09/02/2024 euro-synergies.hautetfort.com  3 min #242556

Exclusive: Tucker Carlson Interviews Vladimir Putin

Le Tsar parle...

Andrea Marcigliano

Source:  electomagazine.it

Tucker Carlson - l'un des plus grands journalistes américains, pourtant marginalisé aujourd'hui précisément parce qu'il fait son travail et n'obéit pas aux pontes du pouvoir - interviewe nul autre que Vladimir Poutine.

L'interview du siècle, diront certains. Peu, en fait... car pour les grands médias occidentaux, italiens en particulier, c'est comme si rien ne s'était passé. Ce qui est plus important, sans doute, c'est ce John Travolta qui fait la danse du "qua qua". Ou les déclarations de ce chanteur - je crois qu'il se fait appeler Big Mama - sur le fait qu'il est bon d'être "queer"...

Que voulez-vous, c'est l'état de l'information dans nos paradis démocratiques....

Malgré tout, l'interview est parvenue jusqu'à nous. Par le biais des chaînes YouTube, une sorte de samizdat de notre époque.

Et, immédiatement, quelqu'un s'est empressé de dire qu'après tout, Poutine n'avait rien dit de tout cela. Au contraire, tout au long de la première partie, il s'est lancé dans des digressions sur l'histoire russe, ancienne et récente. Puis il s'est limité à quelques observations assez prévisibles sur le présent.

Des digressions... pour moi, franchement, cela a donné une impression assez différente. Car en parlant d'histoire, Poutine a, en fait, expliqué sa vision de la guerre avec l'Ukraine. Laquelle plonge ses racines dans l'histoire complexe de la Russie et de l'Europe. Et aussi parce que Ukraine signifie "frontière". Et c'est là que réside la principale raison du conflit.

Que l'on aime ou que l'on n'aime pas Poutine, c'est un authentique homme d'État. Et sans avoir besoin des "brevets" généreusement accordés par l'anglosphère.

Un homme d'État, l'un des rares sur la scène actuelle.

Et un homme d'État est tel s'il a une vision de la politique, et de la géopolitique, qui va au-delà du moment présent.

Une vision large, capable de lire dans l'Histoire les lignes directrices du destin d'un peuple. Et tenter d'interpréter le moment présent.

Pas si votre regard va au-delà de la GRA.

Attention, il ne s'agit pas ici de faire l'apologie de Poutine. Ni d'épouser sans critique ses positions sur les grandes crises actuelles.

Mais force est de constater que même sur ces dernières, il fait preuve d'une lucidité de vision et d'une cohérence de choix qui n'ont pas d'équivalent chez celui qui devrait être son principal adversaire. Et, bien sûr, je ne parle pas de la marionnette de Kiev, mais de ce grand-père qui, discutant dans le bureau ovale avec des fantômes et des lapins roses imaginaires, attise les conflits dans le monde entier.

Mais revenons à la question de l'histoire.

Un homme d'État, un vrai leader politique - bon ou mauvais, peu importe, pour autant que ces catégories ont un sens... - doit avoir une vision de l'histoire. Et il doit aussi déterminer ses décisions en fonction de celle-ci. Pas seulement en naviguant à vue dans les bas-fonds des contingences.

Étrange, n'est-ce pas ? Seulement pour nous, désormais habitués à des gouvernants qui ne voient pas plus loin que le vingt-sept du mois. Qui ne se soucient même pas de ce qui se passera dans un an. Et qui ignorent totalement le passé. Une ignorance cultivée et complaisante, d'ailleurs.

Une dernière réflexion...

Chaque peuple a le gouvernement et les dirigeants qu'il mérite.

C'est triste. Pour nous.

 euro-synergies.hautetfort.com

 Commenter