15/11/2023 chroniquepalestine.com  10 min #237343

Gaza : une frappe atteint l'hôpital Al-Shifa, 13 morts selon le Hamas

« Déluge d'Al-Aqsa » Jour 39 : Hôpital Al-Shifa, les médecins enterrent les malades et blessés qui décèdent faute de soins

14 novembre 2023 - L'hôpital Nasser reçoit un certain nombre de blessés et de morts palestiniens, dont des enfants, après que les forces coloniales israéliennes ont pris pour cible une zone résidentielle à Khan Yunis. Plus de 11 180 Palestiniens ont été tués par les frappes aériennes israéliennes, dont 4609 enfants. Des milliers de personnes sont toujours portées disparues sous les décombres - Photo : Mohammed Zaanoun/ Activestills

Par  Mustafa Abu Sneineh

Le personnel médical de l'hôpital Al-Shifa a été contraint de creuser une fosse commune pour enterrer 170 corps, l'hôpital ne pouvant réfrigérer les corps sans électricité. Le ministre israélien fasciste Bezalel Smotrich déclare que la « migration volontaire » est la seule solution pour les Palestiniens de la bande de Gaza.

Victimes :

  • 11 255 * Palestiniens tués, dont 4630 enfants, et 29 000 blessés à Gaza *
  • 196 Palestiniens tués en Cisjordanie occupée et à Jérusalem-Est

* Le nombre de victimes à Gaza couvre la période du 7 octobre au 14 novembre.

Principaux développements :

  • Les hôpitaux de Gaza manquent de nourriture et d'eau, des milliers de personnes déplacées y auraient trouvé refuge.
  • Un responsable de la santé de Gaza : « [Israël] condamne à mort tous ceux qui se trouvent à l'intérieur de l'hôpital Al-Shifa ».
  • Le personnel médical et les bénévoles de l'hôpital Al-Shifa ont creusé une fosse commune pour enterrer 170 corps qui ont commencé à se décomposer lorsque le système de réfrigération de la morgue a été privé d'électricité.
  • Le seul générateur d'électricité de l'hôpital Al-Amal a cessé de fonctionner à Khan Yunis, au sud de la bande de Gaza, mettant en danger la vie de centaines de patients et de blessés.
  • Selon le ministère de la santé de Gaza, 3 250 personnes seraient toujours portées disparues ou sous les décombres, dont 1 700 enfants.
  • Les forces israéliennes prennent d'assaut un hôpital en Cisjordanie et tirent des gaz lacrymogènes sur un autre. Huit Palestiniens ont été tués au cours des dernières 24 heures à Tulkarm et à Hébron.
  • Abdulrahman Ahmed Muhammad Marei, 33 ans, est le cinquième prisonnier à mourir dans les prisons israéliennes depuis le 7 octobre.

Une fosse commune est creusée dans l'hôpital Al-Shifa, assiégé par Israël

Tous les hôpitaux palestiniens du nord de la bande de Gaza sont hors service depuis la sixième semaine de la guerre israélienne contre Gaza, y compris Al-Shifa, le plus grand complexe médical.

Des centaines de personnes sont en danger de mort et des milliers de civils restent bloqués à l'intérieur des hôpitaux, a  déclaré à l'AFP Yousef Abu el-Rish, vice-ministre de la santé de la bande de Gaza.

« Nous ne pouvons pas atteindre les dizaines de femmes qui vont accoucher. On nous a rapporté des cas où des femmes ont accouché dans la rue ou chez elles, sans sage-femme. Des tireurs embusqués tirent sur toute personne se déplaçant d'un bâtiment à l'autre à l'intérieur de l'hôpital », a expliqué Abu el-Rish.

Il a ajouté qu'ils avaient été contraints d'évacuer les patients et le personnel médical de l'hôpital Al-Rantisi au cours du week-end, après avoir reçu des menaces de la part des forces israéliennes.

Les hôpitaux manquent de nourriture et d'eau, et le nombre de milliers de personnes déplacées qui y ont trouvé refuge n'est pas précisément connu.

L'hôpital Al-Shifa, le plus grand établissement médical du nord de la bande de Gaza, subit depuis une semaine les tirs et le siège des chars et des forces israéliennes.

Abu el-Rish a déclaré qu'Israël « condamne à mort tous ceux qui se trouvent à l'intérieur de l'hôpital [Al-Shifa] ».

