La naissance d'une nation mondiale

Par Strobe Talbott − Le 20 juillet 1992 − Source  Time Magazine

Le drame humain, qu'il se joue dans les livres d'histoire ou à la une des journaux, est souvent non seulement un spectacle déroutant, mais un spectacle sur la confusion. La grande question qui se pose aujourd'hui est de savoir quelles forces politiques l'emporteront, celles qui unissent les nations ou celles qui les déchirent.

Voici une raison optimiste de croire que l'unité l'emportera sur la désunion, l'intégration sur la désintégration. En fait, je parie que dans les cent prochaines années (je laisse au monde le temps de faire des reculs et à moi-même le temps d'être hors du jeu des paris, juste au cas où je perdrais celui-ci), la nation telle que nous la connaissons sera obsolète ; tous les États reconnaîtront une autorité unique et mondiale. Une expression brièvement à la mode au milieu du XXe siècle - « citoyen du monde » - aura pris un sens réel à la fin du XXIe siècle.

Tous les pays sont fondamentalement des arrangements sociaux, des adaptations à des circonstances changeantes. Aussi permanents et même sacrés qu'ils puissent paraître à un moment donné, ils sont en fait tous artificiels et temporaires. Au fil des âges, on a assisté à une tendance générale à la création d'unités plus grandes revendiquant la souveraineté et, paradoxalement, à une diminution progressive de la souveraineté réelle d'un pays.

Le précurseur de la nation était une bande préhistorique regroupée autour d'un feu au bord d'une rivière dans une vallée. Ses membres possédaient une langue, un ensemble de croyances surnaturelles et un répertoire de légendes sur leurs ancêtres. Ils ont fini par forger des armes primitives et ont traversé la montagne en marmonnant des phrases que l'on pourrait traduire par « intérêts nationaux vitaux » et « destinée manifeste ». Lorsqu'ils atteignirent la vallée suivante, ils massacrèrent et réduisirent en esclavage une bande de gens plus faibles qu'ils trouvèrent regroupés autour d'un feu plus petit et devinrent ainsi les premiers impérialistes du monde.

Les empires étaient une force puissante qui permettait d'effacer les barrières naturelles et démographiques et de créer des liens entre les régions les plus éloignées du monde. Les Britanniques ont laissé leur système de fonction publique en Inde, au Kenya et en Guyane, tandis que les Espagnols, les Portugais et les Français ont répandu le catholicisme romain sur presque tous les continents.

L'empire a fini par céder la place à l'État-nation, composé principalement d'une seule tribu. La Chine, la France, l'Allemagne et le Japon en sont des exemples vivants. Mais chacun d'entre eux est aussi la conséquence d'un processus d' accrétion qui a duré des siècles. Il a fallu verser beaucoup de sang dans de nombreuses vallées pour que la Normandie, la Bretagne et la Gascogne fassent partie de la France.

Aujourd'hui, moins de 10 % des 186 pays de la planète sont ethniquement homogènes. Les autres sont des États multinationaux. La plupart d'entre eux ont repoussé leurs frontières vers l'extérieur, souvent jusqu'à atteindre la mer. C'est ainsi que la Californie est devenue une partie des États-Unis et la péninsule du Kamtchatka une partie de la Russie.

L'objectif principal du processus d'expansion et de consolidation politique était la conquête. Les grands ont absorbé les petits, les forts les faibles. La puissance nationale fait le droit international. Un tel monde était dans un état de guerre plus ou moins constant.

De temps en temps, les meilleurs esprits se demandaient si ce n'était pas une sacrée façon de diriger une planète ; peut-être que la souveraineté nationale n'était pas une si bonne idée après tout. Dante au 14e siècle, Érasme au 16e siècle et Grotius au 17e siècle ont tous envisagé le droit international comme un moyen de surmonter la tendance naturelle des États à régler leurs différends par la force.

Au 18e siècle, le siècle des Lumières - représenté par Rousseau en France, Hume en Écosse, Kant en Allemagne, Paine et Jefferson aux États-Unis - a donné naissance à l'idée que tous les êtres humains naissent égaux et devraient, en tant que citoyens, jouir de certaines libertés et de certains droits fondamentaux, y compris celui de choisir leurs dirigeants. Dès lors qu'il existait une idéologie universelle pour régir la conduite des nations envers leurs propres citoyens, il était plus raisonnable d'imaginer un pacte régissant le comportement des nations les unes envers les autres. En 1795, Kant préconisait une « ligue pacifique des démocraties ».

