22/11/2023 lesakerfrancophone.fr  27 min #237773

Le Zugzwang augmente entre Israël et les Etats-Unis


Par  Simplicius - Le 18 novembre 2023

Nous pouvons maintenant affirmer sans risque que notre lecture précédente de la situation israélienne semble être exacte. Les États-Unis agissent comme un navire sans gouvernail, se précipitant au Moyen-Orient par réflexe, sans plan clair, et sont en fait terrifiés par les escalades iraniennes.

Nous le savons désormais grâce à une confluence de nouvelles données.

Tout d'abord, rappelez-vous quand j'ai dit que l'on pouvait savoir à quel point les États-Unis étaient sérieux en fonction de l'endroit où ils positionnaient leur groupe de porte-avions. Il s'avère aujourd'hui que l'USS Eisenhower est positionné au large des côtes d'Oman, exactement à l'endroit où j'avais dit qu'il le serait si les États-Unis ne voulaient rien faire d'autre que de montrer ses muscles. En effet, il est trop éloigné pour frapper les cibles les plus importantes en Iran, mais il est hors de portée de la majorité des systèmes de défense antimissile côtiers.


Les mandataires de l'Iran continuent à frapper des bases américaines, y compris un autre coup majeur à ce jour sur une base américaine :

Les mandataires iraniens ⚡️⚡️ont recouvert un hangar d'équipements sur la base militaire américaine de Harir en Irak.

Il n'y a pas d'information sur les victimes.

Les mandataires iraniens jurent d'attaquer les États-Unis alors qu'Israël poursuit son génocide à Gaza.

Où est la défense aérienne ? ⚡️⚡️⚡️

Ils ont même diffusé une déclaration officielle (traduction automatique de l'IA) :


Pendant ce temps, le nombre de victimes continue d'augmenter. Non seulement le nombre de victimes est passé de ~40 à ~55, mais il y a eu des rapports sur la mort de soldats américains lors d'une autre frappe il y a quelques jours, rapports qui sont maintenant étouffés.

Ce que je veux dire, c'est que l'Iran est en train de porter des coups importants aux États-Unis et comment réagissent ils ?

Biden débloque de nouveaux fonds de plusieurs milliards à l'Iran

C'est cela, c'est ma deuxième raison qui le prouve. Biden propose maintenant de soudoyer l'Iran avec une somme colossale de 10 milliards de dollars en guise de concession pour l'inciter à cesser l'escalade.

Pourquoi cela ? Comme je l'ai déjà écrit, c'est avant tout parce que les États-Unis ne sont pas prêts pour une véritable guerre à grande échelle, qu'ils n'ont pas les munitions ou les moyens nécessaires, et qu'ils n'ont pas non plus la détermination nécessaire - car il y a une véritable mutinerie au sein du Département d'État, car de plus en plus de fonctionnaires se rangent du côté des Palestiniens et pensent que les États-Unis sont dans l'erreur.

Le vent tourne lentement en défaveur d'Israël, de nombreuses structures occidentales estimant désormais qu'un cessez-le-feu et une sorte de solution politique sont la meilleure solution. En fait, certains ont estimé que l'Occident le signalait à Israël par le biais du contrôle qu'il exerce sur les médias. Il y a eu une série de nouveaux rapports très bizarres de la part de piliers des MSM occidentaux tels que la BBC et CNN qui sont soudainement très critiques à l'égard d'Israël.

Dans  l'article publié hier par CNN, Jake Tapeworm, je veux dire Tapper, sort complètement de son rôle en dénonçant le suprémacisme juif "raciste" de nombreux membres de la Knesset israélienne, y compris en critiquant sévèrement Netanyahou.

Puis, de manière choquante, la BBC lui a emboîté le pas en publiant un reportage sur la manière dont Israël trompe le public avec de faux accessoires plantés et d'autres mensonges.

Certains pensent qu'il s'agit simplement pour les chaînes de "couvrir leurs arrières" et de se protéger de la tempête de feu qui s'annonce une fois que la poussière sera retombée. Toutefois, il semble que des pressions soient exercées sur Israël pour qu'il limite son génocide. Ces chaînes ne rapportent rien sans directives claires venant d'en haut, qui proviennent des mêmes cartels mondialistes qui contrôlent les gouvernements occidentaux.

