25/01/2024 euro-synergies.hautetfort.com  4 min #241551

Franco Cardini et l'implosion de l'Occident

Source:  destra.it

À la fin de l'année dernière, il m'est arrivé d'écrire un petit livre prétentieux et pédant, une sorte de réponse, quelques années plus tard, à ce grand essai qu'était en son temps (et qui l'est resté) L'occidentalisation du monde de Serge Latouche (La Découverte, 1989). Mon petit essai, peut-être à la façon d'un pamphlet, s'intitule La deriva dell'Occidente (Laterza, 2023), et examine le retour fiévreux et insultant de l'orgueil collectif d'un "Occident" qui n'arrive même pas à se définir clairement, qui perd une à une ses connotations historiques, culturelles, intellectuelles, religieuses, spirituelles, etc, et qui ne parvient à s'illusionner en croyant donner corps à son impossible reconquête identitaire qu'à travers l'orgie consumériste (d'ailleurs frustrée par la crise naissante) et le désert d'une "volonté de puissance" qui, après l'échec d'un projet fou de suprématie raciste, est incapable de donner à son illusion de supériorité un autre nom que le plus figé qui soit: la "démocratie".

Je m'attendais à ce que cet exercice vide de prose frustrée suscite un désintérêt nonchalant. Après tout, c'était ce que je méritais et ce à quoi je m'attendais. Au lieu de cela, l'éditeur en a placé plusieurs milliers, et il y a même eu quelques critiques élogieuses. Mais surtout, coup de chance paradoxal, ma plaquette est sortie quelques semaines avant un vrai grand essai, bien plus important et significatif que le mien : et dont le titre, La défaite de l'Occident (Gallimard, 2024), semble reprendre mon discours, l'exalter et le conduire à ses conséquences extrêmes, celles vers lesquelles je n'avais même pas osé regarder.

D'ailleurs, il y a quelques mois, Emmanuel Todd et moi avons eu un prédécesseur valable dans une étude lucide de Didier Billon et Christophe Ventura au titre impitoyablement désenchanteur : Désoccidentalisation. Repenser l'ordre du monde (Agon, 2023).

Il faut dire que nous, historiens, philologues, philosophes, anthropologues, spécialistes de toutes sortes de "sciences humaines", n'aurions jamais eu le courage d'implanter une analyse dans les termes si concrètement, presque "matériellement" réalistes, où l'a implantée ce rude et parfois "minimaliste" élève d'Emmanuel Leroy Ladurie. Qui a le courage de regarder la réalité dans ses connotations squelettiques et de la décrire dans un langage réaliste et dépouillé. Todd nous dit : "Oublions les superstructures, regardons la structure nue".

Seulement, surprise, la structure de l'échec européen et de sa défaite n'est pas du tout socio-économique. Bien au contraire. Dès les années 1980, alors que la "victoire" de l'Occident semblait se dessiner si clairement qu'elle provoquait le cri de triomphe de la fin de l'histoire lancé par Francis Fukuyama, l'implosion de l'Union soviétique a tout remis en mouvement: comme si la fin de la Grande Union des athées avoués et militants avait fait éclater une cloque gonflée depuis trois quarts de siècle et contenant toutes les spores d'une religiosité refoulée et invincible, comprimée et prête à exploser.

Une religiosité qui a vu ailleurs la victoire de l'argent et du marché (le "roi Midas" décrit précisément par Paolo Cacciari dans l'essai Re Mida. La mercificazione del pianeta, La Vela, 2022) avait lentement et implacablement tué dans une sorte de lente euthanasie. Soixante-dix ans de dictature soviétique n'ont pas figé les racines profondes du christianisme orthodoxe russe; de même, dans la très catholique Pologne, quelques années de démocratie ont suffi à mettre en crise la grande Église polonaise, qui avait résisté à la dictature indigène et à la tyrannie hégémonique soviétique pendant de nombreuses décennies.

Mais que s'est-il passé entre-temps dans l'Occident opulent et consumériste, dans l'univers du dollar et du marché, du profit et de la consommation ? C'est là que la crise du système socio-économico-politique international hégémonisé par les États-Unis a découvert son véritable point faible, précisément et surtout dans le domaine religieux et spirituel. Aux États-Unis, la dissolution de la grande tradition protestante a abouti au néolibéralisme et au nihilisme; en Grande-Bretagne, au tourbillon de la suprématie de la grande finance; en Europe, à un athéisme perdu dans le sommeil consumériste, à la lumière duquel, le dimanche, les centres commerciaux ont remplacé les messes et les paroisses.

Et voici que le sociologue et démographe Todd mobilise les ressources de la critique économique, de la sociologie religieuse et de l'anthropologie des profondeurs pour décrire, avec une abondance de données quantitatives, la défaite de l'Occident incapable de construire des valeurs qui ne soient pas exclusivement ou majoritairement matérialistes. L'Occident n'a pas explosé, il n'a pas été battu, il implose, incapable d'exprimer des valeurs qui ne soient pas liées à la monétisation, au profit, à la consommation. Incapable de résister au Rien qui avance.

Franco Cardini, Minima Cardiniana, 15 janvier 2024

 euro-synergies.hautetfort.com

 Commenter