons messages \u00bb.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EEnfin, l'OMS et ses partenaires ont recrut\u00e9 des \u00ab influenceurs \u00bb ou relais d'opinion, afin de s'assurer du contr\u00f4le des r\u00e9seaux sociaux et de YouTube, leader mondial de la vid\u00e9o en ligne (plus de deux milliards d'utilisateurs mensuels en 2020) et propri\u00e9t\u00e9 de Google.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003EConqu\u00e9rir le monopole de l'information l\u00e9gitime\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELa crise sanitaire ouverte par l'\u00e9pid\u00e9mie de Sars-CoV-2 aura \u00e9t\u00e9 l'occasion d'une tentative historiquement in\u00e9dite de contr\u00f4le de l'information \u00e0 l'\u00e9chelle mondiale, d'autant plus importante \u00e0 comprendre que cette \u00e9pid\u00e9mie a fait l'objet d'une couverture m\u00e9diatique sans pr\u00e9c\u00e9dent dans l'histoire. Dans cet article, nous avons pass\u00e9 en revue les composantes de ce processus international de normalisation \u00e9ditoriale visant \u00e0 assurer ce que Bourdieu appelait \u00ab le monopole de l'information l\u00e9gitime \u00bb. Ce syst\u00e8me de contr\u00f4le est destin\u00e9 \u00e0 assurer la pr\u00e9dominance m\u00e9diatique, et derri\u00e8re le consentement des populations, \u00e0 l'\u00e9gard du contenu d'un message g\u00e9n\u00e9ral qui pourrait \u00eatre r\u00e9sum\u00e9 ainsi : 1) une pand\u00e9mie menace la survie de l'humanit\u00e9 enti\u00e8re, 2) il n'existe aucune th\u00e9rapeutique pour gu\u00e9rir les malades, 3) il faut confiner les populations, 4) la d\u00e9livrance viendra uniquement d'un vaccin.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EPar ailleurs, la doxa n'est pas seulement la pens\u00e9e dominante et pr\u00e9sent\u00e9e comme l\u00e9gitime par les \u00e9lites de la soci\u00e9t\u00e9 \u00e0 un moment donn\u00e9. Elle est aussi une vision du monde qui concourt \u00e0 prot\u00e9ger l'ordre social et politique \u00e9tabli. Elle contient en effet une deuxi\u00e8me pr\u00e9misse qui consiste \u00e0 penser en substance que \u00ab le gouvernement fait ce qu'il peut \u00bb, \u00ab il n'y a pas grand-chose d'autre \u00e0 faire \u00bb, voire m\u00eame \u00e0 en d\u00e9duire que \u00ab c'est une obligation morale que de soutenir l'action du gouvernement dans ce moment exceptionnellement difficile \u00bb. Et autres variantes. La doxa prend alors la dimension de ce que Bourdieu appelait une sociodic\u00e9e : \u00ab Max Weber disait que les dominants ont toujours besoin d'une \"th\u00e9odic\u00e9e de leur privil\u00e8ge\", ou, mieux, d'une sociodic\u00e9e, c'est-\u00e0-dire d'une justification th\u00e9orique du fait qu'ils sont privil\u00e9gi\u00e9s \u00bb. En l'occurrence, il s'agit de faire accepter \u00ab une philosophie de la comp\u00e9tence selon laquelle ce sont les plus comp\u00e9tents qui gouvernent \u00bb.