Une autre théorie à laquelle j'adhère est qu'ils ont réalisé que le génocide qu'Israël est en train de commettre condamne le pays tout entier à sa fin. J'ai écrit à ce sujet plusieurs articles dans lesquels je disais qu'Israël est confronté à une crise existentielle et qu'il pourrait cesser d'exister à l'avenir. Les actions actuelles représentent une tentative totale de défier le destin, mais pourraient en fait accélérer cette disparition.

Les pouvoirs en place semblent l'avoir reconnu et paniquent parce qu'Israël n'a jamais été rien d'autre qu'une base avancée néocolonialiste permettant à l'empire occidental/atlantiste de dominer le Moyen-Orient et, par conséquent,  le cœur du monde. Les actions actuelles d'Israël sont perçues comme accélérant le réalignement de l'ensemble du globe à un degré si dangereux que les États-Unis et leurs alliés ne voient pas comment ce conflit pourrait se terminer sans que les États-Unis ne perdent toute leur influence au Moyen-Orient et ne transmettent l'ensemble du destin futur du globe sur un plateau d'argent à la Russie et à la Chine, qui sont perçues comme étant du bon côté de l'histoire dans le cadre de ce conflit.


L'autre question que nous avons abordée la dernière fois est celle de la situation d'Israël dans ce conflit. Il y a deux points de vue opposés à ce sujet : Israël écrase facilement Gaza tout en subissant des pertes très mineures (en hommes et en matériel), réussira à faire sortir tout le monde par le sud sans encombre et atteindra tous les objectifs géopolitiques qu'il s'est fixés.

L'autre camp estime qu'Israël subit déjà des pertes insoutenables et des dommages économiques irréparables.

Il est difficile de savoir lequel des deux camps est le plus proche de la vérité, tant le conflit est entouré d'un épais brouillard de guerre. Le Hamas a publié une déclaration selon laquelle il a déjà détruit près de 200 Merkavas sur les 500 à 600 Merkavas actifs d'Israël, tandis qu'Israël affirme n'avoir subi que très peu de pertes de blindés. Qui a raison ? Nous savons qu'Israël ne laisse passer aucun type d'entité journalistique à l'intérieur de Gaza - toutes les images et tous les reportages doivent être examinés par les FDI.

De plus, un flux constant d'images comme celles qui suivent, montrant des APC Namer et des Merkavas endommagés/détruits, continue de fuiter, donnant du crédit aux affirmations du Hamas.

Pour avoir une idée plus précise, nous avons des rapports tels que le suivant :

Washington encourage Israël à accélérer l'opération à Gaza et à éviter qu'elle ne soit retardée, ce qui aurait des répercussions négatives sur les positions électorales de Biden, a déclaré le service russe de renseignement extérieur. Les États-Unis sont conscients que la solution de détruire le Hamas peut entraîner un grand nombre de victimes civiles, mais ils considèrent que c'est tout à fait acceptable, a indiqué le service. Avec l'Angleterre et l'Allemagne, Washington a l'intention d'entraver les initiatives prévoyant un cessez-le-feu à Gaza, indique le SVR.

En outre, des rapports affirment que les fonctionnaires de l'intérieur israéliens sont eux aussi de plus en plus dans l'impasse quant à la manière de procéder :

Des amis d'autres chaînes rapportent maintenant que le cabinet de guerre (d'Israël) se chamaille entre lui, la plupart des ministres parlent de la nécessité d'augmenter les attaques contre le Hezbollah. Netanyahou a refusé et son propre bras droit, Ben Gvir, demande maintenant sa destitution. Il est important de noter que Ben Gvir est l'un des rares ministres du gouvernement à être autorisé à avoir sa propre milice, distincte de l'armée israélienne et du Mossad. Par conséquent, un individu hautement instable avec des centaines d'hommes armés qui le suivent n'est pas la meilleure image pour la structure du pouvoir israélien.

