10/08/2022 mondialisation.ca  4 min #213564

Ueea: l'accent sur les échanges en monnaies nationales

Par  Mikhail Gamandiy-Egorov

L'Union économique eurasiatique prend de plus en plus la voie d'une priorisation des échanges entre les Etats membres de l'union en monnaies nationales. Avec à terme la possibilité de l'introduction d'une monnaie unique, permettant l'établissement d'une union monétaire commune.

L'UEEA (cinquième puissance économique mondiale en termes de PIB à parité du pouvoir d'achat) poursuitet accentue sa politique coordonnée dans le secteur financier, consistant notamment à une utilisation encore plus importante des monnaies nationales des pays membres de l'organisation dans leurs échanges mutuels et dans le cadre des transactions de commerce extérieur hors-union.

Les perspectives à terme étant par ailleurs l'introduction d'une monnaie unique qui représentera l'étape encore plus profonde de l'intégration au sein de l'Union économique eurasiatique, composée pour rappel de la Russie, de la Biélorussie, du Kazakhstan, de l'Arménie et du Kirghizistan en qualité de membres de plein droit, ainsi que de l'Ouzbékistan, de Cuba et de la Moldavie en tant qu'Etats-observateurs. Avec par la même occasion la formation d'un marché financier unique et la mise en place d'une véritable union monétaire.

Si ces dernières orientations seront amenées à se réaliser après encore quelques étapes supplémentaires, le fait est qu'il est évident qu'en ce qui concerne la politique de priorisation des échanges en monnaies nationales au sein de l'UEEA (en l'occurrence le rouble russe et biélorusse, le tenge kazakh, le dram arménien et le som kirghiz), à l'heure des événements contemporains, il n'y a pratiquement aucun doute que le moment soit bien choisi.

Les principales monnaies occidentales ayant été largement discréditées à l'échelle internationale, car étant ouvertement associées aux instruments de chantage et de pressions multiples de la part de l'establishment politique de l'Occident, l'heure est donc largement opportune pour privilégier les échanges en monnaies non-occidentales, dans le cadre des échanges entre nations - également non-occidentales. Ces processus se développent d'ailleurs dans le cadre des échanges bilatéraux entre la Russie, la Chine, l'Iran, l'Inde, la Turquie et d'autres pays, confirmant la pleine logique de cette orientation pour les pays appartenant à l'espace eurasiatique.

En ce sens, les avancées de l'UEEA en la matière pourraient d'ailleurs être utilisées dans d'autres régions du monde, notamment en Afrique, où des monnaies régionales gérées depuis l'Occident, comme le franc CFA, représentent également un frein au développement des pays concernés. Faudrait-il le rappeler: la chute récente de l'euro a  entrainé justement le franc CFA dans sa chute. Et ce n'est que le sommet de l'iceberg par rapport à cet autre instrument de domination néocoloniale occidentale, si longtemps décriée par un très grand nombre d'Africains.

De manière générale, les processus en cours confirment l'éloignement de plus en plus prononcé vis-à-vis des instruments financiers occidentaux, longtemps considérés comme la référence internationale en la matière, après avoir fait preuve d'un manque de fiabilité flagrant. Et si la dédollarisation constitue indéniablement une orientation prioritaire, il n'en est pas moins que des monnaies telles que l'euro, le livre sterling, voire même le franc suisse, auront également démontré ne pas être synonymes d'une quelconque fiabilité. N'étant en réalité que le résultat de mythes longtemps entretenus par l'Occident collectif.

Mikhail Gamandiy-Egorov

La source originale de cet article est  Observateur continental

Copyright ©  Mikhail Gamandiy-Egorov,  Observateur continental, 2022

 mondialisation.ca

 Commenter