{"187224":{"id":"187224","parent":"0","time":"1616515570","url":"http:\/\/lesakerfrancophone.fr\/les-facettes-sociologiques-et-politiques-du-terrorisme-1-2","category":"documentaires","title":"Les facettes sociologiques et politiques du terrorisme (1\/2)","image":"http:\/\/newsnet.fr\/img\/newsnet_187224_7d733e.jpg","hub":"newsnet","url-explicit":"les-facettes-sociologiques-et-politiques-du-terrorisme-12","admin":"newsnet","views":"69","priority":"3","length":"20533","lang":"","content":"\u003Cp\u003EPar \u003Ca href=\"https:\/\/orientalreview.org\/author\/vs\"\u003EVladislav B. Sotirovic\u003C\/a\u003E − Le 18 f\u00e9vrier 2021 − Source \u003Ca href=\"https:\/\/orientalreview.org\/2021\/02\/18\/sociological-and-political-aspects-of-terrorism-i\"\u003EOriental Review\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cimg src=\"http:\/\/newsnet.fr\/\/img\/newsnet_187224_8d237f.jpg\" \/\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe monde, et tout particuli\u00e8rement l'Occident, s'est d\u00e9couvert un int\u00e9r\u00eat soudain pour l'\u00e9tude du terrorisme apr\u00e8s le 11 septembre 2001 (9\/11), jour o\u00f9, \u00e0 8h45, un vol commercial domestique \u00e9tasunien a \u00e9t\u00e9 d\u00e9rout\u00e9 par des terroristes et projet\u00e9 sur la tour Nord du \u003Ci\u003EWorld Trade Center\u003C\/i\u003E, \u00e0 New York. Quelques minutes plus tard, un second avion commercial frappait \u00e0 son tour la tour Sud. Dans l'heure qui suivit, les deux tours s'effondr\u00e8rent, \u00f4tant la vie \u00e0 quelque 3000 personnes qui venaient de commencer leur journ\u00e9e de travail. Quelques heures plus tard, un troisi\u00e8me avion pirat\u00e9 frappait le b\u00e2timent du Pentagone \u00e0 Washington, le quartier g\u00e9n\u00e9ral de l'appareil militaire \u00e9tasunien, \u00f4tant la vie \u00e0 des centaines de personnes. Il y eut \u00e9galement un quatri\u00e8me avion, dont on pense qu'il \u00e9tait destin\u00e9 \u00e0 \u00eatre projet\u00e9 sur la Maison blanche, \u00e0 Washington DC, le palais du pouvoir ex\u00e9cutif (du pr\u00e9sident) des \u00c9tats-Unis ; celui-l\u00e0 tomba sur un champ dans une zone rurale de Pennsylvanie, des passagers s'\u00e9tant rebell\u00e9s contre les pirates.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ETous ces avions qui devaient \u00eatre pirat\u00e9s le 11 septembre \u00e9taient la propri\u00e9t\u00e9 de deux compagnies a\u00e9riennes \u00e9tasuniennes : \u003Ci\u003EUnited Airlines\u003C\/i\u003E ou \u003Ci\u003EAmerican Airlines\u003C\/i\u003E. Les cibles que devaient viser les terroristes - le \u003Ci\u003EWorld Trade Center\u003C\/i\u003E, le Pentagone, et la Maison blanche - avaient \u00e9t\u00e9 choisis dans un seul objectif : frapper au cœur les structures politiques, militaires et \u00e9conomiques des \u00c9tats-Unis.\u003C\/p\u003E\u003Cblockquote\u003E\u003Cb\u003ENote du Saker Francophone\u003C\/b\u003E Nous avons publi\u00e9 un livre sur la partie \u003Ca href=\"https:\/\/lesakerfrancophone.fr\/michel-straugof-pentagone-ou-la-theorie-dun-complot\"\u003EPentagone\u003C\/a\u003E qui donne un autre \u00e9clairage de la situation que celle pr\u00e9sent\u00e9e par l'auteur du pr\u00e9sent article.