{"192036":{"id":"192036","parent":"0","time":"1626117192","url":"http:\/\/www.legrandsoir.info\/benis-soient-les-traitres.html","category":"documentaires","title":"B\u00e9nis soient les tra\u00eetres","image":"http:\/\/newsnet.fr\/img\/newsnet_192036_6cbb16.jpg","hub":"newsnet","url-explicit":"benis-soient-les-traitres","admin":"newsnet","views":"145","priority":"3","length":"22943","lang":"","content":"\u003Cp\u003E\u003Cimg style=\" width:350px;\" src=\"http:\/\/newsnet.fr\/img\/newsnet_192036_6cbb16.jpg\" \/\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EChris HEDGES\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDaniel Hale a r\u00e9v\u00e9l\u00e9 le meurtre g\u00e9n\u00e9ralis\u00e9 et aveugle de non-combattants dans le cadre de la guerre mondiale men\u00e9e par les drones \u00e9tats-uniens. Pour son h\u00e9roïsme, il risque dix ans de prison tandis que ceux qui supervisent ces crimes de guerre poursuivent leur folie meurtrière.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDaniel Hale, un analyste du renseignement de l'arm\u00e9e de l'air en service actif, s'est tenu dans le campement Occupy du parc Zuccotti en octobre 2011 dans son uniforme militaire. Il a brandi une pancarte sur laquelle on pouvait lire 'Lib\u00e9rez Bradley Manning', qui n'avait pas encore annonc\u00e9 sa transition. C'\u00e9tait un acte de conscience singulier que peu de personnes en uniforme ont eu le courage de reproduire. Il avait pris une semaine de cong\u00e9 de son travail pour rejoindre les manifestants dans le parc. Il \u00e9tait pr\u00e9sent \u00e0 6 heures du matin le 14 octobre lorsque le maire Michael Bloomberg a fait une première tentative pour faire \u00e9vacuer le parc. Il \u00e9tait solidaire des milliers de manifestants, dont de nombreux travailleurs syndiqu\u00e9s des transports en commun, des enseignants, des Teamsters et des travailleurs des communications, qui formaient un cercle autour du parc. Il a vu la police reculer devant les acclamations de la foule. Mais cet acte de d\u00e9fi et de courage moral n'\u00e9tait que le d\u00e9but.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EÀ l'\u00e9poque, Hale \u00e9tait stationn\u00e9 \u00e0 Fort Bragg. Quelques mois plus tard, il a \u00e9t\u00e9 d\u00e9ploy\u00e9 sur la base a\u00e9rienne de Bagram, en Afghanistan. Il apprendra plus tard qu'alors qu'il se trouvait au parc Zuccotti, Barack Obama a ordonn\u00e9 une attaque de drone \u00e0 quelque 20000 km de l\u00e0, au Y\u00e9men, qui a tu\u00e9 Abdulrahman Anwar al-Awlaki, le fils de 16 ans du religieux radical et citoyen am\u00e9ricain Anwar al-Awlaki, qui avait \u00e9t\u00e9 abattu par un drone deux semaines auparavant. L'administration Obama a affirm\u00e9 qu'elle visait le chef d'Al-Qaïda dans la p\u00e9ninsule arabique, Ibrahim al-Banna, dont elle pensait, \u00e0 tort, qu'il se trouvait avec le garçon et ses cousins, qui ont tous \u00e9t\u00e9 tu\u00e9s dans l'attaque. Ce massacre d'innocents a \u00e9t\u00e9 rendu public, mais il y a eu des milliers d'autres attaques de ce type qui ont tu\u00e9 sans raison des non-combattants et dont seuls Hale et les personnes ayant des autorisations de haute s\u00e9curit\u00e9 \u00e9taient au courant.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EÀ partir de 2013, Hale, alors qu'il travaillait comme entrepreneur priv\u00e9, a divulgu\u00e9 quelque 17 documents classifi\u00e9s sur le programme de drones au journaliste d'investigation Jeremy Scahill, bien que ce dernier ne soit pas nomm\u00e9 dans les documents judiciaires. Les documents divulgu\u00e9s, publi\u00e9s par The Intercept le 15 octobre 2015, ont r\u00e9v\u00e9l\u00e9 qu'entre janvier 2012 et f\u00e9vrier 2013, les frappes a\u00e9riennes des op\u00e9rations sp\u00e9ciales am\u00e9ricaines ont tu\u00e9 plus de 200 personnes. Parmi celles-ci, seules 35 \u00e9taient les cibles vis\u00e9es. Pendant une p\u00e9riode de cinq mois de l'op\u00e9ration, selon les documents, près de 90 % des personnes tu\u00e9es par les frappes a\u00e9riennes n'\u00e9taient pas les cibles vis\u00e9es. Les morts civils, g\u00e9n\u00e9ralement des passants innocents, \u00e9taient syst\u00e9matiquement class\u00e9s comme 'ennemis tu\u00e9s au combat'.