08/02/2024 middleeasteye.net  6 min #242454

Guerre à Gaza : en hiérarchisant les « victimes du terrorisme » et les « victimes de guerre », François Hollande suscite un tollé

Par  MEE

Pour l'ex-chef de l'État français, l'offensive israélienne n'est pas « un acte de terrorisme ». À ce titre, les Palestiniens tués dans les bombardements doivent être considérées comme « des victimes collatérales » de la guerre

La vie d'un Palestinien vaut-elle moins que celle d'un Israélien ? C'est ce que semble penser François Hollande.

Au micro de  France Info mercredi 7 février, l'ex-président français a longuement expliqué, dans un exercice d'équilibriste, que les quelque 1 160 victimes  israéliennes de l'attaque du Hamas le 7 octobre ne pouvaient être comparées aux plus de 27 800 victimes  palestiniennes de  l'offensive terrestre et aérienne israélienne sur la  bande de Gaza.

Alors que s'est tenue hier au mémorial des Invalides à Paris une  cérémonie pour les victimes du 7 octobre, François Hollande était sondé sur l'autre possible « hommage » annoncé par l'Élysée pour les victimes françaises de l'armée israélienne à Gaza, dont ni la date ni le format n'ont encore été fixés.

Faut-il un hommage similaire à celui des victimes du 7-Octobre pour les morts de Gaza ? "Ca ne peut pas être le même hommage, estime François Hollande. Une vie est une vie et une vie est équivalente à une autre. Mais il y a les victimes du terrorisme et les victimes de guerre".

« Ça ne peut pas être le même hommage », a affirmé l'ex-premier secrétaire du Parti socialiste, en expliquant qu'« une vie est une vie » et qu'« une vie est équivalente à une autre vie », mais qu'il faut distinguer « les victimes du terrorisme et les victimes de guerre ».

« Être une victime du terrorisme, c'est être attaqué en tant que Français ou en tant que défenseur d'un mode de vie », a-t-il précisé. « Une victime collatérale, vous êtes dans une guerre, il y en a en  Ukraine. »

Selon lui, l'offensive israélienne n'est pas « un acte de terrorisme ».

François Hollande est raciste.
À vomir.
Soutien au peuple palestinien victime de la férocité coloniale et supremaciste de l’Occident
Pour peser: manifestations, boycott, élections#FreePalestine 🇵🇸
Faut-il un hommage similaire à celui des victimes du 7-Octobre pour les morts de Gaza ? "Ca ne peut pas être le même hommage, estime François Hollande. Une vie est une vie et une vie est équivalente à une autre. Mais il y a les victimes du terrorisme et les victimes de guerre".

« On peut dire que c'est un acte de guerre, que nous ne sommes pas d'accord sur cette fuite en avant, nous pouvons considérer que ça met en cause les populations civiles, que c'est inacceptable, on peut dire qu'il y des situations humanitaires intolérables à Gaza, mais ce n'est pas de même nature », a-t-il poursuivi.

Cette démonstration a beaucoup choqué. De nombreuses personnalités françaises ont réagi : pour le leader de La France insoumise (LFI, gauche radicale) Jean-Luc Mélenchon, en meeting à Beaufort, « il n'y a pas deux catégories de morts », l'éditorialiste Aymeric Caron  parle d'« indécence absolue », et pour l'essayiste et militante Fatima Ouassak, François Hollande est « raciste ».

Parallèle avec l'Ukraine

Nombreux sont par ailleurs ceux qui, tout en condamnant l'attaque meurtrière du Hamas le 7 octobre, ne la considèrent pas comme un acte de « terrorisme » mais comme une opération s'inscrivant dans le cadre d'une lutte armée - par ailleurs  autorisée par l'Assemblée générale de l'ONU dans diverses résolutions - contre l'occupation israélienne des territoires palestiniens et toutes les violations des droits humains qu'elle implique.