En fait, d'autres rapports ont indiqué que le secrétaire d'État américain à la Défense, Lloyd Austin, avait "mis en garde" son collègue israélien Gallant contre une escalade contre le Hezbollah. Axios  rapporte :

Le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, a exprimé son inquiétude à son homologue israélien Yoav Gallant lors d'un appel téléphonique samedi à propos du rôle d'Israël dans l'escalade des tensions le long de la frontière entre Israël et le Liban, selon trois sources israéliennes et américaines qui ont été informées de l'appel.

Et :

Pourquoi c'est important : Le message de M. Austin à M. Gallant reflète l'inquiétude croissante de la Maison Blanche face à l'action militaire israélienne au Liban qui exacerbe les tensions le long de la frontière, ce qui pourrait conduire à une guerre régionale.

Ils poursuivent en affirmant que c'est la Maison Blanche qui a poussé Austen à envoyer ce message à Israël, par crainte qu'"Israël essaie de provoquer le Hezbollah et de créer un prétexte pour une guerre plus large au Liban qui pourrait entraîner les États-Unis et d'autres pays plus loin dans le conflit, selon des sources informées sur la question".

Les États-Unis sentent donc qu'Israël essaie délibérément d'attirer le Hezbollah dans le conflit afin que l'Amérique puisse intervenir et "en finir" avec le Hezbollah et l'Iran une fois pour toutes. Pendant ce temps, les États-Unis connaissent les dangers de cette situation, car ils sont loin d'avoir la capacité actuelle de mener un conflit prolongé contre l'Iran, ce qui pourrait virtuellement bloquer l'ensemble de l'économie mondiale et faire disparaitre tous les "miracles économiques" de Biden, créant un scénario désastreux pour les élections de 2024 qui donnerait la victoire à un parti d'opposition, en particulier à Trump.

J'ai même vu une théorie selon laquelle les États-Unis auraient précipité le départ de leur flotte de porte-avions dans le seul but de pacifier Israël, car les responsables américains craignaient qu'un Israël déséquilibré n'"atomise" l'Iran en désespoir de cause.

À l'heure où nous écrivons ces lignes, un nouvel  article de la BBC a même fait son apparition sur le web, soulignant une fois de plus ces questions :

Biden fait face à une contestation interne croissante au sujet de la campagne israélienne à Gaza

Les initiés sont "stupéfaits" de l'intensité de l'opposition interne :

Souligné en rouge : « Je suis étonné par son intensité », « je n'avais jamais rien vu de tel »

Plusieurs mémos internes ont été envoyés au secrétaire d'État Antony Blinken par le biais d'un canal, établi après la guerre du Vietnam, qui permet aux employés de faire part de leur désapprobation à l'égard d'une politique.

Une grande partie de cette opposition est privée, et les signatures sont souvent anonymes par crainte que la protestation n'affecte l'emploi, de sorte que l'on n'en connaît pas l'ampleur. Mais selon des fuites citées par de nombreux rapports, des centaines de personnes se sont jointes à la vague d'opposition.

Lisez l'article pour vous rendre compte de l'ampleur de la situation, il décrit un monde de conflits internes comme jamais auparavant, avec Biden faisant face à d'immenses pressions pour appeler à un cessez-le-feu

Mais revenons un instant à l'article d'Axios, qui décrit comment l'administration de Biden s'est démenée pour tenter d'empêcher le Hezbollah d'entrer dans le conflit :

Un des principaux conseiller de Biden, Hamos Hochstein s'est déplacé au Liban la semaine dernière et a lancé un fort avertissement au Hezbollah par l'intermédiaire du président du parlement.

Ils terminent en répétant les récents rapports de la presse israélienne selon lesquels Gallant et plusieurs hauts commandants des FDI voulaient en fait lancer une attaque préventive massive contre le Hezbollah au début de la guerre, mais que Netanyahou a annulé la décision de Gallant. C'est probablement ce type de mouvement qui a inquiété au plus haut point les autorités américaines.

Dans le même temps, le dernier article de Kit Klarenberg se penche sur l'aspect économique, affirmant que l'économie israélienne paye un lourd tribut :

Il rapporte :

Retour de bâton : La guerre à Gaza entraine de lourdes pertes pour l'économie israélienne.

Le FT rapporte que la guerre a perturbé et ravagé des "milliers" d'entreprises, dont beaucoup sont au bord de l'effondrement, des secteurs entiers étant plongés dans une crise sans précédent.