Mais il a fallu les événements de notre siècle, à la fois merveilleux et terrible, pour que l'idée d'un gouvernement mondial s'impose. Avec l'avènement de l'électricité, de la radio et des voyages aériens, la planète est devenue plus petite que jamais, sa vie commerciale plus libre, ses nations plus interdépendantes et ses conflits plus sanglants. Le prix du règlement des conflits internationaux par la force devenait rapidement trop élevé pour les vainqueurs, sans parler des vaincus. Cette conclusion aurait dû être assez claire lors de la bataille de la Somme en 1916 ; par la destruction d'Hiroshima en 1945, elle était inévitable.

Une fois de plus, les grands esprits ont pensé de la même manière : Einstein, Gandhi, Toynbee et Camus étaient tous favorables à la primauté d'intérêts supérieurs à ceux de la nation. De même, enfin, que de nombreux hommes d'État. Chaque guerre mondiale a inspiré la création d'une organisation internationale, la Société des Nations dans les années 1920 et les Nations unies dans les années 1940.

L'intrigue s'est épaissie avec l'arrivée sur la scène d'une nouvelle espèce d'idéologie - le totalitarisme expansionniste - telle que perpétrée par les nazis et les Soviétiques. Elle menaçait l'idée même de démocratie et divisait le monde. La défense de toute forme de gouvernement mondial est devenue hautement suspecte En 1950, « one-worlder » était un terme de dérision pour ceux qui étaient soupçonnés d'être des naïfs à la tête molle, voire des crypto-communistes.

Dans le même temps, cependant, la conquête de l'Europe de l'Est par Staline a incité les démocraties occidentales à former l'OTAN, l'exercice de sécurité collective le plus ambitieux, le plus durable et le plus réussi de l'histoire. Les États-Unis et l'Union soviétique se sont également effrayés mutuellement en négociant des traités de contrôle des armes nucléaires qui ont mis en place deux principes essentiels : les États adverses ont un intérêt mutuel à éliminer le danger de surprise stratégique, et chacun a légitimement son mot à dire dans la composition de l'arsenal de dernier recours de l'autre. Le résultat a été une nouvelle dilution de la souveraineté nationale et un précédent utile pour la gestion des relations entre rivaux dotés de l'arme nucléaire à l'avenir.

La guerre froide a également vu la Communauté européenne inaugurer le type de cohésion régionale qui pourrait ouvrir la voie au mondialisme. Entre-temps, le monde libre a créé des institutions financières multilatérales qui dépendent de la volonté des États membres de renoncer à un certain degré de souveraineté. Le Fonds monétaire international peut pratiquement dicter les politiques budgétaires, y compris le montant des impôts qu'un gouvernement doit prélever sur ses citoyens. L'Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce réglemente le montant des droits de douane qu'une nation peut prélever sur les importations. Ces organisations peuvent être considérées comme les prototypes de commerce, de finance et de développement d'un monde uni.

Autrefois, les affaires intérieures d'une nation étaient interdites à la communauté mondiale. Aujourd'hui, le principe de « l'intervention humanitaire » est de plus en plus accepté. Un tournant a été pris en avril 1991, peu après le retrait de Saddam Hussein du Koweït, lorsque le Conseil de sécurité des Nations unies a autorisé les troupes alliées à venir en aide aux Kurdes affamés du nord de l'Irak.

La mondialisation a également contribué à la propagation du terrorisme, du trafic de drogue, du sida et de la dégradation de l'environnement. Mais comme ces menaces dépassent ce qu'une nation peut affronter seule, elles constituent une incitation à la coopération internationale.

Aussi limitées que soient ses réalisations, le Sommet de la Terre qui s'est tenu à Rio le mois dernier a marqué l'acceptation par les participants de ce que  Maurice Strong, principal impresario de l'événement, a appelé « la souveraineté transcendante de la nature » : puisque les sous-produits de la civilisation industrielle traversent les frontières, il doit en être de même pour l'autorité chargée de les traiter.

L'action collective à l'échelle mondiale sera plus facile à réaliser dans un monde déjà tressé par les câbles et les ondes. Le télécopieur a beaucoup contribué à la chute des tyrans en Europe de l'Est. Il y a deux ans, on m'a confié un interprète en Estonie qui parlait avec un léger accent du Sud parce qu'elle avait appris son anglais en regardant Dallas, grâce aux signaux télévisés transmis par la Finlande voisine. Le Cosby Show, diffusé à la télévision sud-africaine, a sans doute contribué à éroder l'apartheid.

