24/01/2024 arretsurinfo.ch  10 min #241469

« La Fin de partie » à géométrie variable de Netanyahou.

🇬🇧

Par  Alastair Crooke

La "fin de partie" à géométrie variable de Netanyahou - non pas un stratagème, mais un retour à la bonne vieille stratégie sioniste

Feu Ariel Sharon, chef militaire et politique israélien de longue date, confia un jour à son ami Uri Dan que "les Arabes n'ont jamais véritablement accepté la présence d'Israël... et qu'une solution à deux États n'était donc pas possible - ni même souhaitable".

Dans l'esprit de ces deux personnes - ainsi que dans celui de la plupart des Israéliens aujourd'hui - se trouve le "nœud gordien" au cœur du sionisme : comment maintenir des droits distincts sur un territoire physique incluant une importante population palestinienne.

Les dirigeants israéliens pensaient qu'avec l'approche non conventionnelle de Sharon, l'"ambiguïté spatiale", Israël était sur le point de trouver une solution à l'énigme de la gestion des droits distincts au sein d'un État à majorité sioniste qui comprend d'importantes minorités. De nombreux Israéliens pensaient (jusqu'à récemment) que les Palestiniens étaient contenus avec succès dans un espace politique et physique restreint - et qu'ils étaient même en train de "disparaître" de manière significative - mais le 7 octobre, le Hamas a fait voler en éclats tout ce paradigme complexe.

Cet événement a déclenché une peur généralisée et existentielle de voir le projet sioniste imploser si ses fondements sionistes exceptionnelistes étaient rejetés par une large résistance prête à porter le problème jusqu'à la guerre.

 L'article récent du journaliste américain Steve Inskeep  "Israel's Lack of Strategy is the Strategy" met en lumière un paradoxe évident : alors que Netanyahou est très clair sur ce qu'il ne veut pas, il reste obstinément opaque sur ce qu'il veut comme avenir pour les Palestiniens vivant sur un territoire partagé.

Pour ceux qui pensent que la paix au Moyen-Orient pourrait (ou devrait) être l'objectif de Netanyahou, ce manque de clarté constitue une grave "faille" dans la résolution de la crise de Gaza. Cependant, si Netanyahou (soutenu par son cabinet et par une majorité d'Israéliens) ne propose aucune stratégie de paix avec les Palestiniens, alors cette omission n'est peut-être pas un "bug", mais plutôt une caractéristique.

Pour comprendre l'oxymore sous-jacent, il faut comprendre pourquoi Ariel Sharon et Uri Dan "ont dit ce qu'ils ont dit", et comment l'expérience militaire de Sharon lors de la guerre de 1973 a effectivement influencé l'ensemble du concept palestinien. En 2011, j'ai écrit un article dans  Foreign Policy qui avançait que la notion d'ambiguïté permanente palestinienne de Sharon était - et a été - la principale réponse des sionistes à la manière de contourner le paradoxe inhérent au sionisme. Trente ans plus tard, cette notion est toujours présente dans toutes les déclarations récentes de Netanyahou (et des dirigeants israéliens de tout l'échiquier politique).

Déjà en 2008, la ministre des affaires étrangères (et avocate), Tzipi Livni,  expliquait pourquoi "la seule réponse d'Israël (à la question de savoir comment maintenir le sionisme) était de maintenir les frontières de l'État indéterminées - tout en s'accrochant aux rares ressources en eau et en terre - laissant les Palestiniens dans un état d'incertitude permanente, dépendant de la bonne volonté d'Israël".

Et j'ai  noté dans un autre article que "Livni disait vouloir qu'Israël soit un État sioniste, basé sur la loi du retour et ouvert à tous les Juifs. Toutefois, pour garantir un tel État dans un pays dont le territoire est très limité, la terre et l'eau doivent rester sous contrôle juif, avec des droits distincts pour les Juifs et les non-Juifs - des droits qui affectent tout, du logement et de l'accès à la terre, aux emplois, aux subventions, aux mariages et à la migration".

