{"197252":{"id":"197252","parent":"196068","time":"1635775200","url":"https:\/\/lesakerfrancophone.fr\/une-penurie-mondiale-de-petrole-est-inevitable","category":"documentaires","title":"Une p\u00e9nurie mondiale de p\u00e9trole est in\u00e9vitable","image":"http:\/\/newsnet.fr\/img\/newsnet_197252_f2abd6.jpg","hub":"newsnet","url-explicit":"une-penurie-mondiale-de-petrole-est-inevitable","admin":"newsnet","views":"107","priority":"3","length":"9309","lang":"","content":"\u003Cp\u003EPar Yves Smith − Le 27 octobre 2021 − Source \u003Ca href=\"https:\/\/www.nakedcapitalism.com\/2021\/10\/a-global-oil-shortage-is-inevitable.html\"\u003ENaked capitalism\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cimg src=\"http:\/\/newsnet.fr\/img\/newsnet_197252_f2abd6.jpg\" \/\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003ELes prix \u00e0 la pompe aux \u00c9tats-Unis, qui sont fortement subventionn\u00e9, envoient un signal fort aux consommateurs sur la hausse des co\u00fbts \u00e9nerg\u00e9tiques. Mais comme le souligne cet article, la p\u00e9nurie, ici et dans le reste du monde, est due dans une large mesure \u00e0 une mauvaise planification et \u00e0 des vœux pieux. Les menaces des dirigeants de faire quelque chose au sujet des \u00e9missions de combustibles fossiles ont d\u00e9courag\u00e9 Big Oil d'investir dans le d\u00e9veloppement et l'extraction. Cela devrait \u00eatre une bonne chose, mais ces m\u00eames dirigeants n'ont pas \u00e9t\u00e9 aussi s\u00e9rieux pour envisager ce qui allait se passer ensuite, c'est-\u00e0-dire quelle combinaison d'anciennes et de nouvelles sources d'\u00e9nergie (et cela signifie toutes les infrastructures n\u00e9cessaires qui y sont li\u00e9es) doit \u00eatre mise en place pour que les services vitaux continuent \u00e0 fonctionner au moins de mani\u00e8re ad\u00e9quate.\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EAlors que les compagnies p\u00e9troli\u00e8res et gazi\u00e8res subissent des pressions pour r\u00e9duire leur production, la soif mondiale en \u00e9nergie ne fait que cro\u00eetre. Sans une augmentation significative des investissements, la demande de p\u00e9trole et de gaz d\u00e9passera l'offre dans un avenir pas si lointain. Ce d\u00e9calage entre le d\u00e9sir politique de r\u00e9duire les combustibles fossiles et la soif mondiale en combustibles fossiles pourrait faire grimper le prix du p\u00e9trole jusqu'\u00e0 100 dollars le baril.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe sous-investissement chronique dans de nouvelles r\u00e9serves de p\u00e9trole depuis la crise de 2015 et la pression exerc\u00e9e sur les compagnies p\u00e9troli\u00e8res et gazi\u00e8res pour qu'elles r\u00e9duisent leurs \u00e9missions et m\u00eame qu'elles \u003Ci\u003E\u00ab gardent le p\u00e9trole dans le sol \u00bb\u003C\/i\u003E conduiront probablement \u00e0 un pic de la production mondiale de p\u00e9trole plus t\u00f4t que pr\u00e9vu, selon les analystes.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ECe serait une \u00e9volution r\u00e9jouissante pour les d\u00e9fenseurs de l'\u00e9nergie verte, les agendas z\u00e9ro-\u00e9mission et la plan\u00e8te s'il n'y avait pas ce fait simple : la demande de p\u00e9trole rebondit apr\u00e8s le marasme d\u00fb \u00e0 la pand\u00e9mie et \u00e9tablira un nouveau record annuel moyen d\u00e8s l'ann\u00e9e prochaine.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELa transition \u00e9nerg\u00e9tique et les diff\u00e9rents plans gouvernementaux pour des \u00e9missions nettes nulles ont incit\u00e9 les analystes \u00e0 pr\u00e9voir, il y a seulement quelques ann\u00e9es, que le pic de la demande de p\u00e9trole se produirait plus t\u00f4t que pr\u00e9vu. Toutefois, compte tenu des tendances actuelles en mati\u00e8re d'investissement dans le p\u00e9trole et le gaz, l'offre mondiale de p\u00e9trole pourrait atteindre son pic plus t\u00f4t que la demande mondiale, ce qui cr\u00e9erait un d\u00e9ficit d'offre qui entra\u00eenerait une volatilit\u00e9 accrue sur le march\u00e9 du p\u00e9trole, avec des pics de prix, et, potentiellement, des prix du p\u00e9trole structurellement plus \u00e9lev\u00e9s au milieu de cette d\u00e9cennie et au-del\u00e0.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cbig\u003EL'offre pourrait plafonner avant la demande\u003C\/big\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Ci\u003E\u00ab Sur la base des tendances actuelles, l'offre mondiale de p\u00e9trole est susceptible de plafonner encore plus t\u00f4t que la demande \u00bb\u003C\/i\u003E, \u00e9crit le d\u00e9partement de recherche de Morgan Stanley dans une note de cette semaine reprise par \u003Ci\u003EReuters\u003C\/i\u003E.