La vice-présidente Delcy Rodríguez au Forum de Saint-Pétersbourg: « Le monde passe d'une économie hégémonique à une économie diversifiée »

La vice-présidente Delcy Rodríguez au Forum de Saint-Pétersbourg:

« Le monde passe d'une économie hégémonique à une économie diversifiée »

Source:  misionverdad.com

S'exprimant lors du XXVIe Forum économique international de Saint-Pétersbourg (SPIEF) 2023, la vice-présidente exécutive du Venezuela, le Dr Delcy Rodríguez Gómez, a souligné la construction d'un nouvel ordre économique international comme un élément clé de l'ordre du jour de la réunion, où le commerce et la chaîne d'approvisionnement sont axés sur la région et localisés pour faire face aux blocages économiques illégitimes.

Le forum se tient à Saint-Pétersbourg, la deuxième ville de Russie, avec la participation de plus de 100 pays du monde entier. La haute fonctionnaire vénézuélienne a présenté une analyse de l'économie mondiale et a appelé à la dédollarisation du commerce international de l'énergie, soulignant que certains pays commencent déjà à vendre du pétrole et du gaz dans d'autres monnaies.

Une nouvelle étape, un nouveau tournant

La fonctionnaire vénézuélienne a souligné que la Chine et l'Inde sont désormais reconnues comme acteurs majeurs dans le monde, compte tenu du rôle que jouent actuellement les BRICS. Elle a souligné que:

« Il y a une rupture importante dans l'ordre économique international que les puissances du monde s'étaient données antérieurement pour contrôler le reste des pays. Nous sommes en train de faire un pas historique transcendantal en passant d'une économie hégémonique à une économie diversifiée, entre des pôles différents, divergents, qui vont recevoir une nouvelle configuration ».

Elle a reconnu le rôle fondamental joué par la Chine dans la construction d'un nouvel ordre économique mondial, dont elle a dit que, dans 35 ans, la Chine aura le même PIB par habitant que les États-Unis. « Nous assistons ici à une nouvelle reconfiguration dans laquelle la région eurasienne retrouve sa position de leader historique », a-t-elle déclaré.

Elle a également analysé la façon dont le monde connaît actuellement des situations complexes et de nouveaux défis: « Lorsque nous regardons ce qui est arrivé à la situation hégémonique et au nouvel ordre international que les grandes puissances du monde ont créés, cela ne fait que montrer une rupture majeure ».

Elle a présenté des estimations : d'ici 2040, les États-Unis et certains pays européens connaîtront une contraction majeure. Dans le même temps, elle a souligné que la demande principale d'énergie proviendrait de la Chine, de l'Inde, de l'Asie du Sud-Est, de l'Afrique du Sud, de l'Amérique latine et de l'Asie de l'Ouest. « Avec une demande énergétique plus élevée, nous assisterons déjà à une contraction dans les pôles nord », a-t-elle déclaré.

Un monde au-delà du dollar

Mme Rodriguez a souligné le déclin de la part du dollar dans les réserves et le commerce international, ainsi que la montée en puissance du yuan chinois. Selon elle, il n'est pas justifié qu'une monnaie dans laquelle un cinquième du commerce est effectué soit la référence alors que d'autres monnaies sont de plus en plus utilisées. En outre, elle a appelé à la création de nouveaux systèmes de paiement autres que SWIFT, qui régit jusqu'à présent la finance internationale, pour ceux qui utilisent des monnaies nationales ou autres.

Elle a noté: « Nous voyons déjà les pays arabes, les pays du Golfe, commencer à vendre leur pétrole et leur gaz dans des monnaies autres que le dollar américain », et elle a fait référence à l'augmentation de l'activité commerciale entre les régions qui placent la géopolitique avant les marchés.

Elle a rappelé la proposition du Comandante « La masse d'argent circulant dans l'économie américaine s'élève à 21.000 milliards de dollars, mais si l'on considère la masse d'argent circulant sur le marché international du pétrole, elle est cinq fois supérieure, c'est-à-dire 104.000 milliards de dollars ».

Elle a insisté sur l'appel lancé par le président Nicolás Maduro, conjointement avec le président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva, à « commercer dans nos monnaies ».

Le Venezuela vers les BRICS

Suivant les directives du président Maduro, la vice-présidente Rodríguez a annoncé que le Venezuela avait déjà demandé à rejoindre les BRICS. Ce bloc économique émergent représente 27% du PIB mondial, 30% du territoire mondial, 18% du commerce international, 43% de la population mondiale et a attiré 25% des investissements étrangers. Il a ajouté que l'économie des pays BRICS dépassait déjà celle des pays du G7. À cet égard, elle a déclaré: « Le président Nicolás Maduro a déjà présenté une demande d'adhésion par l'intermédiaire d'un pays de notre région, qui est le Brésil, pour commencer à faire partie de ce bloc important qui dessine aujourd'hui une nouvelle économie, qui cherche aujourd'hui un nouveau mécanisme financier pour ses relations commerciales, qui cherche de nouvelles formes de transaction qui remplacent l'hégémonie du dollar. »

Elle a appelé à repenser le monde, les relations économiques, commerciales et financières internationales, soulignant que c'est la raison de la présence du Venezuela dans un forum aussi important que le SPIEF, et a conclu en appelant à un nouvel ordre économique « de justice, d'équilibre, d'inclusion et de compensation ».

- Nous, animateurs de Mision Verdad, sommes un groupe de chercheurs indépendants qui se consacrent à l'analyse du processus de guerre contre le Venezuela et de ses implications mondiales. Depuis le début, l'utilisation de notre contenu est gratuite. Nous comptons sur les dons et les collaborations pour soutenir ce projet. Si vous souhaitez contribuer à Mision Verdad, vous pouvez le faire ici:  misionverdad.com

 euro-synergies.hautetfort.com

 Commenter