06/04/2023 16 articles francais.rt.com  4min #226715

Pression anti-russe d'Emmanuel Macron auprès de Xi Jinping : un coup d'épée dans l'eau

© LUDOVIC MARIN / AFP

Le président français Emmanuel Macron et son homologue chinois Xi Jinping, le 6 avril à Pékin.

C'est avec une ambition clairement affichée qu'Emmanuel Macron s'est rendu en Chine : infléchir la position chinoise  sur le conflit en Ukraine et notamment décourager Pékin de toute potentielle livraison d'armements à la Russie.

«Je sais pouvoir compter sur vous pour ramener la Russie à la raison et tout le monde à la table des négociations», a sans ambages déclaré le président de la République française, pendant une rencontre en face-à-face au Palais du peuple avec le président chinois Xi Jinping, ce 6 avril à Pékin, au deuxième jour de sa visite.

La Russie était bel et bien dans le viseur du chef d'Etat français. S'exprimant devant la presse au côté de son homologue chinois, Emmanuel Macron a notamment lancé : «Chacun doit être rappelé à ses devoirs, en particulier la Russie qui a annoncé l'autre jour vouloir  déployer en Biélorussie de telles armes nucléaires tactiques, ce qui est non conforme aux engagements pris à vos égards, à nos égards et au droit international.»

De plus, s'il ne l'a pas dit devant les journalistes, Emmanuel Macron aurait également, selon un diplomate français cité par l'AFP, «pressé Xi Jinping de ne rien livrer à la Russie qui serve à sa guerre contre l'Ukraine», à un moment où les Occidentaux redoutent que la Chine ne fournisse des armes à Moscou. Des velléités que Pékin a jusqu'alors démenties, la Chine prétendant à  un rôle de médiateur dans le conflit.

Egalement présente en Chine pour une réunion trilatérale qui a suivi la rencontre des deux chefs d'Etat, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen avait elle aussi fait pression sur le même sujet. La semaine dernière à Bruxelles, elle avait ouvertement mis en garde Pékin : «La manière dont la Chine continuera de réagir face à la guerre de Poutine sera un facteur déterminant de l'avenir des relations entre l'UE et la Chine.»

Xi Jinping préfère dénoncer la «mentalité de guerre froide»

Autant d'appels à une prise de distance de la Chine vis-à-vis de la Russie, qui n'ont - pour le moment en tout cas - trouvé aucune réponse.

Comme le relève ainsi la version anglophone du média  Politico, «le président chinois Xi Jinping n'a montré aucun signe de changement de position sur la guerre de la Russie contre l'Ukraine après des entretiens jeudi avec son homologue français Emmanuel Macron».

Face aux demandes du président français, analyse le même média, Xi Jinping n'a rien concédé de plus que la proposition de coordination franco-chinoise suivante, formulée en conférence de presse : «La Chine est disposée à lancer un appel conjoint avec la France à la communauté internationale à rester calme et rationnelle»... Plus encore, Xi Jinping a affirmé que Pékin et Paris continuaient à s'opposer sur le plan international à «la mentalité de guerre froide» - une formule dont les autorités chinoises usent habituellement pour  dénoncer le caractère jugé agressif de la politique étrangère occidentale.

Xi Jinping s'est néanmoins dit prêt à appeler le président ukrainien Volodymyr Zelensky, comme l'espère ce dernier, a assuré la partie française, selon l'AFP. Selon la même source, le dirigeant chinois a précisé qu'il le ferait au moment qu'il aura lui-même choisi. Un geste qui reste, donc, à confirmer.

Frustrations diplomatiques, succès économiques ?

Si les velléités d'Emmanuel Macron en matière de politique étrangère ne semblent guère avoir convaincu Xi Jinping, le déplacement du président français, en présence de 50 chefs d'entreprises hexagonaux, comporte également un volet économique.

Et ce 6 avril, entre autres, des accords franco-chinois dans les secteurs du nucléaire civil ou de l'agriculture ont été conclus. Suez, champion de la gestion de l'eau et des déchets, a ainsi obtenu un contrat via un consortium pour un projet de désalinisation d'eau de mer. Airbus va pour sa part doubler sa capacité de production d'avions en Chine, à partir de 2025, en installant une seconde ligne d'assemblage à Tianjin (nord). Autant de succès français sur le terrain économique, à défaut d'en avoir arraché sur le plan géopolitique.

 francais.rt.com

 Commenter
Articles enfants plus récents en premier
18/04/2023 elcorreo.eu.org  13min #227285

 Pression anti-russe d'Emmanuel Macron auprès de Xi Jinping : un coup d'épée dans l'eau

Alastair Crooke : L'art lent de la 'guerre' pangouvernementale

par Alastair Crooke*

Le Washington Post nous apprend que l'escapade du président Macron en Chine a suscité un 'tollé' en Europe. C'est ce qu'il semble. Bien qu'à première vue, sa recommandation géostratégique selon laquelle l'Europe devrait se tenir à égale distance du mastodonte étasunien et du colosse chinois ne soit guère très radicale, il n'en reste pas moins que, quelles que soient les motivations sous-jacentes de M.

18/04/2023 reseauinternational.net #227259

 Pression anti-russe d'Emmanuel Macron auprès de Xi Jinping : un coup d'épée dans l'eau

Qui pouvait croire que Macron influencerait le président chinois ?

par Pierre-Alain Depauw

Tatiana Ventôse se moque de cette classe politique et de ces médias serviles qui osaient imaginer que Emmanuel Macron allait exercer une quelconque influence sur le président chinois.

