12/02/2024 euro-synergies.hautetfort.com  3 min #242715

Les nationalistes corses dans la rue contre la violence multiculturelle

Peter Logghe

Source :  facebook.com

Il fut un temps où le Mouvement flamand parvenait à faire connaître ses axes de combat à l'attention du grand public par le biais de manifestations, d'actions, d'animations. Cette époque semble révolue, mais ce n'est pas le cas partout en Europe. En Corse, les nationalistes descendent dans la rue pour dénoncer les violences graves commises par des Nord-Africains et réclamer des mesures. Après tout, l'enrichissement multiculturel s'est aussi déchaîné sur cette belle île, avec toutes ses conséquences. En 2015, des pompiers d'Ajaccio ont été attaqués par des "jeunes" d'origine nord-africaine. Deux ans plus tard, des Nord-Africains ont décidé qu'une partie de la côte de Sisco leur appartenait, ce qui a donné lieu à une rixe massive avec des jeunes de la région.

Le 5 janvier, à Furiani, un jeune Corse a été agressé par des "jeunes", tous maghrébins selon les témoins. Selon le procureur, il ne s'agit "que d'une rixe qui a dégénéré" et les quatre auteurs ont été relâchés. Il n'y avait rien de raciste, c'était un malentendu ou quelque chose comme ça. C'est ce qu'a cru le tribunal. Plusieurs centaines de Corses en savaient quelque chose et se sont rassemblés pacifiquement le 13 janvier dans un quartier populaire de Bastia, dans le Paese Novu.

Les nationalistes ne veulent pas de la violence multiculturelle, ne veulent pas du trafic de drogue

Le slogan, qui a résonné tout au long de la manifestation, ne manque pas de clarté : "Racailles fora" - ou "Racailles dehors". Deux organisations, qui ont appelé à la manifestation, appartiennent au camp nationaliste: Core in Fronte, qui voit dans les violences la conséquence d'une "fragmentation ethnique de la société corse", et le PNC (Parti de la Nation Corse), qui affirme quant à lui que "la société corse est menacée dans son existence et dans ses valeurs culturelles et autres".

En particulier, un nouveau mouvement, le Palatinu, semble attirer les jeunes nationalistes corses. Il a été fondé par Nicolas Battini en 2021. "Nous avons rompu avec les vieux nationalistes qui sont devenus des bourgeois gauchistes et qui qualifient toute revendication identitaire comme étant d''extrême droite'. Imaginez un instant: le maire de Bastia a adopté l'idéologie du genre, le langage inclusif et a organisé la première Gay Pride en Corse. Et en effet, cette Gay Pride n'a rassemblé que quelques centaines de personnes, pour la plupart des touristes venus de France continentale.

La Corse est touchée par une vague de criminalité liée à la drogue, qui se traduit par une insécurité croissante sur cette belle île de vacances. Les nationalistes corses relèvent le défi et descendent dans la rue. Un bel exemple qui fait chaud au cœur.

 euro-synergies.hautetfort.com

 Commenter