François Hollande a osé faire une distinction entre les victimes du 7 octobre et les victimes de la guerre à Gaza
Plus de 27 000 Palestiniens ont été tués et des milliers d’autres sont sous les décombres. Il n’y a pas deux catégories de morts, jamais !#JLMBelfort

Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, avait lui-même  déclaré en octobre que l'attaque du Hamas, bien qu'« épouvantable », « ne s'[était] pas produite dans le vide », signifiant qu'il était nécessaire de comprendre le contexte dans lequel le groupe palestinien avait lancé un assaut sur Israël.

« Le peuple palestinien a été soumis à 56 ans d'occupation étouffante », avait précisé Guterres lors d'une session du Conseil de sécurité de l'ONU. « Ils ont vu leurs terres progressivement dévorées par les colonies, frappées par la violence, leur économie étouffée, leur population déplacée et leurs maisons démolies. Leurs espoirs d'une solution politique à leur détresse ont disparu. »

« Une vie est équivalente à une autre vie, MAIS … ».
Pour François Hollande la vie d’un Palestinien vaut moins que la vie d’un Israëlien.
Sa « justification » qui passe par une distinction entre victimes du terrorisme et victimes de la guerre n’a aucun sens et pire, relève de…
Faut-il un hommage similaire à celui des victimes du 7-Octobre pour les morts de Gaza ? "Ca ne peut pas être le même hommage, estime François Hollande. Une vie est une vie et une vie est équivalente à une autre. Mais il y a les victimes du terrorisme et les victimes de guerre".

Des internautes ont  mis en parallèle ces mots avec des propos plus anciens, sur le sort des Ukrainiens ou des  Syriens, pour montrer « le discours à géométrie variable » de l'ancien président.

« Les Ukrainiens ne peuvent pas accepter qu'on vienne prendre une partie d'eux-mêmes, de leur souveraineté, de leur intégrité territoriale », avait-il ainsi déclaré.

Johan Faerber, co-rédacteur en chef de la revue culturelle Collateral, a  assimilé François Hollande à « la déchéance de l'humanité ».

Pffff. J’ai voté pour ce type au second tour en 2012. J’ai voté pour un mec qui fait une différence entre enfants morts. Les bons morts et les mauvais morts. Ceux qui méritent qu’on s’y intéresse avec des larmes et d’autres, moins honorables qu’on évoque seulement. Et ben…

Les interventions de François Hollande sur le  conflit israélo-palestinien suscitent régulièrement des commentaires.

En juillet 2014, France Info avait  consacré un article à « la communication fluctuante » de l'alors président sur le sujet particulier du conflit, relevant dans une chronologie ses positions changeantes.

Selon @fhollande y’a des hommages que pour les victimes du « terrorisme »… quel farceur celui là 🤡🤡🤡 bravo pour cette minimisation du genocide #Gaza_Genocide #Palestine #FrancoisHollande

En 2017, Pascal Boniface, fondateur de l'Institut des relations internationales et stratégiques (IRIS),  rappelait que François Hollande n'avait pas tenu sa promesse électorale de 2012 et qu'en refusant de reconnaître un État palestinien, il n'avait « pas seulement trahi un engagement », mais « rompu avec la diplomatie de la Ve République ».

L'ancien président a récemment participé à la « grande marche civique » contre l' antisémitisme le 12 novembre à Paris, organisée par le président du Sénat Gérard Larcher et la présidente de l'Assemblée nationale Yaël Braun-Pivet, respectivement 3e et 4e personnages de l'État français.

Middle East Eye propose une couverture et une analyse indépendantes et incomparables du Moyen-Orient, de l'Afrique du Nord et d'autres régions du monde. Pour en savoir plus sur la reprise de ce contenu et les frais qui s'appliquent, veuillez remplir ce  formulaire en anglais. Pour en savoir plus sur MEE,  cliquez ici en anglais.

 middleeasteye.net

 Commenter