Les données citées par le Bureau central des statistiques d'Israël révèlent une sombre réalité : une entreprise sur trois a fermé ses portes ou fonctionne à 20 % de sa capacité depuis le début de l'opération "Al-Aqsa Flood", le 7 octobre, qui a entamé la confiance des Israéliens.

Plus de la moitié des entreprises sont confrontées à des pertes de revenus dépassant les 50 %. Les régions méridionales, les plus proches de Gaza, sont les plus touchées, avec deux tiers des entreprises fermées ou fonctionnant "au minimum".

Il poursuit en indiquant que près d'un cinquième de la main-d'œuvre israélienne est sans emploi en raison des diverses évacuations et probablement, comme indiqué la dernière fois, de l'appel de 360 000 réservistes.

La dernière fois, j'avais fait état de pertes économiques de l'ordre de 90 millions de dollars par jour, mais apparemment Bloomberg  estime qu'elles s'élèvent à 260 millions de dollars par jour.

Si le Hamas est à l'origine d'un tel préjudice économique, le Hezbollah, en entrant dans le conflit, pourrait probablement faire sombrer l'économie israélienne sur le long terme, rien que par sa capacité à bloquer l'État par un barrage constant d'attaques à longue portée.

Des rapports tels que celui qui suit viennent étayer cette thèse :

250.000 colons ont quitté Israel depuis le 7 octobre et plus d'un million, venant du nord et du sud, ont été déplacés vers d'autres colonies.

C'est incroyable. Pour la première fois depuis la création d'Israel, les colonies sont dans le noir alors que les villages libanais d'en face sont illuminés. Presque toutes les colonies israéliennes le long de la frontière libanaise ont été évacuées par peur du Hezbollah.

Comme vous pouvez le constater, de vastes pans de communautés de colons ne sont pas seulement en train de sombrer dans l'obscurité, mais aussi de s'enfuir pour de bon.

Toutefois, certains rapports récents affirment que le Hezbollah n'a pas l'intention d'entrer dans le conflit, l'un d'eux allant même jusqu'à déclarer que l'Iran a carrément dit au Hamas lors d'une réunion qu'il ne l'aiderait pas, irrité par le fait que le Hamas a commencé les attaques sans que l'Iran n'en soit averti.

Mais réfléchissons un instant de manière logique. Le fait est que, quelle que soit l'efficacité prétendue du Hamas, il est tout simplement impossible qu'il puisse causer suffisamment de pertes pour "vaincre de manière décisive" les FDI. D'un point de vue réaliste, une force de plus de 500 000 hommes peut subir des dizaines de milliers de pertes avant même de sentir la différence - demandez à l'Ukraine. Jusqu'à présent, il n'existe aucune preuve crédible qu'Israël subisse des pertes "écrasantes". Dans le même temps, nous devons admettre qu'Israël n'a pas non plus présenté de preuves crédibles d'une destruction substantielle des effectifs du Hamas.

Cela nous amène à conclure que le facteur le plus susceptible de faire pencher la balance est la pression économique qui pèse sur le pays, plutôt que les pertes totales dans les rangs des FDI.

Sur le papier, je concède qu'il semble qu'Israël devrait être en mesure de balayer assez facilement tout le monde hors de Gaza dans les temps. Cependant, près d'un mois après le début de l'opération terrestre, les Israéliens n'ont toujours pas pénétré dans les zones les plus denses de la "ville de Gaza".


Voici un bon  article d'un ancien officier de l'armée israélienne sur la stratégie et le plan de match.

Sa principale affirmation est que les bastions les plus fortifiés du Hamas se trouvent en fait tous dans la partie orientale de la ville de Gaza, c'est-à-dire exactement la partie où l'on ne voit aucune présence des FDI sur la carte ci-dessus. Cela s'explique par le fait que le Hamas s'est toujours attendu à une invasion par la partie orientale et qu'il a naturellement construit ses fortifications à cet endroit. Israël a tenté de contourner ce problème en longeant la côte et en frappant le Hamas par l'arrière.

