Accepter cookie ?
23/05/2022 reseauinternational.net  9 min #208678

La Russie, l'Iran et l'Inde créent un troisième pôle d'influence dans les relations internationales

par Andrew Korybko.

Le succès de ce projet aidera le monde à progresser dans la phase intermédiaire bipolaire actuelle de la transition systémique mondiale et, par conséquent, à créer davantage d'opportunités pour d'autres pays de renforcer leur autonomie stratégique dans la nouvelle guerre froide.

Le ministre russe des Transports, Valery Savelyev, vient de reconnaître le rôle vital que joue l'Iran pour la logistique de son pays aujourd'hui à travers le corridor de transport Nord-Sud (NSTC).  Selon lui, les sanctions sans précédent imposées par l'Occident dirigé par les États-Unis en réponse à  l'opération  militaire  spéciale  en cours de la Russie en Ukraine « ont pratiquement brisé toute la logistique dans notre pays. Et nous sommes obligés de chercher de nouveaux corridors logistiques. » Le principal corridor auquel son pays accorde la priorité est le NSTC à travers l'Iran, soulignant que trois ports de la mer Caspienne servent déjà de voies commerciales avec la République islamique, tout en reconnaissant qu'il reste encore beaucoup à faire en matière de connectivité terrestre.

Il avait  déjà été prédit peu de temps après le début de l'opération spéciale de la Russie que l'Iran deviendrait beaucoup plus important pour la Russie. C'est parce que le NSTC fonctionne comme un  corridor d'intégration transcivilisationnelle reliant la civilisation historiquement chrétienne de la Russie, la civilisation islamique iranienne et la civilisation hindoue de l'Inde, sans parler des autres comme celles d'Afrique et d'Asie du Sud-Est qui peuvent indirectement être reliées à la Russie par cette route. C'est une soupape irremplaçable de la pression économique et financière de l'Occident dirigé par les États-Unis qui a créé de telles difficultés logistiques pour la Russie ces derniers mois, d'autant plus qu'elle se connecte à l'Inde, qui a défié la pression occidentale en  continuant à pratiquer sa politique de  neutralité de principe.

Sans la participation de premier plan de l'Iran au CNTS, la Russie serait coupée de ses indispensables partenaires indiens, dont l'intervention décisive a préventivement évité à la Russie une dépendance potentiellement disproportionnée vis-à-vis de la Chine par la suite. Ce résultat a à son tour aidé le monde à progresser dans le dépassement de la  phase intermédiaire bipolaire actuelle de la  transition systémique mondiale vers la  multipolarité qui a vu les relations internationales largement façonnées par la concurrence entre les superpuissances américaine et chinoise. Il devient de plus en plus possible de parler d'un troisième pôle d'influence représenté par la grande convergence stratégique entre la Russie, l'Iran et l'Inde.

Leurs diplomates ne le reconnaissent pas officiellement afin d'éviter que les superpuissances américaine et/ou chinoise ne comprennent mal les intentions de leurs États-civilisation, mais tous trois tentent officieusement de constituer un nouveau Mouvement des non-alignés («   Néo-NAM«). Ils espèrent servir de centres de gravité égaux au sein du troisième pôle d'influence qu'ils souhaitent créer pour faire évoluer les relations internationales au-delà de leur phase intermédiaire bi-multipolaire actuelle et vers un système de « tripolarité » qui, selon eux, facilitera inévitablement l'émergence d'une  multipolarité complexe. Le but de cette démarche est de maximiser leur autonomie stratégique respective dans le cadre de  la nouvelle guerre froide par rapport aux deux superpuissances.

Les implications internationales de la réussite de leur plan changeraient littéralement la donne, ce qui explique pourquoi des efforts sont activement en cours pour les arrêter. Celles-ci ont pris la forme de  l'Associated Press menant la campagne d'infoguerre des médias occidentaux (MSM) dirigée par les États-Unis contre le partenariat stratégique russo-iranien,  tandis que  d'autres  médias en mènent une complémentaire contre le partenariat stratégique russo-indien. Les deux initiatives ont échoué car les dirigeants de ces pays sont guidés par leur vision du monde  multipolaire conservatrice-souverainiste (MCS) qui les incite à maintenir le cap en dépit de pressions considérables, après que leurs stratèges les aient vraisemblablement assurés que tout cela vaudra la peine à la fin pour peu qu'ils soient patients.