\u003C\/blockquote\u003E\u003Cp\u003ELa r\u00e9ponse de l'administration \u00e9tasunienne fut rapide : ce fut la d\u00e9claration d'une \u003Ci\u003E\u00ab guerre contre la terreur \u00bb\u003C\/i\u003E. Le pr\u00e9sident \u00e9tasunien, George W. Bush, d\u00e9crivit les attaques comme un acte de guerre. Un mois plus tard, cette d\u00e9claration fut suivie de la premi\u00e8re r\u00e9ponse militaire d'importance : une attaque men\u00e9e par une coalition dirig\u00e9e par les \u00c9tats-Unis contre l'Afghanistan, en Asie, au mois d'octobre 2021 - un pays dirig\u00e9 \u00e0 l'\u00e9poque par les Talibans, un groupe fondamentaliste islamiste, qui avait souvent soutenu les actions d'al-Qaeda, l'organisation terroriste suppos\u00e9e avoir men\u00e9 les actions terroristes du 11 septembre, et o\u00f9 nombre des membres de cette organisation avait re\u00e7u un entra\u00eenement. Cependant, les ann\u00e9es qui suivirent le 11 septembre furent marqu\u00e9es de nouveaux actes de terreur brutaux dans le monde entier, dont al-Qaeda fut encore accus\u00e9e. Il y eut une attaque terroriste contre une bo\u00eete de nuit \u00e0 Bali (en Indon\u00e9sie) au mois d'octobre 2002, au cours de laquelle plus de 200 personnes perdirent la vie. Beaucoup d'entre elles \u00e9taient de jeunes touristes \u00e9trangers en provenance d'Australie. Suivit un attentat \u00e0 la bombe dans un train \u00e0 Madrid (Espagne) au mois de mars 2004, durant l'heure de pointe du matin, qui co\u00fbta la vie \u00e0 environ 200 personnes. \u00c0 Londres (Royaume-Uni), 52 personnes furent tu\u00e9es et plusieurs centaines furent bless\u00e9es par une suite d'explosions coordonn\u00e9es dans trois m\u00e9tros et un autobus, au mois de juillet 2005.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EAu mois de novembre 2002, le pr\u00e9sident G. W. Bush cr\u00e9a une \u003Ci\u003ECommission nationale pour les attaques terroristes sur les \u00c9tats-Unis\u003C\/i\u003E, mieux connue sous le nom de Commission 9\/11. La principale t\u00e2che d\u00e9volue \u00e0 celle-ci \u00e9tait d'enqu\u00eater sur les faits et toutes les circonstances li\u00e9s aux attaques terroristes du 11 septembre. Le rapport officiel en fut publi\u00e9 au mois de juillet 2004, et celui-ci pr\u00e9sente un r\u00e9cit d\u00e9taill\u00e9 des \u00e9v\u00e9nements amenant aux attaques. En outre, le rapport indique les \u00e9checs du gouvernement \u00e9tasunien en mati\u00e8re d'imagination, de politiques, de moyens et d'organisation ; qui avaient permis la r\u00e9alisation des actions terroristes. Le rapport se montrait critique aussi bien du FBI que de la CIA, en affirmant que l'administration \u00e9tasunienne, et particuli\u00e8rement son appareil de s\u00e9curit\u00e9, avait \u00e9chou\u00e9 \u00e0 percevoir la menace pos\u00e9e par les terroristes d'al-Qaeda. N\u00e9anmoins, les recommandations d\u00e9bouch\u00e8rent sur l'\u00e9tablissement d'un poste de Directeur du renseignement national, qui prit ses fonctions en 2005. Le Directeur du renseignement national a pour r\u00f4le de superviser la communaut\u00e9 du renseignement \u00e9tasunien, et de conseiller le pr\u00e9sident, le Conseil de s\u00e9curit\u00e9 nationale, et le d\u00e9partement de s\u00e9curit\u00e9 int\u00e9rieure.