Le deuxième monde, la semi-périphérie et l'État-civilisation dans la théorie du monde multipolaire

Première partie

Alexander Douguine

[Source:  geopolitika.ru]

Le présent article examine trois concepts : "second monde", semi-périphérie et État-civilisation comme concepts de base de la théorie du monde multipolaire. La publication de cet essai comportera trois parties.

La transition de la phase de l'unipolarité à la phase de la multipolarité et les trois concepts

Pour comprendre la transformation fondamentale de l'ordre mondial qui se déroule sous nos yeux, et surtout le passage d'un modèle unipolaire (mondialiste) à un modèle multipolaire, différentes unités conceptuelles et méthodes peuvent être utilisées. Ils devraient progressivement se développer en une théorie plus ou moins cohérente d'un monde multipolaire. J'ai proposé la première version de cette théorie dans mes livres "Multi-polar World Theory" (1) et "Multi-polar World Geopolitics" (2). Mais ce ne sont que les premières approches d'un sujet très sérieux.

Dans cet article, j'ai voulu attirer l'attention sur trois concepts qui aideront le mieux à comprendre le contenu fondamental de la transition globale qui se déroule dans le système des relations internationales. C'est ce qui explique les grandes tendances, les conflits et les problèmes de notre époque - du conflit en Ukraine au problème de Taïwan et bien d'autres plus locaux. Si nous comprenons la structure de la transition par phase, nous comprendrons la signification des événements actuels. Mais cette transition elle-même nécessite également une description conceptuelle. C'est à cela que servent les trois concepts abordés dans cet article.

Le premier, le deuxième et le troisième monde

Tout d'abord, nous devons prêter attention à la théorie quelque peu oubliée aujourd'hui des "trois mondes", populaire à l'époque de la "guerre froide". C'est la base de la notion de "tiers monde" qui est devenue un concept populaire et persistant dans les théories des relations internationales et, plus largement, dans le langage politique (3). Toutefois, l'expression "premier monde" n'a pas fait l'objet d'une élaboration similaire, tandis que le concept de "deuxième monde" n'a pratiquement jamais été utilisé. Toutefois, c'est le concept de "deuxième monde" et ses principales caractéristiques qui correspondent le mieux à l'ordre multipolaire et décrivent le mieux les principaux acteurs de la multipolarité.

La théorie des "trois mondes" - premier, deuxième et troisième - repose sur une évaluation du niveau de progrès technologique, de l'efficacité économique et des taux de croissance, de l'industrialisation et de la post-industrialisation, ainsi que de la place d'un pays dans la répartition mondiale de la main-d'œuvre.

"Le "premier monde" était considéré, à l'époque de la guerre froide, comme l'Occident, les États-Unis et leurs principaux alliés, y compris le Japon. L'"Occident" était considéré ici non pas géographiquement, mais civilisationnellement. La catégorie du "premier monde" comprenait les pays dotés d'une économie capitaliste développée, de régimes libéraux-démocratiques, d'une forte prévalence de centres urbains et industriels (haut niveau d'urbanisation), mais surtout de taux élevés de croissance économique, de potentiel scientifique et technique, de leadership financier, de possession des dernières formes d'armement, de domination dans la sphère stratégique, de médecine avancée, etc. qui dépassaient les autres "mondes". "Le Premier Monde était considéré comme le modèle ultime de la société humaine, l'avant-garde du progrès et l'expression visible de la destinée de toute l'humanité. Les deux autres mondes étaient considérés comme destinés à rattraper le "premier monde", en s'en rapprochant de plus en plus.

Puisque c'est le "premier monde" qui a été pris comme modèle universel, les "deux autres mondes" ont été décrits par comparaison avec lui.

Le "tiers monde" était l'exact opposé du "premier monde". Il s'agissait d'une zone très en retard par rapport à l'Occident, avec une économie stagnante et à faible développement (ou pas de développement du tout), avec un développement scientifique et technologique minimal, avec une monnaie instable, avec un stade initial de démocratie combiné à des institutions politiques archaïques, avec une armée faible et incapable, une faible industrialisation, avec une corruption omniprésente, une médecine peu développée, un analphabétisme généralisé et une population majoritairement rurale (4). Le "tiers monde" était totalement dépendant du "premier monde" et parfois du "deuxième monde", et la souveraineté des pays appartenant au "tiers monde" était une simple convention sans contenu réel (5). Le "premier monde" a estimé qu'il était de son devoir de prendre en charge le "tiers monde", d'où la théorie du "développement dépendant" (6), les gigantesques prêts non remboursables, l'instauration d'une curatelle directe sur les élites politiques, économiques et intellectuelles de ces pays, en partie intégrée dans les systèmes éducatifs du "premier monde".

