Sommet sino-américain : Biden considère toujours Xi Jinping comme un «dictateur»

Xi déjoue Biden à San Francisco

par Pepe Escobar

D'un côté de la table, un leader du Sud mondial au sommet de son art. De l'autre côté, une momie qui vend l'illusion d'être le «leader du monde libre».

Cela ne pouvait qu'entraîner du suspense - avant, pendant ou après la rencontre bilatérale cruciale entre les deux premières puissances mondiales. Dès les remarques introductives, le secrétaire d'État américain Tony Blinken, assis du côté droit de La Momie, était aussi terrifié que James Stewart effrayé par les hauteurs dans le film «Sueurs froides » d'Hitchcock - sentant que le malheur allait frapper d'un instant à l'autre.

C'est ce qui s'est passé lors de la conférence de presse finale. Joe Biden, l'acteur jouant La Momie, après un sourire en coin proverbial, a déclaré que le président chinois Xi Jinping est «un dictateur». Parce qu'il est le dirigeant d'un pays communiste.

Tous ces plans élaborés se sont effondrés en un clin d'œil. Un scénario provisoirement rose s'est transformé en film noir. La réponse du ministère des Affaires étrangères a été aussi tranchante qu'une réplique de Dashiell Hammett - et contextualisée : il s'agissait non seulement d'une «erreur extrême», mais aussi d'une «manipulation politique irresponsable».

Tout cela supposait bien sûr que La Momie savait où elle se trouvait et de quoi elle parlait, «spontanément», et non sous la dictée de son oreillette omniprésente.

La Maison-Blanche dévoile l'intrigue

Le drame Xi-Biden, qui a duré un peu plus de deux heures, n'était pas exactement un remake de «Sueurs froides». Washington et Pékin ont semblé très à l'aise, promettant conjointement la proverbiale promotion et le renforcement du «dialogue et de la coopération dans divers domaines», un dialogue intergouvernemental sur l'IA, la coopération en matière de lutte contre la drogue, le retour à des discussions militaires de haut niveau, un «mécanisme de consultation sur la sécurité maritime», une augmentation significative des vols d'ici début 2024 et «l'expansion des échanges» dans les domaines de l'éducation, des étudiants internationaux, de la culture, des sports et des milieux d'affaires.

L'hégémon était loin d'avoir un Faucon maltais inestimable («l'étoffe dont sont faits les rêves») à offrir à Pékin. La Chine s'est déjà imposée comme la première économie commerciale du monde en termes de PPA. La Chine progresse à une vitesse fulgurante dans la course à la technologie, même sous l'effet des sanctions américaines. La puissance douce de la Chine dans le Sud mondial et la Majorité mondiale s'accroît de jour en jour. La Chine co-organise avec la Russie le mouvement concerté vers la multipolarité.

Le  communiqué de la Maison-Blanche, aussi fade qu'il puisse paraître, dévoile en fait la partie essentielle de l'intrigue.

Biden - en fait son oreillette - a souligné «le soutien à un Indo-Pacifique libre et ouvert», la défense de «nos alliés de l'Indo-Pacifique», «l'engagement à la liberté de navigation et de survol», «l'adhésion au droit international», «le maintien de la paix et de la stabilité en mer de Chine méridionale et orientale», «le soutien à la défense de l'Ukraine contre l'agression russe» et «le soutien au droit d'Israël à se défendre contre le terrorisme».

Pékin comprend en détail le contexte et les connotations géopolitiques de chacun de ces engagements.

Ce que le compte-rendu ne dit pas, c'est que les collaborateurs de Biden ont également tenté de convaincre les Chinois de cesser d'acheter du pétrole à leur partenaire stratégique, l'Iran.

Cela n'arrivera pas. La Chine a importé en moyenne 1,05 million de barils de pétrole par jour en provenance d'Iran au cours des dix premiers mois de 2023 - et ce chiffre continue d'augmenter.

Le Think Tankland américain, qui excelle toujours dans la désinformation, a cru à sa propre projection puérile de Xi jouant les durs contre les États-Unis en Asie, sachant que Washington ne peut pas se permettre une troisième histoire d'amour, pardon, un front de guerre en plus de l'Ukraine et d'Israël/Palestine.

Le fait est que Xi sait tout ce qu'il y a à savoir sur les fronts de guerre impériaux, hybrides et rotatifs, ainsi que sur d'autres fronts qui peuvent être activés d'une simple pression sur un interrupteur. L'Hégémon continue de provoquer des troubles non seulement à Taïwan, mais aussi aux Philippines, au Japon, en Corée du Sud, en Inde, et continue de flirter avec d'éventuelles révolutions de couleur en Asie centrale.

Il n'y a pas encore eu de confrontation directe entre les États-Unis et la Chine grâce à l'expertise diplomatique millénaire de la Chine et à sa vision à long terme. Pékin sait en détail comment Washington est simultanément en mode Guerre hybride totale contre la BRI (l'Initiative Ceinture et Route) et les BRICS - qui deviendront bientôt les BRICS 11.