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EBient\u00f4t, le terrorisme de l'apr\u00e8s 11 septembre se mit \u00e0 refl\u00e9ter un environnement s\u00e9curitaire totalement nouveau, ainsi que des instruments et strat\u00e9gies de contre-terrorisme idoines. Dans ce nouvel environnement de s\u00e9curit\u00e9, une nouvelle forme d'actions terroristes, avec plus de morts que par le pass\u00e9, est devenue possible. Il devint imp\u00e9ratif de traiter le concept du terrorisme qui int\u00e8gre les origines historiques de deux ph\u00e9nom\u00e8nes : la terreur, et le terrorisme.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cbig\u003ELe terrorisme, la terreur et les terroristes\u003C\/big\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe terrorisme est un terme qui ne fait pas l'objet d'une d\u00e9finition commune selon les gouvernements, les autorit\u00e9s \u00e9tatiques, ou les analystes acad\u00e9miques. \u00c9tymologiquement, ce mot signifie la crainte ou la menace et par cons\u00e9quent, quiconque r\u00e9pand la peur\/menace peut \u00eatre qualifi\u00e9 de terroriste. N\u00e9anmoins, le terme terrorisme est souvent utilis\u00e9 au sens p\u00e9joratif et principalement afin de d\u00e9crire des actions qui menacent la vie, commises par des groupes sous-\u00e9tatiques auto-proclam\u00e9s et inspir\u00e9s politiquement. Cependant, si de telles actions \u003Ci\u003E\u00ab terroristes \u00bb\u003C\/i\u003E sont men\u00e9es au nom d'une cause largement approuv\u00e9e (la lutte pour la lib\u00e9ration ou contre l'oppression), alors le terme de terrorisme est dans la majorit\u00e9 des cas \u00e9vit\u00e9, et remplac\u00e9 par des mots plus \u003Ci\u003E\u00ab d\u00e9mocratiques \u00bb\u003C\/i\u003E et amicaux. Par cons\u00e9quent, politiquement, en pratique, le terroriste de l'un est le combattant de la libert\u00e9 pour un autre.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe terme de terrorisme remonte historiquement \u00e0 la grande R\u00e9volution fran\u00e7aise de 1789, au cours de laquelle des milliers de personnes (au d\u00e9part, les nobles, mais rapidement, de nombreuses personnes ordinaires) furent chass\u00e9es par les autorit\u00e9s politiques et ex\u00e9cut\u00e9es par un instrument fran\u00e7ais sp\u00e9cialement con\u00e7u pour tuer - la guillotine. Cependant, le mot \u003Ci\u003Eterreur\u003C\/i\u003E ne fut pas invent\u00e9 par les r\u00e9volutionnaires. Ce furent plut\u00f4t les contre-r\u00e9volutionnaires qui l'invent\u00e8rent, c'est-\u00e0-dire les gens oppos\u00e9s \u00e0 la grande R\u00e9volution fran\u00e7aise de 1789 et \u00e0 ce qu'elle d\u00e9fendait, et qui estimaient que les \u00e9panchements de sang constituaient une forme de terrorisation de la population fran\u00e7aise.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe terme de terreur, au sens de l'utilisation de la violence \u00e0 des fins d'intimidation, a \u00e9t\u00e9 tr\u00e8s utilis\u00e9 au XX\u00e8me si\u00e8cle en relation avec les nazis allemands, ou la police secr\u00e8te sovi\u00e9tique \u00e0 l'\u00e9poque de Staline. N\u00e9anmoins, on peut trouver une telle forme d'utilisation de la violence avant les origines du terme durant la grande R\u00e9volution fran\u00e7aise de 1789-1794. De fait, le terme de terreur n'existait pas avant l'automne 1789, mais la pratique de la terrorisation des gens par utilisation de la