Mais le fait est que près d'un mois s'est écoulé et qu'Israël n'a pas encore pénétré dans le véritable repaire du Hamas. Et c'est sans compter la moitié sud de Gaza, où le Hamas s'est peut-être déjà déplacé en grande partie. En fait, Ehud Olmert vient de déclarer que le Hamas s'était déjà installé à Khan Younis, tout au sud :


Ainsi, il admet d'abord que "nous ne sommes même pas arrivés au cœur de cette opération", puis il déclare que le véritable quartier général du Hamas se trouve dans le sud. Ensuite, nous avons ce qui suit :

Israël balance des papiers au-dessus du sud de Gaza laissant penser à une possible expansion de l'offensive contre le Hamas.

Ceci est souligné par l'avertissement d'Israël lui-même d'une "longue guerre" qui pourrait durer de six mois à un an ou plus.

Israël avertit d'une longue guerre alors que l'invasion de la bande de Gaza commence.

En fait, dans un enregistrement récemment "divulgué" du général Aviv Kohavi, à 2:18, il déclare expressément : "Mes amis, cela prendra du temps... nous ne pouvons pas achever cette mission en moins de trois mois".

Il poursuit en comparant l'opération actuelle au "Bouclier défensif" de 2002, qui a vu les FDI envahir la Cisjordanie, en disant que la phase principale a duré six semaines, mais qu'il a fallu trois années supplémentaires pour étouffer complètement la "menace terroriste".

Bien entendu, les propos antérieurs d'Olmert sont probablement de la propagande destinée à déplacer les limites pour justifier la poursuite du nettoyage ethnique par Israël de toute la bande de Gaza, comme cela a été prédit et planifié.

Mais même ainsi, si le Hamas parvient à déplacer ses opérations vers le sud, saignant lentement les FDI, et étant donné qu'en un mois, les FDI n'ont pas semblé affaiblir sensiblement le Hamas, ni même commencer à pénétrer dans sa forteresse du nord, nous pouvons commencer à voir comment il pourrait s'agir d'une très longue guerre.

Ainsi, pour en revenir au point initial, s'il est vrai qu'en fin de compte les FDI pourraient anéantir la totalité de Gaza - puisque 500 000 hommes ne peuvent pas, de manière réaliste, faire l'objet d'une attrition substantielle -, cela pourrait prendre tellement de temps qu'au moment où elles sortiraient "victorieuses", le monde entier aurait radicalement changé et se serait réaligné, et les conditions économiques d'Israël auraient été si gravement affectées qu'elles auraient complètement changé la trajectoire de l'avenir d'Israël en tant que nation.

Imaginons un instant que ce schéma ajoute le Hezbollah à l'équation, avec l'ouverture d'un second front nord. Ajoutez à l'équation les mutineries qui se préparent à l'Ouest, la crise politique massive qui se développe et le cycle électoral critique qui s'annonce. Israël pourrait se retrouver dans des eaux extrêmement profondes, les États-Unis étant potentiellement incapables de l'aider financièrement.

L'Iran pourrait très bien attendre qu'Israël s'affaiblisse à un degré beaucoup plus critique avant de lancer une nouvelle phase d'une vaste opération visant à l'affaiblir.

Compte tenu des pressions croissantes, l'une des voies possibles pour résoudre le conflit serait un compromis permettant de sauver la face, dans lequel Israël parviendrait enfin à libérer ses otages, avant d'être poussé par les efforts mondiaux à mettre un terme à l'opération, peut-être en promulguant une zone de sécurité uniquement dans le nord de Gaza et en qualifiant le Hamas de "décapité dans les faits".

Le problème, c'est qu'il y a de plus en plus de signes montrant qu'une société israélienne radicalisée est largement favorable à la "solution finale" de la question palestinienne et à la restitution de la terre biblique d'Israël.

Alastair Crooke a d'ailleurs publié un nouvel  article à ce sujet aujourd'hui, dans lequel il présente de nouvelles preuves que les élites israéliennes sont en mesure d'aller "jusqu'au bout" parce que ce carrefour eschatologique dans lequel elles se sont trouvées est une occasion unique.

Israël ressent la crise actuelle comme un risque existentiel, mais aussi comme une "opportunité" - une opportunité d'établir "Israël" sur "ses terres bibliques" à long terme. Il n'y a pas à s'y tromper, c'est la direction que prend le sentiment populaire israélien, de gauche comme de droite, vers l'eschatologie sanglante.

