05/02/2024 euro-synergies.hautetfort.com  4 min #242248

Bienvenue à Chaoslandia. La troisième guerre mondiale a commencé

Bienvenue à Chaoslandia. La troisième guerre mondiale a commencé

par Maurizio Bianconi

Source:  destra.it

En 1861, sur une petite île près du port de Charleston, en Caroline du Sud (USA), se trouvait un minuscule avant-poste nordiste, Fort Sumter. Compte tenu des tensions entre Confédérés (Sudistes) et Unionistes (Nordistes), la petite garnison demande à se retirer d'un territoire hostile. La permission est refusée. Les Sudistes assiégeants canonnent le fort. Le Nord se considère comme attaqué et contraint à la guerre. Attaqué, pas agresseur.

Lors de la guerre de 1914/18, les États-Unis, non impliqués dans le conflit, approvisionnaient les Britanniques par voie maritime. Les Allemands torpillaient les navires de toutes nationalités à destination ou en provenance des îles britanniques. Le paquebot Lusitania a été coulé et des centaines de passagers américains ont péri. Le trafic entre les États-Unis, la Grande-Bretagne et la chasse aux sous-marins allemads se poursuit avec le naufrage de navires américains. Les États-Unis se déclarent obligés de faire la guerre. Agressés, pas agresseurs.

À la fin des années 1930, la politique agressive du Japon à l'Est réduit l'espace de l'influence américaine. Les États-Unis épuisent les Japonais avec des sanctions économiques et un embargo total sur la fourniture de tous les produits pétroliers. Un coup insupportable pour le Japon, qui en importait 90 %. L'attaque prodigieuse de la flotte américaine à Pearl Harbor les fait passer du statut d'attaquants à celui d'agresseurs et justifie l'entrée en guerre des États-Unis. Attaqués et non agresseurs.

En octobre 2022, les troupes russes ont ouvert les hostilités contre l'Ukraine. C'est la pire conclusion d'un conflit séculaire entre les deux pays. Après avoir démantelé l'empire soviétique, les États-Unis ont progressivement étendu l'alliance militaire de l'OTAN à l'est, jusqu'aux frontières de la Russie, qui souffre historiquement du syndrome d'encerclement et d'une sorte de complexe impérial. La menace d'une implantation de l'OTAN en Ukraine signifiait la certitude d'une action téméraire de la part des Russes. C'est ce qui s'est passé. Des attaquants, pas des agresseurs.

Aujourd'hui, le monde est plus compliqué qu'à l'époque de Fort Sumter. Les décideurs des politiques mondiales ne sont plus les présidents américains, mais la finance et le pouvoir des banques. Les choix du financiarisme mettent à mal l'équilibre planétaire. Les plus avisés commencent à appeler le phénomène "polycrise", c'est-à-dire une crise multiple, générale et incontrôlée. La course à la spéculation et à la richesse croissante réservée à des cercles de plus en plus restreints laisse sur le terrain trop de dégâts sociaux, économiques, environnementaux et de ressources, le tout avec un effet multiplicateur négatif.

On commence à craindre que l'implosion de l'ensemble du système ne soit plus proche que prévu. C'est ce qui motive la tentative de contre-feu à l'incendie causé par la croissance quantitative de la richesse et non par la qualité du progrès. Et il n'y a pas de meilleur contre-feu que de favoriser un conflit qui a le pouvoir de restaurer l'esprit de corps, les ennemis à combattre, et de reléguer le reste à l'arrière-plan.

C'est ainsi que commence le choix de la guerre. Une erreur commise dans la conviction qu'elle pouvait être gérée, sans se rendre compte que les liens et les équilibres étaient brisés. C'est ainsi que l'option du conflit s'est élargie. La poussée russe a engendré une nouvelle sécurité anti-occidentale. L'Iran espère revenir dans le jeu international. L'éternel conflit islamo-juif est devenu irrépressible.

Chacun gère ses propres conflits, mettant hors jeu toute tentative de les gouverner. Une liste incomplète des conflits qui ont éclaté au cours de cette courte période est effrayante : Arménie-Azerbaïdjan avec la diaspora des Arméniens du Nagorno-Karabak. Coups d'État et guerres civiles au Sud-Soudan, au Niger, au Burkina Faso (qui, ajoutés à ceux de la Guinée et du Mali, ont mis fin à la Francafrique et marqué l'avènement des influences chinoises et russes). La guerre de Gaza qui a entraîné les conflits asymétriques Israël/Hamas, Israël/Hezbollah. Après la guerre d'Ukraine, Israël, le Liban, la Syrie, l'Iran, l'Irak, le Yémen, le Pakistan sont en état de guerre.

L'appel aux armes s'est également fait dans un silence inconscient en Europe : l'Italie, la France et la Grande-Bretagne entament des missions de guerre "défensives" dans le golfe d'Oman aux côtés des États-Unis, avec le début d'un autre conflit asymétrique avec les Houthis yéménites. Ceux qui pensaient avoir le monde à leur disposition se retrouvent avec la Troisième Guerre mondiale sur les bras, alors que les conflits planétaires se manifestent aujourd'hui. Qui vivra verra.

 euro-synergies.hautetfort.com

 Commenter