Cela contraste avec leur voisin pakistanais, qui semble être en train de recalibrer sa grande stratégie et le rôle envisagé associé dans la transition systémique mondiale à la suite de son changement scandaleux de gouvernement. Les  signaux mitigés que ses nouvelles autorités ont envoyés à la Russie parallèlement à  leurs contacts enthousiastes envers les États-Unis suggèrent très fortement que la vision du monde du MCS précédemment adoptée par l'ancien Premier ministre Khan est progressivement remplacée dans une mesure incertaine par celle du libéral-mondialisme unipolaire favorable à l'Occident (ULG). Cela  complique les  processus  multipolaires en Asie du Sud et risque d'en isoler le Pakistan dans le pire des cas.

Néanmoins, le Pakistan n'a pas l'intention d'interférer avec le NSTC, même s'il devait entrer dans un rapprochement à part entière et extrêmement rapide avec les États-Unis. Cette observation signifie que la grande convergence stratégique entre la Russie, l'Iran et l'Inde se poursuivra, ces deux derniers devenant encore plus importants que jamais pour Moscou en tant que soupapes de la pression occidentale et alternatives fiables pour éviter de manière préventive toute dépendance potentiellement disproportionnée à l'égard de la Chine. Le Pakistan était censé jouer un rôle complémentaire dans le  Grand Partenariat eurasien (GEP) de la Russie en servant également à équilibrer la dépendance croissante de Moscou à l'égard de Téhéran et de New Delhi, mais cela semble peu probable à la lumière des événements récents.

Les relations étant  pratiquement gelées sur le front de l'énergie, qui était censé constituer la base du partenariat stratégique espéré, il y a peu de chances que, pour son «   pivot vers l'Oumma », la Russie considère un jour le Pakistan comme plus important que ne le devient rapidement l'Iran, à moins que ces questions ne soient résolues de toute urgence. Selon toute vraisemblance, ils ne le seront probablement pas, et cette sombre prédiction est due à la conjecture éclairée selon laquelle les nouvelles autorités pakistanaises considèrent le ralentissement du rythme de leur rapprochement avec la Russie comme une « concession unilatérale acceptable » en échange de la poursuite des discussions sur l'amélioration des liens avec les États-Unis, qui est leur nouvelle priorité en matière de politique étrangère.

Même si des  petits pas ont été faits récemment dans le rétablissement de leurs relations, l'interview du nouveau ministre des affaires étrangères, M. Bhutto, à  l'Associated Press, lors de son voyage inaugural en Amérique pour assister à un événement de l'ONU et rencontrer M. Blinken en tête-à-tête, a jeté le doute sur l'intérêt d'Islamabad pour la reprise des négociations énergétiques avec la Russie. Selon le média, il a révélé que « lors de ses entretiens avec Blinken, il s'est concentré sur l'accroissement des échanges commerciaux, notamment dans les domaines de l'agriculture, des technologies de l'information et de l'énergie ». Cela suggère que l'Amérique tente de « piquer »  l'accord que la Russie aurait conclu avec le Pakistan pour lui fournir des denrées alimentaires et du carburant avec une remise de 30%, et peut-être même offrir une remise moindre - si tant est qu'il y en ait une - comme « coût nécessaire » pour améliorer les liens.

Le résultat prévisible de la décision du Pakistan de ne pas reprendre les pourparlers énergétiques avec la Russie est que l'importance de l'Iran et de l'Inde pour la grande stratégie russe continuera de croître sans être freinée par le facteur d'équilibre pakistanais que Moscou considérait auparavant comme acquis. Cela ne posera pas de problème, à moins qu'ils ne politisent leur rôle de soupape contre la pression occidentale, ce qu'ils sont réticents à faire de toute façon, car cela risquerait de compromettre leurs intérêts communs en matière de SCM dans la transition systémique mondiale par le biais du Néo-NAM. Néanmoins, il est important de souligner que la suppression pratique de l'influence équilibrante du Pakistan dans ce paradigme accroît la dépendance de la Russie vis-à-vis de l'Iran et de l'Inde.

Que les relations russo-pakistanaises deviennent stratégiques ou non, comme Moscou l'espérait, et qu'elles contribuent ainsi à équilibrer le Neo-NAM qu'elle envisage, il ne fait aucun doute que l'axe que la Russie est en train d'assembler avec l'Iran et l'Inde continuera à se renforcer, ces trois pays poursuivant ensemble la création d'un troisième pôle d'influence dans les relations internationales. La réussite de ce projet aidera le monde à progresser dans le dépassement de la phase intermédiaire bi-multipolaire actuelle de la transition systémique mondiale et, par conséquent, créera davantage d'opportunités pour les autres pays de renforcer leur autonomie stratégique dans la nouvelle guerre froide.

 Andrew Korybko

source :  One World

traduction  Avic pour  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter
Se réfère à : 1 article