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EPour que la sociodic\u00e9e fonctionne, il est ainsi crucial de contr\u00f4ler l'information. Dans cet article, nous avons argument\u00e9 l'hypoth\u00e8se selon laquelle quatre ensembles d'acteurs ont, de fait, des int\u00e9r\u00eats convergents \u00e0 organiser ce contr\u00f4le et s'assurer du succ\u00e8s du message qu'ils ont choisi de faire passer. Le premier est repr\u00e9sent\u00e9 par le tandem d\u00e9sormais indissociable que forment l'OMS et son nouveau grand financeur la Fondation Bill Gates, dont le programme de vaccination mondiale constitue la pierre angulaire de la pens\u00e9e sanitaire. Le second ensemble est constitu\u00e9 par la plupart des gouvernements occidentaux de type lib\u00e9raux, qui ont \u00e9t\u00e9 incapables de penser une autre strat\u00e9gie que le confinement g\u00e9n\u00e9ral, qui redoutent \u00e0 pr\u00e9sent les cons\u00e9quences \u00e9lectorales et juridiques de leur gestion de la crise sanitaire et veulent donc s'assurer que leur version de l'histoire ne sera pas fondamentalement remise en question. Le troisi\u00e8me ensemble d'acteurs est constitu\u00e9 par les m\u00e9dias traditionnels qui sont confront\u00e9s de fa\u00e7on croissante \u00e0 une crise de confiance majeure dans les populations, et pour qui le contr\u00f4le et si possible l'exclusivit\u00e9 de la diffusion de l'information l\u00e9gitime sur la crise sanitaire constitue presque une question de survie. Enfin, le quatri\u00e8me type d'acteurs sont les \u00ab g\u00e9ants du num\u00e9rique \u00bb qui contr\u00f4lent de nos jours non seulement les r\u00e9seaux sociaux mais aussi et de plus en plus les m\u00e9dias traditionnels, et qui profitent de la crise sanitaire pour accro\u00eetre encore leur emprise sur la vie num\u00e9rique, ainsi que leurs profits publicitaires.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EIl resterait cependant \u00e0 investiguer plus en d\u00e9tail les liens entre ces quatre acteurs, les suppos\u00e9s \u00ab experts \u00bb dont ils s'entourent et les industries pharmaceutiques, premi\u00e8res concern\u00e9es financi\u00e8rement par la gestion de la crise du Covid, et dont les strat\u00e9gies de lobbying et de trafic d'influence sont connues par ailleurs.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003Esource : \u003Ca href=\"https:\/\/jdmichel.blog.tdg.ch\/archive\/2021\/02\/22\/qui-construit-la-doxa-du-covid-313137.html\"\u003Ejdmichel.blog.tdg.ch\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Col\u003E\u003Cli\u003EL. Mucchielli, \u00ab \u003Ci\u003ELe complotisme pour les nuls\u003C\/i\u003E (\u00e0 l'occasion d'un r\u00e9cent documentaire) \u00bb, \u003Ci\u003EMediapart\u003C\/i\u003E. Le blog, 16 novembre 2020 (en ligne)\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003EP. Flichy, \u00ab \u003Ci\u003EInternet et le d\u00e9bat d\u00e9mocratique\u003C\/i\u003E \u00bb, R\u00e9seaux, 2008, 4, p. 159-185\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003EE. Herman, N. Chomsky, \u00ab \u003Ci\u003ELa fabrication du consentement. De la propagande m\u00e9diatique en d\u00e9mocratie\u003C\/i\u003E \u00bb, Marseille, Agone, 2008\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003EVoir aussi D. Frau-Meigs, \u00ab \u003Ci\u003ELe journalisme aux \u00c9tats-Unis : une profession sous influences\u003C\/i\u003E \u00bb, Parlement(s), Revue d'histoire politique, 2004, 2, p. 64-79\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003E\u00ab \u003Ci\u003EM\u00e9dias fran\u00e7ais : qui poss\u00e8de quoi ?