Certains observateurs considèrent que ce mélange idéologique et culturel est une bonne chose en trop. Dans The Atlantic, Benjamin Barber, politologue à l'université Rutgers, déplore ce qu'il appelle « McWorld ». Il identifie également la contre-tendance, à savoir la réémergence du nationalisme dans sa forme la plus laide, la plus conflictuelle et la plus violente.

Pourtant, l'Azerbaïdjan, la Moldavie et la Tchécoslovaquie faisaient partie du dernier empire du monde, aujourd'hui disparu. Leur éclatement pourrait s'avérer être une vieille affaire de l'histoire, et non la vague de l'avenir. L'affirmation de soi au niveau national en Occident peut être très vilaine, surtout dans ses versions irlandaises et basques les plus extrêmes. Mais lorsque les Écossais, les Québécois, les Catalans et les Bretons parlent de séparatisme, ils renégocient en fait, pour la plupart, leurs liens avec Londres, Ottawa, Madrid et Paris.

Ils sont les représentants contestataires d'un phénomène plus vaste et fondamentalement positif : une dévolution du pouvoir non seulement vers le haut, vers des organismes supranationaux et vers l'extérieur, vers des commonwealths et des marchés communs, mais aussi vers le bas, vers des unités administratives plus libres et plus autonomes qui permettent à des sociétés distinctes de préserver leur identité culturelle et de se gouverner elles-mêmes autant que possible. Ce mot à la mode aux États-Unis, « empowerment », et en Europe, « subsidiarité », est en train d'être défini à la fois au niveau local, régional et mondial.

L'humanité a découvert, au prix de nombreux essais et d'horribles erreurs, que les différences ne doivent pas diviser. La Suisse est composée de quatre nationalités qui s'entassent sur un territoire considérablement plus petit que l'ancienne Yougoslavie. L'air des Alpes n'est pas plus propice à la convivialité que celui des Balkans. Si la Suisse a prospéré, alors que la Yougoslavie a échoué, c'est en raison de ce que Kant a compris il y a 200 ans : pour être en harmonie les uns avec les autres, les gens - et les peuples - doivent bénéficier des avantages de la démocratie.

Le meilleur mécanisme pour la démocratie, que ce soit au niveau de l'État multinational ou de la planète dans son ensemble, n'est pas un Léviathan tout-puissant ou un super-État centralisé, mais une fédération, une union d'États séparés qui attribuent certains pouvoirs à un gouvernement central tout en en conservant beaucoup d'autres pour eux-mêmes.

Le fédéralisme s'est déjà révélé être la plus réussie de toutes les expériences politiques, et des organisations comme la World Federalist Association le préconisent depuis des décennies comme base d'un gouvernement mondial. Le fédéralisme est en grande partie une invention américaine. Malgré tous leurs problèmes, y compris leur propre crise de sécession il y a 130 ans et la persistance de diverses formes de tribalisme aujourd'hui, les États-Unis restent le meilleur exemple d'un État fédéral multinational. Si ce modèle fonctionne effectivement à l'échelle mondiale, ce serait le prolongement logique de la sagesse des Pères fondateurs, et donc une source particulière de fierté pour les constituants américains d'un gouvernement mondial.

Quant à l'humanité dans son ensemble, si elle est unie au niveau fédéral, nous ne serons pas vraiment très éloignés de ces ancêtres bien plus anciens, ceux qui se sont rassemblés autour de ce feu primitif au bord de la rivière ; c'est juste que d'ici là, le monde entier sera notre vallée.

 Strobe Talbott

Note du Saker Francophone

Ce texte aux forts accents lyriques, dont la référence est  tirée de ce texte de Brandon Smith, est une pierre angulaire de la narrative du globalisme et fait parti de ces lucarnes qui permettent de comprendre la logique des dirigeants occidentaux actuels. A le lire, on est à 2 doigts de toucher une utopie. Dans la réalité, cet auteur passe sous silence l'envers du décors et la responsabilité même de ceux qui utilisent le chaos « constructif » pour accaparer le pouvoir et consolider leurs positions. Et il oublie aussi, entre autre, de nous dire qui va contrôler les gentils administrateurs de sa World Federation.

Traduit par Hervé, relu par Wayan, pour le Saker Francophone

 lesakerfrancophone.fr

 Commenter