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Ci\u003E\u00ab La plan\u00e8te met des limites \u00e0 la quantit\u00e9 de carbone qui peut \u00eatre \u00e9mise en toute s\u00e9curit\u00e9. Par cons\u00e9quent, la consommation de p\u00e9trole doit atteindre un pic \u00bb\u003C\/i\u003E, ont d\u00e9clar\u00e9 les analystes de Morgan Stanley.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe probl\u00e8me dans le monde est que la consommation de p\u00e9trole - \u00e0 cause de vœux pieux, de la pression des investisseurs et autres - n'atteint pas son pic. Elle n'atteindra pas non plus ce pic avant la fin de cette d\u00e9cennie, au plus t\u00f4t, selon la plupart des estimations.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EL'OPEP pr\u00e9voit que la demande mondiale de p\u00e9trole continuera de cro\u00eetre jusqu'au milieu des ann\u00e9es 2030 pour atteindre 108 millions de barils par jour (bpj), apr\u00e8s quoi elle devrait plafonner jusqu'en 2045, selon les derni\u00e8res perspectives annuelles du cartel. D'autres analystes pr\u00e9voient un pic de la demande vers \u00e0 la fin des ann\u00e9es 2020.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELes investissements dans de nouvelles sources d'approvisionnement sont toutefois tr\u00e8s en retard sur la croissance de la demande mondiale de p\u00e9trole.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELa demande augmente \u00e0 nouveau apr\u00e8s la crise du COVID de 2020 et, contrairement \u00e0 certaines pr\u00e9visions du d\u00e9but des ann\u00e9es 2020 selon lesquelles la consommation mondiale de p\u00e9trole ne retrouverait jamais les niveaux d'avant la pand\u00e9mie, la demande est actuellement \u00e0 quelques mois seulement d'atteindre et de d\u00e9passer ces niveaux.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cbig\u003ELe d\u00e9ficit de l'offre se profilera dans seulement quelques ann\u00e9es\u003C\/big\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EL'offre, quant \u00e0 elle, semble limit\u00e9e au-del\u00e0 de l'horizon de l'accord OPEP+.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EL'ann\u00e9e derni\u00e8re, les nouveaux investissements ont chut\u00e9 \u00e0 leur plus bas niveau depuis dix ans et demi. L'ann\u00e9e derni\u00e8re, les investissements mondiaux en amont ont chut\u00e9 \u00e0 350 milliards de dollars, leur plus bas niveau depuis 15 ans, selon les estimations de Wood Mackenzie datant du d\u00e9but de l'ann\u00e9e.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EOn ne s'attend pas non plus \u00e0 ce que les investissements augmentent sensiblement cette ann\u00e9e, malgr\u00e9 un p\u00e9trole \u00e0 80 dollars. Cela s'explique par le fait que les supermajors s'en tiennent \u00e0 la discipline en mati\u00e8re de capital et s'engagent \u00e0 atteindre des objectifs d'\u00e9missions nettes nulles, que certains d'entre eux pr\u00e9voient d'atteindre en r\u00e9duisant les investissements et les d\u00e9veloppements dans les nouveaux projets p\u00e9troliers non essentiels et peu rentables.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELe schiste am\u00e9ricain, quant \u00e0 lui, ne se pr\u00e9cipite pas cette fois pour \u003Ci\u003E\u00ab forer jusqu'\u00e0 plus soif \u00bb\u003C\/i\u003E, comme l'a dit Harold Hamm en 2017, car les producteurs am\u00e9ricains cherchent \u00e0 r\u00e9compenser enfin les actionnaires apr\u00e8s des ann\u00e9es d'injection de flux de tr\u00e9sorerie dans le forage et de chasse \u00e0 la croissance de la production.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ESi l'on consid\u00e8re que la demande de p\u00e9trole va encore cro\u00eetre, au moins pendant quelques ann\u00e9es encore, le sous-investissement pour une nouvelle offre sera un probl\u00e8me majeur \u00e0 moyen et long terme.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EMalgr\u00e9 la transition \u00e9nerg\u00e9tique, la demande ne va pas simplement dispara\u00eetre, et de nouveaux approvisionnements seront n\u00e9cessaires pendant des ann\u00e9es pour remplacer la production et les r\u00e9serves en d\u00e9clin.