Par conséquent, une solution à deux États ne résout pas le problème du maintien du sionisme : au contraire, elle l'aggrave. La revendication incontournable d'une égalité totale des droits pour les Palestiniens entraînerait la fin des "droits spéciaux" juifs et du sionisme lui-même, a affirmé Livni - une menace avec laquelle la plupart des sionistes sont d'accord.

La réponse de Sharon à ce paradoxe ultime était cependant différente : Sharon avait un plan alternatif pour gérer un important "groupe étranger" non juif, physiquement présent dans un État sioniste aux droits distincts. L'alternative de Sharon se résumait à refuser une solution à deux États à l'intérieur de frontières fixes.

Cela suggère un raisonnement très différent, en contradiction avec ce qui a longtemps été présumé par le consensus international, à savoir qu'une solution à deux États finirait par émerger - quoi qu'il arrive - parce qu'il en allait de l'intérêt démographique ultime d'Israël.

L'origine de l'"alternative" de Sharon se trouve dans sa réflexion militaire radicalement non orthodoxe sur la manière de défendre le Sinaï, alors occupé, contre l'armée égyptienne lors de la guerre avec l'Égypte en 1973.

L'issue de la guerre israélo-arabe de 1973 a pleinement justifié la doctrine de Sharon d'une défense par réseau basée sur une série de points forts répartis dans toute la profondeur du Sinaï - un cadre qui a fait office de "piège" spatial étendu offrant aux Israéliens un haut niveau de mobilité, tout en paralysant l'ennemi pris dans sa matrice de points forts interdépendants.

(Si le lecteur remarque la similitude d'approche avec les lieux stratégiques israéliens que sont les "points forts" des colonies disséminés en Cisjordanie aujourd'hui, ce n'est pas une coïncidence).

Sharon  envisageait les profondeurs de la Cisjordanie dans son intégralité comme une "frontière" étendue, perméable et temporaire. Cette approche pouvait donc faire abstraction de tout tracé en pointillés, établi pour indiquer une quelconque frontière politique. Ce cadre était destiné à laisser les Palestiniens dans un état d'incertitude permanente, pris dans une matrice de colonies imbriquées les unes dans les autres, et soumis à une intervention militaire israélienne à la seule discrétion d'Israël.

En 1982, Sharon a  élaboré son plan  "H", une structure de colonies de peuplement en "points forts" pour la Cisjordanie, censée refléter la stratégie du Sinaï. Toutefois, cette stratégie défensive a également eu pour effet de donner au "sionisme de colonisation" une nouvelle raison d'être et une nouvelle légitimité.

Le succès de cette stratégie l'a donc fait passer d'une structure défensive essentiellement militaire (pour paralyser les Palestiniens à l'intérieur d'une matrice de positions fortes des Forces de défense israéliennes) à la base d'une gestion plus large des Palestiniens. Au fil des ans, cette structure est devenue plus répressive, plus inique et plus mal acceptée. Et finalement, elle a donné naissance à la solution d'apartheid à deux États.

Lorsqu'Ariel Sharon a "tracé" les limites de la frontière israélienne et les a "posées" de part et d'autre de la Cisjordanie, il a en fait déclaré que les colons de Cisjordanie constituent l'extension spatiale de la frontière du territoire d'avant 1967, de la même manière qu'il avait élargi la frontière d'Israël à travers les matrices de points forts dans le Sinaï.

C'était précisément le but de sa vision : peu importe qu'Israël soit le territoire d'avant ou d'après 1967 - toutes les frontières sont fluides et changeantes, selon lui. La "frontière" étendue, élastique, perméable et matricielle de Sharon a donc entamé le processus - dans la sphère militaire - d'effacement des démarcations entre l'intérieur et l'extérieur politiques. Ce concept, associé à celui d'espace "non respecté" de Sharon, est devenu la doctrine militaire israélienne établie.

