06/02/2024 euro-synergies.hautetfort.com  10 min #242312

La gloire du matin en Occident - De la décomposition à la renaissance

La gloire du matin en Occident - De la décomposition à la renaissance

Anton Prins

Source:  reactionair.nl

Rares sont ceux qui nieraient que l'Occident est en pleine décadence. Les nombreuses crises qui nous frappent rendent de plus en plus visible l'effondrement de la société moderne. Pourtant, nombreux sont ceux qui ne comprennent pas que l'arrachement des fondations sur lesquelles l'Occident a fondé son apogée ait abouti à l'affaissement de l'ensemble, qui s'est transformé en ruine. D'ailleurs, certains continuent volontairement à s'aveugler sur le mythe du progrès alors que ce que nous voyons autour de nous le contredit inexorablement.

"Das Alte stürzt, es ändert sich die Zeit, Und neues Leben blüht aus den Ruinen" (L'ancien s'effondre, les temps changent, une nouvelle vie éclot au milieu des ruines). 

- Friedrich Schiller

Nous trouvons les origines de la situation actuelle dans le bouleversement des valeurs et des mentalités qui est allé de pair avec la sécularisation et, surtout, le désenchantement de la société. Le matérialisme littéral a étouffé toutes les nuances de réalité dont les anciennes cultures étaient si riches. Dès que Dieu a été mis au repos, l'égoïsme usurpateur s'est précipité sur son trône. De cette tyrannie découlent tous les maux de la modernité. En effet, lorsque les hommes vivaient encore selon des puissances supérieures, ils levaient la tête vers le ciel. Aujourd'hui, l'homme est enchaîné à la paroi rocheuse, narguant ceux qui tentent de le convaincre que les images sur les murs, auxquelles il s'accroche anxieusement, ne sont que des ombres (1).

Le sous-homme, où ne réside plus ni Dieu ni esprit, l'homme inférieur ne fait plus confiance à la justice après cette vie. Il l'a donc prise en main et son égoïsme, sous l'influence de la vision matérielle du monde, se transforme en un ressentiment qui, déguisé en vertus d'"égalité" et de "justice", n'apprécie pas la fortune terrestre des autres et estime qu'il doit remédier à l'inégalité inhérente à cette situation. Au plus fort, cela s'exprime dans le culte de la faiblesse désormais appelé "woke" où le droit du plus faible prévaut et où toute vitalité est évincée. C'est là que l'aspiration à l'égalité montre sa vraie nature, mais même sous des formes plus douces, ce ressentiment peut être discerné derrière un masque vertueux.

Cependant, on veut aussi la liberté - comme si l'on pouvait gagner la liberté pour soi-même. L'homme est devenu l'esclave de sa propre convoitise et son désir de liberté n'est rien d'autre que de la paresse, ce qui lui fait ressentir toutes les règles morales comme oppressives. L'homme moderne servile ne veut pas être servile, il veut s'imaginer souverain. Nietzsche, pourtant, a vu avec acuité, il y a plus d'un siècle, que se débarrasser d'un joug en soi n'a aucune valeur :

"Frei nennst du dich ? Deinen herrschenden Gedanken will ich hören und nicht, dass du einem Joche entronnen bist. Bist du ein Solcher, der einem Joche entrinnen durfte? Es giebt Manchen, der seinen letzten Werth wegwarf, als er seine Dienstbarkeit wegwarf" (2) (Tu te dis libre? Je veux entendre les idées qui te dominent et non t'entendre dire que tu as échappé à un joug. Es-tu de ceux qui avaient droit à échapper à un joug? Beaucoup sont ceux qui ont rejeté leur dernière valeur, en rejetant leur servitude).

C'est aussi la paresse qui prive la vie moderne de tout dynamisme et qui a endormi l'homme d'aujourd'hui. Ses plaisirs ne peuvent être considérés comme de véritables plaisirs, mais seulement comme une ivresse passive des sens (3). Dans son divertissement, assis derrière un écran et se contentant d'absorber des couleurs et des sons, aucun effort n'est demandé à ses facultés mentales. En conséquence, il a progressivement perdu sa résistance et sa capacité d'effort.

Il n'est donc pas très différent des mangeurs de lotus de l'Odyssée. L'homme moderne n'aspire pas à la maison et au foyer, ni à une victoire durement gagnée, ni à l'extase que procure la recherche de la beauté ou de la vérité. Il a perdu sa passion pour le confort, son aversion pour la douleur et les ennuis, et se contente donc d'être engourdi.

