17/11/2023 euro-synergies.hautetfort.com  3 min #237469

L'empire euro-américain, Tacite et les droits de l'homme

L'empire euro-américain, Tacite et les droits de l'homme

Federico Leo Renzi

Source :  ariannaeditrice.it

L'une des grandes questions de l'histoire ancienne peut nous éclairer sur la situation actuelle : pourquoi Tacite, sénateur de la république romaine, a-t-il écrit un ouvrage comme son Agricola qui contenait une critique féroce de l'impérialisme romain ? Pourquoi un membre de l'élite romaine a-t-il remis en cause les fondements idéologiques de l'expansionnisme romain ?

Pour nous, la réponse est simple : parce que Tacite a vécu à l'apogée de l'empire (une apogée qui s'est produite immédiatement après les guerres civiles), qu'il croyait fermement en ses valeurs (la pax romana et la suprématie de la loi sur le chaos barbare) et qu'il a vu comment, dans la pratique, ces valeurs étaient pliées à de simples appétits de conquête territoriale. Son travail ne visait pas à démolir les idéaux de l'Empire romain, mais à appeler la classe dirigeante latine à les réaliser.

1900 ans plus tard, un phénomène similaire s'est produit dans l'empire euro-américain : les droits de l'homme ont été la charte des valeurs élaborée par l'empire euro-américain à son apogée, et se sont imposés après le désastre des guerres fratricides (première et deuxième guerres mondiales) pour redonner un élan idéal à un impérialisme désormais en crise idéologique. Les vives protestations qui ont eu lieu en Occident à partir des années 1960 parce qu'entre les proclamations officielles et la réalité des faits, les droits de l'homme n'étaient guère respectés, reposaient sur l'idée que l'empire à son apogée avait la force politico-économique de réaliser ses idéaux, sans les plier aux bas intérêts des nécessités économiques et géopolitiques du moment.

Nous sommes entrés dans une nouvelle phase, que le conflit actuel au Moyen-Orient illustre parfaitement : l'empire euro-américain est en crise, et il ne fait même plus semblant de respecter des lois pour justifier l'usage de sa force, il se contente de frapper le plus fort possible là où il perçoit un danger (réel ou supposé) pour l'éliminer, indifférent aux lois qu'il a lui-même élaborées pour se modérer.

Faire appel aux droits de l'homme pour pousser les élites occidentales à contraindre Netanyahu & co. à un cessez-le-feu n'a donc guère de sens : cela en aurait eu il y a 30 ans, lorsque les États-Unis et l'Europe étaient au faîte de leur puissance, mais maintenant qu'ils se sentent assiégés par des empires émergents (Russie, Chine, Inde, etc.), toute la rhétorique sur la limitation de la force et la protection des peuples les plus faibles n'est guère plus qu'un bruit de fond.

En bref, le problème est le suivant : Tacite nous enseigne que les empires se donnent des règles pour modérer l'usage de la force et produisent une classe dirigeante qui croit en ces règles lorsqu'elles sont à leur apogée, pour ensuite les rejeter dès que l'empire entre en crise et que les règles précédemment élaborées se heurtent à la nécessité de survivre. Le choc pour nous, Occidentaux, est donc double : la guerre actuelle nous confronte au fait que nos élites, après nous avoir inculqué de force le culte des droits de l'homme, ne les considèrent guère plus que comme du papier à jeter, et que notre empire est en crise profonde, peut-être irréversible.

L'Occident est donc nu, et nous avons découvert que sans vêtements, il n'offre pas un grand spectacle.

 euro-synergies.hautetfort.com

 Commenter