14/11/2023 euro-synergies.hautetfort.com  15 min #237271

La géopolitique du conflit israélo-palestinien (Histoire, religion, culture et choc des empires et des puissances)

La géopolitique du conflit israélo-palestinien (Histoire, religion, culture et choc des empires et des puissances)

Manuel Espinoza

Source:  novaresistencia.org

Il est essentiel de toujours réaffirmer les différents aspects du conflit : religieux, historique, économique, géopolitique, culturel, etc, afin d'avoir une vision complète de la question israélo-palestinienne.

Le génocide du sionisme juif contre le peuple palestinien, qui dure depuis des décennies, l'humiliation, l'horreur, la destruction, la mort et l'exil de milliers et de milliers de Palestiniens dans la bande de Gaza ce mois-ci n'est qu'un exemple dans un conflit qui échappe à toute logique, même si les médias occidentaux tentent de faire croire au monde qu'il s'agit d'une réponse logique et juste à l'attaque terroriste menée par le groupe Hamas au début du mois d'octobre de cette année.

Un élément par excellence dans la manipulation des causes réelles de ce massacre en cours et de l'extermination planifiée par les sionistes est "l'appartenance territoriale". D'abord parce qu'elle est non seulement inconnue et difficile à comprendre au point de pouvoir être clarifiée et inversée, mais aussi parce que des millions de personnes se soumettent à y croire de manière aliénante, religieuse et inconditionnelle. Par conséquent, pour comprendre le conflit israélo-palestinien, il faut remonter dans le temps et explorer l'histoire, la culture, la religion et la géographie des différents peuples qui ont habité la région pendant des millénaires.

D'un point de vue anthropologique et ethnologique, qui nécessite une analyse géopolitique, on peut voir que la base du conflit remonte à l'émergence des Cananéens, des Philistins et des Hébreux, ainsi que d'autres peuples de la région, et comprendre comment elle est manipulée religieusement en leur faveur.

Peuples et territoires

Les Cananéens :

L'un des groupes les plus anciens à habiter la région connue aujourd'hui sous le nom de Palestine/Israël. Ils sont apparus dans la région il y a des milliers d'années, vers le troisième millénaire avant J.-C. Il s'agissait d'un peuple sémite qui s'est installé sur une terre fertile et stratégiquement située, avec un accès à la mer Méditerranée. Un "peuple sémite" désigne les groupes ethniques et culturels qui partagent un héritage culturel et une langue communs, connus sous le nom de langues sémitiques. Ces langues comprennent l'hébreu, l'arabe, l'araméen, l'akkadien et d'autres.

Le terme "sémite" est dérivé de Sem, l'un des trois fils de Noé (Sem, Cham et Japhet) qui, dans le récit biblique, après le déluge, Noé et ses fils sont devenus les ancêtres de l'humanité. Ceux-ci, par leur phénotype racial, ont divisé et peuplé l'Afrique (Cham), le Moyen-Orient (Sem) et l'Europe de l'Est (Japhet).

Les peuples sémites sont nés et ont vécu dans diverses régions du Moyen-Orient, de l'Afrique du Nord et de certaines parties de la péninsule arabique. Ces peuples ont partagé des caractéristiques linguistiques, culturelles et, dans certains cas, religieuses tout au long de l'histoire. Et, comme c'est le cas dans les relations humaines, les conflits liés à la territorialité, aux croyances religieuses et au pouvoir ont façonné leur évolution historique.

Parmi les groupes ethniques et les cultures sémitiques les plus connus, on peut citer:

Les Arabes : le plus grand groupe ethnique parlant des langues sémitiques, en particulier l'arabe.

Les Araméens : Ils se trouvaient notamment dans la région d'Aram-Damas, en Syrie.

Akkadiens : ancien peuple sémite qui vivait dans la région de la Mésopotamie.

Phéniciens : ils vivaient dans la région côtière du Levant, dans ce qui est aujourd'hui le Liban. Ils étaient connus pour leur commerce et leur navigation.

