«Résistance», «liberté» : un restaurateur niçois acclamé par ses clients lors d'un service illégal

Encensé par des clients venus le soutenir, un restaurateur de Nice a repris son activité en dépit des mesures en vigueur à l'échelle nationale qui interdisent le service en salle depuis octobre 2020. Il a plus tard été placé en garde à vue.

Comme en témoignent plusieurs vidéos diffusées sur les réseaux sociaux ainsi que la presse locale, un restaurateur du centre-ville de Nice a décidé d'ouvrir ce 27 janvier les portes de son établissement au public, invitant tous ses confrères à suivre son action, malgré les mesures restrictives imposées à l'échelle nationale.

«Un restaurant sert illégalement 50 clients et prône la "désobéissance civile"», a titré  l'antenne niçoise du quotidien 20 Minutes. «A l'intérieur du restaurant, les manifestants ont entonné une Marseillaise autour du restaurateur qui se dit au bord de la faillite et qui revendique "le droit de travailler"», a encore rapporté  l'antenne Provence Alpes Côte-d'azur de France 3, auprès de qui le propriétaire des lieux a fait valoir «un acte de résistance».

«Le propriétaire du Poppies, Christophe Wilson, fait son service», a pour sa part témoigné, vidéo à l'appui, la journaliste Elise Martin, présente sur place. «Liberté, liberté !», entend-on les personnes présentes scander dans cette séquence.

Le propriétaire du Poppies, Christophe Wilson, fait son service. « Je n’ai pas eu l’autorisation, mais je la prends ». Gnocchis daube ou dhal de lentilles au menu. #Nice

«Malgré les menaces de sanctions, et la présence de la police, Christophe Wilson du Poppies sert son gnocchi daube», a également constaté un autre journaliste présent sur les lieux, et qui a aussi rapporté que le restaurateur avait évoqué le principe de «désobéissance civile».

Malgré les menaces de sanctions, et la présence de la Police, Christophe Wilson du Poppies sert son gnocchi daube. 1 et service de sa « désobéissance civile »

Ainsi que l'a rapporté France 3, la police a en effet tenté une intervention avant de finalement repartir sous les slogans «on a gagné, on a gagné !», scandés par des clients du restaurant.

Elise Martin a quant à elle rapporté que des policiers étaient tout de même revenus aux abords de l'établissement pour procéder à des contrôles.

La police est revenue devant le Poppies à #Nice et elle contrôle. Les policiers verbalisent actuellement une personne qui portait mal son masque dans la rue.

Toujours selon France 3, le même restaurateur avait déjà organisé une initiative similaire au mois de novembre 2020 «pour protester lors du deuxième confinement».

Le restaurateur placé en garde à vue

Dans la soirée le même jour, la préfecture des Alpes-Maritimes a annoncé sur Twitter que le patron du restaurant avait été placé en garde à vue. «Son cuisinier, un étranger en situation irrégulière y travaillant a été lui placé en rétention», a par ailleurs précisé le message.

#NICE #COVID19
1/2 Le restaurateur qui a ouvert son établissement à midi à Nice est ce soir en garde à vue.
Son cuisinier, un étranger en situation irrégulière y travaillant a été est lui placé en rétention.

Dans un autre message, la préfecture a promis que les «personnes identifiées» ayant participé au service seront toutes «verbalisées».

 Lire aussi «Acculés au pire» : Macron rend hommage aux cafetiers et restaurateurs après un suicide

 francais.rt.com

 Commenter