06/02/2024 euro-synergies.hautetfort.com  5 min #242309

Galbraith, Keynes et le mythe du roi Midas

Ilaria Bifarini

Source:  ereticamente.net


Dans son ouvrage A Short History of Financial Euphoria (Brève histoire de l'euphorie financière), l'économiste américain John K. Galbraith analyse les principaux krachs financiers de l'histoire et constate que les phénomènes spéculatifs se répètent à intervalles plus ou moins réguliers, avec des prémisses et des résultats presque identiques. Ils sont présentés comme le résultat de la cupidité et de la bêtise humaines, dont les effets sont un arrêt brutal de la vie économique et un appauvrissement généralisé. Le processus est le suivant: on identifie d'abord une nouveauté sur laquelle concentrer l'intérêt du public - les tulipes, l'or de la Louisiane, le concept de société anonyme - quelque chose qui peut susciter de grandes attentes ou qui peut être présenté comme une innovation capable de générer d'énormes profits pendant des périodes infinies. Les capitaux commencent alors à se déverser sur ces produits, gonflant le prix des actions ou des matières premières, qui cessent de représenter la valeur objective de la marchandise et incarnent l'attente de gains futurs; l'effet de levier est largement utilisé pour poursuivre l'investissement, générant des situations de lourd endettement. Lorsque le processus cesse de s'alimenter, les prix chutent de manière spectaculaire, les dettes contractées deviennent irrécouvrables et les prêteurs, c'est-à-dire les banques, font faillite.

Les gouvernements sont "obligés" d'intervenir pour renflouer les prêteurs et c'est la population qui en supporte le coût, en termes de budget de l'État, de pertes d'emplois, d'appauvrissement général et de perte de confiance, ce qui exclut tout investissement futur. À ce stade, on cherche à justifier les raisons qui ont conduit à l'effondrement, on propose des solutions pour éviter que cela ne se reproduise, mais sans jamais s'attaquer au principal problème qui génère de tels soubresauts économiques. Le motif moral, qui est au cœur de l'éthique du capitalisme, est ignoré, tout comme la recherche du plus grand profit, qui défie tous les risques et utilise tous les moyens. Car qui motive les banquiers si ce n'est leur propre intérêt ?

L'amour irrationnel de l'argent


On peut donner à cette question une réponse à la fois macroéconomique et psychanalytique, en faisant appel aux pères des sujets respectifs. Keynes (photo) aurait attribué ce comportement à "l'amour irrationnel de l'argent", tandis que S. Freud l'aurait rattaché à la "pulsion de mort". Selon le fondateur de la psychanalyse, au plus profond de l'individu se cache "la pulsion humaine d'agression et d'autodestruction" (thanatos, ou pulsion de mort), en lutte perpétuelle contre la pulsion de vie (eros), qui, elle, pousse les individus à s'accoupler pour assurer la survie de l'espèce. J. M. Keynes, grand connaisseur et admirateur de Freud, change de point de vue et d'instruments d'analyse, adoptant ceux propres à la science économique, mais arrive à des conclusions à bien des égards analogues. La pulsion de mort devient pour l'économiste anglais l'amour de l'argent, qui représente "le problème moral de notre temps". Par le mécanisme mortifère de la concurrence effrénée, tant entre les différents pays qu'entre les classes sociales, une guerre interminable est déclenchée, capable de menacer la survie non seulement des êtres humains, mais de la nature elle-même. Selon ses propres termes :

"Nous pourrions éteindre le soleil et les étoiles parce qu'ils ne produisent pas de dividendes".

Il reprend le mythe du roi Midas, le roi qui avait obtenu du dieu Dionysos le don de transformer en or tout ce qu'il touchait, mais qui s'est vite rendu compte que même s'il pouvait posséder beaucoup de richesses, il mourrait bientôt de faim, puisque même les aliments qu'il touchait devenaient de l'or, et donc immangeables. Selon Keynes, les sociétés opulentes, victimes du désir d'accumulation, détruisent par leur avidité la production, bloquent l'économie et finissent, comme le roi Midas, par se noyer dans une mer d'or. Le mythe propose une analyse profonde de la doctrine monétariste dominante et de son idéologie, en montrant que l'argent ne coïncide pas avec la valeur, qui découle au contraire du travail et de l'économie réelle. L'argent et la tendance à le thésauriser sont à l'origine des principaux problèmes et déséquilibres économiques, y compris le chômage involontaire. Malgré la valeur absolue qui lui est communément et universellement attribuée, il s'agit en réalité d'un simple intermédiaire d'échange. Pour l'être humain, la possession de l'argent a pour fonction d'atténuer son inquiétude la plus profonde, et la récompense pour s'en séparer ne serait que la mesure de son degré d'inquiétude.

(texte extrait de Inganni Economici. Falsi miti di una scienza sociale (= "Déceptions économiques. Les faux mythes d'une sciences sociale").

Ilaria Bifarini,  ilariabifarini.com est née à Rieti le 1er avril 1980 et est diplômée du lycée classique "Terenzio Varrone". Après avoir déménagé à Milan en 1999, elle a obtenu en 2004 un diplôme en économie de l'administration publique et des organisations internationales à l'université Luigi Bocconi de Milan, avec les meilleures notes. Elle a ensuite suivi l'École italienne des organisations internationales à Rome et le cours sur le libéralisme à l'Institut "Luigi Einaudi" à Rome. Elle est également titulaire d'un diplôme d'expert-comptable et d'auditeur, ainsi que d'un SIOI (master en études diplomatiques). Après une expérience professionnelle dans les secteurs public et privé, elle s'est progressivement éloignée de l'éducation purement néolibérale issue de ses études, grâce à un parcours d'étude et d'introspection. Elle collabore avec divers journaux en ligne et intervient lors de conférences et d'émissions télévisées.

 euro-synergies.hautetfort.com

 Commenter