Cette indolence et cet égoïsme marquent le début de sa fin. Quelle que soit la hauteur des tours modernes de Babeltown, revêtues de verre réfléchissant, qui s'élancent vers le ciel, quelle que soit l'avancée de notre technologie moderne, son éclat est trompeur, comme la lumière d'une étoile dont on ne sait pas si elle s'est déjà éteinte alors qu'elle brille dans le firmament (4).

Je vous le dis: la nuit a déjà commencé, l'effondrement a déjà eu lieu mais nous ne le voyons pas encore. On ne sait pas quand et comment le sentiment de malheur percera l'illusion de paix, de prospérité et d'ordre dans laquelle se trouve encore la majeure partie de la population.

Il n'est pas inconcevable qu'avec la surveillance croissante et l'ingérence des gouvernements, le monde moderne se transforme en un Meilleur des mondes, car l'homme est faible et la majorité cède volontiers à la tyrannie tant qu'elle dispose de panem et circenses. Quoi qu'il en soit, la modernité est en train de s'effondrer et va s'embraser. Sauvez-vous comme Énée s'est enfui de Troie en flammes.

De nouveaux lendemains

Même en cette période de déclin, nombreux sont ceux qui méprisent la modernité. D'une part, ils s'aventurent dans le radicalisme politique. Pensez aux jeunes communistes, aux conservateurs de la "droite dure" ou au mouvement pour le climat que l'on pourrait presque qualifier de religieux. Cependant, ces mouvements ne parviennent pas à transcender les fondamentaux modernes et s'accrochent au progrès, dans lequel ils ne peuvent se libérer de la domination de la paresse et de la technologie qui l'accompagne. D'autre part, nous trouvons les réactionnaires, qui rejettent les fondements modernes par définition, et ceux qui recherchent l'autosuffisance ; ces derniers cherchent à s'affranchir de l'interconnexion qui caractérise la société moderne et crée une grande dépendance.

Au milieu des ruines, de nouveaux lendemains vont déjà fleurir. De plus en plus nombreux sont ceux qui s'opposent à l'égoïsme laxiste de l'homme moderne. Ils seront de plus en plus nombreux et finiront par entraîner dans leur sillage un monde brisé et en recherche. Il est dans la nature de l'homme moyen d'admirer des leaders inspirants et, à cette fin, quelques éclaireurs et guides qui éclairent la voie serviront d'exemples aux masses afin qu'elles finissent elles aussi par se soumettre à un nouveau complexe de valeurs et ne s'adonnent plus servilement à leurs plaisirs sans valeur. Il faut rompre avec la mentalité moderne.

Cela peut se faire au sein même de la société moderne en décomposition, mais il faudra résister aux tentatives technocratiques de soumettre les êtres humains au contrôle de l'État et à toutes sortes de projets mondialistes. Il s'agit d'une tâche difficile qui requiert des personnes pleinement engagées dans des valeurs nouvelles - ou anciennes. Ces guides du renouveau devront avoir une personnalité inébranlable et posséder une vaste connaissance des sagesses anciennes, tant religieuses que philosophiques, afin d'enseigner à leurs disciples et de les inspirer de manière à ce qu'ils puissent soulever les faibles d'esprit sur leurs épaules. Lorsqu'un tel contre-mouvement se produit, la mentalité moderne finit par céder complètement.

Cependant, il est également possible qu'en dehors de la société, dans des régions reculées, de petites communautés émergent avec des idéaux partagés et qu'un vent nouveau souffle sur le monde. Après tout, pour les Romains, la Palestine n'était qu'une petite province (bien que gênante et le plus souvent rebelle) ; pourtant, c'est de ce bout de terre qu'est né un homme dont les idées ont guidé le monde pendant près de deux mille ans.

Bien que je n'ose pas dire si le christianisme sera la voie de l'avenir ou si un cadre métaphysique entièrement différent entourera le nouveau monde, comme une interprétation occidentale du bouddhisme (5), un renouveau des idées germano-païennes ou une synthèse de plusieurs traditions, je crois que dans tous les cas, il s'agira d'une réévaluation de notre capacité allégorique, de notre nature religieuse (6). Le matérialisme, l'égoïsme et la paresse disparaîtront et les fausses valeurs d'égalité et de liberté seront également remplacées par des idéaux valables et par des vertus telles que la courtoisie, la tempérance, la bravoure, la maîtrise de soi et la sagesse.

