La énième impuissance occidentale face aux relations Afrique-Russie

par Mikhail Gamandiy-Egorov

La nouvelle tournée actuelle du chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov sur le continent africain confirme d'une part l'importance des liens stratégiques qui existent entre les nombreux pays d'Afrique avec la Russie. Et de l'autre, ne fait que rappeler que l'Occident ne peut opposer grand-chose pour nuire à ces relations.

Malgré l'hystérie ultra-active du côté des régimes occidentaux vis-à-vis des liens qui unissent Moscou aux nombreuses capitales africaines, et ce dans divers domaines, rien ne semble pouvoir stopper jusqu'à présent les liens en question. Ni les innombrables pressions, menaces et intimidations, ni les promesses de pouvoir prétendument « faire mieux » que Moscou et Pékin.

La première étape de cette nouvelle tournée africaine de Sergueï Lavrov a eu lieu en Afrique du Sud - l'un des principaux partenaires de la Russie sur le continent africain, par ailleurs l'une des principales puissances continentales et membre des BRICS. Et qui d'ailleurs n'a pas manqué de susciter  l'amère réaction du côté des principaux instruments propagandistes occidentaux. À l'instar du journal hexagonal Le Monde qui note que la visite de Sergueï Lavrov en Afrique du Sud rappelle la proximité entre Moscou et Pretoria, tout en reconnaissant que les autorités sud-africaines ont récemment confirmé la tenue d'exercices militaires conjoints avec les marines russe et chinoise au large de Durban.

Outre l'Afrique du Sud, les autres pays concernés par la tournée du chef de la diplomatie russe étant l'Eswatini, l'Angola et le Botswana. Quant à début février, Sergueï Lavrov se rendra cette fois-ci en Afrique du Nord, avec des visites au Maroc, en Tunisie et en Mauritanie. À noter qu'avec le Maroc de  nouvelles pages fortement intéressantes sont en train de s'ouvrir dans le cadre bilatéral des relations.

Dans le domaine de la coopération énergétique - le Maroc était d'ailleurs récemment cité comme l'une des  principales destinations des livraisons de produits pétroliers russes à l'échelle africaine et internationale. Selon les données citées, le Royaume a importé 735 000 tonnes de diesel en provenance de Russie en 2022 (contre 66 000 en 2021), et depuis le début de 2023 - déjà près de 140 000 tonnes.

Pour revenir à la tournée africaine de Sergueï Lavrov, le ministre russe des Affaires étrangères n'a pas manqué de  rappeler depuis la capitale d'Eswatini - Mbabane - que s'il y a un bien pays qui s'immisce dans les affaires intérieures des nations africaines - c'est bien la France.

Répondant ainsi aux déclarations du régime hexagonal prétendant que c'est « la Russie qui est derrière la récente décision des autorités du Burkina Faso d'exiger le départ des troupes françaises du pays ». Une  décision pour rappel du Burkina Faso accueillie avec beaucoup d'enthousiasme par la société civile burkinabè et panafricaine.

De manière générale, les liens unissant Moscou à ses alliés et partenaires stratégiques africains continuent de faire preuve non seulement d'un solide maintien, mais bel et bien d'un renforcement à plusieurs niveaux, y compris dans de nouveaux domaines d'interaction qui s'ouvrent aujourd'hui. Cela ne fait d'ailleurs que confirmer ce qu'Observateur Continental avait  analysé dans un passé récent, à savoir l'impuissance des régimes occidentaux à nuire aux relations russo-africaines.

Et avec  la complémentarité sino-russe à l'échelle internationale, y compris africaine - les diverses sorties et gesticulations des représentants de l'establishment atlantiste ne font qu'augmenter fort considérablement le rejet de la politique occidentale parmi les citoyens africains et par la même occasion accélérer les processus en cours - propres à l'ère multipolaire contemporaine.

 Mikhail Gamandiy-Egorov

source :  Observateur Continental

 reseauinternational.net

 Commenter