Crooke conclut que le sentiment d'une nouvelle "Nakba" pour les Palestiniens a uni les Israéliens de gauche et de droite. Non seulement on commence à parler d'expulser les Palestiniens de Cisjordanie - où les FDI mènent discrètement des opérations - mais, selon lui, les ambitions se portent même sur le Sud-Liban, jusqu'à la source d'eau essentielle qu'est le fleuve Litani.

Pour ceux qui ont visionné l'appel d'Aviv Kohavi ci-dessus, avez-vous saisi le moment clé à la fin ? Ses derniers mots concluent le motif :

J'espère que nous sommes au début d'un changement de paradigme.

L'histoire du peuple juif est en train de prendre un virage.

Cela ne ressemble pas à la remarque désinvolte d'une personne simplement satisfaite de nettoyer quelques repaires de terroristes. Non, il s'agit d'un discours messianique qui signale ce que les élites israéliennes considèrent comme le dernier chapitre de leur eschatologie.

Crooke termine son article par un point que j'avais moi-même l'intention de soulever. Il s'agit de la thèse reprise par de nombreux observateurs selon laquelle le récent sommet arabe historique de l'OCI (Organisation de la coopération islamique) a été un échec majeur et une déception, en raison de son incapacité à générer une réaction tangible contre Israël sous la forme d'un embargo, etc.

Il s'agit là d'une réflexion superficielle de la part d'analystes et de commentateurs qui n'ont qu'une vision superficielle de la mécanique mondiale. Ce n'est pas parce que quelque chose n'a pas atteint le mouvement irréaliste de la "grande flèche" qu'il s'agit d'un échec. Je me range du côté de Crooke pour ce qui est de son interprétation :

Les deux conférences concomitantes - la Ligue arabe et l'OCI (qui se sont tenues simultanément à Riyad) - ont souligné l'effondrement total de l'image d'"Israël" dans le monde islamique. L'explosion de colère et de passion était palpable et métamorphose la nouvelle politique mondiale.

En Occident, la colère fait éclater les structures politiques dominantes et provoque de grandes convulsions. Les protestations mondiales sont massives.

Ainsi, alors qu'"Israël" s'oriente vers un "Grand Israël" biblique, le monde islamique devient de plus en plus intransigeant. Bien que les conférences n'aient abouti à aucun plan d'action, l'image du président Raisi assis à côté de MbS et le fait que les présidents Erdogan et Assad se soient mêlés à la conférence ont été saisissants.

Seules les personnes vraiment intuitives peuvent comprendre la signification d'un moment comme celui décrit ci-dessus, où Raisi, Assad et MbS se montrent solidaires, ou même la présence d'Erdogan dans la même pièce qu'Assad, par exemple.


Il faut être à l'écoute pour vraiment comprendre les changements subtils qui s'infiltrent dans le système, ce n'est pas quelque chose qui sera immédiatement évident. N'oubliez pas que dans la plupart des sociétés, le véritable pouvoir réside juste en dessous de la surface - les vrais acteurs et les faiseurs d'influence se cachent dans les plis et les engrenages de la sphère visible des pouvoirs en place. Il s'agit de la classe de personnes que l'on rapproche idéologiquement, au-delà des frontières antérieures. Une identité culturelle distincte de celle de l'Occident se manifeste lentement, synonyme du nouveau "pôle" du monde multipolaire décrit la dernière fois.

Ce n'est pas uniforme, bien sûr, mais il s'agit d'une vague grandissante, qui aura des répercussions dans tous les domaines - il ne s'agit pas de Gaza ou de la Palestine, en soi. Ce ne sera peut-être pas aussi spectaculaire que certains l'espèrent, mais le monde est suspendu à la pointe délicate d'une bascule, et même le plus petit changement peut rééquilibrer radicalement l'ordre actuel.