Nous ne partageons pas toute l'analyse de cette chroniqueuse, notamment lorsque celle-ci annonce la fin de la mondialisation, ce qui nous semble bien prématuré, m

18/04/2023 reseauinternational.net  3min #227258

 Pression anti-russe d'Emmanuel Macron auprès de Xi Jinping : un coup d'épée dans l'eau

Macron en Chine et les fissures dans l'alliance occidentale

par Robin Philpot

Entrevue Samir Saul

Le débat provoqué par le voyage d'Emmanuel Macron en Chine et ses déclarations au retour révèlent des fissures importantes dans l'alliance occidentale dirigée pars les États-Unis contre la Russie et la Chine, selon Samir Saul, professeur d'histoire à l'Université de Montréal. Mais ça ne veut pas dire que Macron a changé de camp, seulement que la France, qui a une longue tradition d'indépendance en termes de politique étrangère, accepte mal sa « vassalisation » par Washington.

17/04/2023 arretsurinfo.ch  7min #227222

 Pression anti-russe d'Emmanuel Macron auprès de Xi Jinping : un coup d'épée dans l'eau

La phrase la plus importante de la déclaration conjointe Chine-France

BEIJING, 6 novembre (Xinhua) - Le président chinois Xi Jinping s'est entretenu mercredi avec son homologue français Emmanuel Macron au Grand Palais du Peuple à Beijing.

Par Ted Snider
Publié le 17 avril 2023 sur The American C onservative sous le titre The Most Important Line in the China-France Joint Statement

Les principaux acteurs européens adoptent le paradigme multipolaire ; laissent-ils les États-Unis derrière eux ?

12/04/2023 reseauinternational.net  3min #226993

 Pression anti-russe d'Emmanuel Macron auprès de Xi Jinping : un coup d'épée dans l'eau

L'europe enfin

par Jacques Vuillemin

Lors de son voyage en Chine, le président Macron dans un entretien a évoqué l'autonomie stratégique de l'Europe. Débat ancien, jamais vraiment tranché. Pour le président, sans autonomie stratégique l'Europe risque de sortir de l'histoire.

C'est une évidence même si l'idée de la défense européenne a fait quelques progrès. Il est vrai que pendant longtemps l'Europe a négligé la construction d'une autonomie stratégique.

11/04/2023 dedefensa.org  15min #226957

 Pression anti-russe d'Emmanuel Macron auprès de Xi Jinping : un coup d'épée dans l'eau

Les petites mains du simulacre

Bloc-Notes

Journalistes (presseSystème) et officiers (loyaux) du renseignement, main dans la main, – mais  “petites mains” qui font les gros bras. Diverses et très récentes hypothèses et lectures nous montrent comment, à la fois le renseignement, à la fois le commentaire, charrient, sous les haillons du ‘Top Secret’ et du “journal de référence”, les canards les plus grossiers, qui ne méritent même pas d’être qualifiés de “mensonges” ni de “couardises de l’esprit”.

11/04/2023 reseauinternational.net  7min #226938

 Pression anti-russe d'Emmanuel Macron auprès de Xi Jinping : un coup d'épée dans l'eau

Macron en Chine, colique chez les Atlantistes

par Bruno Guigue

Depuis la reconnaissance solennelle de la République populaire de Chine par le général de Gaulle, en janvier 1964, les deux pays entretiennent une relation singulière. En effectuant une visite officielle en Chine, Emmanuel Macron avait-il l'intention de perpétuer cette noble tradition en faisant la démonstration que la France est un pays souverain capable de discuter avec la Chine d'égal à égal et de mener une politique étrangère indépendante dans cette région cruciale pour l'avenir du monde ? Bref, cette visite à Pékin du commis voyageur hexagonal de l'oligarchie financière mondialisée allait-elle subitement se transformer en cauchemar pour les atlantistes ?

08/04/2023 mondialisation.ca  8min #226771

 Pression anti-russe d'Emmanuel Macron auprès de Xi Jinping : un coup d'épée dans l'eau

Conflit ukrainien : Pourquoi l'on ne pouvait attendre qu'un échec de Macron en Chine

Par Karine Bechet-Golovko

La visite de Macron en Chine est un échec diplomatique. Mais l’on se doit bien de reconnaître, que tout a été fait, pour qu’il en soit ainsi. Sous tutelle de la guerrière Ursula von Leyen, il est difficile de parler de paix. En donnant des injonctions au Président chinois, il est impossible de le convaincre.

07/04/2023 reseauinternational.net  5min #226741

 Pression anti-russe d'Emmanuel Macron auprès de Xi Jinping : un coup d'épée dans l'eau

Expert sur la visite de Macron en Chine : « Emmanuel Macron surestime le poids de la France »

par Olivier Renault

Dans un entretien accordé à Public Sénat, le chercheur Antoine Bondaz (Fondation pour la recherche stratégique) estime que l'Europe doit « faire entendre sa voix », mais affirme que « Emmanuel Macron surestime le poids de la France ».

Si les médias occidentaux insistent sur le fait que le président français a demandé à la Chine d'intervenir pour pousser la Russie à entamer des négociations concernant le conflit en Ukraine, le New York Times signale que le président chinois, Xi Jinping, n'a pas indiqué s'il utiliserait ses relations étroites avec Moscou pour pousser la Russie à négocier.