{"196204":{"id":"196204","parent":"196068","time":"1633705251","url":"https:\/\/reseauinternational.net\/contrat-gazprom-budapest-de-leau-dans-le-gaz-entre-lukraine-et-la-hongrie\/","category":"Business","title":"Contrat Gazprom-Budapest : de l'eau dans le gaz entre l'Ukraine et la Hongrie","image":"http:\/\/newsnet.fr\/img\/newsnet_196204_c23637.jpg","hub":"newsnet","url-explicit":"contrat-gazprom-budapest-de-l-eau-dans-le-gaz-entre-l-ukraine-et-la-hongrie","admin":"newsnet","views":"191","priority":"3","length":"11037","lang":"","content":"\u003Cp\u003E\u003Cimg src=\"http:\/\/newsnet.fr\/img\/newsnet_196204_c23637.jpg\" \/\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003Epar Maxime Perrotin.\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003EAttach\u00e9e \u00e0 une rente gazi\u00e8re sur le point de lui \u00e9chapper, l'Ukraine tente de torpiller un contrat d'approvisionnement sign\u00e9 entre la Hongrie et Gazprom. Dernier avatar d'un passif diplomatique qui, pour Budapest, n'a pas plaid\u00e9 en faveur de Kiev.\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELes Ukrainiens, ingrats envers les pays qui leur ont tendu la main ? La r\u00e9ponse est clairement oui pour le ministre des Affaires \u00e9trang\u00e8res hongrois, P\u00e9ter Szijj\u00e1rt\u00f3. \u00ab \u003Ci\u003EContester le droit d'un autre pays \u00e0 assurer sa s\u00e9curit\u00e9 d'approvisionnement \u00e9nerg\u00e9tique, \u003Ca href=\"https:\/\/www.facebook.com\/szijjarto.peter.official\/videos\/462753168238697\"\u003Ec'est trop !\u003C\/a\u003E\u003C\/i\u003E \u00bb, a-t-il fermement d\u00e9clar\u00e9 le 28 septembre \u00e0 la presse ukrainienne, dans le hall du Parlement europ\u00e9en.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u00ab \u003Ci\u003ENous vous avons aid\u00e9 avec des dispositifs m\u00e9dicaux \u00e0 lutter contre le Covid, j'ai toujours d\u00e9fendu l'int\u00e9grit\u00e9 territoriale et la souverainet\u00e9 de votre pays\u003C\/i\u003E \u00bb, a \u00e9grain\u00e9 le chef de la diplomatie hongroise. \u00ab \u003Ci\u003ECompar\u00e9 \u00e0 cela, cette r\u00e9action est tr\u00e8s hostile !\u003C\/i\u003E \u00bb\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ERaison de sa \u00ab \u003Ci\u003Ed\u00e9ception\u003C\/i\u003E \u00bb : la crise de nerfs \u00e0 laquelle Kiev est en proie depuis le 27 septembre. Date \u00e0 laquelle P\u00e9ter Szijj\u00e1rt\u00f3 annon\u00e7ait la signature avec Gazprom d'un contrat d'approvisionnement de 4,5 milliards de m\u00e8tres cubes par an jusqu'en 2036, soit pr\u00e8s de la moiti\u00e9 de la consommation nationale hongroise.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EKiev accuse Budapest de compromettre la s\u00e9curit\u00e9 nationale ainsi que \u003Ci\u003E\u00ab la s\u00e9curit\u00e9 \u00e9nerg\u00e9tique de l'Europe\u003C\/i\u003E \u00bb enti\u00e8re et Gazprom d'user de son gaz comme d'une \u00ab \u003Ci\u003Earme\u003C\/i\u003E \u00bb. Le jour m\u00eame de l'annonce hongroise, l'ambassadeur magyar \u00e9tait convoqu\u00e9 et la Commission europ\u00e9enne saisie. Le 1er octobre, c'est \u003Ca href=\"https:\/\/www.reuters.com\/business\/energy\/ukraine-says-gazprom-suspends-use-its-transit-system-hungary-supplies-2021-10-01\"\u003EWashington et Berlin qui \u00e9taient appel\u00e9s\u003C\/a\u003E \u00e0 prendre de nouvelles sanctions contre l'\u00e9nerg\u00e9ticien russe.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003EContrat gazier: \u00ab sabotage \u00bb, \u00ab effondrement de l'Ukraine \u00bb\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u00c0 la Rada, le Parlement ukrainien, certains d\u00e9put\u00e9s brandissent le pass\u00e9 pro-hitl\u00e9rien de la Hongrie. D'autres la menace d'un \u00ab \u003Ci\u003Eeffondrement de l'Ukraine\u003C\/i\u003E \u00bb et appellent \u00e0 juger le Pr\u00e9sident du pays, critiqu\u00e9 pour sa passivit\u00e9 et son \u00ab \u003Ci\u003Eabandon des int\u00e9r\u00eats nationaux\u003C\/i\u003E \u00bb et son \u003Ci\u003E\u00ab sabotage\u003C\/i\u003E \u00bb. Mais pour l'heure, la seule mesure de r\u00e9torsion concr\u00e8te que l'Ukraine a prise a \u00e9t\u00e9 de reporter une commission intergouvernementale ukraino-hongroise... qui n'a pas si\u00e9g\u00e9 depuis sept ans.