Accepter cookie ?
06/04/2021 europalestine.com  8 min #187904

Israël : Manoeuvres tous azimuts

 6 avril 2021

Tamara Nassar rapporte sur le site d'Electronic Intifada, qu'une vidéo décrivant une initiative israélienne présentée comme équitable et impliquant des femmes jordaniennes et israéliennes, a provoqué un tollé parmi les Jordaniens.

Cette vidéo publiée sur la page Facebook officielle d'Israël en arabe vient d'être retirée. Elle montrait des femmes israéliennes et jordaniennes s'embrassant et se rencontrant dans le cadre d'une initiative israélienne intitulée Bless Your Hands. (Que vos mains soient bénies), ayant vocation à promouvoir une «économie communautaire durable».

L'initiative prétend «soutenir le bien-être socio-économique et environnemental des communautés de femmes israéliennes et jordaniennes» à Wadi Araba, une zone au sud de la mer Morte le long de la frontière entre Israël et la Jordanie. Dans cet arrangement, censé bénéficier aux deux communautés, les femmes jordaniennes collectent et transforment la laine des moutons locaux et la transmettent aux femmes israéliennes, qui en font ensuite des textiles décoratifs dont le prix peut atteindre 1 100 dollars pièce.

Une tenture murale actuellement vendue au détail à un prix réduit de 420 $ est commercialisée sous le nom à consonance coloniale «Afrika», et est décrite comme ayant été fabriquée «avec amour, espoir et inspiration» grâce à une «fraternité jordano-israélienne».

L'initiative prétend qu'elle vise «à fournir une alternative économique aux revenus des artistes israéliens et jordaniens», mais son site Web n'explique pas comment l'organisation basée en Israël distribue les revenus qu'elle récolte.

« Sous la bannière de la promotion de l'artisanat textile et du développement des affaires, le projet réunit des femmes israéliennes et jordaniennes pour « des réunions et des séminaires en Israël et en Jordanie », alors que dans le même temps le gouvernement israélien entrave et détruit systématiquement les moyens de subsistance de communautés palestiniennes entières, en particulier des éleveurs de moutons, dans la vallée du Jourdain occupée en Cisjordanie - qui borde également la Jordanie », fait remarquer Tamara Nassar.

Dans ce contexte, les critiques jordaniens disent que cela revient à exploiter les femmes jordaniennes appauvries par les colonialistes israéliens pour polir l'image d'Israël, créer une fausse image de réciprocité et promouvoir la normalisation avec la Jordanie - un pays où la grande majorité de la population considère Israël comme un ennemi en raison de son occupation et de l'oppression continue des Palestiniens.

Selon le site Web de l'initiative, elle a été fondée à l'instigation du ministère israélien de la coopération régionale, et est parrainée par plusieurs organisations israéliennes, notamment le Conseil régional central d'Arava, l'Université Ben-Gourion du Néguev et le développeur de sites Web israélien Wix. Aucune organisation jordanienne n'est répertoriée comme partenaire.

Hagar Baram, le chef israélien de Bless Your Hands, ne cache pas les motivations politiques du projet. « Avec tout ce que vous avez récemment entendu sur les relations israélo-jordaniennes, nous voulions vous dire qu'il y a de l'espoir », a-t-elle déclaré pour célébrer le lancement du site Web.

Les militants de la campagne jordaniennne « BDS Jordan », qui soutiennent le mouvement de boycott, désinvestissement et sanctions, et « Etharrak », qui s'oppose à la normalisation avec Israël, ont dénoncé cette initiative.

«Les assauts sionistes continuent d'infiltrer la société jordanienne, qui est restée résistante aux efforts de normalisation depuis la signature de l'accord de honte en 1994», a déclaré BDS Jordan, faisant référence au traité de paix Jordanie-Israël.

BDS Jordan demande quelles entités jordaniennes ont facilité et coordonné l'initiative, y compris les visites israéliennes. Il note que le travail des organisations internationales de «développement» est généralement très réglementé par le gouvernement - cette initiative n'aurait donc pu échapper à l'attention officielle.

Il demande également pourquoi ces femmes et leurs communautés ont été laissées si vulnérables sur le plan économique pendant si longtemps, une situation qui ne leur laisse le choix qu'entre « la faim ou des options de relations avec les assassins de nos parents, grands-parents et femmes sur le sol palestinien ».

La vidéo montre également des femmes israéliennes entrant en Jordanie et participant à des ateliers avec des femmes jordaniennes à Ghor al-Safi, une zone au sud de la mer Morte. Une Israélienne dit qu'un groupe de femmes jordaniennes s'est également rendu en Israël.

Des militants et des utilisateurs de médias sociaux ont accusé Israël d'exploiter la façon dont les habitants de Ghor al-Safi vivent dans la pauvreté, en fournissant des revenus dans le but de normaliser les relations entre Israéliens et Jordaniens. La vidéo a été retirée de la page Facebook officielle en arabe d'Israël à la suite de l'indignation des Jordaniens sur les réseaux sociaux. Les pages de propagande israélienne sur les réseaux sociaux en arabe sont gérées par son ministère des Affaires étrangères. La page Facebook Bless Your Hands a également été supprimée, tandis que sa page Instagram est définie comme privée.