Sur le plan religieux, les Cananéens vénéraient divers dieux et déesses, dont Baal et Astarté. Leurs croyances et pratiques religieuses incluaient des sacrifices rituels et l'adoration d'autels sacrés. Leur culture était étroitement liée à la terre et à l'agriculture, et ils se considéraient comme un peuple choisi par leurs dieux pour habiter cette terre fertile.

C'est l'une des premières sources de conflit religieux avec les Hébreux (Juifs), car ces dieux sont mentionnés dans plusieurs passages de la Bible hébraïque (Ancien Testament), dans un contexte où les prophètes hébreux condamnent le culte de ces divinités comme de l'idolâtrie. La lutte contre le culte de Baal et d'Astarté est devenue la première tentative d'imposer les croyances religieuses d'un peuple à un autre.

Les Philistins : Les Philistins, également connus sous le nom de "pelezeth" dans les inscriptions égyptiennes anciennes, étaient un peuple marin qui s'est installé sur la côte sud-ouest de la région, dans et autour de l'actuelle Gaza. Les Philistins sont apparus dans la région vers le XIIe siècle avant J.-C., bien avant les Hébreux.

Culturellement, les Philistins étaient différents des Cananéens et des Hébreux. Ils avaient leurs propres divinités et pratiques religieuses. L'un de leurs dieux les plus connus était Dagon. En outre, les Philistins étaient connus pour leurs prouesses en matière de guerre et de métallurgie, et on leur attribue l'introduction de la technologie du fer dans la région. Les Philistins sont bien connus pour leur affrontement avec les Hébreux dans la Bible.

Ni les Cananéens ni les Philistins n'existent aujourd'hui en tant que groupe ethnique ou culturel ; leur nom a traversé l'histoire et ils ont été absorbés par d'autres groupes et civilisations qui ont conquis la région.

Les Hébreux : Ils pratiquaient une forme primitive de monothéisme, adorant le Dieu Jéhovah. Il s'agit d'un groupe ethnique et religieux apparu dans la région au début du deuxième millénaire avant J.-C., bien après les Cananéens et les Philistins, et qui "fait croire", à travers la Bible, qu'il est le descendant d'Abraham, qui descendait de Sem. Mais, à y regarder de près, Abraham venait de la ville d'Ur (située en Irak) des Chaldéens et, venant de Sem, il était de race sémite et de phénotype arabe sémite de type irakien, iranien ou saoudien.

Les Chaldéens étaient un ancien groupe ethnique originaire de la région chaldéenne de Basse-Mésopotamie, qui correspond principalement au sud de l'Irak actuel. Les Cananéens, les Philistins ou les Hébreux étaient des groupes différents ayant leur propre identité et des territoires distincts. Les relations des Chaldéens avec ces groupes étaient essentiellement géographiques. Leur influence dans la région babylonienne et leur rôle dans la création de l'Empire néo-babylonien, qui inclut la conquête de Jérusalem et la déportation des Hébreux du royaume de Juda en 586 avant J.-C. par le roi Nabuchodonosor II.

D'un point de vue historique, les Hébreux ont habité la région en plusieurs étapes et périodes, fondant le Royaume d'Israël et le Royaume de Juda avant d'être conquis et exilés par des puissances étrangères telles que les Assyriens et les Babyloniens. Il convient de noter que dans la région connue sous le nom de "pays de Canaan" (la Terre promise), outre les Cananéens, les Philistins et les Hébreux, vivaient divers groupes ethniques et cultures, tels que :