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u00ab \u003Ci\u003EIls se rendent compte qu'ils ne sont pas essentiels, qu'ils sont contournables, le tout \u00e0 l'initiative de ceux qui se r\u00e9clament \u00eatre leurs alli\u00e9s. C'est-\u00e0-dire principalement l'Allemagne et les pays d'Europe centrale\u003C\/i\u003E \u00bb\u003Ci\u003E, analyse pour Sputnik\u003C\/i\u003E Thibaud Gibelin, auteur de \u00ab \u003Ci\u003EPourquoi Victor Orban joue et gagne\u003C\/i\u003E \u00bb (\u00c9d. Fauves, 2020).\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u00c0 premi\u00e8re vue, le contrat entre Gazprom et la Hongrie n'a pourtant rien d'exceptionnel pour un \u00c9tat dont 80% du gaz consomm\u00e9 est russe, sauf que cette fois-ci, l'or bleu transitera par la mer Noire et les Balkans, via le Turkish Stream, et l'autre partie sera fournie via l'Autriche. R\u00e9sultat : plus un dollar ne sera vers\u00e9 dans les caisses de l'Ukraine au titre des droits de transit. Le contrat gazier est entr\u00e9 en vigueur le 1er octobre, et les Ukrainiens s'estiment ainsi flou\u00e9s par leur voisin. Ce volume de gaz contournant l'Ukraine vers la Hongrie est 11 fois inf\u00e9rieur \u00e0 ce que transportera le Nord Stream 2, dont le pr\u00e9judice pour les Ukrainiens est estim\u00e9 \u00e0 1,5 milliard par l'\u003Ci\u003EAFP\u003C\/i\u003E.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u00ab \u003Ci\u003EIl y avait peut-\u00eatre pour les Ukrainiens le sentiment que cet acheminement gazier \u00e9tait \u00e9ternel, qu'ils pouvaient compter l\u00e0-dessus comme une ressource propre, alors qu'ils ne faisaient que tirer une rente d'un transit\u003C\/i\u003E \u00bb, estime Thibaud Gibelin, professeur associ\u00e9 au Mathias Corvinus Collegium (MCC) de Budapest.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EEn effet, gr\u00e2ce aux taxes de transit appliqu\u00e9es sur le gaz russe, l'Ukraine engrange annuellement trois milliards de dollars, soit deux points de son PIB. Cet afflux de devises \u00e9trang\u00e8res est tel qu'il contribuerait \u00e0 la \u003Ca href=\"https:\/\/www.lafinancepourtous.com\/decryptages\/politiques-economiques\/economie-mondiale\/reserves-de-change\"\u003Estabilit\u00e9 du taux de change\u003C\/a\u003E de la hryvnia, la devise ukrainienne, et permettrait de r\u00e9nover l'ensemble des routes du pays, all\u00e8gue l'Ukraine Crisis Media Center (UCMC).\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003EDroits de transit, \u00ab bouclier de s\u00e9curit\u00e9 \u00bb pour l'Ukraine ou \u00ab aum\u00f4ne \u00bb?\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EBref, l'app\u00e9tit europ\u00e9en en gaz russe serait la poule aux œufs d'or pour l'Ukraine, mais pas seulement : Kiev consid\u00e8re son r\u00e9seau de transport gazier comme \u00ab \u003Ci\u003Eun bouclier de s\u00e9curit\u00e9\u003C\/i\u003E \u00bb, explique encore cette ONG progouvernementale ukrainienne, financ\u00e9e par l'USAID. \u00ab \u003Ci\u003EApr\u00e8s tout, la Russie n'attaquera pas un pays qui la relie \u00e0 son propre march\u00e9 du gaz\u003C\/i\u003E \u00bb, conclut-elle.