\u003C\/i\u003E \u00bb, \u003Ci\u003ELe Monde Diplomatique\u003C\/i\u003E, d\u00e9cembre 2020\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003EA. Rousseaux, \u00ab \u003Ci\u003ELe pouvoir d'influence des dix milliardaires qui poss\u00e8dent la presse fran\u00e7aise\u003C\/i\u003E \u00bb, \u003Ci\u003EBasta Mag\u003C\/i\u003E, 7 avril 2017\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003EMinist\u00e8re de la Culture, \u00ab \u003Ci\u003ETableaux des titres et groupes de presse aid\u00e9s en 2017\u003C\/i\u003E \u00bb (en ligne)\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003EVoir le rapport de la Cour des Comptes, \u00ab \u003Ci\u003ELes aides de l'\u00c9tat \u00e0 la presse \u00e9crite\u003C\/i\u003E \u00bb, Paris, 2013, p. 45sqq\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003EF. Schmitt, \u00ab \u003Ci\u003ELa presse obtient \u00e0 son tour un plan de relance\u003C\/i\u003E \u00bb, \u003Ci\u003ELes Echos\u003C\/i\u003E, 27 ao\u00fbt 2020\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003ES. Halimi, \u00ab \u003Ci\u003ELes nouveaux chiens de garde\u003C\/i\u003E \u00bb, Paris, Raisons d'Agir, 1997 ; F. Ruffin, \u00ab \u003Ci\u003ELes petits soldats du journalisme\u003C\/i\u003E \u00bb, Paris, Les Ar\u00e8nes, 2003 ; P. Merlant, L. Chatel, M\u00e9dias. \u00ab \u003Ci\u003ELa faillite d'un contre-pouvoir\u003C\/i\u003E \u00bb, Paris, Fayard, 2009 ; A. Ancelin, \u003Ci\u003ELe Monde libre\u003C\/i\u003E, Paris, \u00ab \u003Ci\u003ELes liens qui lib\u00e8rent\u003C\/i\u003E \u00bb, 2016 ; L. Mauduit, \u00ab \u003Ci\u003EMain basse sur l'information\u003C\/i\u003E \u00bb, Paris, Don Quichotte, 2016\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003ED.-J. Rahmil, \u00ab \u003Ci\u003EGoogle finance les m\u00e9dias et dessine les nouvelles tendances du journalisme\u003C\/i\u003E \u00bb, L'ADN, 2 avril 2019\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003EG. P\u00e9pin, \u00ab \u003Ci\u003E'Fake news' : Facebook va r\u00e9mun\u00e9rer des \u00e9diteurs fran\u00e7ais et fait sa publicit\u00e9 dans la presse\u003C\/i\u003E \u00bb, NextInpact, 26 avril 2017 ; voir aussi \u003Ci\u003ELe Canard encha\u00een\u00e9\u003C\/i\u003E, 3 janvier 2018\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003ELors du \u003Ca href=\"https:\/\/www.franceinter.fr\/emissions\/le-journal-de-13h\/le-journal-de-13h-30-decembre-2017\"\u003EJournal de 13h de France Inter\u003C\/a\u003E\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003E\u003Ci\u003EL'Observatoire du journalisme\u003C\/i\u003E, \u00ab \u003Ci\u003ETout ce que les \u00e9diteurs perdent, Facebook et Google le gagnent\u003C\/i\u003E \u00bb, 21 janvier 2018 (en ligne : \u003Ca href=\"https:\/\/www.ojim.fr%5D\"\u003Ehttps:\/\/www.ojim.fr)\u003C\/a\u003E. On sait que le mod\u00e8le \u00e9conomique de Facebook est tout entier bas\u00e9 sur la publicit\u00e9 : cela a repr\u00e9sent\u00e9 98% de ses recettes en 2019 (R. Badouard, \u00ab \u003Ci\u003ELes nouvelles lois du web\u003C\/i\u003E \u00bb, Op.cit., p. 73)\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003EI. Bokanovski, \u00ab \u003Ci\u003EInternet. Une plong\u00e9e dans le web de l'influence\u003C\/i\u003E \u00bb, Paris, Balland, 2020, p. 61sqq\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003EEn ce qui concerne le CSA, un exemple de cette nouvelle forme de censure est survenu au tout d\u00e9but du mois de janvier 2021 lorsque cette agence a sanctionn\u00e9 la radio \u003Ci\u003ERMC\u003C\/i\u003E pour avoir invit\u00e9 en ao\u00fbt 2020 le professeur Christian Perronne \u00e0 s'exprimer lors m\u00eame que \u00ab cet invit\u00e9 \u00e9tait le seul membre du corps m\u00e9dical pr\u00e9sent en plateau \u00bb et que \u00ab ces d\u00e9clarations n'ont pas fait l'objet d'une contradiction suffisante \u00bb. \u00ab D\u00e8s lors, l'\u00e9diteur ne peut \u00eatre regard\u00e9 comme ayant fait preuve d'honn\u00eatet\u00e9 et de rigueur dans la pr\u00e9sentation et le traitement de l'information sur la pand\u00e9mie \u00bb (\u00ab \u003Ci\u003ELe CSA met en demeure RMC pour une \u00e9mission avec le professeur Perronne\u003C\/i\u003E \u00bb, \u003Ci\u003E20 minutes\u003C\/i\u003E, 6 janvier 2021). On notera toutefois que l'ensemble des m\u00e9dias passent leur temps \u00e0 inviter des m\u00e9decins depuis le mois de mars dernier et que le CSA n'a jamais relev\u00e9 une absence de \u00ab contradiction suffisante \u00bb lorsque ces m\u00e9decins expriment des propos qui co\u00efncident avec le discours gouvernemental. Il s'agit d'une part d'un \u00ab deux poids, deux mesures \u00bb flagrant, et d'autre part d'un acharnement sur un m\u00e9decin qui venait d'\u00eatre d\u00e9mis de sa chefferie de service par le directeur de l'AP-HP (\u003Ci\u003EAFP\u003C\/i\u003E, 17 d\u00e9cembre 2020)\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003EL. Ha\u00e9ri, \u00ab \u003Ci\u003ELoi contre les fake news : chasse aux fausses informations ou nouvelle censure ?\u003C\/i\u003E \u00bb, \u003Ci\u003ELe Journal Du Dimanche\u003C\/i\u003E, 7 juin 2018. L'article interviewe notamment le sociologue Romain Badouard, auteur de \u00ab \u003Ci\u003ED\u00e9sinformation, rumeur et propagande\u003C\/i\u003E \u00bb, Limoges, FYP \u00e9ditions, 2017\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003EY. Benkler, R. Faris, H. Roberts, \u00ab \u003Ci\u003ENetwork Propaganda. Manipulation, Disinformation, and Radicalization in American Politic\u003C\/i\u003Es \u00bb, Oxford, Oxford University Press, 2018\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003EL. Bigot, \u00ab \u003Ci\u003EFact-checking vs fake news. V\u00e9rifier pour mieux informer\u003C\/i\u003E \u00bb, Paris, INA \u00c9ditions, 2019\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003ER. Badouard, \u00ab \u003Ci\u003ELes nouvelles lois du web. Mod\u00e9ration et censure\u003C\/i\u003E \u00bb, Paris, Seuil, 2020, p. 12\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003ECit\u00e9 par P. Roussin, \u00ab \u003Ci\u003ELibert\u00e9 d'expression et nouvelles th\u00e9ories de la censure\u003C\/i\u003E \u00bb, Communications, 2020, 1, p. 26\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003EL. Martin, \u00ab \u003Ci\u003ECensure r\u00e9pressive et censure structurale : comment penser la censure dans le processus de communication ?