Il faut être sensible à ces changements graduels mais tectoniques des structures historiques du système international. Par exemple, Erdogan et d'autres dirigeants musulmans ont juré de poursuivre Israël devant la plus haute cour pénale internationale et de ne pas s'arrêter tant qu'ils n'auront pas répondu de leurs actes. Ces processus amorcent la désintégration progressive du système international, car ils montrent à l'ensemble du Sud mondial, en plein essor et désormais puissant, à quel point ces systèmes sont obsolètes et inutiles, y compris des institutions telles que l'ONU, entre autres. Cela conduira sans aucun doute à un effet de cascade pour défaire la plupart de ces structures colonialistes vieillissantes avec le temps, car l'injustice et l'hypocrisie pure et simple de leurs fondements ont maintenant été exposées à plusieurs reprises pour que tout le monde puisse les voir.

Mais étant donné la conclusion de Crooke, selon laquelle l'extrémisme radical d'Israël le pousse à aller "jusqu'au bout", il est difficile d'envisager une quelconque désescalade. La société israélienne peut être idéologiquement positionnée pour accepter toute perte économique pour cet accomplissement biblique, de sorte que les discussions sur les dommages économiques pourraient être discutables. Rappelons que la société ukrainienne continue de fonctionner après les dommages économiques incalculables causés par la guerre. Les humains peuvent supporter beaucoup de choses ; il est donc probable que cette situation perdure pendant un certain temps, la seule question étant de savoir si le Hezbollah et l'Iran finiront par choisir d'entrer en jeu.

Nous savons maintenant que les États-Unis ne sont pas enclins à être l'agresseur ou l'initiateur/instigateur lui-même. Par conséquent, si l'Iran devait s'impliquer, ce serait probablement à l'instigation d'Israël. Peut-être qu'après des mois d'échec dans sa campagne à Gaza, il choisira de déclencher une guerre beaucoup plus large pour dissimuler ses propres pertes et faiblesses économiques. Ainsi, selon une projection, Israël pourrait poursuivre ce statu quo à travers Gaza pendant six mois, jusqu'à ce que deux choses essentielles se produisent :

  1. La patience de l'Occident est à bout, après des mois d'indignation face au génocide perpétré par les forces de défense israéliennes. Les dirigeants occidentaux ne peuvent plus contrôler l'agitation interne contre leurs politiques israéliennes, et la pression les oblige finalement à succomber, les amenant à menacer officiellement de retirer leur soutien à Israël s'il ne cesse pas les hostilités.
  2. Dans le même temps, Israël pourrait s'affaiblir à la fois économiquement et militairement au point qu'une grande quantité de munitions, de matériel et de blindés/véhicules de tous types ont été dépensés, l'Occident menaçant à présent de mettre fin à son soutien.

Compte tenu des deux facteurs susmentionnés, projetés sur une période de six mois par exemple, Israël se sentirait chroniquement vulnérable. Avec un soutien et des munitions en baisse, Israël saurait que l'Iran est prêt à le prendre à la gorge, dans un état de faiblesse extrême, en ouvrant un second front massif par l'intermédiaire du Hezbollah.

Israël n'aurait alors d'autre choix que d'organiser un faux drapeau pour amener l'Occident à s'engager pleinement dans la guerre afin d'écarter cette menace potentielle de l'Iran. Le faux drapeau comprendrait probablement des "attaques terroristes du Hamas" en Europe (menées par le Mossad) ainsi que des attaques de missiles "iraniens" sur des navires américains, dans une répétition de l'épisode de l'USS Liberty. À ce stade, peu importe ce qui se passerait, car le résultat conduirait invariablement à la chute de l'Occident. Les planificateurs américains le savent probablement, et c'est pourquoi ils feront tout ce qui est en leur pouvoir pour empêcher Israël de s'engager dans cette voie.

Peut-être en désespoir de cause, les États-Unis essaieront-ils de mettre sur pied une sorte de coalition musulmane pour freiner le Hamas afin d'arrêter l'expansion de l'opération israélienne. Par exemple, en recrutant l'Égypte et la Turquie pour qu'elles se rendent à Gaza et mettent en place des opérations humanitaires et de sécurité, ce qui, si je ne me trompe pas, est quelque chose qu'Erdogan a déjà proposé, sérieusement ou non.