Mardi matin, Munir al-Bursh, directeur général du ministère de la santé, a déclaré à Al-Jazeera Arabic lors d'un appel téléphonique que les forces israéliennes avaient empêché l'enterrement des corps dans un cimetière voisin, ce qui a contraint le personnel à creuser une fosse commune pour  170 corps à l'intérieur du complexe d'Al-Shifa.

Al-Bursh a déclaré que le personnel médical et les volontaires ont creusé la tombe avec des pelles et leurs mains lorsque les corps ont commencé à se décomposer, car l'hôpital n'a pas d'électricité pour faire fonctionner la réfrigération de la morgue.

Un membre de Médecins sans frontières (MSF) à l'intérieur de l'hôpital Al-Shifa a déclaré lundi qu'ils « ont besoin d'une garantie qu'il y a un couloir sûr parce que nous avons vu des gens qui essayaient de quitter Al-Shifa, [les forces israéliennes] les ont tués, ils les ont bombardés, les tireurs d'élites les ont tués ».

MSF a  tweeté le témoignage du membre, qui a également déclaré qu'il y avait un certain nombre de corps et de blessés à l'extérieur du complexe d'Al-Shifa, que les ambulances et le personnel paramédical ne pouvaient pas atteindre en raison des tirs et des bombardements des tireurs israéliens.

Ils sont actuellement privés de nourriture et d'eau, et les communications téléphoniques et Internet ne sont pas stables.

« L'équipe médicale a accepté de quitter l'hôpital uniquement si les patients sont évacués en premier : nous ne voulons pas abandonner nos patients », a déclaré un membre de MSF.

Al-Shifa n'est pas le seul hôpital à être attaqué ou assiégé.

Mardi, Al-Jazeera a rapporté que près de 100 patients et membres du personnel médical étaient bloqués à l'intérieur de l'hôpital Al-Hilo, dans la ville de Gaza, après l'encerclement de la zone par les chars israéliens. Depuis le 7 octobre, 25 des 35 hôpitaux de Gaza ont complètement cessé de fonctionner, la majorité d'entre eux se trouvant dans le nord de la bande de Gaza.

Le seul hôpital fonctionnant à Gaza mardi matin était Al-Ahli, dans la zone d'Al-Zaytoun, selon le  Croissant-Rouge palestinien (PRCS). Au début de la guerre, des centaines de personnes ont été tuées lorsque les Israéliens ont bombardé la cour de l'hôpital arabe Al-Ahli, où des milliers de personnes étaient réfugiées.

Cependant, le Croissant-Rouge palestinien a déclaré qu'Al-Ahli ne traitait que les cas légers et modérés afin d'alléger la pression sur le service des urgences après que l'hôpital Al-Quds, affilié au Croissant-Rouge palestinien, ait été mis hors service.

Le Croissant-Rouge palestinien a indiqué que l'unique générateur électrique de l'hôpital Al-Amal avait cessé de fonctionner à Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, mettant en danger la vie de centaines de patients et de blessés.

« Environ 9 000 personnes déplacées ont trouvé refuge dans les locaux du Croissant-Rouge palestinien et à l'hôpital [Al-Amal] », a déclaré le Croissant-Rouge palestinien.

« L'hôpital dépend actuellement d'un très petit générateur pour fournir l'électricité nécessaire à l'éclairage de la maternité et du service des urgences. Il est important de noter que le carburant restant devrait s'épuiser dans les prochaines 24 heures », a ajouté l'organisation.

Ces derniers jours, le ministère de la santé n'a pas mis à jour le nombre de morts dans la bande de Gaza en raison de l'interruption des services de communication.

Mais lundi soir, le dernier chiffre publié par le ministère et rapporté par l'agence de presse  Wafa était de 11 180 martyrs, dont 4609 enfants, 3100 femmes et 678 personnes âgées. Ces chiffres couvrent les victimes du 7 octobre au 12 novembre.

On signale que 3250 personnes sont toujours portées disparues ou sous les décombres, dont 1700 enfants.

Lundi, les Nations unies ont  rendu hommage à 101 membres de leur personnel tués lors du bombardement israélien de la bande de Gaza, ce qui constitue le plus grand nombre de victimes dans l'histoire de l'ONU.

«Aujourd'hui, la famille des Nations Unies a observé un moment de silence pour pleurer et honorer nos collègues tués à Gaza », a déclaré Antonio Guterres, le Secrétaire général des Nations Unies.

« Ils ne seront jamais oubliés », a-t-il  ajouté sur X.