Mais le "deuxième monde" à l'époque de la guerre froide était doté de certaines caractéristiques particulières. Il faisait référence aux régimes socialistes qui, bien que rejetant l'économie politique du capitalisme, c'est-à-dire en opposition idéologique directe avec le "premier monde", ont néanmoins atteint un niveau de développement comparable à celui des pays du "premier monde". Cependant, en termes d'indicateurs agrégés (dont les critères ont été formulés par le Premier Monde, ce qui permet un certain parti pris et une motivation idéologique), le Second Monde était toujours inférieur au Premier Monde. Toutefois, le décalage n'était pas aussi important que dans le cas du "tiers monde".

Le "deuxième monde" était compris comme désignant principalement l'URSS, mais aussi les pays du bloc de l'Est (surtout en Europe de l'Est).

Le concept de "deuxième monde" était important en tant que précédent pour que le "premier monde" reconnaisse que, même en suivant un scénario de développement alternatif au capitalisme libéral, il était possible d'obtenir des résultats cumulativement comparables à ceux de l'Occident. C'est ce qui distingue le "deuxième monde" du "troisième monde". Le "deuxième monde" avait le potentiel de s'opposer efficacement au premier et de contester l'universalité de son modèle. Et cette efficacité s'est traduite très concrètement en termes de taux de croissance économique, de nombre d'armes nucléaires, de niveau de potentiel scientifique, d'éducation, de protection sociale, d'urbanisation, d'industrialisation, etc.

Le "premier monde" correspondait au camp capitaliste occidental, le "second monde" au bloc de l'Est et aux pays socialistes.

Les deux mondes étaient en équilibre instable. Elle était instable parce que le "Premier Monde" insistait sur sa suprématie et que le "Second Monde" n'avait qu'à s'y opposer, en adoptant partiellement du "Premier Monde" certains éléments en matière d'économie, de technologie, etc.

"Le Premier Monde et le Second Monde ont projeté leur influence sur le Tiers Monde, qui était la principale zone de leur affrontement.

Tous les pays du tiers-monde étaient divisés en pays capitalistes et socialistes, bien qu'il existait également un "Mouvement des non-alignés" dont les membres tentaient de justifier leur propre stratégie de développement - sans capitalisme et socialisme dogmatiques. Mais celle-ci ne s'est pas constituée en une théorie indépendante et est devenue un système de compromis et de combinaisons en fonction de la situation spécifique. Les critères du "premier monde" (capitalisme) ou leur réinterprétation doctrinale dans l'idéologie du "second monde" (socialisme) ont tout de même servi de modèle.

L'axe principal de la politique internationale de l'époque de la guerre froide était donc la confrontation entre le "premier monde" et le "second monde". Cela s'est traduit par le modèle bipolaire.

Il est important de noter, comme le fait John Hobbson (7), que ce zonage des types de sociétés correspond à la triade classique de l'anthropologie raciste du 19ème siècle (Morgan (8), Tylor (9), etc.), qui distinguait la "civilisation", la "barbarie" et la "sauvagerie". Dans le même temps, le "blanc" correspondait à la "civilisation", le jaune à la "barbarie" et le noir à la "sauvagerie". Ce modèle n'a été définitivement abandonné dans l'anthropologie occidentale qu'après la Seconde Guerre mondiale, mais il a été conservé dans le but d'évaluer le développement politique et économique des pays et des sociétés.

Ainsi, le "premier monde" en est venu à être identifié aux "civilisations" (auparavant, à "l'homme blanc" et son "fardeau" chez Kipling) ; le "deuxième monde" à la "barbarie" (d'où le proverbe raciste "grattez un Russe et vous trouverez un Tatar") ; le "troisième monde" à la "sauvagerie" - aux "peuples d'Afrique et d'Océanie" (généralement aux "Noirs").