violence a exist\u00e9 dans des temps remontant jusqu'\u00e0 l'Antiquit\u00e9. Par exemple, dans les civilisations anciennes, lorsqu'une arm\u00e9e envahissait une ville ennemie, il \u00e9tait monnaie courante dans de nombreux cas de raser la ville toute enti\u00e8re jusqu'\u00e0 la derni\u00e8re pierre (comme le firent les Romains de Carthage apr\u00e8s la troisi\u00e8me guerre punique de 149-146 avant JC) et d'exterminer tous les citoyens, sans consid\u00e9ration pour leur sexe ou leur \u00e2ge. Cependant, le point central d'une pratique aussi terrible n'\u00e9tait pas uniquement de d\u00e9truire physiquement l'ennemi, mais, en fait, de cr\u00e9er la terreur (la crainte\/menace) parmi ceux qui vivaient dans d'autres villes, et de pratiquer une d\u00e9monstration du pouvoir repr\u00e9sent\u00e9 par la terreur. En d'autres termes, le ph\u00e9nom\u00e8ne d'utilisation de la violence dans l'id\u00e9e de terrifier principalement les populations civiles est sans doute plus ancien que le mot lui-m\u00eame.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cbig\u003E\u003Ci\u003E\u00ab \u00c9tat \u00bb\u003C\/i\u003E et \u003Ci\u003E\u00ab terrorisme soutenu par un \u00c9tat \u00bb\u003C\/i\u003E\u003C\/big\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe terme de terrorisme est cependant parfois employ\u00e9, de mani\u00e8re tr\u00e8s p\u00e9jorative, aux morts caus\u00e9s par des gouvernements ou d'autres autorit\u00e9s \u00e9tatiques, pas seulement aux actions commises par certaines organisations sous-\u00e9tatiques ou par certains acteurs individuels. En d'autres termes, nous pouvons \u00e9galement parler politiquement de \u003Ci\u003E\u00ab terrorisme d'\u00c9tat \u00bb\u003C\/i\u003E ou de \u003Ci\u003E\u00ab terreur d'\u00c9tat \u00bb\u003C\/i\u003E. Malheureusement, il existe pl\u00e9thore d'exemples de \u003Ci\u003E\u00ab terrorisme d'\u00c9tat \u00bb\u003C\/i\u003E, au moins d'un point de vue factuel. Par exemple, le terme de \u003Ci\u003E\u00ab terrorisme d'\u00c9tat \u00bb\u003C\/i\u003E est habituellement usit\u00e9 pour d\u00e9crire les actions et les politiques de certains groupes, institutions et organisations officiellement soutenus par un \u00c9tat, comme la Gestapo, le KGB, la Stasi est-allemande ou l'Ozna\/Ubda de Tito en Yougoslavie socialiste. Leurs actions de terreur peuvent \u00eatre dirig\u00e9es contre des dissidents politiques, des groupes ethniques (minoritaires), des groupes religieux, ou d'autres, parmi leurs propres citoyens.\u003C\/p\u003E\u003Cfigure\u003E\u003Cimg src=\"http:\/\/newsnet.fr\/img\/newsnet_187224_1b1c99.jpg\" \/\u003E\u003Cfigcaption\u003EBill Clinton et Madeleine Albright sont accueillis \u00e0 Pristina, o\u00f9 une statue d'Albright a \u00e9t\u00e9 inaugur\u00e9e dans le centre-ville pour l'occasion, aux c\u00f4t\u00e9s d'une statue de Clinton, \u00e9rig\u00e9e peu avant sur un boulevard portant son nom.