les Amorites : ils habitaient diverses parties du pays de Canaan.
Les Jébusiens : ils habitaient la ville de Jébus, qui devint plus tard Jérusalem. Les Hébreux, sous la conduite du roi David, s'emparèrent de Jébus et en firent la capitale de leur royaume, Jérusalem.
Hittites : bien qu'originaires d'Anatolie (l'actuelle Turquie), les Hittites étaient très présents sur ces terres.
Phéniciens : ils vivaient principalement sur la côte méditerranéenne, dans l'actuel Liban. Ils étaient réputés pour leurs compétences en matière de navigation et de commerce et ont fondé des colonies commerciales dans toute la région méditerranéenne.
Araméens : ils parlaient la langue araméenne et vivaient dans les régions voisines, comme Aram-Damas. L'araméen est devenu une langue importante dans la région et a été parlé dans tout le Proche-Orient.
Édomites et Moabites : ces groupes vivaient à l'est du pays de Canaan, dans ce qui est aujourd'hui la Jordanie et dans certaines parties du désert du Néguev.
Philonites : ils habitaient la région de la Philistie.

Chacun de ces groupes ethniques avait sa propre culture, sa propre langue et ses propres traditions, et leur interaction dans la région de Canaan au cours des siècles a influencé l'histoire et la diversité culturelle de la région. C'est la présence arabe sémite qui s'est le plus dispersée au Moyen-Orient, plutôt que la présence hébraïque. Dans le cas de la Palestine, cela peut être compris comme une identité qui est le produit de la diversité ethnique et religieuse des peuples mentionnés ci-dessus et des lieux qu'ils habitaient à l'origine.

Cela explique tacitement que le territoire de la Palestine ne peut être entièrement celui d'Israël, mais cela élargit le spectre du conflit israélo-palestinien et s'élève donc au niveau d'un conflit israélo-arabe en raison des origines des peuples d'origine.

Fondement religieux du conflit :

Les fondements religieux du conflit sur le territoire palestino-israélien sont profonds et complexes. Pour les Juifs, la terre d'Israël est considérée comme leur héritage historique et spirituel, promis par Dieu (Jéhovah) à Abraham, mais comme Abraham était un descendant de Sem, la terre promise n'était pas destinée aux Juifs japhétiques ou kempethites, mais à leurs descendants sémites.

Pour les Palestiniens, la terre a donc aussi une profonde signification religieuse. La vieille ville de Jérusalem abrite d'importants lieux saints musulmans, comme la mosquée Al-Aqsa. En outre, les chrétiens considèrent Jérusalem comme un lieu d'importance religieuse en raison de son association avec la vie de Jésus, qui était également sémite. Est-ce pour cela que les Juifs eux-mêmes l'ont condamné à être crucifié ? Est-ce pour cela que les Juifs ne le reconnaissent pas comme le Messie ?

Les bases culturelles du conflit :

Ces bases remontent à l'Antiquité et ont évolué au fil des siècles, s'intégrant dans les domaines suivants : Langue et culture, Art, musique et littérature, Éducation et médias, Histoire du conflit et Identités religieuses, qui génèrent trois grands thèmes qui sous-tendent le conflit.

Héritage culturel et territorial : les deux groupes, les Juifs et les Israéliens d'une part et les Palestiniens d'autre part, revendiquent des droits historiques et un lien ancestral avec la terre. Ces droits reposent sur des récits culturels vieux de plusieurs milliers d'années.

Récits d'exil et de retour : l'exil assyrien (722 av. J.-C.) La conquête du Royaume du Nord d'Israël par l'Empire assyrien en 722 av. J.-C. a entraîné la dispersion des tribus du Nord d'Israël. Ces tribus sont connues sous le nom de "Dix tribus perdues" uniquement dans le cadre du récit biblique.

L'exil babylonien (586 av. J.-C.), qui a eu lieu après la destruction du premier temple de Jérusalem par le roi babylonien Nabuchodonosor II en 586 av. Au cours de cet exil, une grande partie de la population juive a été emmenée en captivité à Babylone.

L'exil romain (70 et 135 après J.-C.) : après la destruction du second temple de Jérusalem en 70 après J.-C., lors de la grande révolte juive, de nombreux Juifs sont emmenés en captivité par les Romains. En outre, après la révolte menée par Bar Kohba en 135 après J.-C., les Romains ont interdit aux Juifs de vivre à Jérusalem et dans ses environs, ce qui a entraîné la dispersion de la population juive dans l'ensemble de l'Empire romain.