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe 31 mars, Hale a \u00e9t\u00e9 contraint par le ministère de la Justice de Biden \u00e0 plaider coupable d'un chef d'accusation pour violation de l'Espionage Act, une loi adopt\u00e9e en 1917 et conçue pour poursuivre ceux qui transmettent des secrets d'État \u00e0 une puissance hostile, et non ceux qui exposent au public les mensonges et les crimes du gouvernement. Dans le cadre de l'accord sur le plaidoyer, Hale a reconnu avoir 'conserv\u00e9 et transmis des informations relatives \u00e0 la s\u00e9curit\u00e9 nationale' et avoir divulgu\u00e9 11 documents classifi\u00e9s \u00e0 un journaliste. Il est d\u00e9tenu au centre de d\u00e9tention pour adultes d'Alexandria, en Virginie, et attend le prononc\u00e9 de sa peine le 27 juillet. S'il avait refus\u00e9 l'accord de plaidoyer, il risquait de passer 50 ans en prison. Il risque maintenant jusqu'\u00e0 dix ans de prison.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ETragiquement, son cas n'a pas suscit\u00e9 l'attention qu'il aurait dû. Lorsque Nick Mottern, de la campagne 'Interdire les drones tueurs', a accompagn\u00e9 des artistes projetant l'image de Hale sur les murs du centre-ville de Washington, il a constat\u00e9 que tous ses interlocuteurs ignoraient le sort de Hale. D'\u00e9minentes organisations de d\u00e9fense des droits de l'homme, telles que l'ACLU et PEN, sont rest\u00e9es largement silencieuses et indiff\u00e9rentes. Le groupe Stand with Daniel Hale a demand\u00e9 au pr\u00e9sident Biden de gracier Hale et de mettre fin \u00e0 l'utilisation de la loi sur l'espionnage pour punir les lanceurs d'alerte, a organis\u00e9 une campagne de lettres au juge pour demander la cl\u00e9mence et recueille des dons pour le fonds juridique de Hale.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E'Daniel Hale est l'un des lanceurs d'alerte les plus importants', a d\u00e9clar\u00e9 Edward Snowden lors d'une table ronde organis\u00e9e le 1er mai \u00e0 l'universit\u00e9 du Massachusetts-Amherst \u00e0 l'occasion du cinquantième anniversaire de la publication des Pentagon Papers. 'Il a tout sacrifi\u00e9 - une personne incroyablement courageuse - pour nous dire que la guerre des drones, qui, vous savez, se produit de manière si \u00e9vidente pour tout le monde, mais que le gouvernement continuait \u00e0 nier officiellement de tant de façons, est l\u00e0, elle se produit, et que 90 % des victimes sur une p\u00e9riode de cinq mois \u00e9taient des innocents ou des passants ou n'\u00e9taient pas la cible de la frappe du drone. Nous ne pouvions pas \u00e9tablir cela, nous ne pouvions pas le prouver, sans la voix de Daniel Hale.'\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EQuelques semaines plus tard, lors de l'\u00e9mission Democracy Now ! avec l'animatrice Amy Goodman, Daniel Ellsberg a convenu que Hale 'a agi de manière très admirable, d'une manière que très, très peu de fonctionnaires ont jamais fait en faisant preuve du courage moral n\u00e9cessaire pour se dissocier des activit\u00e9s criminelles et des activit\u00e9s illicites de leur propre administration, et y r\u00e9sister, tout en les exposant'.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EHale ayant \u00e9t\u00e9 inculp\u00e9 en vertu de la loi sur l'espionnage, il n'a pas \u00e9t\u00e9 autoris\u00e9, comme d'autres lanceurs d'alerte, dont Chelsea Manning, Jeffrey Sterling, Thomas Drake et John Kiriakou, qui a pass\u00e9 deux ans et demi en prison pour avoir r\u00e9v\u00e9l\u00e9 la torture syst\u00e9matique de suspects d\u00e9tenus dans des sites noirs, \u00e0 expliquer ses motivations et ses intentions \u00e0 la cour. Il n'a pas non plus \u00e9t\u00e9 autoris\u00e9 \u00e0 fournir \u00e0 la cour des preuves que le programme d'assassinat par drone a tu\u00e9 et bless\u00e9 un grand nombre de non-combattants, y compris des enfants. Il a \u00e9t\u00e9 jug\u00e9 dans le district Est de la Virginie, dont une grande partie de la population a des liens avec l'arm\u00e9e ou la communaut\u00e9 du renseignement, et dont les tribunaux sont devenus c\u00e9lèbres pour leurs condamnations s\u00e9vères au nom du gouvernement.