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ESelon l'OPEP, l'industrie p\u00e9troli\u00e8re devra r\u00e9aliser des investissements massifs au cours des 25 prochaines ann\u00e9es afin de r\u00e9pondre \u00e0 la demande. Selon l'OPEP, le secteur aura besoin d'investissements cumul\u00e9s \u00e0 long terme en amont, en milieu de cha\u00eene et en aval de 11 800 milliards de dollars d'ici \u00e0 2045.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EPatrick Pouyann\u00e9, directeur g\u00e9n\u00e9ral de la soci\u00e9t\u00e9 fran\u00e7aise TotalEnergies, a d\u00e9clar\u00e9 lors du forum Energy Intelligence ce mois-ci que les prix du p\u00e9trole \u003Ci\u003E\u00ab monteraient en fl\u00e8che \u00bb\u003C\/i\u003E d'ici \u00e0 2030 si l'industrie devait cesser d'investir dans de nouvelles sources d'approvisionnement, comme le sugg\u00e8rent certains sc\u00e9narios pr\u00e9voyant une production nette z\u00e9ro d'ici \u00e0 2050. \u003Ci\u003E\u00ab Si nous arr\u00eatons d'investir en 2020, nous laissons toutes ces ressources dans le sol et alors le prix va grimper en fl\u00e8che. Et m\u00eame dans les pays d\u00e9velopp\u00e9s, ce sera un gros probl\u00e8me \u00bb\u003C\/i\u003E, a d\u00e9clar\u00e9 M. Pouyann\u00e9.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cbig\u003ELe p\u00e9trole \u00e0 100 dollars n'est plus une pr\u00e9diction scandaleuse\u003C\/big\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EUn prix du p\u00e9trole \u00e0 trois chiffres n'est plus une pr\u00e9diction scandaleuse comme il l'aurait \u00e9t\u00e9 d\u00e9but 2020.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EFrancisco Blanch, responsable mondial de la recherche sur les mati\u00e8res premi\u00e8res et les produits d\u00e9riv\u00e9s chez Bank of America, pr\u00e9voit que le p\u00e9trole atteindra 100 dollars en septembre 2022, voire plus t\u00f4t si cet hiver est beaucoup plus froid que pr\u00e9vu.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ELa demande revient, alors que nous avons assist\u00e9 \u00e0 un grave sous-investissement dans l'offre ces 18 derniers mois, a d\u00e9clar\u00e9 Blanch \u00e0 \u003Ci\u003EBloomberg\u003C\/i\u003E fin septembre.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Ci\u003E\u00ab Le probl\u00e8me du sous-investissement ne peut pas \u00eatre r\u00e9solu facilement, et dans le m\u00eame temps, nous avons une mont\u00e9e en fl\u00e8che de la demande \u00bb\u003C\/i\u003E, a-t-il d\u00e9clar\u00e9.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Ci\u003E\u00ab Nous nous dirigeons vers une camisole de force pour l'\u00e9nergie, nous ne voulons pas utiliser de charbon, nous voulons utiliser de moins en moins de gaz, nous voulons nous \u00e9loigner du p\u00e9trole \u00bb\u003C\/i\u003E, a d\u00e9clar\u00e9 Blanch \u00e0 \u003Ci\u003EBloomberg\u003C\/i\u003E.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EBien qu'il soit peu probable que le p\u00e9trole reste \u00e0 trois chiffres pendant une p\u00e9riode prolong\u00e9e, le sous-investissement est devenu \u003Ci\u003E\u00ab un probl\u00e8me pluriannuel \u00bb\u003C\/i\u003E pour l'industrie, a not\u00e9 M. Blanch.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003EM\u00eame si le p\u00e9trole ne reste pas \u00e0 100 dollars le baril, une p\u00e9nurie de l'offre ferait n\u00e9anmoins monter le plancher des prix du p\u00e9trole et entra\u00eenerait des pics de prix insoutenables. M\u00eame si les d\u00e9fenseurs du climat souhaitent un arr\u00eat des investissements dans de nouvelles sources d'approvisionnement, l'industrie et le monde ne peuvent pas se le permettre car la demande de p\u00e9trole continue de cro\u00eetre.\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Cb\u003EYves Smith\u003C\/b\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Ci\u003E\u003Cb\u003ENote du Saker Francophone\u003C\/b\u003E\u003C\/i\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Ci\u003ECet article postule presque qu'un pic d'investissement pour compenser le sous-investissement pourrait r\u00e9soudre notre probl\u00e8me. C'est possible mais pas certain. A un moment donn\u00e9, le co\u00fbt d'extraction du p\u00e9trole d\u00e9passera certaines limites \u00e9conomiques et physiques, on rentrera dans l'\u00e8re des rendements d\u00e9croissants.\u003C\/i\u003E\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003ETraduit par Wayan, relu par Herv\u00e9, pour le Saker Francophone\u003C\/p\u003E\u003Cp\u003E\u003Ca href=\"https:\/\/lesakerfrancophone.fr\/une-penurie-mondiale-de-petrole-est-inevitable\"\u003Elesakerfrancophone.fr\u003C\/a\u003E\u003C\/p\u003E"}}