\u003C\/figcaption\u003E\u003C\/figure\u003E\u003Cp\u003EDans la litt\u00e9rature acad\u00e9mique occidentale de nature historiographique et de science politique, le terme de \u003Ci\u003E\u00ab terrorisme soutenu par un \u00c9tat \u00bb\u003C\/i\u003E est commun\u00e9ment utilis\u00e9 aux fins de d\u00e9crire les actions des autorit\u00e9s \u00e9tatiques quant \u00e0 organiser ou assister plus ou moins ouvertement divers types de groupes ou d'individus perp\u00e9trant des actions violentes dans d'autres \u00c9tats. Cependant, sur le terrain, on peut bien souvent y voir une simple forme de guerre de faible intensit\u00e9, non d\u00e9clar\u00e9e, entre deux \u00c9tats (ou plus) souverains et internationalement reconnus. Par exemple, en 1998-1999, l'administration \u00e9tasunienne de Bill Clinton a soutenu financi\u00e8rement, ainsi que par d'autres moyens, l'arm\u00e9e de lib\u00e9ration du Kosovo albanais, s\u00e9paratiste, dans sa guerre contre l'\u00c9tat de la R\u00e9publique f\u00e9d\u00e9rale de Yougoslavie. N\u00e9anmoins, au cours des derni\u00e8res d\u00e9cennies, on a vu de nombreux pays arborant diverses orientations id\u00e9ologiques s'engager dans la pratique du \u003Ci\u003E\u00ab terrorisme soutenu par un \u00c9tat \u00bb\u003C\/i\u003E, tout en condamnant d'autres \u00c9tats d\u00e9veloppant les m\u00eames pratiques dans d'autres occurrences similaires. Au cours de la premi\u00e8re guerre froide, on disposait d'un exemple tr\u00e8s illustratif de politiques de cette nature, avec l'administration \u00e9tasunienne de Ronald Reagan qui d\u00e9non\u00e7ait de nombreux r\u00e9gimes dans le monde (Libye, Iran, etc.) du fait de leurs connexions avec le \u003Ci\u003E\u00ab terrorisme soutenu par des \u00c9tats \u00bb\u003C\/i\u003E, alors que dans le m\u00eame temps Washington soutenait ouvertement la violence de terreur sub-\u00e9tatique contre l'\u00c9tat du Nicaragua, tout en maintenant des relations diplomatiques avec ce dernier. L'ironie est que sur les billets de banques \u00e9tasuniens, on peut voir le portrait de George Washington qui \u00e9tait en r\u00e9alit\u00e9 auteur d'une violence sub-\u00e9tatique politiquement motiv\u00e9e (terroriste) contre le Royaume-Uni.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cbig\u003ELes sociologues et la connotation morale du terrorisme\u003C\/big\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELes sociologues, suivis par de nombreux chercheurs en sciences sociales, sont le plus souvent en d\u00e9saccord quant \u00e0 la question de savoir si le terme terrorisme peut constituer un concept utile scientifiquement. En d'autres termes, il s'agit de savoir si le terme peut \u00eatre utilis\u00e9 d'une mani\u00e8re raisonnablement objective, car il s'agit d'un terme tr\u00e8s difficile \u00e0 d\u00e9finir. D'un c\u00f4t\u00e9, le probl\u00e8me concerne le crit\u00e8re moral mouvant que les gens entretiennent quant au terrorisme et les auteurs car, par exemple, on sait fort bien que techniquement, l'auteur de certains faits peut \u00eatre qualifi\u00e9 de terroristes par certains, et de combattant de la libert\u00e9 par d'autres. D'un autre c\u00f4t\u00e9, on sait \u00e9galement fort bien que certaines personnes qui ont pratiqu\u00e9 le terrorisme, et m\u00eame les meurtres de masse, peuvent en venir par la suite \u00e0 condamner la terreur tout aussi violemment qu'ils l'avaient pratiqu\u00e9e par le pass\u00e9 (par exemple, \u003Cspan id=\"btbf4d4e\"\u003E\u003Ca onclick=\"togglebub('app__bf4d4e_wiki_call_https(ddot)(slash)(slash)fr(dot)wikipedia(dot)org(slash)wiki(slash)Kurt*Waldheim_1')\"\u003E\u003Cspan class=\"philum