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe rapport 'Living Under Drones', publi\u00e9 en 2012 par la Stanford International Human Rights and Conflict Resolution Clinic, fournit une documentation d\u00e9taill\u00e9e de l'impact humain des frappes de drones am\u00e9ricaines au Pakistan. Les drones tirent souvent des missiles Hellfire qui sont \u00e9quip\u00e9s d'une tête explosive d'environ 20 livres. Une variante du Hellfire, connue sous le nom de R9X, transporte 'une tête inerte', selon le New York Times. Au lieu d'exploser, elle projette environ 30 kg de m\u00e9tal dans un v\u00e9hicule. L'autre caract\u00e9ristique du missile comprend 'six longues lames log\u00e9es \u00e0 l'int\u00e9rieur', qui se d\u00e9ploient 'quelques secondes avant l'impact pour trancher tout ce qui se trouve sur son chemin' - y compris, bien sûr, les gens.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe nombre de civils tu\u00e9s par les frappes de drones am\u00e9ricaines se compte en milliers, voire en dizaines de milliers. Le Bureau of Investigative Journalism (TBIJ), une organisation de journalistes ind\u00e9pendants, a par exemple rapport\u00e9 que de juin 2004 \u00e0 la mi-septembre 2012, les frappes de drones ont tu\u00e9 entre 2 562 et 3 325 personnes au Pakistan, dont 474 \u00e0 881 \u00e9taient des civils, y compris 176 enfants.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELes drones planent 24 heures sur 24 dans le ciel de l'Irak, de la Somalie, du Y\u00e9men, de l'Afghanistan, du Pakistan et de la Syrie. Sans pr\u00e9venir, les drones, op\u00e9r\u00e9s \u00e0 distance depuis des bases de l'arm\u00e9e de l'air aussi \u00e9loign\u00e9es que le Nevada, tirent des munitions qui d\u00e9truisent des maisons et des v\u00e9hicules ou tuent des groupes entiers de personnes dans des champs ou lors de rassemblements communautaires, de fun\u00e9railles ou de mariages. Les fuites relatives aux plaisanteries des jeunes op\u00e9rateurs de drones, qui traitent souvent les meurtres comme s'il s'agissait d'un jeu vid\u00e9o am\u00e9lior\u00e9, r\u00e9vèlent la brutalit\u00e9 de ces meurtres aveugles. Les op\u00e9rateurs de drones qualifient les enfants victimes d'attaques de drones de 'terroristes miniatures'.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E'Vous avez d\u00e9j\u00e0 march\u00e9 sur des fourmis sans y penser ?' a d\u00e9clar\u00e9 au Guardian Michael Hass, un ancien op\u00e9rateur de drone de l'arm\u00e9e de l'air. 'C'est ce qu'on vous fait penser des cibles - comme de simples taches noires sur un \u00e9cran. Vous commencez \u00e0 faire ces gymnastiques psychologiques pour faciliter ce que vous avez \u00e0 faire - ils l'ont m\u00e9rit\u00e9, ils ont choisi leur camp. Vous devez taire une partie de votre conscience pour continuer \u00e0 faire votre travail chaque jour - et ignorer ces voix qui vous disent que ce n'est pas bien.'\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EL'omnipr\u00e9sence des drones dans le ciel, et la conscience qu'\u00e0 tout moment ces drones peuvent vous tuer, vous et votre famille, induit des sentiments d'impuissance, d'anxi\u00e9t\u00e9 et de peur constante.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E'Leur pr\u00e9sence terrorise les hommes, les femmes et les enfants, donnant lieu \u00e0 une anxi\u00e9t\u00e9 et \u00e0 un traumatisme psychologique parmi les communaut\u00e9s civiles', peut-on lire dans le rapport de 2012 sur la guerre des drones au Pakistan. 