19/06/2024 euro-synergies.hautetfort.com  6 min #250798

 Le G7 : une relique dépassée face à la montée des Brics, selon la Chine

Le G7 des nains et des guerres sans fin

Source:  sinistrainrete.info

Le déficit d'autorité des dirigeants présents au G7 se lit dans les guerres sans fin que ce sommet a décidé de perpétuer

Le rituel usé du G7, récemment mis en scène dans les Pouilles, a abouti à la prolongation ad libitum du massacre du peuple ukrainien, pour la poursuite duquel 50 milliards seront investis annuellement pendant les dix prochaines années, sous forme de prêts garantis par le bénéfice tiré des avoirs russes gelés par les banques occidentales au début des hostilités.

Non pas une décision collective, née du consensus des dirigeants des nations libres, mais une banale adhésion des colonies aux diktats de l'Empire, les pays européens s'étant longtemps crispés sur le sujet en raison des risques encourus (redoutés d'ailleurs par les banques, voir Reuters).

Un diktat condensé dans l'article de la secrétaire au Trésor américain Janet Yellen publié dans le New York Times à la veille du sommet sous le titre: "Une nouvelle façon pour les ressources de la Russie de payer la défense et la reconstruction de l'Ukraine". Les dirigeants réunis au G7 n'avaient plus qu'à ratifier et ils l'ont fait avec l'enthousiasme de serviteurs obséquieux.

Reste à comprendre comment les avoirs russes peuvent offrir aux États qui doivent ouvrir les cordons de la bourse des garanties de 50 milliards de dollars par an, alors qu'en 2023 les avoirs gelés dans l'Union européenne n'ont rapporté que 4,4 milliards d'euros, comme on peut le lire dans le Financial Times, et que c'est précisément l'UE qui détient la quasi-totalité de ces ressources, puisque seuls 6 des 300 milliards de dollars saisis sont bloqués dans les banques des États-Unis (Nbc news).

Des prodiges de la finance créative, qui pourtant parfois, comme cela s'est produit dans le passé, sont durement payés a posteriori. Mais comme on le sait, les créateurs ne paient jamais.

G7 : le sommet des nains

Le Wall Street Journal (WSJ) brosse un tableau amusant du sommet des Pouilles, en notant que tous les dirigeants présents ne représentent guère plus qu'eux-mêmes.

Le Britannique Rishi Sunak est en effet sur le point de perdre les prochaines élections ; Scholz et Macron sortent tout juste de l'échec des élections européennes, ce dernier étant contraint de convoquer des élections anticipées ; le Canadien Trudeau est désormais "complètement impopulaire", comme le dit le WSJ, tout comme le Premier ministre japonais Kishida, qui jouit d'un "taux d'approbation de 16 %" et pourrait même réussir l'exploit "difficile" de faire perdre les prochaines élections au Parti libéral-démocrate.

Un tableau auquel la sénescence évidente de l'empereur-pour-rire convient comme couronnement et qui n'est certainement pas revigoré par le seul leader victorieux, la Giorgia nationale, parce que l'Italie ne compte pour rien dans l'UE et dans l'arène internationale.

Le WSJ se souvient avec une certaine nostalgie de l'époque où ces sommets réunissaient des dirigeants de bien plus grande envergure, qui savaient comment le monde tourne et donc comment y faire face. Aujourd'hui, cette poignée de "nains", copyright WSJ, est confrontée à des antagonistes bien mieux entraînés comme Poutine et Xi Jinping, d'où les craintes qui en découlent.

Mais nous arrivons ici au véritable nœud du problème, que le WSJ n'aborde pas, ne peut pas aborder et/ou n'abordera pas. En effet, selon le rapport, il semble que ce déclin politique rampant soit en quelque sorte une coïncidence.

Chacune des nations représentées au G7, en raison de dynamiques strictement endogènes, a produit des dirigeants tragiquement déficients (l'exception Meloni est purement électorale, sa victoire reste incluse dans le déficit tragique de l'Italie en matière d'insignifiance internationale).