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EThibaud Gibelin y voit plut\u00f4t une \u00ab \u003Ci\u003Eaum\u00f4ne\u003C\/i\u003E \u00bb des Europ\u00e9ens, qui permettrait de \u00ab \u003Ci\u003Emaintenir \u00e0 flot ce pays qui est un r\u00e9el poids mort\u003C\/i\u003E \u00bb. Un \u00ab \u003Ci\u003Epoids mort\u003C\/i\u003E \u00bb pour les \u00c9tats-Unis qui mettent r\u00e9guli\u00e8rement la main au porte-monnaie pour tenter de garder hors de l'eau la t\u00eate de l'\u00e9conomie ukrainienne. Depuis 2014, Washington a vers\u00e9 351 millions de dollars au titre de la seule aide humanitaire et 2,5 milliards en soutien \u00e0 l'arm\u00e9e ukrainienne. L'UE de son c\u00f4t\u00e9 a sign\u00e9 avec Kiev un plan d'aide au d\u00e9veloppement de 11 milliards sur sept ans. Pas dit donc, selon notre intervenant, que Washington et Bruxelles per\u00e7oivent d'un bon œil cette amputation des revenus de transit ukrainiens.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ECeux-ci sont pourtant en partie pr\u00e9serv\u00e9s. L'Allemagne, qui avec le Nord Stream 2, a pr\u00e9f\u00e9r\u00e9 un approvisionnement direct depuis la Russie via la Baltique, a toutefois impos\u00e9 \u00e0 Gazprom de continuer \u00e0 exporter \u00e0 travers l'Ukraine un minimum de 40 milliards de m\u00e8tres cubes de son gaz (contre 65 milliards jusqu'en 2019). Un volume qui aurait toutefois augment\u00e9 en 2021 (+8% sur les neuf derniers mois), ann\u00e9e marqu\u00e9e par une forte demande europ\u00e9enne en gaz naturel.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cimg src=\"http:\/\/newsnet.fr\/img\/newsnet_196204_ca3472.jpg\" \/\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ES'il est courant d'analyser la construction de gazoducs contournant l'Ukraine comme une volont\u00e9 russe de nuire \u00e0 son voisin, de tels projets ont pourtant commenc\u00e9 avant la crise entre les deux pays. Le projet South Stream, dont le trac\u00e9 est quasi identique \u00e0 celui de l'actuel Turkish stream par lequel va passer le gaz \u00e0 destination de la Hongrie, avait \u00e9t\u00e9 lanc\u00e9 en 2012. \u00ab \u003Ci\u003ESouth Stream ne nous ouvre pas de nouveaux march\u00e9s, mais \u003Ca href=\"https:\/\/www.lesechos.fr\/2012\/12\/la-russie-soffre-un-nouveau-gazoduc-geant-vers-leurope-367803\"\u003Epermet de diversifier nos voies\u003C\/a\u003E de livraison\u003C\/i\u003E \u00bb, d\u00e9clarait \u00e0 l'\u00e9poque Gazprom, qui ne cachait pas sa volont\u00e9 de s'affranchir des crises \u00e0 r\u00e9p\u00e9tition en Ukraine.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003EGaz: les pratiques douteuses de Kiev\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EEn effet, \u00e0 la fin des ann\u00e9es 2000, l'Ukraine a plusieurs fois failli dans son r\u00f4le de pays de transit. Lors des hivers 2006, 2007, 2008 et 2009, l'Ukraine aurait syst\u00e9matiquement \u003Ca href=\"http:\/\/news.bbc.co.uk\/2\/hi\/europe\/4573572.stm\"\u003Ed\u00e9tourn\u00e9 du gaz destin\u00e9 aux Europ\u00e9ens\u003C\/a\u003E afin de compenser la r\u00e9duction du volume lui \u00e9tant envoy\u00e9 par Gazprom \u00e0 cause de lourds impay\u00e9s.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EPar ailleurs, la compagnie russe a r\u00e9guli\u00e8rement accus\u00e9 l'Ukraine de stocker du gaz obtenu \u00e0 un prix particuli\u00e8rement avantageux pour les revendre \u00e0 prix d'or aux Europ\u00e9ens. En effet, les tarifs appliqu\u00e9s \u00e0 l'Ukraine par le g\u00e9ant public russe \u00e9taient de quatre \u00e0 cinq fois inf\u00e9rieurs \u00e0 ceux appliqu\u00e9s aux pays hors CEI (Communaut\u00e9 des \u00c9tats ind\u00e9pendants). La Hongrie et la Pologne \u00e9taient alors les premi\u00e8res victimes collat\u00e9rales de ces passes d'armes entre Kiev et Moscou. Difficile dans ces conditions pour la Russie d'\u00eatre consid\u00e9r\u00e9e comme un fournisseur de gaz fiable, d'o\u00f9 les itin\u00e9raires de contournement.