'Ceux qui vivent sous les drones doivent faire face \u00e0 l'inqui\u00e9tude constante qu'une frappe mortelle puisse être d\u00e9clench\u00e9e \u00e0 tout moment et \u00e0 la conscience qu'ils sont impuissants \u00e0 se prot\u00e9ger. Ces craintes ont affect\u00e9 les comportements. La pratique am\u00e9ricaine consistant \u00e0 frapper plusieurs fois la même zone, et les preuves que ces frappes ont tu\u00e9 des secouristes, font que les membres de la communaut\u00e9 et les travailleurs humanitaires ont peur ou ne veulent pas aider les victimes bless\u00e9es. Certains membres de la communaut\u00e9 \u00e9vitent de se r\u00e9unir en groupe, y compris les organes importants de r\u00e9solution des conflits tribaux, de peur d'attirer l'attention des op\u00e9rateurs de drones. Certains parents choisissent de garder leurs enfants \u00e0 la maison, et des enfants bless\u00e9s ou traumatis\u00e9s par les frappes ont abandonn\u00e9 l'\u00e9cole.'\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELes drones sont devenus des machines \u00e0 tuer qui distribuent la mort au hasard et handicapent g\u00e9n\u00e9ralement de façon permanente les victimes qui survivent.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E'Les missiles tir\u00e9s par les drones tuent ou blessent de plusieurs façons, notamment par incin\u00e9ration, par des \u00e9clats d'obus et par la lib\u00e9ration de puissantes ondes de choc capables d'\u00e9craser les organes internes', peut-on lire dans le rapport. 'Ceux qui survivent aux frappes de drones souffrent souvent de brûlures d\u00e9figurantes et de blessures par \u00e9clats, d'amputations de membres, ainsi que de pertes de vision et d'audition.'\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EM. Hale, aujourd'hui âg\u00e9 de 33 ans, a toujours eu des doutes sur la guerre, mais il s'est engag\u00e9 en 2009 lorsque M. Obama a pris ses fonctions. Il esp\u00e9rait que ce dernier mettrait fin aux excès et \u00e0 la criminalit\u00e9 de l'administration Bush. Au lieu de cela, Obama, quelques semaines après son entr\u00e9e en fonction, a approuv\u00e9 le d\u00e9ploiement de 17 000 soldats suppl\u00e9mentaires en Afghanistan où 36 000 soldats am\u00e9ricains et 32 000 soldats de l'OTAN \u00e9taient d\u00e9j\u00e0 d\u00e9ploy\u00e9s. À la fin de l'ann\u00e9e, Obama a encore augment\u00e9 de 30 000 le nombre de troupes en Afghanistan, doublant ainsi le nombre de victimes am\u00e9ricaines. Il a \u00e9galement d\u00e9velopp\u00e9 massivement le programme de drones, faisant passer le nombre de frappes de quelques dizaines l'ann\u00e9e pr\u00e9c\u00e9dant sa prise de fonction \u00e0 117 au cours de sa deuxième ann\u00e9e de mandat. Lorsqu'il a quitt\u00e9 ses fonctions, Obama avait pr\u00e9sid\u00e9 au meurtre d'au moins 3 000 suspects et de centaines de civils. Il a autoris\u00e9 ce que l'on appelle les 'frappes sp\u00e9ciales', qui permettent \u00e0 la CIA de lancer des attaques de drones contre des groupes de militants pr\u00e9sum\u00e9s sans obtenir d'identification positive. Il a \u00e9tendu la port\u00e9e de la guerre des drones en \u00e9tablissant des bases de drones en Arabie saoudite, en Turquie et dans d'autres pays afin d'\u00e9tendre les attaques \u00e0 la Syrie et au Y\u00e9men. L'administration Obama a \u00e9galement inculp\u00e9 huit lanceurs d'alerte en vertu de la loi sur l'espionnage, soit plus que toutes les administrations pr\u00e9c\u00e9dentes r\u00e9unies. L'administration Biden, comme les administrations Trump et Obama, continue de lancer des frappes de drones g\u00e9n\u00e9ralis\u00e9es \u00e0 l'\u00e9chelle mondiale.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E'Avant de m'engager dans l'arm\u00e9e, j'\u00e9tais bien conscient que ce dans quoi j'allais entrer \u00e9tait quelque chose que je r\u00e9prouvais, avec lequel je n'\u00e9tais pas d'accord', d\u00e9clare Hale dans le film documentaire de 2016 'National Bird'. 