{"196616":{"id":"196616","parent":"0","time":"1634508420","url":"https:\/\/www.larevuedudigital.com\/en-intelligence-artificielle-faites-des-mvp-et-pas-des-poc-conseille-luc-julia-de-renault\/","category":"internet","title":"En intelligence artificielle, faites des produits minimum, recommande Luc Julia, de Renault","image":"","hub":"newsnet","url-explicit":"en-intelligence-artificielle-faites-des-produits-minimum-recommande-luc-julia-de-renault","admin":"newsnet","views":"89","priority":"3","length":"6109","lang":"","content":"\u003Cp\u003ESi l'on veut r\u00e9ellement progresser dans l'usage de l'intelligence artificielle, il est temps de passer \u00e0 la mise en service de produits minimum qui apportent d\u00e9j\u00e0 quelque chose au business, des MVP (Minimum Viable Product) et il faut arr\u00eater totalement de r\u00e9aliser des preuves de concept, les POC (Proof of Concept).\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003ELes POC sont tr\u00e8s fatigants et ne servent \u00e0 rien\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EC'est le conseil radical de Luc Julia directeur scientifique de Renault, en charge des aspects digitaux chez le constructeur automobile. Il s'est exprim\u00e9 \u00e0 l'occasion de l'\u00e9v\u00e9nement Think Tank for AI, organis\u00e9 le 14 octobre par Les Echos et Le Parisien. \u00ab\u00a0\u003Ci\u003ELes POC ne servent \u00e0 rien, il faut passer \u00e0 l'\u00e9tape suivante qui est les MVP, c'est-\u00e0-dire avoir des vrais produits que l'on va utiliser et qui vont nous servir \u00e0 quelque chose\u003C\/i\u003E\u00a0\u00bb insiste-t-il. Il estime que l'heure des POC en intelligence artificielle est r\u00e9volue. \u00ab\u00a0\u003Ci\u003EJuste montrer que potentiellement il y a quelque chose que l'on peut faire avec l'intelligence artificielle, ce n'est pas ce qu'il faut faire\u003C\/i\u003E\u00a0\u00bb poursuit-il.\u003C\/p\u003E\u003Cblockquote\u003E\u003Cb\u003E\u00ab\u00a0\u003Ci\u003EOn continue \u00e0 faire beaucoup trop de POC. Et cela ne sert \u00e0 rien finalement\u003C\/i\u003E\u00ab\u003C\/b\u003E\u00a0\u003C\/blockquote\u003E\u003Cp\u003ELe seul int\u00e9r\u00eat des POC est de faire monter les gens en comp\u00e9tences, mais c'est tr\u00e8s fatiguant et on continue d'en faire beaucoup trop. \u00ab\u00a0\u003Ci\u003EOn fait beaucoup de POC et les POC c'est tr\u00e8s tr\u00e8s fatiguant\u003C\/i\u003E\u00a0\u00bb souffle-t-il, lass\u00e9. \u00ab\u00a0\u003Ci\u003EJe ne pense pas que la fr\u00e9n\u00e9sie des POC soit derri\u00e8re nous. On continue \u00e0 faire beaucoup trop de POC. Et cela ne sert \u00e0 rien finalement\u003C\/i\u003E\u00a0\u00bb exprime-t-il. \u00ab\u00a0\u003Ci\u003ECela nous permet de nous acculturer un tout petit peu \u00e0 ce qu'est l'intelligence artificielle, de comprendre un tout petit peu ce qu'est la technologie mais je pense que maintenant on a quand m\u00eame compris\u003C\/i\u003E\u00a0\u00bb tranche-t-il.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EDans cette marche vers un usage plus large de l'IA, l'obstacle qui se rapproche est celui de la consommation \u00e9lectrique, alerte-t-il. \u00ab\u00a0\u003Ci\u003ECes syst\u00e8mes d'IA consomment beaucoup d'\u00e9lectricit\u00e9. Doit-on utiliser les IA pour faire tout et n'importe quoi\u00a0?\u00a0\u00bb\u003C\/i\u003E questionne-t-il. \u003Ci\u003E\u00ab\u00a0Le syst\u00e8me de jeu de Go qui a battu le champion du monde en 2016 c'\u00e9tait 440 KWh. Or c'\u00e9tait seulement pour jouer au Go, c'est quand m\u00eame assez d\u00e9bile surtout que le joueur de Go en face, consommait seulement 20 Watts\u003C\/i\u003E\u00a0\u00bb s'\u00e9nerve-t-il.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003EFaire des choix entre les applications d'intelligence artificielle que l'on va d\u00e9velopper\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EFace \u00e0 cette consommation \u00e9lev\u00e9e d'\u00e9lectricit\u00e9, des arbitrages vont devoir avoir lieu. \u00ab\u00a0\u003Ci\u003ESi on a un syst\u00e8me qui d\u00e9tecte le cancer du sein, et que l'on a des probl\u00e8mes d'\u00e9nergie et on sait que cela ne va pas s'arranger dans le futur, l'\u00e9thique va intervenir si l'on doit faire des choix et ce sont aussi des choix de soci\u00e9t\u00e9 qu'il va falloir faire. Il va le falloir parce que l'IA est tr\u00e8s \u00e9nergivore\u003C\/i\u003E\u00a0\u00bb pr\u00e9vient-il. D\u00e8s lors, il pr\u00e9conise une nouvelle fa\u00e7on de faire de l'intelligence artificielle qui ne repose pas sur le Big Data.