28/02/2024 chroniquepalestine.com  6 min #243752

Aaron Bushnell s'est immolé pour attirer l'attention sur Gaza

Repose en paix, Aaron Bushnell !

Aaron Bushnell - Photo : capture Facebook

Par  Belen Fernandez

L'acte ultime de protestation de Aaron Bushnell doit faire honte aux médias occidentaux.

Le dimanche 25 février,  Aaron Bushnell, âgé de 25 ans, membre actif de l'armée de l'air américaine, s'est immolé par le feu devant l'ambassade d'Israël à Washington, capitale des États-Unis, dans le cadre d'une révolte aérienne contre le massacre actuellement perpétré par l'armée israélienne dans la bande de Gaza, avec le soutien des États-Unis.

Au cours des  143 derniers jours, Israël a tué près de 30 000 Palestiniens dans l'enclave côtière assiégée.

Dans la vidéo enregistrée avant et pendant son auto-immolation, Bushnell déclare qu'il ne sera « plus complice d'un génocide » et qu'il est « sur le point de s'engager dans un acte de protestation extrême - mais comparé à ce que les gens ont vécu en Palestine aux mains de leurs colonisateurs, ce n'est pas du tout extrême ».

Certes, les Palestiniens sont depuis longtemps habitués à mourir brûlés par les armes israéliennes, depuis que l'État d'Israël a entrepris de s'implanter de  manière létale sur les terres palestiniennes en 1948.

L'utilisation par l'armée israélienne de munitions au phosphore blanc, qui incinèrent la peau, au cours des dernières années, a sans aucun doute contribué à l'ensemble de l' « expérience » palestinienne.

Après avoir observé avec pertinence que la complicité des États-Unis dans le génocide des Palestiniens est « ce que notre classe dirigeante a décidé comme étant normal », Bushnell se place directement devant la porte de l'ambassade israélienne - en tenue militaire américaine - et s'asperge d'un liquide inflammable.

Alors qu'il se consume rapidement, il crie à plusieurs reprises : « Libérez la Palestine » [Free Palestine], tandis que le personnel de sécurité lui ordonne de se mettre « à terre ». Un individu particulièrement serviable pointe son arme sur le brasier...

À la suite de l'auto-immolation de Bushnell, le New York Times a annoncé : « Un homme meurt après s'être immolé devant l'ambassade d'Israël à Washington, selon la police » - un candidat sérieux, peut-être, au titre le plus dilué et le plus décontextualisé de tous les temps.

On peut se demander ce que les gens auraient dit en 1965 si le journal américain de référence avait publié des titres tels que : « Une  octogénaire de Détroit meurt après s'être immolée par le feu, selon la police - un événement qui n'a rien à voir avec l'opposition de cette femme à la guerre du Viêt Nam ou quoi que ce soit d'autre ».

En ce qui concerne les auto-immolations liées à la guerre du Viêt Nam, rappelons le récit du célèbre historien et journaliste américain David Halberstam sur la mort du moine vietnamien Thich Quang Duc en 1963 à Saigon, dans le sud du Viêt Nam : « Des flammes sortaient d'un être humain ; son corps se flétrissait et se ratatinait lentement, sa tête noircissait et se carbonisait. Il y avait dans l'air une odeur de chair brûlée ; les êtres humains brûlent étonnamment vite... J'étais trop choqué pour pleurer, trop confus pour prendre des notes ou poser des questions, trop déconcerté même pour penser ».

Et si une forme de suicide aussi intense et passionnelle est sans doute déconcertante pour beaucoup, le génocide devrait être d'autant plus effroyable ; comme Bushnell l'a dit lui-même, l'auto-immolation n'est rien « par rapport à ce que les gens ont vécu en Palestine », où les gens savent trop bien à quelle vitesse les êtres humains brûlent.

Dans le cas de Bushnell, l'establishment politico-médiatique américain semble faire de son mieux non seulement pour le décontextualiser, mais aussi pour le discréditer à titre posthume.

Le Time Magazine, par exemple, rappelle que « la politique du ministère de la défense des États-Unis stipule que les militaires en service actif ne doivent pas s'engager dans des activités politiques partisanes » - comme si le fait de contribuer activement à un génocide n'était pas politiquement « partisan ».

En outre,  précise le magazine, les règlements militaires américains « interdisent le port de l'uniforme lors de 'discours publics non officiels, d'interviews' » et d'autres activités.

Les cendres de Bushnell pourront peut-être être jugées par un tribunal militaire...

Au bas de l'article du Time, les lecteurs reçoivent charitablement les instructions suivantes : « Si vous ou quelqu'un que vous connaissez traversez une crise de santé mentale ou envisagez de vous suicider, appelez ou envoyez un SMS au 988 » - ce qui implique naturellement que Bushnell était simplement la victime d'une « crise de santé mentale » plutôt que quelqu'un qui faisait un action politique très convaincante et provocante en réponse à une réalité politique extrêmement dérangeante sur le plan mental.

En fin de compte, quiconque ne traverse pas une grave « crise de santé mentale » face au génocide qui se déroule à Gaza avec le soutien total des États-Unis peut être classé sans risque dans la catégorie des personnes psychologiquement perturbées.

Bien entendu, les États-Unis ont également perpétré leur propre  génocide contre les Amérindiens - un autre phénomène sanglant qui n'a pas été jugé digne d'être diagnostiqué comme une grave perturbation mentale collective ou quoi que ce soit de ce genre.

Selon le récit officiel, si vous pensez qu'il est fou que les États-Unis ou leur partenaire israélien dans le crime commettent un génocide, c'est vous qui êtes fou.

Issu d'une famille d'anciens combattants de l'US Air Force - mes deux grands-pères ont participé au carnage du Viêt Nam - j'ai personnellement été témoin des conséquences psychologiques qui peuvent découler d'un service en tant que bourreau de l'empire.

Aaron Bushnell était destiné à être un rouage de la machine à tuer, mais ses principes lui ont coûté la vie.

En effet, selon un  ancien collègue de Bushnell qui a travaillé avec lui pour soutenir la communauté des sans-abri à San Antonio, au Texas, il était « l'un des camarades les plus attachés aux principes que j'aie jamais connus ».

Alors que nous, journalistes, sommes censés être ceux qui disent la vérité au pouvoir, il suffit de dire que M. Bushnell a fait honte aux médias occidentaux.

Repose en paix, Aaron Bushnell.

Auteur :  Belen Fernandez


* Belen Fernandez est l'auteur de  The Imperial Messenger: Thomas Friedman at Work, publié par Verso. Elle est rédactrice en chef du  Jacobin Magazine. Il est possible de la suivre sur Twitter:  @MariaBelen_Fdez

27 février 2024 -  Al-Jazeera - Traduction :  Chronique de Palestine - Lotfallah

 chroniquepalestine.com

 Commenter