'Je me suis quand même engag\u00e9 par d\u00e9sespoir. J'\u00e9tais sans abri. J'\u00e9tais d\u00e9sesp\u00e9r\u00e9. Je n'avais nulle part où aller. J'\u00e9tais au bout du rouleau. L'Air Force \u00e9tait prête \u00e0 m'accepter.'\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDans le film, Hale fait allusion \u00e0 une enfance difficile et chaotique.\u003Cbr \/\u003E\n'C'est assez drôle, un peu ironique aussi, parce que jusqu'\u00e0 pr\u00e9sent, je suis le seul homme adulte de toute ma famille, proche et \u00e9loign\u00e9e, qui n'\u00e9tait pas all\u00e9 en prison jusqu'\u00e0 pr\u00e9sent', dit-il. 'Je viens d'une longue lign\u00e9e de prisonniers, en fait, une très fière tradition de rat\u00e9s qui se soûlent et prennent le volant, ou vendent de l'herbe, ou portent une arme quand ils ne devraient pas en porter, au mauvais endroit au mauvais moment, pas mal de ça d'où je viens.'\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EIl a \u00e9t\u00e9 affect\u00e9 au commandement des op\u00e9rations sp\u00e9ciales conjointes \u00e0 Fort Bragg et a suivi une formation linguistique et de renseignement. Il a travaill\u00e9 pour l'Agence nationale de s\u00e9curit\u00e9 (NSA) en Afghanistan en tant qu'analyste du renseignement identifiant des cibles pour le programme de drones. Son habilitation de s\u00e9curit\u00e9 'Top Secret\/Sensitive Compartmented Information' (TS\/SCI) lui a permis d'acc\u00e9der \u00e0 la vaste guerre mondiale des drones, cach\u00e9e au public, et aux \u00e9normes 'kill lists' secrètes d'Obama.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E'Il existe plusieurs listes de ce type, utilis\u00e9es pour cibler des individus pour diff\u00e9rentes raisons', a-t-il \u00e9crit dans un essai intitul\u00e9 'Why I Leaked the Watchlist Documents', publi\u00e9 \u00e0 l'origine de manière anonyme dans le livre 'The Assassination Complex : Inside the Government's Secret Drone Warfare Program' de Jeremy Scahill et de l'\u00e9quipe de The Intercept. Le livre est bas\u00e9 sur les documents divulgu\u00e9s fournis par Hale qui ont d'abord \u00e9t\u00e9 publi\u00e9s dans une s\u00e9rie de huit articles intitul\u00e9e 'The Drone Papers' publi\u00e9e par The Intercept.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E'Certaines listes sont scrupuleusement maintenues, d'autres impliquent plusieurs agences de renseignement et de police locale', \u00e9crit Hale dans son essai. 'Il existe des listes utilis\u00e9es pour tuer ou capturer des 'cibles de grande valeur' suppos\u00e9es, et d'autres destin\u00e9es \u00e0 menacer, contraindre ou simplement surveiller l'activit\u00e9 d'une personne. Cependant, toutes les listes, qu'elles soient destin\u00e9es \u00e0 tuer ou \u00e0 r\u00e9duire au silence, proviennent du Terrorist Identities Datamart Environment, et elles sont tenues \u00e0 jour par le Terrorist Screening Center du National Counterterrorism Center. L'existence de TIDE n'est pas classifi\u00e9e, mais les d\u00e9tails de son fonctionnement au sein de notre gouvernement sont totalement inconnus du public. En août 2013, la base de donn\u00e9es a franchi le cap du million d'entr\u00e9es. Aujourd'hui, elle compte des milliers d'entr\u00e9es de plus et connaît une croissance plus rapide que jamais depuis sa cr\u00e9ation en 2003.'\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe Terrorist Screening Center, \u00e9crit-il, ne stocke pas seulement les noms, les dates de naissance et d'autres informations d'identification des cibles potentielles, mais aussi 'les dossiers m\u00e9dicaux, les relev\u00e9s de notes et les donn\u00e9es des passeports ; les num\u00e9ros de plaque d'immatriculation, les adresses \u00e9lectroniques et les num\u00e9ros de t\u00e9l\u00e9phone portable (ainsi que les num\u00e9ros d'identit\u00e9 internationale d'abonn\u00e9 mobile et d'identit\u00e9 internationale d'\u00e9quipement de station mobile du t\u00e9l\u00e9phone) ; vos num\u00e9ros de compte bancaire et vos achats ; et d'autres informations sensibles, y compris l'ADN et les photographies capables de vous identifier \u00e0 l'aide d'un logiciel de reconnaissance faciale.'