\u003C\/p\u003E\u003Cblockquote\u003E\u003Cb\u003E\u003Ci\u003EIl y a trop de donn\u00e9es. Il va falloir les trier. Allons vers le small data et cessons d'utiliser syst\u00e9matiquement le Cloud\u003C\/i\u003E\u003C\/b\u003E\u003C\/blockquote\u003E\u003Cp\u003E\u00ab\u00a0\u003Ci\u003EL'IA d'aujourd'hui est de l'IA statistique qui n'utilise que du Big Data. L'IA d'hier c''\u00e9tait des syst\u00e8mes experts, de la logique, cela utilisait beaucoup moins de Data et ce n'\u00e9tait pas trop mal\u003C\/i\u003E\u00a0\u00bb se souvient-il. \u00ab\u00a0\u003Ci\u003EIl faut peut \u00eatre revenir \u00e0 des IA qui seraient hybrides avec des IA d'hier. Elles sont plus \u00e9conomes\u003C\/i\u003E\u00a0\u00bb avance-t-il. Il pr\u00f4ne le retour \u00e0 la sobri\u00e9t\u00e9 en mati\u00e8re de donn\u00e9es. \u00ab\u00a0\u003Ci\u003EL'IA d'aujourd'hui est trop facile, elle est statistique. Les donn\u00e9es sont l\u00e0, il y en a trop. Il va falloir les trier, et allons vers le small data\u003C\/i\u003E\u00a0\u00bb propose-t-il. Quant \u00e0 la puissance de calcul, il faut cesser de se tourner syst\u00e9matiquement vers le Cloud. \u00ab\u00a0\u003Ci\u003EFaisons les choses \u00e0 la p\u00e9riph\u00e9rie, sur le 'edge', l\u00e0 o\u00f9 sont les donn\u00e9es. Tout cela parce que la question de l'\u00e9nergie est un tr\u00e8s gros probl\u00e8me dont on va s'apercevoir bient\u00f4t\u003C\/i\u003E\u00a0\u00bb reprend-il.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EUn autre enjeu, en revanche mieux identifi\u00e9 que celui de la consommation \u00e9lectrique, est celui du biais des donn\u00e9es. Comment y rem\u00e9dier\u00a0? \u00ab\u00a0\u003Ci\u003ELes donn\u00e9es sont historiques, par d\u00e9finition l'histoire d'hier, ce n'est pas forc\u00e9ment l'histoire d'aujourd'hui. Il y a donc de bonnes chances que les data d'hier ne puissent pas s'appliquer \u00e0 la soci\u00e9t\u00e9 d'aujourd'hui\u003C\/i\u003E\u00a0\u00bb constate le responsable. \u00ab\u00a0\u003Ci\u003ELes data sont biais\u00e9es. On s'en rend compte ou pas. Quand on s'en rend compte, c'est mieux. Mais on va vouloir d\u00e9biaiser et on va amener notre propre biais\u003C\/i\u003E\u00a0\u00bb d\u00e9clare-t-il.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003ELa soci\u00e9t\u00e9 doit d\u00e9cider des r\u00e8gles \u00e0 appliquer aux donn\u00e9es\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EC'est \u00e0 la soci\u00e9t\u00e9 de d\u00e9finir les r\u00e8gles qu'elle veut que l'on applique aux donn\u00e9es. \u00ab\u00a0\u003Ci\u003EC'est l\u00e0 o\u00f9 l'\u00e9thique et la r\u00e9gulation peuvent intervenir, parce que la soci\u00e9t\u00e9 va devoir d\u00e9cider comment on va d\u00e9biaiser. Par exemple, une soci\u00e9t\u00e9 de cr\u00e9dit peut d\u00e9cider de donner plus de poids aux femmes qu'aux hommes pour l'obtention de cr\u00e9dit, mais est-ce la bonne d\u00e9cision\u00a0?\u003C\/i\u003E\u00a0\u00bb illustre-t-il.\u003C\/p\u003E\u003Cblockquote\u003E\u003Cb\u003E\u00ab\u00a0\u003Ci\u003EIl faut que ce soit les gens qui font de l'IA qui parlent de l'IA et pas les autres, comme Laurent Alexandre\u00a0\u00bb\u003C\/i\u003E\u003C\/b\u003E\u003C\/blockquote\u003E\u003Cp\u003ED\u00e8s lors comment faut-il expliquer l'intelligence artificielle au grand public\u00a0? \u00ab\u00a0\u003Ci\u003EIl faut que ce soit les gens qui font de l'IA qui parlent de l'IA et pas les autres. Par exemple, il ne faut pas laisser le micro \u00e0 Laurent Alexandre. Il faut que les experts comme Yann Le Cun de Facebook viennent en parler, pour expliquer ce que c'est. Plut\u00f4t que de faire des couverture sur l'IA veut nous tuer\u003C\/i\u003E\u00a0\u00bb assume-t-il.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELuc Julia a marqu\u00e9 les esprits en 2019 avec son livre 'L'intelligence artificielle' n'existe pas. \u00ab\u00a0\u003Ci\u003EL'intelligence artificielle g\u00e9n\u00e9rale qui fait tout, qui serait meilleure que nous, cela n'existe pas\u003C\/i\u003E\u00a0\u00bb confirme-t-il. \u00ab\u00a0\u003Ci\u003EL'intelligence artificielle c'est une bo\u00eete \u00e0 outils\u003C\/i\u003E\u00a0\u00bb pr\u00e9f\u00e8re-t-il. \u00ab\u00a0\u003Ci\u003ECes outils sont \u00e0 notre disposition pour am\u00e9liorer les processus, am\u00e9liorer les r\u00e9sultats des projets. Ces outils sont meilleurs que nous. Ils permettent de faire mieux que ce que l'on ferait\u003C\/i\u003E\u00a0\u00bb conclut-il.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Ca href=\"https:\/\/www.larevuedudigital.com\/en-intelligence-artificielle-faites-des-mvp-et-pas-des-poc-conseille-luc-julia-de-renault\/\"\u003Elarevuedudigital.com\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E"}}