Cisjordanie : les hôpitaux sont attaqués alors que des dizaines de Palestiniens sont tués, blessés et arrêtés

L'assaut israélien contre les hôpitaux palestiniens s'est étendu à la Cisjordanie occupée, où les forces israéliennes poursuivent la campagne d'arrestations massives entamée le 7 octobre.

Mardi, le ministère de la Santé de l'Autorité palestinienne (AP) a indiqué que des dizaines de civils et de membres du personnel médical avaient souffert de graves douleurs oculaires et respiratoires lorsque les forces israéliennes ont tiré des grenades lacrymogènes sur l'hôpital public de Thabet Thabet, dans la ville de Tulkarem.

Rafles en Cisjordanie - Photo : via Wafa.ps

Le ministère a publié une vidéo sur Telegram montrant le service des urgences de l'hôpital Thabet Thabet englouti dans un nuage de fumée de gaz lacrymogène.

Lundi soir, les forces israéliennes ont pris d'assaut l'hôpital Hugo Chavez Eye Hospital dans la ville de Turmus Ayya, au nord-est de Ramallah, a rapporté Wafa.

Les habitants de Turmus Ayya ont régulièrement souffert des attaques des colons juifs.  En juin, près de 400 colons ont attaqué le village, tuant un Palestinien et brûlant 30 véhicules et 30 propriétés.

 Wafa a rapporté que les forces israéliennes ont mené une « enquête sur le terrain » et interrogé le personnel de l'hôpital Hugo Chavez.

« L'interrogatoire du personnel médical est une violation flagrante des institutions médicales et sanitaires », a déclaré le ministère de la santé.

Au cours des dernières 24 heures, huit Palestiniens ont été tués dans les villes de Tulkarem et d'Hébron.

Lundi soir, trois Palestiniens ont été tués et trois autres blessés lors d'une attaque au missile lancée par un drone israélien dans le quartier d'Al-Ghanem, dans le camp de réfugiés de Tulkarem.

L'hôpital Thabet Thabet a annoncé que les trois martyrs étaient Saeed Suleiman Youssef Abu Tahoun, 24 ans, Jihad Khaled Muqbil Ghanem, 27 ans, et Musab Omar Ahmed Al-Ghoul, 21 ans.

Le ministère de la santé a déclaré que quatre autres personnes ont été tuées à Tulkarm après avoir été abattues par les forces israéliennes qui ont pris d'assaut la ville.

Mahmoud Ali Hadayda, 25 ans, et Hazem Muhammad Hosri, 28 ans, ont été touchés à la poitrine par des tirs à balles réelles. Quatre personnes ont été blessées par des balles de snipers déployés sur les toits des maisons, a rapporté Wafa.

Les forces israéliennes ont empêché les ambulances d'entrer dans le camp de Tulkarm. Medhat Abu Amsha a été arrêté à l'intérieur d'une ambulance alors qu'il était transporté à l'hôpital, a indiqué Wafa.

Le ministère de la santé a annoncé que deux personnes avaient succombé à leurs blessures mardi matin. Les forces israéliennes ont détruit au bulldozer la rue Al-Madares à l'entrée du camp de Tulkarm et une partie de la rue de l'université ouverte d'Al-Quds, endommageant les infrastructures.

Au moins 32 Palestiniens ont été tués à Tulkarem depuis le 7 octobre, a rapporté  Wafa. Au total, depuis le 7 octobre, 195 Palestiniens ont été tués par les forces israéliennes ou des colons en Cisjordanie et au moins 2700 ont été blessés.

À Hébron, Muhammad Abd al-Majid Halayqa, 20 ans, a succombé à ses blessures mardi après avoir été abattu par les forces israéliennes près de la ville de Beit Ainun, au nord-est d'Hébron.

Mardi, l'Autorité des affaires des prisonniers et le Club des prisonniers ont déclaré qu'Abdulrahman Ahmed Muhammad Marei, 33 ans, était le cinquième prisonnier à mourir dans les prisons israéliennes depuis le 7 octobre, accusant les autorités israéliennes d'un « nouvel assassinat prémédité ».

Marei est originaire de Qarawat Bani Hassan, au nord-ouest de Salfit, et était détenu à la prison de Megiddo depuis février.

Le nombre de Palestiniens arrêtés depuis le 7 octobre en Cisjordanie et à Jérusalem est passé à 2750. Au cours des dernières 24 heures, les forces israéliennes ont arrêté  28 personnes à Hébron, Jérusalem, Ramallah, Naplouse, Jénine, Bethléem et Qalqilya.

 Commenter

Se réfère à :

1 article

Référencé par :

1 article