\u003C\/i\u003E \u00bb, Questions de communication, 2009, 15, p. 71\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003E\u00ab \u003Ca href=\"https:\/\/covidinfos.net\"\u003ELe quotidien Le Monde a re\u00e7u plus de 4 millions de dollars de la fondation de Bill Gates\u003C\/a\u003E \u00bb, \u003Ci\u003ECovidinfos\u003C\/i\u003E, 11 mai 2020\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003EL. Astruc, \u00ab \u003Ci\u003EL'art de la fausse g\u00e9n\u00e9rosit\u00e9. La Fondation Bill et Melinda Gates\u003C\/i\u003E \u00bb, Arles, Actes Sud, 2020, p. 12\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003E\u003Ca href=\"https:\/\/www.who.int\/fr\/about\/planning-finance-and-accountability\/how-who-is-funded\"\u003Ewho.int\u003C\/a\u003E\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003ECit\u00e9 par I. Mayault, \u00ab \u003Ci\u003ELa rumeur, l'autre \u00e9pid\u00e9mie qui pr\u00e9occupe l'OMS\u003C\/i\u003E \u00bb, \u003Ci\u003ELe Monde\u003C\/i\u003E, 6 mars 2020\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003EM. Richtel, \u00ab \u003Ci\u003EW.H.O. Fights a Pandemic Besides Coronavirus : An 'Infodemic'\u003C\/i\u003E \u00bb, \u003Ci\u003ENew York Times\u003C\/i\u003E, 6 f\u00e9vrier 2020 ; cf. aussi F. Magnenou, \u00ab \u003Ci\u003EComment l'OMS s'efforce de contenir l'infod\u00e9mie qui entoure l'\u00e9pid\u00e9mie\u003C\/i\u003E \u00bb, \u003Ci\u003EFrance TV Info\u003C\/i\u003E, 8 f\u00e9vrier 2020\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003EParmi ces influenceurs, c\u00f4t\u00e9 francophone, on peut citer par exemple L\u00ea Nguy\u00ean Hoang (pr\u00e8s de 200 000 abonn\u00e9s sur sa cha\u00eene YouTube \u003Ci\u003EScience4All\u003C\/i\u003E, Thibaud Fiolet (et son site \u00ab \u003Ci\u003EQuoi dans mon assiette\u003C\/i\u003E \u00bb), le groupe \u00ab Osons causer \u00bb (pr\u00e8s de 300 000 abonn\u00e9s sur YouTube et pr\u00e8s d'un million sur Facebook) ou encore J\u00e9r\u00e9my Descoux, (98 000 abonn\u00e9s sur sa cha\u00eene \u003Ci\u003EAscl\u00e9pios\u003C\/i\u003E, pr\u00e9sident du Collectif \u00ab FakeMed \u00bb, un r\u00e9seau de m\u00e9decins militants souvent tr\u00e8s virulents, qui s'est fait conna\u00eetre par sa lutte contre l'hom\u00e9opathie). Certains de ces influenceurs apparaissent dans une vid\u00e9o intitul\u00e9e \u00ab \u003Ci\u003ECoronavirus : chaque jour compte\u003C\/i\u003E \u00bb, post\u00e9e sur YouTube le 14 mars 2020, et dont la liste des intervenants est en ligne : \u003Ca href=\"https:\/\/docs.google.com\/document\/d\/1x-euHB-V72ipNttBj1KP6O_aEBGK0qKafqphMRBZK1I\/edit#heading=h.3bjrhorulj7v\"\u003Ehttps:\/\/docs.google.com\/document\/d\/1x-euHB-V72ipNttBj1KP6O_aEBGK0qKafqphMRBZK1I\/edit#heading=h.3bjrhorulj7\u003C\/a\u003E. Il est probable que Facebook \u00ab sponsorise \u00bb certains influenceurs dans sa strat\u00e9gie de promotion de contre-discours (R. Badouard, \u00ab \u003Ci\u003ELes nouvelles lois du web\u003C\/i\u003E \u00bb, Op.cit., p. 97), mais on ignore lesquels\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003ESur ce ph\u00e9nom\u00e8ne typique des ann\u00e9es 2010-2020, cf. D. Frau-Meigs, \u00ab \u003Ci\u003ELes youtubeurs : les nouveaux influenceurs !