ic-wiki2\"\u003E\u003C\/span\u003E\u003C\/a\u003E\u003C\/span\u003E \u003Ca href=\"https:\/\/fr.wikipedia.org\/wiki\/Kurt_Waldheim\"\u003EKurt Waldheim\u003C\/a\u003E - ancien officier nazi lors de la seconde guerre mondiale, puis devenu quatri\u00e8me secr\u00e9taire g\u00e9n\u00e9rale de l'ONU et pr\u00e9sident de l'Autriche). L'un des exemples classiques prenant les \u00c9tats en compte est possiblement le cas de l'Isra\u00ebl sioniste, l'histoire d'Isra\u00ebl au XX\u00e8me si\u00e8cle (\u00c9tat \u00e9tabli en 1948) \u00e9tant ponctu\u00e9e d'activit\u00e9s terroristes (et de nettoyage ethnique), cependant qu'au si\u00e8cle suivant, les gouvernements d'Isra\u00ebl se sont auto-d\u00e9clar\u00e9s parties prenantes de la politique de la \u003Ci\u003E\u00ab guerre contre la terreur \u00bb\u003C\/i\u003E quant au terrorisme (potentiellement soutenu par l'Iran), d\u00e9signant celui-ci comme principal ennemi. L'ancien pr\u00e9sident de la R\u00e9publique d'Afrique du Sud, Nelson Mandela, fut jadis consid\u00e9r\u00e9 comme un terroriste potentiel, et donc emprisonn\u00e9. N\u00e9anmoins, au sujet de la terminologie du terrorisme, il faut commencer par lui retirer sa connotation morale, qui en pratique fluctue avec le temps et\/ou la perspective personnelle (politique, id\u00e9ologique) de l'observateur.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe second probl\u00e8me dans le processus de recherche de la connotation appropri\u00e9e du terrorisme concerne le r\u00f4le de l'\u00c9tat. En r\u00e9alit\u00e9, il s'agit d'un dilemme central : un \u00c9tat peut-il pratiquer le terrorisme, surtout s'il se pr\u00e9occupe de fonctionner selon une organisation interne d\u00e9mocratique? En principe, l'\u00c9tat, par d\u00e9finition, doit \u00eatre responsable de bien plus de morts dans l'histoire humaine que tout autre type d'organisation sociale, car il dispose du pouvoir total sur toutes sortes de forces organis\u00e9es arm\u00e9es (police, arm\u00e9e, police militaire, gendarmerie, carabinieri, garde nationale, etc.). Au cours de l'histoire, les \u00c9tats ont bien souvent tu\u00e9 leurs propres populations civiles de mani\u00e8re brutale. Dans l'histoire contemporaine, les \u00c9tats commettaient m\u00eame des g\u00e9nocides sur leurs propres territoires (g\u00e9nocide arm\u00e9nien, grec ou assyrien au sein de l'empire ottoman, g\u00e9nocide serbe au sein de l'\u00c9tat ind\u00e9pendant de Croatie durant la seconde guerre mondiale, etc.). Au XX\u00e8me si\u00e8cle, les \u00c9tats ont ras\u00e9 des villes de mani\u00e8re comparable \u00e0 ce qui se pratiquait dans les civilisations traditionnelles. Prenons simplement un seul exemple illustratif. Au mois de f\u00e9vrier 1945, les anglo-\u00e9tasuniens d\u00e9truisirent la ville de Dresde en Allemagne de l'Est par bombardements incendiaires - l'une des plus belles villes d'Europe (un mus\u00e9e \u00e0 ciel ouvert), tuant au moins 70 000 citoyens. Le fait est que de nombre d'historiens affirment que l'attaque a\u00e9rienne contre Dresde (ville pleine de r\u00e9fugi\u00e9s allemands en provenance de l'Est, et proclam\u00e9e ville \u00e0 ciel ouvert) se produisit \u00e0 un moment o\u00f9 il ne relevait d'aucun avantage strat\u00e9gique pour les anglo-\u00e9tasuniens (et c'est tout \u00e0 fait exact). En substance, tous les critiques de cette action anglo-\u00e9tasunienne avancent que l'objectif de la destruction de Dresde \u00e9tait de cr\u00e9er la terreur et la crainte au sein de la soci\u00e9t\u00e9 allemande, et par cons\u00e9quent affaiblir la volont\u00e9 des Allemands \u00e0 poursuivre leur r\u00e9sistance. Il est bien connu que les \u00e9v\u00e9nements de Hiroshima et de Nagasaki de la m\u00eame ann\u00e9e furent commis avec le m\u00eame objectif que pour Dresde.