Deux options seulement pour la Chine et les États-Unis

Un journaliste sino-américain, après les remarques introductives, a demandé à Xi, en mandarin, s'il faisait confiance à Biden. Le président chinois a parfaitement compris la question, l'a regardé et n'a pas répondu.

Il s'agit là d'un élément clé de l'intrigue. Après tout, Xi savait depuis le début qu'il parlait à des manipulateurs contrôlant une oreillette. De plus, il était parfaitement conscient que Biden, en fait ses manipulateurs, qualifiait Pékin de  menace pour l'«ordre international fondé sur des règles», sans parler des accusations incessantes de «génocide du Xinjiang» et du tsunami de l'endiguement.

Ce n'est pas un hasard si, en mars dernier, dans un discours prononcé devant des notables du Parti communiste, Xi a explicitement déclaré que les États-Unis étaient engagés dans «une politique globale d'endiguement, d'encerclement et de répression à notre encontre».

Chen Dongxiao, universitaire basé à Shanghai, suggère que la Chine et les États-Unis s'engagent dans un «pragmatisme ambitieux». Il se trouve que c'est exactement le ton du message clé de Xi à San Francisco :

«Il y a deux options pour la Chine et les États-Unis à l'ère des transformations mondiales sans précédent depuis un siècle : L'une consiste à renforcer la solidarité et la coopération et à se donner la main pour relever les défis mondiaux et promouvoir la sécurité et la prospérité dans le monde ; l'autre consiste à s'accrocher à la mentalité du jeu à somme nulle, à provoquer des rivalités et des confrontations et à conduire le monde vers l'agitation et la division. Ces deux choix indiquent deux directions différentes qui décideront de l'avenir de l'humanité et de la planète Terre».

C'est aussi sérieux que possible. Xi a ajouté le contexte. La Chine n'est pas engagée dans le pillage colonial ; elle n'est pas intéressée par la confrontation idéologique ; elle n'exporte pas d'idéologie ; et elle n'a pas l'intention de surpasser ou de remplacer les États-Unis. Les États-Unis ne devraient donc pas tenter de supprimer ou de contenir la Chine.

Les manipulateurs de Biden ont peut-être dit à Xi que Washington suivait toujours la politique d'une seule Chine - alors même que les États-Unis continuent d'armer Taïwan selon la logique tordue que Pékin pourrait l'«envahir». Xi, une fois de plus, a fourni la conclusion concise : «La Chine sera finalement, inévitablement réunifiée» avec Taïwan.

40 000 dollars pour un dîner avec Xi

Au milieu de toutes ces tensions à peine dissimulées, le soulagement à San Francisco est venu sous la forme d'affaires. Tout le monde et son voisin corporatif - Microsoft, Citigroup, ExxonMobil, Apple - mouraient d'envie de rencontrer les dirigeants de plusieurs pays de l'APEC. Et surtout de la Chine.

Après tout, l'APEC représente près de 40% de la population mondiale et près de 50% du commerce mondial. Il s'agit bien de l'Asie-Pacifique, et non de l'«Indo-Pacifique», un concept vide de l'«ordre international fondé sur des règles» dont personne ne sait rien, et que personne n'utilise en Asie. L'Asie-Pacifique représentera au moins deux tiers de la croissance mondiale en 2023 - et ce n'est pas fini.

D'où le succès retentissant d'un dîner d'affaires au Hyatt Regency, dont les places coûtaient entre 2000 et 40 000 dollars, organisé par le Comité national des relations entre les États-Unis et la Chine (NCUSCR) et le Conseil d'affaires États-Unis-Chine (USCBC). Xi, inévitablement, était la star du spectacle.

Les chefs d'entreprise savaient bien à l'avance que les États-Unis s'étaient retirés de l'accord global et progressif pour le partenariat transpacifique (CPTPP) et que le nouveau projet commercial, le cadre économique indo-pacifique (IPEF), était fondamentalement sans intérêt.

Xi était donc là pour «vendre» aux investisseurs non seulement la Chine, mais aussi une grande partie de l'Asie-Pacifique.

Un jour après San Francisco, le cœur de l'action s'est déplacé vers Shanghai et une  conférence Russie-Chine de haut niveau ; c'est le genre de réunion où le partenariat stratégique formule les voies à suivre dans la longue marche vers la multipolarité.

À San Francisco, Xi a tenu à souligner que la Chine respectait la «position historique, culturelle et géographique» des États-Unis, tout en espérant que ces derniers respecteraient la «voie du socialisme aux caractéristiques chinoises».

Et c'est là que l'intrigue du film noir s'approche de la fusillade finale. Ce que Xi espère n'arrivera jamais avec des straussiens néocons à la tête de la politique étrangère américaine. Et cela a été confirmé de manière éclatante par La Momie, alias Joe «Dictateur» Biden.

Voilà pour le praticien de la realpolitik Joseph «puissance douce» Nye, l'un des rares réalistes à croire que la Chine et les États-Unis, comme James Stewart et Kim Novak dans «Sueurs froides», ont besoin l'un de l'autre et ne devraient pas être séparés.

Malheureusement, dans «Sueurs froides», l'héroïne plonge dans le vide et meurt.

 Pepe Escobar

source :  Sputnik Globe

traduction  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter