05/02/2024 elucid.media  2 min #242247

« Libérez la vérité » : Julian Assange et la défense de la liberté de la presse

« Assange risque la prison à vie pour avoir révélé la vérité » -Stefania Maurizi

publié le 04/02/2024 Par  Marco Cesario

Dans un entretien exclusif pour Élucid, à l'occasion de la présentation à Paris de son livre  L'affaire WikiLeaks. Médias indépendants, censure et crime d'État (Agone), la journaliste d'investigation Stefania Maurizi revient sur l'affaire Assange, à quelques jours de la décision de la Haute Cour de Londres qui pourrait conduire à l'extradition du fondateur de WikiLeaks vers les États-Unis, où le journaliste australien risque 175 ans de prison.

Marco Cesario (Élucid) : Les 20 et 21 février prochains, la Haute Cour de Londres devra se prononcer sur l'extradition de Julian Assange. Que risque le fondateur de WikiLeaks ?

Stefania Maurizi : Julian Assange risque d'être extradé vers les États-Unis, où il n'a aucun espoir de bénéficier d'un procès équitable, car il n'existe aucune défense face à l'Espionage Act, cette loi fédérale qui interdit toute interférence dans les opérations militaires américaines. Depuis sa promulgation en 1917 pour réprimer la dissidence contre l'entrée des États-Unis dans la Première Guerre mondiale, aucun journaliste n'a jamais été jugé en vertu de cette loi, qui n'autorise aucune défense dans l'intérêt public. En d'autres termes, le journaliste ou la source journalistique qui a divulgué des documents secrets ne peut pas dire pour sa défense : « je l'ai fait pour le bien commun ».

Révéler des crimes de guerre, révéler des atrocités que le public a le droit de connaître, tout cela n'a aucun poids au regard de cette loi. Elle place sur un même pied d'égalité les traîtres qui transmettent des informations à l'ennemi pour gagner de l'argent ou pour des raisons idéologiques, et ceux qui, au contraire, pour des raisons de conscience, veulent révéler ces atrocités, veulent révéler ces crimes, pour les faire connaître au public par le biais de la presse. Ainsi, Julian Assange, si la Cour se prononce en faveur de l'extradition, n'aura d'autre défense que de saisir la Cour européenne des droits de l'Homme pour éviter d'être enfermé à vie dans une prison de haute sécurité aux États-Unis et de ne jamais en ressortir.

 elucid.media

 Commenter
Note newsnet 2024-02-05 #13972

article privé de public mais bon