\u003C\/p\u003E\u003Cfigure\u003E\u003Cimg src=\"http:\/\/newsnet.fr\/img\/newsnet_187224_7d733e.jpg\" \/\u003E\u003Cfigcaption\u003ELa ville de Dresde apr\u00e8s les bombardements incendiaires pratiqu\u00e9s par les Alli\u00e9s le 13 f\u00e9vrier 1945\u003C\/figcaption\u003E\u003C\/figure\u003E\u003Cp\u003EIl est sugg\u00e9r\u00e9 de faire la diff\u00e9rence entre le terrorisme provenant de groupes ou d'organisations ext\u00e9rieures \u00e0 l'\u00c9tat. La raison est que pour d'autres cas, le concept de terrorisme s'approche fortement de celui de la guerre au sens le plus large. Par cons\u00e9quent, de nombreux chercheurs partagent l'opinion qu'une forme de d\u00e9finition neutre peut \u00eatre \u00e9tablie. En principe, on peut qualifier de terrorisme toute action violente men\u00e9e par une organisation non-\u00e9tatique, dont l'objectif ultime est de provoquer la mort ou des blessures graves \u00e0 des civils ou \u00e0 des non-militaires, lorsque l'objectif de cette action est, de par son contexte, d'effrayer la population, ou de contraindre le gouvernement ou une organisation internationale de pratiquer, ou de s'abstenir de pratique quelque action. Pour le dire autrement, le terrorisme vu comme ph\u00e9nom\u00e8ne concerne les attaques sur des populations civiles avec pour dessein de contraindre un gouvernement \u00e0 modifier ses politiques.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ESelon une d\u00e9finition tr\u00e8s acad\u00e9mique, sous le parapluie des sociologues, le terrorisme est l'utilisation calcul\u00e9e de la violence contre des civils innocents \u00e0 des fins politiques, en particulier pour attirer l'attention du grand public dans les m\u00e9dias de masse. Pour pratiquer une comparaison historique, l'affaire du 11 septembre 2001 avait imm\u00e9diatement monopolis\u00e9 l'attention du public \u00e0 hauteur de quelque 2 milliards de spectateurs, qui assist\u00e8rent \u00e0 cette action de terreur en temps r\u00e9el \u00e0 la t\u00e9l\u00e9vision. Pourtant, il y a environ 140 ans, en 1865, l'acteur \u003Cspan id=\"bt6ffe10\"\u003E\u003Ca onclick=\"togglebub('app__6ffe10_wiki_call_https(ddot)(slash)(slash)fr(dot)wikipedia(dot)org(slash)wiki(slash)John*Wilkes*Booth_1')\"\u003E\u003Cspan class=\"philum ic-wiki2\"\u003E\u003C\/span\u003E\u003C\/a\u003E\u003C\/span\u003E \u003Ca href=\"https:\/\/fr.wikipedia.org\/wiki\/John_Wilkes_Booth\"\u003EJohn Wilkes Booth\u003C\/a\u003E assassina Abraham Lincoln, pr\u00e9sident des \u00c9tats-Unis, dans un th\u00e9\u00e2tre de Washington, mais il fallut 12 jours pour que la nouvelle parv\u00eent en Europe (\u00e0 Londres). Le navire transportant le message depuis New York eut un contact avec un plus petit b\u00e2timent au large de la c\u00f4te Sud de l'Irlande, et la nouvelle fut alors t\u00e9l\u00e9graphi\u00e9e