17/11/2023 euro-synergies.hautetfort.com  4 min #237468

Allemagne: Dissolution du statut de groupe parlementaire du Parti de gauche

Une fin attendue du life style, du politiquement correct et de l'autoréalisation de l'économie de marché

par Peter Backfisch

Source :  opposition24.com

La dissolution du groupe parlementaire du Parti de gauche (Die Linke) au Bundestag allemand par Dietmar Bartsch montre simplement que la déchéance d'une ancienne opposition de gauche, par sa propre faute répétée en permanence, a atterri là où elle devait être, sur le tas de fumier de l'histoire. Il n'est pas nécessaire de se réjouir, mais l'événement montre que l'ensemble des couleurs politiques de la République ressentent un soulagement, les longues années de tromperie et d'autodafés vont enfin trouver une fin attendue.


Il est toutefois nécessaire de se pencher sur les causes profondes de cet effondrement et de se demander quand le processus a commencé ? "En effet, tant que la crise systémique n'était pas devenue manifeste, la gauche s'occupait explicitement de la théorie de la crise et de la critique de l'économie politique" (Robert Kurz, 1994). La critique radicale du système semblait aller de soi. Cette prise de position critique à l'égard de la situation dans les sociétés occidentales s'est lentement affaiblie au début des années 1980, pour se déradicaliser complètement après l'effondrement du socialisme réel. L'orientation vers l'économie de marché des sociétés occidentales s'est alors faite à pas pressés. Cela s'est traduit concrètement par l'abandon total du sujet politique qu'ils chérissaient depuis des décennies, et "L'adieu au prolétariat" (Andre Gorz, 1980) est devenu une lecture obligatoire. Et ce, malgré l'augmentation du chômage et de la pauvreté de masse parmi les populations autochtones dans les sociétés occidentales. Il faut se demander si ce n'était pas un retour de bâton pour ce prolétariat qui n'était tout simplement pas prêt à suivre les promesses de salut annoncées ? Dès lors, l'attention se porta de plus en plus sur les nouveaux étrangers qui affluaient vers nous, les "damnés de la terre" (Franz Fanon). Avec l'arrivée d'armées venues de tous les horizons, on a découvert la formule du "multiculturalisme", qui est rapidement devenue l'état d'esprit dominant et obligatoire. Avec le soutien des médias, on a même exigé des Allemands, toujours présents et travaillant dans des emplois précaires, qu'ils se soumettent à cette absurdité. L'abrutissement du peuple a commencé et l'on espérait que la stratégie sous-jacente ne serait pas remarquée par les idiots prétendument incultes.

Cette évolution s'est également accompagnée de l'abandon de toute théorisation sur les différences de classe qui subsistent dans les sociétés capitalistes. Il en a résulté une absence totale de critique des changements politiques qui ont suivi, comme les réformes anti-humaines du marché du travail de Schröder (Hartz IV), l'ouverture des frontières pour tous, les mesures coronaviresques, les hystéries climatiques et leurs contre-vérités. On s'est rallié à la politique d'alignement des autres partis politiques. On voulait en faire partie tout de suite. Et ce, non seulement à la table du chat, mais aussi dans les médias. L'adaptation à l'œuvre d'art globale, désormais acceptée par tous, de l'épanouissement personnel dans un design approprié a nécessité de se personnaliser également dans sa propre présentation et sa tenue, en faisant preuve d'une "prodigalité déterminée et d'une convivialité au champagne" (Theodor W. Adorno). Le plaisir et l'amusement sont devenus une "esthétique de l'existence" (Michel Foucault) quotidienne, sans pour autant s'attaquer aux "grandes et petites structures". Des événements tels que l'infantile "Love Parade" étaient désormais considérés comme des points lumineux de l'insouciance, où il fallait absolument montrer ses propres couleurs.

Les représentants de tous les partis politiques du bloc se sont rencontrés dans une ambiance de fête lors de ces événements life style afin de mettre en place le prochain accord de coalition. Cette absence de principes a fait comprendre à tout le monde que Die Linke n'était plus nécessaire pour cela. Sa disparition définitive semblait donc inéluctable, la création d'un "autre parti de gauche" est superflue et, pour une fois, l'histoire se répétera.

 euro-synergies.hautetfort.com

 Commenter