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EIls permettent donc une fourniture d'\u00e9nergie sans accroc pour le client. Or, pour n'importe quel pays, la stabilit\u00e9 de son approvisionnement \u00e9nerg\u00e9tique est essentielle. \u003Cb\u003E\u00ab\u003C\/b\u003E \u003Ci\u003EL'\u00e9nergie est l'un des points clefs de la puissance \u00e0 l'\u00e9chelle internationale\u003C\/i\u003E \u00bb\u003Ci\u003E,\u003C\/i\u003E abonde Thibaud Gibelin.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u00ab \u003Ci\u003EIl est absolument d\u00e9cisif pour la Hongrie de sanctuariser son approvisionnement \u00e9nerg\u00e9tique, et c'est ce qui a \u00e9t\u00e9 sign\u00e9 ! Il a \u00e9t\u00e9 sign\u00e9 une fixation du prix pour quinze ans : la Hongrie \u00e9vite ainsi l'inflation d\u00e9lirante des prix du gaz\u003C\/i\u003E \u00bb, insiste le professeur associ\u00e9 au MCC de Budapest.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EEn effet, les prix spot (march\u00e9 o\u00f9 les prix sont fix\u00e9s chaque jour, \u00ab on the spot \u00bb, dont l'UE a pouss\u00e9 \u00e0 la cr\u00e9ation) du gaz naturel continuent leur flamb\u00e9e. Ainsi, le TTF Day-Ahead (nom de cet indice) a-t-il cl\u00f4tur\u00e9 \u00e0 116,389€ le 6 octobre contre 62,10€\/MWh le 13 septembre.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELa crise d'hyst\u00e9rie de l'Ukraine \u00e0 propos du contrat gazier russo-hongrois s'inscrit de plus dans une longue liste d'accrocs entre Budapest et Kiev, qui courent depuis 2014. Au cœur de ce voisinage difficile, la minorit\u00e9 hongroise d'Ukraine, malmen\u00e9e par les nationalistes de Kiev. En Ruth\u00e9nie subcarpatique, ancien territoire de l'empire austro-hongrois actuellement ukrainien, les Hongrois repr\u00e9sentent plus de 10% de la population, et le magyar demeure une langue r\u00e9gionale.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003ERelations ukraino-hongroises, \u00ab un dialogue de sourds \u00bb\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EOr, au lendemain du putsch de l'Euromaidan du 22 f\u00e9vrier 2014, la Rada Supr\u00eame retirait aux langues r\u00e9gionales leur statut de langues officielles. Orban appela Kiev \u00e0 leur accorder davantage de droits... d' \u00ab \u003Ci\u003Eautonomie\u003C\/i\u003E \u00bb. Bien qu'il soutienne l'int\u00e9grit\u00e9 territoriale ukrainienne, le dirigeant hongrois fut accus\u00e9 par le nouveau pouvoir ukrainien d'\u00eatre un alli\u00e9 objectif des ind\u00e9pendantistes russophones du Donbass. La guerre est toujours en cours contre ces derniers, tout comme le \u00ab \u003Ci\u003Edialogue de sourds\u003C\/i\u003E \u00bb entre les deux pays voisins, estime Thibaud Gibelin. En septembre 2017, Kiev poussa sa logique plus loin en interdisant tout enseignement dans une langue autre que l'Ukrainien. Face \u00e0 ce \u00ab \u003Ci\u003Ejacobinisme linguistique et culturel\u003C\/i\u003E \u00bb, Budapest vit rouge, relate encore l'auteur de \u00ab \u003Ci\u003EPourquoi Victor Orban joue et gagne\u003C\/i\u003E \u00bb (\u00c9d. Fauves, 2020).\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EP\u00e9ter Szijj\u00e1rt\u00f3 a depuis menac\u00e9 de bloquer le processus d'int\u00e9gration de l'Ukraine \u00e0 l'UE et au sein de l'OTAN. \u00ab \u003Ci\u003ENous n'avons rien \u00e0 voir avec votre conflit avec la Russie !\u003C\/i\u003E \u00bb, r\u00e9p\u00e9tait P\u00e9ter Szijj\u00e1rt\u00f3 aux journalistes ukrainiens pr\u00e9sents \u00e0 Strasbourg le 28 septembre. De son c\u00f4t\u00e9 la presse magyare redoute, en riposte au deal avec Gazprom, un nouveau tour de vis de Kiev sur la minorit\u00e9 hongroise.\u003C\/p\u003E\u003Chr \/\u003Esource : \u003Ca href=\"https:\/\/fr.sputniknews.com\/20211007\/contrat-gazprom-eau-ukraine-hongrie-1052042794.html\"\u003Efr.sputniknews.com\u003C\/a\u003E\u003Cp\u003E\u003Ca href=\"https:\/\/reseauinternational.net\/contrat-gazprom-budapest-de-leau-dans-le-gaz-entre-lukraine-et-la-hongrie\/\"\u003Ereseauinternational.net\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E"}}