"Nous voulons confronter l'espace délimité de la pratique militaire traditionnelle et démodée à une fluidité permettant de se déplacer dans l'espace et de franchir toutes les frontières et les barrières sans entrave. Plutôt que de contenir et d'organiser nos forces en fonction des frontières existantes, nous voulons nous déplacer à travers elles", notait un officier supérieur israélien en 2006.

Il est essentiel de noter que l'estompement de l'espace établi et délimité s'est progressivement propagé de la sphère militaire à la sphère politique israélienne. En outre, le principe de l'estompement de ce qui est à l'intérieur et de ce qui ne l'est pas a été étendu à l'espace politique et juridique des territoires palestiniens occupés. Il a permis la création d'un espace à deux vitesses, soumettant les Juifs israéliens et les Arabes palestiniens à des grilles de mobilité et de traitement administratif différentes.

L'espace juridique et administratif ainsi différencié a permis de consolider le principe politique sioniste des droits politiques distincts. Ce système à deux niveaux prévoit l'exclusion politique des Palestiniens, mais maintient leur dépendance et leur inclusion juridique dans l'appareil de contrôle israélien. Il s'agit essentiellement du système d'exception souveraine abordé par des philosophes tels que Carl Schmitt et  Giorgio Agamben.

Nous en sommes aujourd'hui au même point : dès lors qu'il est clair que l'objectif primordial est de maintenir le sionisme, tout ce que fait Netanyahou prend alors un sens. Le cœur du problème reste inchangé : la contradiction inhérente à un État sioniste exclusif incorporant un important groupe de non-Juifs sans droits - qu'il soit détenu dans le ghetto clôturé de Gaza ou dans une "matrice de bastion de colons" en Cisjordanie - est devenue intenable.

Une fois que le "système" de partition d'Ariel Sharon s'effondre (comme ce fut le cas le 7 octobre), des concepts tels que les propositions de Blinken sur le "jour d'après" pour Gaza jettent le doute sur la viabilité du projet sioniste en tant que tel. En clair,  le sionisme devra être repensé - ou abandonné.

De même, les réponses politiques de l'Occident devront être revues. Les platitudes bien intentionnées sur une "solution" à deux États arrivent des années trop tard. Trop d'eau a coulé sous les ponts. L'Occident pourrait plutôt commencer à envisager les implications d'une défaite pour ceux qui ont choisi leur camp dans ce conflit. Non seulement Israël à Gaza est sur le banc des accusés à La Haye, mais aussi beaucoup d'autres (du point de vue du monde du Sud).

Cette "inclusion par exclusion" israélienne aurait-elle vraiment pu perdurer ? Le système politique techno-spatial sharonien, malgré sa prétention à la légitimité philosophique, n'est après tout, à la base, qu'une évolution du paradigme associé à un stratège sioniste clé, Vladimir Jabotinsky : à savoir une manière différente de faire "disparaître" les Palestiniens.

Et si les constructions techno-spatiales ne permettent pas de faire "disparaître" le groupe palestinien, il ne serait pas surprenant que la logique de la situation ramène Netanyahou et son gouvernement à la stratégie originale de Sharon, à savoir le non-respect radical de l'espace militaire et des frontières politiques, afin de surprendre et de créer un piège géographique élargi pour les Palestiniens (comme Sharon l'a fait avec l'armée égyptienne).

"Israël est l'État du peuple juif", a souligné Livni en 2008, insistant sur la "position de fond" sioniste, "et j'insiste sur la signification de 'son peuple', le peuple juif, Jérusalem étant la capitale unie et indivise d'Israël et du peuple juif depuis 3007 ans".

Alastair Crooke

Source:  Unz.com, 22 janvier 2024

Votre email...

 arretsurinfo.ch

 Commenter

Référencé par :

1 article