\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELes donn\u00e9es sur les suspects sont collect\u00e9es et mises en commun par les agences de renseignement connues sous le nom de Five Eyes, l'alliance de renseignement form\u00e9e par l'Australie, le Canada, la Nouvelle-Z\u00e9lande, le Royaume-Uni et les États-Unis. Chaque personne figurant sur la liste se voit attribuer un num\u00e9ro personnel TIDE, ou TPN.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E'D'Oussama ben Laden (TPN 1063599) \u00e0 Abdulrahman Awlaki (TPN 26350617), le fils am\u00e9ricain d'Anwar al Awlaki, toute personne ayant \u00e9t\u00e9 la cible d'une op\u00e9ration secrète s'est d'abord vu attribuer un TPN et a \u00e9t\u00e9 \u00e9troitement surveill\u00e9e par toutes les agences qui suivent ce TPN, bien avant d'être finalement inscrite sur une liste distincte et condamn\u00e9e \u00e0 mort de manière extrajudiciaire', \u00e9crit Hale.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EIl a \u00e9galement expos\u00e9 que les plus d'un million d'entr\u00e9es dans la base de donn\u00e9es TIDE comprennent environ 21 000 citoyens am\u00e9ricains.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EAprès avoir quitt\u00e9 l'Air Force en juillet 2013, Hale a \u00e9t\u00e9 employ\u00e9 par l'entrepreneur priv\u00e9 de d\u00e9fense National Geospatial-Intelligence Agency en tant qu'analyste en g\u00e9ographie politique entre d\u00e9cembre 2013 et août 2014. Il a dit avoir pris ce travail, qui \u00e9tait r\u00e9mun\u00e9r\u00e9 80 000 dollars par an, parce qu'il avait d\u00e9sesp\u00e9r\u00e9ment besoin d'argent et qu'il esp\u00e9rait aller \u00e0 l'universit\u00e9. Mais \u00e0 ce moment-l\u00e0, il \u00e9tait d\u00e9goût\u00e9 par le programme de drones et d\u00e9termin\u00e9 \u00e0 faire prendre conscience au public de ses abus et de son caractère ill\u00e9gal. Inspir\u00e9 par le militant pacifiste David Dellinger, il avait d\u00e9cid\u00e9, comme lui, de devenir un traître \u00e0 'l'American way of death'. Il allait faire amende honorable pour sa complicit\u00e9 dans les tueries, même au prix de sa propre s\u00e9curit\u00e9 et de sa libert\u00e9.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E'Lorsque le pr\u00e9sident se lève devant la nation et dit qu'ils font tout ce qu'ils peuvent pour s'assurer qu'il n'y aura presque pas de civils tu\u00e9s, il le dit parce qu'il ne peut pas dire le contraire, parce que chaque fois qu'une action est entreprise pour abattre une cible, il y a une certaine part de hasard dans cette action', dit Hale dans le film. 'Ce n'est qu'après le largage de n'importe quel type de munitions que l'on connaît l'ampleur des d\u00e9gâts r\u00e9els. Souvent, la communaut\u00e9 du renseignement d\u00e9pend, le commandement conjoint des op\u00e9rations sp\u00e9ciales, la CIA incluse, d\u00e9pend des renseignements qui viennent après coup et qui confirment que la personne qu'ils visaient a \u00e9t\u00e9 tu\u00e9e dans la frappe, ou qu'elle n'a pas \u00e9t\u00e9 tu\u00e9e dans cette frappe.'\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E'Les personnes qui d\u00e9fendent les drones, et la façon dont ils sont utilis\u00e9s, disent qu'ils protègent les vies am\u00e9ricaines en ne les mettant pas en danger', dit-il. 'Ce qu'ils font vraiment, c'est enhardir les d\u00e9cideurs, parce qu'il n'y a pas de menace, il n'y a pas de cons\u00e9quence imm\u00e9diate. Ils peuvent faire cette frappe. Ils peuvent potentiellement tuer cette personne qu'ils veulent absolument \u00e9liminer en raison du danger potentiel qu'elle repr\u00e9sente pour les États-Unis. Mais s'il se trouve qu'ils ne tuent pas cette personne, ou que d'autres personnes impliqu\u00e9es dans l'attaque sont \u00e9galement tu\u00e9es, il n'y a aucune cons\u00e9quence. Lorsqu'il s'agit de cibles de grande valeur, chaque mission ne vise qu'une seule personne \u00e0 la fois, mais toute autre personne tu\u00e9e lors de cette frappe est consid\u00e9r\u00e9e comme un associ\u00e9 de la personne cibl\u00e9e. Ainsi, tant qu'ils peuvent raisonnablement identifier que toutes les personnes dans le champ de vision de la cam\u00e9ra sont des hommes d'âge militaire, c'est-\u00e0-dire toute personne dont on pense qu'elle a 16 ans ou plus, elles sont une cible l\u00e9gitime selon les règles d'engagement. Si cette frappe se produit et les tue tous, ils disent simplement qu'ils les ont tous eus.'\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELes drones, pr\u00e9vient-il, rendent le meurtre \u00e0 distance 'trop facile, trop commode.'\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe 8 août 2014, le FBI a fait une descente \u00e0 son domicile. C'\u00e9tait son dernier jour de travail pour l'entrepreneur priv\u00e9. Un agent du FBI et une femme lui ont mis leur badge sous le nez lorsqu'il a ouvert la porte.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E'Imm\u00e9diatement derrière eux sont arriv\u00e9s environ 20 agents, pratiquement tous avec des pistolets d\u00e9gain\u00e9s, certains portant des gilets pare-balles', dit-il dans le film. 'À ce moment-l\u00e0, j'\u00e9tais extrêmement effray\u00e9. Je ne comprenais pas ce qui se passait. Au total, il devait y avoir au moins 30 \u00e0 50 agents qui entraient et sortaient de la maison \u00e0 diff\u00e9rents moments de la soir\u00e9e, prenant des photos de chaque pièce et de tout, cherchant diff\u00e9rentes choses.'\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELorsqu'ils ont termin\u00e9, sa maison avait \u00e9t\u00e9 vid\u00e9e de tous ses appareils \u00e9lectroniques, y compris son t\u00e9l\u00e9phone portable.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EPendant les cinq ann\u00e9es suivantes, il a v\u00e9cu dans l'incertitude de son sort. Il a lutt\u00e9 pour trouver du travail, a combattu la d\u00e9pression et a envisag\u00e9 le suicide. La loi lui interdisait de parler de sa situation critique, même avec un th\u00e9rapeute. En 2019, l'administration Trump a inculp\u00e9 Hale pour quatre chefs d'accusation de violation de la Loi sur l'espionnage et un chef d'accusation de vol de biens gouvernementaux.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELes milliers d'assassinats cibl\u00e9s effectu\u00e9s par des drones, souvent dans des pays qui ne sont pas en guerre avec les États-Unis, constituent une violation flagrante du droit international. Ils montent des pans entiers de la planète contre nous. Les listes secrètes d'ex\u00e9cutions, qui incluent des citoyens am\u00e9ricains, ont transform\u00e9 le pouvoir ex\u00e9cutif en juge, jury et bourreau, supprimant le droit \u00e0 une proc\u00e9dure r\u00e9gulière. Ceux qui commettent ces meurtres n'ont pas de comptes \u00e0 rendre. Hale a sacrifi\u00e9 sa carrière et sa libert\u00e9 pour nous avertir. Il n'est pas un danger pour le pays. Le danger auquel nous sommes confront\u00e9s provient du programme secret des drones, qui \u00e9chappe \u00e0 tout contrôle et qui est en passe d'être adopt\u00e9 par les forces de l'ordre nationales. Si l'on n'y prend garde, la terreur que nous imposons aux autres, nous l'imposerons bientôt \u00e0 nous-mêmes.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003EChris Hedges\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Ci\u003ETraduction \"loin des yeux, loin des tribunaux\" par Viktor Dedaj avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles\u003C\/i\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E»» \u003Ca href=\"https:\/\/scheerpost.com\/2021\/07\/12\/hedges-bless-the-traitors\"\u003Escheerpost.com\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Ca href=\"http:\/\/www.legrandsoir.info\/benis-soient-les-traitres.html\"\u003Elegrandsoir.info\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E"}}