17/05/2024 euro-synergies.hautetfort.com  3 min #248753

Le Premier ministre slovaque touché par balles

Slovaquie, l'attentat contre Fico est le résultat de sa dissidence avec l'Occident

Slovaquie, l'attentat contre Fico est le résultat de sa dissidence avec l'Occident : et certains parlent de guerre civile

Stelio Fergola

Source:  ilprimatonazionale.it

Rome, 16 mai - La tentative d'assassinat dont a été victime hier le Premier ministre Robert Fico a choqué non seulement la Slovaquie mais aussi, bien évidemment, l'ensemble des milieux politiques continentaux. Ces derniers ont, comme il se doit, condamné l'incident. Malgré le fait que, dans le passé, les accusations portées contre le dirigeant slovaque n'avaient pas été tendres et, à bien des égards, similaires à celles constamment portées contre son collègue hongrois Viktor Orban : ainsi, il serait autoritaire, antidémocratique, dictatorial. Certaines formules nous sont familières, surtout lorsqu'elles s'adressent à ceux qui ont pour l'UE et l'Occident un défaut jugé intolérable: ne pas adhérer aux diktats occidentaux.

Fico, succès en Slovaquie et dissidence

Robert Fico s'est affirmé lors des élections de septembre dernier. Une victoire obtenue par acclamation populaire, il faut le dire, puisque 70% des électeurs se sont rendus aux urnes en Slovaquie. Des taux de participation dont on ne peut même pas rêver dans notre partie du monde. Depuis son arrivée à la tête du pays, Fico a lancé une politique résolument à contre-courant du reste de la zone UE, notamment sur le lourd dossier russo-ukrainien, en se prononçant contre l'envoi d'une nouvelle aide économique à Kiev. Il y a quelques mois, le premier ministre avait témoigné d'une grave ingérence occidentale dans un hypothétique accord entre Kiev et Moscou qui interviendrait peu après le déclenchement du conflit. Sans parler de ses critiques à l'égard de l'OMS (Organisation mondiale de la santé), en particulier du « traité » évoqué il y a quelques mois, ni de ses invectives contre les vaccins anti-covididistes. Socialiste, anti-européen, pro-russe, pas « co vidiste », dirons-nous. Peut-être un peu trop dissident (nous sommes bien sûr sarcastiques).

Un pays divisé ou rebelle ?

Ceux d'entre nous qui se sont rendus en Slovaquie en ont clairement témoigné : c'est un pays divisé en deux, entre, d'une part, ceux qui soutiennent pleinement le programme occidental mené par les États-Unis et, d'autre part, le reste de la nation. Dans les rues, avant le vote de septembre, les gens appelaient à la participation (« Ukradnú ti Štát, ak neprídeš voliť », « Si vous n'allez pas voter, ils vont vous voler votre État ! ») précisément pour cette raison : essayer de faire gagner un dissident, comme Fico, à la tête d'un parti, le Smer, qui vient de la gauche, mais certainement pas de la même gauche que Pedro Sanchez en Espagne, pour donner un exemple. Ce qui est sûr, c'est que celui qui a tiré sur Fico l'a avoué clairement : « Je n'aime pas sa politique ». Bref, il n'y a donc pas de longues digressions à écrire....

On parle de guerre civile...

C'est le ministre slovaque de la Défense, Robert Kaliňák, comme le rapporte Euronews, qui a donné l'alerte lors d'une conférence de presse devant l'hôpital de Banská Bystrica, où le premier ministre est gardé en observation, actuellement dans un coma pharmacologique. Le journaliste Gábor Tanács a déclaré : « L'attentat contre le premier ministre a clairement choqué le pays et les ministres. Elle montre la profonde division politique qui règne en Slovaquie pendant la campagne électorale ». De toute évidence, le Smer est accusé d'être antidémocratique depuis des mois, ne serait-ce qu'en raison de sa proximité avec la Russie de Vladimir Poutine.

 euro-synergies.hautetfort.com

 Commenter