La diaspora juive et la Palestine : tout au long de l'histoire, les Juifs se sont dispersés dans le monde entier, établissant des communautés juives partout. Cela a entretenu l'idée d'un retour à la terre ancestrale d'Israël, connue sous le nom de "Terre promise", qui était fondamentale pour le mouvement sioniste, lequel prônait la création d'un État juif en Terre d'Israël.

Des événements traumatisants, comme la Nakba en 1948 (le bannissement des Palestiniens), ont entraîné la mort d'un nombre total d'Arabes palestiniens estimé à environ 13.000 personnes. Environ 750.000 Arabes palestiniens ont été expulsés et bannis de leurs maisons, devenant ainsi des réfugiés. La plupart d'entre eux se sont installés dans des camps improvisés en Cisjordanie (Transjordanie occupée). Ou dans le camp de concentration de plus de 2 millions de Palestiniens à Gaza, qui ne peuvent ni entrer ni sortir à cause du siège imposé par l'entité sioniste.

De telle sorte que : a) La création d'Israël en 1948 a été perçue comme un "retour au pays" pour de nombreux Juifs. b) De même que le non-respect de la création de l'État palestinien a généré une immense diaspora en exil en raison du vol de leur terre, ils ont maintenu la revendication du "droit au retour" des réfugiés palestiniens dans leurs foyers.

Les intérêts des puissances dans le conflit

Ceux-ci sont beaucoup plus faciles à expliquer et à croire, car il ne s'agit pas de récits de foi religieuse, mais d'actions politiques, militaires et économiques menées par des acteurs internationaux en fonction de leurs intérêts économiques et spéculatifs privés, qui, avec les groupes sionistes de Grande-Bretagne et des États-Unis, sont les véritables responsables de l'horreur de ce conflit et de la barbarie appliquée au peuple palestinien.

Les intérêts géopolitiques de la Grande-Bretagne au Moyen-Orient au cours des XIXe et XXe siècles étaient liés à des objectifs stratégiques, économiques et politiques de maintien et d'expansion de son empire colonial, qui ont encore aujourd'hui un impact significatif sur le façonnement de la région et de son histoire moderne.

- Le contrôle des routes commerciales terrestres et maritimes stratégiques pour garantir l'acheminement des ressources et des matières premières vers le Royaume-Uni : la région du Moyen-Orient, de par sa situation géographique entre l'Europe, l'Asie et l'Afrique, a été et continue d'être d'une importance fondamentale à cet égard. Le canal de Suez, par exemple, qui relie la mer Méditerranée à la mer Rouge, est également devenu une voie de transit vitale pour le déploiement des forces militaires et la projection de la puissance britannique dans la région et au-delà.
- Contrôle et appropriation des ressources naturelles stratégiques : l'industrie pétrolière, les minéraux dans des pays comme l'Irak, l'Iran et l'Arabie saoudite et les produits agricoles dans la région.
- Affaiblissement de l'Empire ottoman : avant la première guerre mondiale, sa position géographique, qui couvrait une grande partie du Moyen-Orient, était cruciale pour le contrôle des routes commerciales et maritimes. En outre, la protection des intérêts économiques dans la région ottomane, y compris les investissements dans les chemins de fer, les compagnies pétrolières et le commerce, s'étendait jusqu'à l'Inde.

D'où le soutien clandestin aux mouvements arabes contre l'Empire ottoman. Le soutien au leader arabe Sharif Hussein bin Ali (photo) et à sa révolte arabe, qui cherchait à libérer les territoires arabes de la domination turco-ottomane, en est un exemple frappant. La Grande-Bretagne a conclu des alliances et des accords politiques avec les dirigeants et les gouvernements de la région afin de garantir l'établissement de mandats de la Société des Nations dans des territoires tels que la Palestine et la Mésopotamie après la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Par conséquent, le soutien de la Grande-Bretagne aux organisations sionistes et à la création de l'État d'Israël à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle est lié aux intérêts géopolitiques que j'ai mentionnés plus haut au Moyen-Orient. Les organisations étaient considérées comme un moyen de gagner de l'influence dans la région et d'assurer le contrôle stratégique de zones importantes. La déclaration Balfour de 1917, publiée par Arthur Balfour, alors ministre britannique des affaires étrangères, exprimait le soutien de la Grande-Bretagne à la création d'un "foyer national pour le peuple juif" en Palestine, qui est la pierre angulaire du conflit.

La fusion du capital juif anglo-saxon et la domination de la politique et de l'économie américaines

Après la Seconde Guerre mondiale, la stratégie de domination et de contrôle britannique se poursuit. Les États-Unis développent leurs intérêts géopolitiques au Moyen-Orient, qui influencent encore aujourd'hui leur politique dans la région.

Le pétrole est devenu une ressource stratégique clé dans la période d'après-guerre. S'assurer l'accès à ces réserves et contrôler les prix du pétrole était d'un intérêt primordial. La formation d'alliances avec des pays producteurs de pétrole tels que l'Arabie saoudite est devenue un élément important de la politique américaine dans la région.

Pour contenir le communisme et l'influence soviétique au Moyen-Orient, il fallait créer des alliés stratégiques, tels qu'Israël, l'Arabie saoudite, l'Iran et la Turquie, qui fournissaient des bases militaires, des ressources stratégiques et un soutien à la politique américaine dans la région.

Ces alliés ont alimenté des conflits qui ont conduit à des rivalités entre États, comme l'Irak contre l'Iran, le Pakistan contre l'Inde, l'Arabie saoudite contre l'Iran, ou à la création de groupes terroristes tels qu'Al-Qaida et d'autres. La construction de ces éléments déstabilisateurs pour contrôler l'équilibre des pouvoirs leur a permis d'exercer un leadership régional menaçant. Comme dans le cas de la possession d'armes nucléaires par Israël, sans permettre à d'autres d'en posséder.

C'est pourquoi ni les Perses (Iran), ni les Turcs, ni les Arabes n'ont pu détruire Israël. Au contraire, ils ont été infiltrés par les services de renseignement occidentaux et israéliens pour les diviser et affaiblir leur position d'unité arabe en faveur de la Palestine. L'exemple le plus flagrant des opérations de renseignement a été l'assassinat de Yasser Arafat et la création du groupe Hamas pour saper l'unité palestinienne et le prestige de leur lutte dans sa forme radicale.

Si nous regardons de près chaque fois que le Hamas agit contre Israël, la réponse du gouvernement sioniste est asymétrique en termes de destruction d'infrastructures et de vies humaines, en particulier d'enfants palestiniens. Ces actions servent de prétexte au génocide et au bannissement des Palestiniens et à l'accroissement d'une force militaire toujours plus destructrice. Il est largement admis que, cette fois-ci, les services de renseignement n'avaient pas prévu l'attaque de ce mois-ci, mais en réponse, le gouvernement sioniste a menacé que si 1,5 million de ses citoyens ne quittaient pas Gaza, ils le regretteraient pour le reste de leur vie, poursuivant ainsi sa stratégie d'occupation et d'usurpation du territoire palestinien.

En conclusion, ce sont la Grande-Bretagne, les États-Unis et le capital mondial qui ont offert la "Terre promise" à Abraham au prix du martyre et de l'extermination du peuple palestinien. Ils l'ont armé jusqu'aux dents et lui ont permis de commettre des génocides contre eux en toute impunité. C'est pourquoi, à ce jour, Israël est heureux et capricieux de ne pas se conformer à 95 % des résolutions de l'ONU en faveur du retour sur leurs terres de millions de Palestiniens dispersés sur toute la planète, sans parler de l'édification d'un État palestinien. L'holocauste palestinien se poursuit, tout comme leur résistance.

Source : Geopolitika.ru

 euro-synergies.hautetfort.com

 Commenter