En fin de compte, nous pouvons prendre l'exemple de l'opération "Bouclier défensif" à laquelle le général des FDI a fait référence plus tôt, en 2002. Israël y a mené une incursion similaire pour nettoyer le "Hamas" et d'autres groupes. En fait, si l'on étudie cette opération, elle présente une ressemblance frappante avec ce qui se passe actuellement. Il y avait les mêmes allégations de massacres notables (massacre de Jénine), il y avait l'indignation morale douteuse de l'Occident, y compris les menaces de sanctions majeures contre Israël pour diverses violations humanitaires et crimes de guerre, etc.

Mais la différence est qu'à l'époque, ils ont utilisé une petite force de 20 000 hommes. Cette fois-ci, Israël a mobilisé tout le monde dans un spectacle véritablement apocalyptique qui semble destiné à faire comprendre qu'il va aller "jusqu'au bout". En réalité, la mobilisation massive des réservistes n'a jamais pu concerner le Hamas ou Gaza. Selon certaines sources, les combattants du Hamas seraient moins de 20 000 et je ne serais pas surpris qu'ils soient encore beaucoup moins nombreux. Israël dispose déjà d'une force active de plus de 150 000 hommes, capable de faire face à cette situation.

Non, les 360 000 soldats supplémentaires ont toujours été considérés comme un précurseur d'une sorte de "guerre totale" contre le Hezbollah, ce qui semble donner du crédit aux idées de Crooke concernant la prise du Sud-Liban à terme, après avoir provoqué un casus belli suffisamment important. Mais le problème est qu'Israël n'a peut-être pas bien lu les cartes ; il comptait peut-être sur le soutien inconditionnel des États-Unis et de l'Occident. Ils n'ont peut-être pas prévu le "changement vibratoire" fatal qui leur a coupé l'herbe sous le pied.

C'est pourquoi je terminerai par cette dernière "fuite" du PDG de l'ADL, Jonathan Greenblatt, en pleine panique face à ce qui se passe actuellement avec le désaveu de la Génération Z, complètement "hors scénario", du "droit divin [d'exceptionnalisme]" d'Israël, auparavant inviolable :

« Nous avons un gros problème Tik Tok ». Un enregistrement fuité d'un responsable, Jonathan Greenblatt qui s'affole du fait que la jeunesse mondiale n'adhère plus à la propagande israélienne.

Le soutien du public étasunien pour Israël s'étiole pour atteindre tout juste 32%.

Rappelez-vous que dans la fuite audio précédente du Général Kohavi, il a déclaré quelque chose de critique. Il déclare que la pierre angulaire de la campagne d'Israël est le temps, qui ne peut être gagné qu'en "atténuant les conditions" pour les États-Unis. Si vous lisez le message crypté entre les lignes, ce qu'il dit essentiellement, c'est que pour que les États-Unis fournissent le soutien militaire et politique mondial permettant à Israël de mener son opération, Israël doit à son tour fournir le contrôle narratif social et culturel afin de permettre à la classe d'élite occidentale de continuer à pousser les justifications morales pour les actions d'Israël.

Et c'est là le nœud du problème : Israël semble avoir beaucoup misé sur sa capacité à utiliser ses diverses technologies de contrôle social - qui consistent principalement en ses diverses ONG et ses "groupes anti-haine" mondiaux tels que l'ADL - pour contrôler le récit autour de ce génocide.

Mais ils ont massivement échoué.

Israël n'a pas semblé prendre le pouls de l'éveil mondial. Il est resté sclérosé avec quelques années de retard, pensant encore que nous étions à la fin des années 2010, à l'apogée de la domination tentaculaire de Big Tech sur nos esprits et du contrôle omnipotent de la narration gauchiste.

Les temps ont changé, les choses se dénouent, Israël perd le contrôle :

L'atmosphère de changement est bien réelle : la base Démocrate est visiblement en train de se tourner contre Israël d'une manière concerté (demandez à Jack Tapper). A en juger par des gens comme Candace Owen et Tucker Carlson, la droite étasunienne ne redressera pas la situation.

Eh bien, ils ont contribué à créer ce shibboleth en poussant l'activisme gauchiste à toujours faire des courbettes au groupe perçu comme "marginalisé". Aujourd'hui, aucun groupe au monde n'a autant le cachet de marginalisation que les Palestiniens. Israël a rendu "cool" le fait d'être à nouveau contre l'establishment, le véritable establishment pour une fois.

Simplicius

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone.

 lesakerfrancophone.fr

 Commenter