Le deuxième monde : une définition élargie

Une chose à noter ici est qu'à l'époque de la guerre froide, les choses étaient généralement ignorées. L'Empire russe du XVIIIe siècle et du début du XXe siècle était également un tel "deuxième monde" par rapport à l'Occident. Alors que l'industrialisation bat son plein en Europe occidentale, l'Empire russe est encore un pays essentiellement agraire. Le capitalisme et la démocratie bourgeoise sont établis en Europe occidentale, tandis que l'Empire russe maintient la monarchie. Des centres scientifiques autonomes fonctionnaient en Europe occidentale, tandis que l'Empire russe copiait assidûment la science et l'éducation européennes. Mais néanmoins, l'Empire russe était tout à fait capable de tenir tête à l'Occident, de défendre sa souveraineté et son mode de vie, et de gagner des guerres.

Cette observation modifie considérablement le contenu du concept de "deuxième monde". S'il est applicable à la fois à l'URSS et aux pays sous son influence et à l'Empire russe, qui occupaient approximativement le même territoire, il doit être compris comme quelque chose de plus généralisé que l'URSS.

"Le Second Monde", au sens large, est un modèle politico-économique et idéologique alternatif au capitalisme mondial qui conteste la domination et l'hégémonie de l'Occident (le Premier Monde).

En ce sens, la chute de l'URSS, bien qu'elle ait été une catastrophe pour le "deuxième monde" (comme la chute de l'Empire russe avant elle), n'a pas été sa fin. Déjà après 1991, de nouveaux contours du "deuxième monde" ont commencé à se dessiner. Un certain nombre de pays qui avaient été considérés comme le "tiers monde" pendant la guerre froide - la Chine, l'Inde, le Brésil, l'Afrique du Sud - ont fait une percée fulgurante et ont atteint un niveau de développement comparable à celui du "premier monde" en trois décennies. Bien sûr, ils ont surtout utilisé la boîte à outils du capitalisme mondial pour y parvenir, mais ils ont su adapter cette boîte à outils de manière à préserver leur souveraineté et à faire bon usage du capitalisme (plutôt que l'inverse - comme avec les réformes libérales en Europe de l'Est et en Russie dans les années 1990).

Depuis le début des années 2000, avec l'accession au pouvoir de Vladimir Poutine en Russie, la Russie, héritière du "deuxième monde" de l'étape précédente, a progressivement commencé à restaurer sa souveraineté géopolitique. Mais cette fois, un modèle multipolaire plutôt que bipolaire a commencé à prendre forme. Ici, le "premier monde" n'était pas opposé à une seule puissance, mais à plusieurs. Et l'idéologie de cette confrontation (qui s'est réalisée dans chaque centre du "deuxième monde" avec des degrés variables de radicalité et de clarté idéologique) n'était pas le socialisme (à l'exception de la Chine), mais un antimondialisme indéfini et un rejet purement réaliste de l'hégémonie occidentale (principalement nord-américaine).

Les pays du "second monde" ne formaient pas un bloc idéologique. Ils sont devenus une ceinture objective de puissances, revendiquant leur propre voie, qualitativement différente du mondialisme du "premier monde".

Les politologues et les économistes ont constaté ce phénomène comme un fait accompli, réunissant les pays du "deuxième monde" de l'ère post-bipolaire dans la construction conventionnelle du BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine), puis après l'inclusion de l'Afrique du Sud, du BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud).

À un certain moment, les gouvernements des BRICS ont compris le raisonnement objectif derrière ce zonage de la civilisation et ont commencé à développer leurs relations dans le cadre de ce paradigme. Ainsi a commencé la formation prudente et progressive d'un nouveau modèle de "deuxième monde". Cette fois-ci multipolaire, car chaque membre des BRICS est un phénomène souverain, indépendant des autres membres du club.

Dans le système des BRICS, la Russie est le leader militaire incontesté et en partie le leader en matière de ressources.

La Chine est le leader économique incontesté.

L'Inde est le troisième pôle le plus important, avec une infrastructure économique et industrielle solide, une démographie impressionnante et une société hautement consolidée sur le plan politique.

Le Brésil représente symboliquement l'ensemble de l'Amérique latine et son énorme potentiel (pas encore totalement révélé), ainsi qu'une puissance forte à forte composante militaire, commerciale et scientifique.

L'Afrique du Sud, étant l'un des pays les plus développés du continent africain, représente aussi symboliquement la nouvelle Afrique post-coloniale - avec son énorme potentiel.

A suivre

Notes:

 euro-synergies.hautetfort.com

 Commenter