Les nains des guerres sans fin

En réalité, ce ne sont pas les dirigeants actuels qui souffrent de ce déficit. Il n'est en fait que le produit du déclin de la politique en Occident, où le pouvoir politique a été attaqué et érodé d'abord par la finance, puis par les Big Tech - il suffit de penser au rôle de Bill Gates pendant la pandémie - et enfin par l'appareil militaro-industriel américain et ses multiples ramifications.

Des centres de pouvoir alternatifs à la politique - dans le sens où ils la contrôlent, ne lui laissant qu'un espace théâtral - et qui maintenant, surtout dans l'ère post-11 septembre, agissent conjointement, remodelant à leur guise les soi-disant démocraties occidentales et les démocraties asiatiques qui se réfèrent à l'Occident.

C'est ce Pouvoir, autre que la Politique, qui dicte les directives essentielles à l'Empire. Et, en premier lieu, le régime des guerres sans fin, qui non seulement étendent l'influence de ces centres de pouvoir à l'échelle mondiale, mais visent également à accroître leur influence au sein de l'Empire lui-même.

Si dans le premier cas l'objectif n'a pas été atteint, comme le montre la rupture irrémédiable de la mondialisation et l'émergence de puissances et d'États non subordonnés à cette puissance, les guerres sans fin ont en revanche permis de saisir les clés de l'Empire, reléguant la politique au théâtre et les politiciens à des numéros spéciaux (au cinéma, ils seraient des figurants à qui l'on permet de faire quelques blagues).

Certes, la dialectique interne entre le Pouvoir Royal et la Politique a encore une vivacité résiduelle, avec Trump en Amérique notamment, mais nous sommes aujourd'hui dans la promotion des figurants, qui sont tenus de poursuivre dans la veine des directives obligatoires.

Le paradoxe du WSJ

Remarquez comme il apparaît tout à fait contradictoire, dans la note du WSJ, de se lamenter sur le déficit politique du G7 et, en même temps, de souhaiter l'avènement de leaders plus forts qui sauront mieux contrer la Chine et la Russie. Un paradoxe qui rejoint la jubilation des autres médias mainstream car, lors de ce sommet, un pas de plus a été franchi pour contrer la Russie et faire de la guerre ukrainienne une guerre sans fin.

Des dirigeants plus forts devraient, au contraire, contrer les impulsions destructrices et autodestructrices des guerres sans fin, qui ont dévasté des peuples et des destins, et remodeler un ordre mondial véritablement fondé sur des règles, comme cela s'est produit à Yalta où les règles du nouvel ordre sont nées d'une convergence et d'un ostracisme total de la folie nazie et non d'une imposition par une seule puissance qui, en outre, a maintenant relativisé - pour utiliser un euphémisme - le rejet du nazisme.

D'ailleurs, par inadvertance, le scénario d'une coexistence entre puissances est évoqué par le WSJ lui-même, lorsque parmi les dirigeants dont il se dit nostalgique, il nomme Ronald Reagan, qui s'est mis d'accord avec Michail Gorbatchev, faisant naître une saison d'espoir, bien qu'éphémère.

La volonté de triomphe mondial de la puissance précitée l'a en effet emporté sur la perspective d'une coexistence des puissances. D'où 89 et les révolutions colorées dans les anciens pays soviétiques, terreau et genèse des guerres sans fin qui ont suivi, comme l'illustre de manière exemplaire le cas ukrainien, avec la révolution colorée de Maïdan qui a ouvert la voie à la guerre sans fin actuelle.

En ce qui concerne le sentiment de guerre sans fin du G7, le conflit de Gaza, qui a pris la forme d'une guerre perpétuelle (dans le sillage de la première guerre sans fin moderne, à savoir le conflit israélo-palestinien de longue date), n'est traité que comme un exercice rhétorique dans le cadre du sommet. Aucune mesure réelle n'est prise pour mettre fin au massacre en cours. Pour le confirmer.

 euro-synergies.hautetfort.com

 Commenter