depuis Cork jusque Londres, ce qui acc\u00e9l\u00e9ra de trois jours son arriv\u00e9e par rapport \u00e0 la vitesse du navire. Nous devons conserver \u00e0 l'esprit \u00e0 ce sujet que ce ne fut que dans les ann\u00e9es 1950 qu'un c\u00e2ble trans-oc\u00e9anique (Atlantique) fut mis en service pour faire passer des messages t\u00e9l\u00e9graphiques rapidement d'un bord \u00e0 l'autre de l'Atlantique - bien que les transmissions radios sur ondes longues entre continents fussent devenues possibles au d\u00e9but du XX\u00e8me si\u00e8cle.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EEn r\u00e9sum\u00e9, dans le domaine g\u00e9n\u00e9ral des sciences sociales, il existe une notion de sens commun du terme terrorisme, d\u00e9sign\u00e9 comme utilisation d\u00e9lib\u00e9r\u00e9e de la violence par des acteurs non-\u00e9tatiques, le plus souvent \u00e0 des fins politiques, lorsque cette violence est pratiqu\u00e9e contre des non-combattants. Cependant, en principe, de nombreuses questions pertinentes \u00e9mergent du sens commun. La question centrale est de savoir pourquoi les \u00c9tats qui tuent des civils pour des raisons (g\u00e9o)politiques ne doivent pas \u00eatre \u00e9galement consid\u00e9r\u00e9s comme terroristes? Dans les domaines de la sociologie et des relations internationales, c'est une id\u00e9e tr\u00e8s r\u00e9pandue que le terroriste de l'un est le combattant de la libert\u00e9 de quelqu'un d'autre. Historiquement, mais en s'abstrayant du fardeau des \u00e9v\u00e9nements contemporains, on peut voir que tr\u00e8s souvent, ce sont exactement ceux qui d\u00e9tiennent le pouvoir qui d\u00e9cident qui est et qui n'est pas un terroriste. Nous devons \u00e9galement conserver \u00e0 l'esprit que l'histoire porte souvent un jugement diff\u00e9rent une fois que le pouvoir a bascul\u00e9. En d'autres termes, nul ne peut \u00eatre certain que les terroristes d'aujourd'hui ne seront pas consid\u00e9r\u00e9s demain comme des combattants de la libert\u00e9, et vice-versa. Par exemple, les Talibans afghans avaient \u00e9t\u00e9 en 1980 les combattants de la libert\u00e9 aux yeux de l'administration \u00e9tasunienne de Ronald Reagan, mais apr\u00e8s le 11 septembre, G. W. Bush avait proclam\u00e9 que ce groupe \u00e9tait terroriste, et avait m\u00eame envahi l'Afghanistan pour \u00e9liminer leur r\u00e9gime. Pourtant, du point de vue des autorit\u00e9s sovi\u00e9tiques des ann\u00e9es 1980, les Talibans \u00e9taient des terroristes, et \u00e0 ce jour, pour de nombreux fondamentalistes islamistes, les Talibans, al-Qaeda ou l'\u00e9tat islamique sont des combattants de la libert\u00e9 oppos\u00e9s aux ambitions imp\u00e9rialistes occidentales (\u00e9tasuniennes) au Moyen-Orient, et\/ou favorables aux vraies valeurs de l'Islam selon le Coran.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u00c0 suivre.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003EVladislav B. Sotirovic\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ETraduit par Jos\u00e9 Mart\u00ed pour le Saker Francophone\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Ca href=\"http:\/\/lesakerfrancophone.fr\/les-facettes-sociologiques-et-politiques-du-terrorisme-1-2\"\u003Elesakerfrancophone.fr\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E"}}