« Le fait que les Israéliens - et les entités jordaniennes non encore identifiées - derrière cette initiative n'aient apparemment pas anticipé l'indignation massive indique un grave manque de compréhension de la profonde opposition au colonialisme israélien parmi les Jordaniens », souligne BDS Jordan.

« Israël et la Jordanie ont officiellement normalisé leurs relations grâce à l'accord de Wadi Araba en 1994, bien qu'il n'y ait pas eu de restauration des droits des Palestiniens ou de fin de l'occupation militaire israélienne de la Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est et de la bande de Gaza. Mais s'il existe des relations diplomatiques formelles entre les deux pays, cela ne s'est jamais traduit par une soi-disant paix chaleureuse entre les peuples. Les Jordaniens sont généralement réticents à coopérer ouvertement avec les Israéliens. L'accord de Wadi Araba est vivement contesté par le public jordanien et les parlementaires. », commente-t-on de même source.

La Jordanie a commencé à importer du gaz d'Israël l'année dernière dans le cadre de l'accord sur le gaz entre Israël et la Jordanie, soutenu par les États-Unis, qui verra la Jordanie payer au moins 10 milliards de dollars sur 15 ans - de l'argent qui contribuera sans aucun doute à l'oppression continue des Palestiniens par Israël. Le public et le parlement jordaniens se sont fermement opposés à l'accord depuis sa signature en 2016 et ont appelé à plusieurs reprises à son annulation par le biais de campagnes et de manifestations.

Le contenu de l'accord, qui a été classé secret par le gouvernement jordanien mais révélé en 2019, confirme les soupçons selon lesquels le gouvernement jordanien a induit le public en erreur sur son implication dans l'accord, ainsi que les conditions de son annulation et ses implications pour l'économie jordanienne.

Pendant ce temps, du 18 au 20 mars, les Israéliens ont participé à la Jordan Baja 2021 - une course automobile annuelle dans le célèbre Wadi Rum de Jordanie et le port de la mer Rouge d'Aqaba. Deux pilotes israéliens ont pris part au rallye à la consternation générale, face à un événement qui a eu lieu au milieu d'un couvre-feu et d'un verrouillage national en raison d'une poussée de COVID-19 qui a fait de la Jordanie l'un des points chauds les plus durement touchés au monde. « Alors que le gouvernement nous maintient sous clé, il permet aux sionistes de se déplacer librement sur nos terres sous la bannière du sport», a déclaré BDS Jordan.

Ces exemples récents de normalisation contrastent avec les relations apparemment tendues entre le roi Abdallah de Jordanie et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou. Les tensions ont semblé monter lorsque la visite du prince héritier Hussein bin Abdallah le 10 mars a été annulée après que la Jordanie et Israël se sont mis d'accord sur les détails de sécurité du prince. Le ministre jordanien des Affaires étrangères, Ayman Safadi, a déclaré que la modification par Israël du programme de sécurité du prince héritier aurait empiété sur l'accès des Palestiniens à la mosquée al-Aqsa. À la suite de l'incident, ce qui aurait été le premier voyage de Netanyahou aux Émirats arabes unis le 11 mars a été annulé après que la Jordanie a retardé son autorisation de vol. Netanyahou a riposté en essayant de bloquer l'espace aérien sous contrôle israélien vers les vols jordaniens la semaine suivante, mais l'ordre a été contré par le ministère israélien des transports avant qu'il n'affecte les vols réguliers, selon le quotidien israélien Haaretz. Netanyahou n'a pas non plus répondu à la demande de la Jordanie de lui fournir de l'eau à la fin du mois dernier, ce qui a creusé le fossé.

Malgré les divisions diplomatiques existantes, Amman ne peut pas prendre plus que des mesures cosmétiques contre Israël sans irriter son principal mécène, les États-Unis. Les actions de la Jordanie ne peuvent pas non plus être suffisantes pour satisfaire l'opposition publique et parlementaire à la normalisation avec Israël - cela exigerait des mesures de fond, notamment l'annulation de l'accord sur le gaz et du traité.

La Jordanie reste une composante intégrale de l'hégémonie régionale américaine, d'autant plus que la Jordanie partage la plus longue frontière d'Israël. Même si la Jordanie n'a plus la particularité d'être - avec l'Égypte - l'un des deux seuls pays de la région à avoir des relations diplomatiques avec Israël. Après que les Émirats arabes unis, Bahreïn, le Maroc et le Soudan ont accepté d'établir des relations diplomatiques complètes avec Israël l'année dernière, le statut diplomatique de la Jordanie a été diminué. Cela est d'autant plus vrai que la normalisation des Émirats arabes unis et de Bahreïn ont a donné lieu à des manifestations chaleureuses au sommet, sur les plans culturels, d'investissement, d'éducation et scientifiques- ce que les gens en Jordanie continuent de rejeter un quart de siècle après son traité.

(Traduit par CAPJPO-EuroPalestine)

Source :  electronicintifada.net

CAPJPO-EuroPalestine

 europalestine.com

 Commenter