Ce n'est qu'ainsi qu'un nouvel âge d'or sera possible et que le monde guérira de la modernité. Il est indéniable que ce nouveau monde aura lui aussi des failles. Cependant, nous ne pouvons pas les guérir ; penser cela est une erreur de la modernité. Malgré la souffrance, nous regarderons vers le ciel et nous nous dépasserons dans cet esprit. Nous savons par le passé que cela pousse l'homme à la grandeur et que, soumis aux principes les plus élevés, il peut construire des cathédrales, créer de l'art, écrire de la musique qui dépassent de loin les créations nées de l'orgueil humain.

L'alternative est que nous ne surmontions pas la modernité, qu'elle ne s'améliore jamais et qu'une destruction aux proportions apocalyptiques anéantisse d'un seul coup l'orgueil et l'égoïsme humains, comme l'aurait dit un jour Einstein : "Je ne sais pas avec quelles armes se déroulera la troisième guerre mondiale, mais la quatrième se déroulera avec des bâtons et des pierres" (7). S'il s'avérait que le monde finisse par connaître une telle destruction totale, lorsque nous ne pourrons même pas transmettre notre richesse culturelle et intellectuelle, alors tous les conseils qui s'y rapportent seraient inutiles. Même dans ce cas, le monde refleurira, car la terre ne connaît ni commencement ni fin et de nombreux jours de gloire se sont déjà écoulés avant nous, dont nous nous souvenons à peine à travers la nuit des temps - notre époque ne fait d'ailleurs pas exception à la règle. Mais il vaut mieux éviter cela si possible ; éloignons tout ce qui a de la valeur des portes de l'enfer et efforçons-nous d'atteindre un nouvel apogée.

Notes:

(1) Référence à l'allégorie de la caverne de Platon.

(2) "Tu te dis libre ? Je veux entendre tes pensées dominantes, et non pas que tu as échappé à un joug. Es-tu de ceux qui peuvent échapper au joug ? Plus d'un homme, en rejetant sa servitude, a jeté sa dernière valeur." - Friedrich Nietzsche, Also sprach Zarathustra, Vom Wege des Schaffenden.

(3) Huxley a écrit à propos des plaisirs modernes :

"À la place des anciens plaisirs exigeant intelligence et initiative personnelle, nous avons de vastes organisations qui nous fournissent des distractions toutes faites - des distractions qui n'exigent de la part des amateurs de plaisir aucune participation personnelle et aucun effort intellectuel d'aucune sorte. Dans les interminables démocraties du monde, un million de cinémas apportent les mêmes balivernes éculées. Il y a toujours eu des écrivains et des dramaturges de quatrième ordre ; mais leurs oeuvres, dans le passé, mouraient rapidement sans dépasser les frontières de la ville ou du pays où elles avaient été créées. Aujourd'hui, les inventions du scénariste partent de Los Angeles et traversent le monde entier. D'innombrables spectateurs trempent passivement dans le bain tiède du non-sens. Aucun effort mental n'est exigé d'eux, aucune participation ; ils n'ont qu'à s'asseoir et garder les yeux ouverts." Aldous Huxley, Plaisirs (1923).

(4) Référence aux Buddenbrooks de Thomas Mann : "Diese äußeren Zeichen brauchen Zeit, anzukommen wie das Licht eines solchen Sternes dort oben, von dem wir nicht wissen, ob er nicht schon im Erlöschen begriffen, nicht schon erloschen ist, wenn er am hellsten strahlt..." - "Ces signes extérieurs ont besoin de temps pour arriver comme la lumière d'une étoile au-dessus, dont nous ne savons pas, si elle ne s'éteint pas déjà, si elle ne s'éteint pas déjà, quand elle brille le plus" - Thomas Mann, Buddenbrooks, VII. Teil, K. 6.

(5) Ainsi, le Dr Joris van Rossum, dans son livre De weg terug, Schopenhauer voor een dolende wereld, estime que le christianisme est sur ses dernières jambes et que l'homme occidental a grandi hors du christianisme comme un enfant hors de ses vêtements. Il soupçonne qu'une nouvelle métaphysique sera fortement influencée par le bouddhisme.

(6) Néanmoins, Chesterton écrit : "Le christianisme a connu une série de révolutions et dans chacune d'entre elles, le christianisme est mort. Le christianisme est mort plusieurs fois et s'est relevé, car il avait un Dieu qui savait comment sortir de la tombe". G.K. Chesterton, L'homme éternel, partie II, ch. VI.

(7) "Je ne sais pas avec quelles armes la troisième guerre mondiale sera menée, mais la quatrième guerre mondiale sera menée avec des bâtons et des pierres." - Citation souvent attribuée à Einstein.

 euro-synergies.hautetfort.com

 Commenter