\u003C\/i\u003E \u00bb, Nectart, 2017, 5 (2), p. 126-136\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003EA. Bayet, N. Herv\u00e9, \u00ab \u003Ci\u003EInformation \u00e0 la t\u00e9l\u00e9 et coronavirus : l'INA a mesur\u00e9 le temps d'antenne historique consacr\u00e9 au Covid 19\u003C\/i\u003E \u00bb, INA. \u003Ci\u003ELa revue des m\u00e9dias\u003C\/i\u003E, 24 mars 2020 (en ligne) ; N. Herv\u00e9, \u00ab \u003Ci\u003ECoronavirus. Etude de l'intensit\u00e9 m\u00e9diatique\u003C\/i\u003E \u00bb, \u003Ci\u003EWorking paper\u003C\/i\u003E, 30 juin 2020 (en ligne : \u003Ca href=\"http:\/\/www.herve.name\/coronavirus\"\u003Eherve.name\u003C\/a\u003E)\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003EP. Bourdieu, \u00ab \u003Ci\u003ESur la t\u00e9l\u00e9vision\u003C\/i\u003E \u00bb, Paris, Seuil, 1996, p. 82\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003EP. Bourdieu, \u00ab \u003Ci\u003ELa Distinction. Critique sociale du jugement\u003C\/i\u003E \u00bb, Paris, Minuit, 1979, p. 549-550\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003EP. Bourdieu, \u00ab \u003Ci\u003ELe mythe de la 'mondialisation' et l'\u00c9tat social europ\u00e9en, repris dans Contre-feux \u00bb\u003C\/i\u003E, Paris, Raisons d'agir, 1998, p. 49\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003EIbid., p. 48\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003EDe la derni\u00e8re enqu\u00eate \u003Ci\u003EKantar\/La Croix\u003C\/i\u003E, il ressort un niveau in\u00e9gal\u00e9 de d\u00e9fiance vis-\u00e0-vis des journalistes, 68% des personnes interrog\u00e9es consid\u00e9rant qu'ils ne sont pas assez ind\u00e9pendants des pouvoirs politiques, et 61% qu'ils ne sont pas assez ind\u00e9pendants vis-\u00e0-vis des \u00ab pressions de l'argent \u00bb (A. Carasco, \u00ab \u003Ci\u003EBarom\u00e8tre m\u00e9dias : pourquoi 4 Fran\u00e7ais sur 10 boudent l'information\u003C\/i\u003E \u00bb, \u003Ci\u003ELa Croix\u003C\/i\u003E, 15 janvier 2020)\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003ES. Zuboff, \u00ab \u003Ci\u003EL'\u00e2ge du capitalisme de surveillance\u003C\/i\u003E \u00bb, Paris, Zulma, 2020. Sur la banalisation des technologies de surveillance de masse pendant la \u00ab crise sanitaire \u00bb, cf. O. Tesquet, \u00ab \u003Ci\u003E\u00c9tat d'urgence technologique. Comment l'\u00e9conomie de la surveillance tire parti de la pand\u00e9mie\u003C\/i\u003E \u00bb, Paris, Premier Parall\u00e8le, 2021\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003ER. Vitt, \u00ab \u003Ci\u003EVaccin\u00e9 contre la Covid-19, Google bat tous les records en 2020\u003C\/i\u003E \u00bb, \u003Ci\u003EPresse Citron\u003C\/i\u003E, 27 d\u00e9cembre 2020 ; \u00ab \u003Ci\u003EEn pleine crise, les GAFA affichent des profits flamboyants\u003C\/i\u003E \u00bb, Frenchweb, 30 octobre 2020 en ligne)\u003C\/li\u003E\u003Cli\u003EL. Mucchielli, \u00ab \u003Ci\u003ETrafic d'influence : le r\u00f4le de l'industrie pharmaceutique dans la controverse sur le traitement m\u00e9dical de la Covid\u003C\/i\u003E \u00bb, Les Cahiers du CEDIMES, 2021, 16, p.76-86\u003C\/li\u003E\u003C\/ol\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Ca href=\"http:\/\/reseauinternational.net\/qui-construit-la-doxa-du-covid\/\"\u003Ereseauinternational.net\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E"}}