Accepter cookie ?
05/04/2021 les-crises.fr  5 min #187849

Un maintien des troupes américaines en Afghanistan pourrait coûter 49 milliards de dollars

Source :  Responsible Statecraft, Jonathan Bydlak

Traduit par les lecteurs du site Les Crises

Les parachutistes de l'armée américaine affectés à la 173e Bataillon de soutien de la Brigade, 173e Brigade aéroportée en 2018 (U.S. Photo de l'armée par Davide Dalla Massara)

Un récent rapport de Vox suggère qu'un retrait complet des troupes d'Afghanistan d'ici le 1er mai pourrait être « hors de question. » Quelle honte.

Non seulement un changement de cap par rapport à son prédécesseur briserait l'une des promesses de campagne de Biden - son site Web appelle toujours à la fin des « guerres éternelles en Afghanistan et au Moyen-Orient » - mais c'est aussi une énorme occasion manquée.

Les pertes humaines et les vies perdues au cours des deux dernières décennies constituent sans aucun doute le plus grand préjudice résultant du fait que les États-Unis sont restés trop longtemps en Afghanistan. Mais il y a un autre coût qui est également très important - le coût financier.

Le projet de l'université Brown sur les coûts de la guerre a documenté dans les moindres détails les sommes dépensées par les États-Unis en Afghanistan, et ce n'est pas un joli tableau. Comme le résument les auteurs, « jusqu'à l'année fiscale 2020, le gouvernement fédéral des États-Unis a dépensé ou engagé 6 400 milliards de dollars pour les guerres en Afghanistan, au Pakistan et en Irak. » Environ la moitié de ce total peut être attribuée au seul Afghanistan.

Pourtant, ce qui est peut-être plus important que ce qui a déjà été dépensé, c'est le montant qui aurait pu être économisé. L'un des problèmes des dépenses de guerre est que les coûts ne s'arrêtent pas à la fin d'un conflit militaire. Les dépenses s'accumulent au fil du temps, oui, à cause des intérêts courus, mais aussi à cause des dépenses permanentes comme les soins de santé physique et mentale pour les anciens combattants blessés. C'est pourquoi il peut être difficile de déterminer les économies potentielles.

À la fin de 2019, l'administration Trump n'avait pas fait grand-chose - malgré la rhétorique - pour modifier la présence des troupes américaines en Afghanistan. Environ 14 000 soldats restaient sur le terrain, bien en dessous du pic de l'ère Obama, mais aussi nettement au-dessus des 8 700 qui restaient lorsque Trump est entré en fonction.

Un rapport dont je suis l'auteur, Repenser l'Afghanistan, estimait à l'époque qu'un retrait complet de 14 000 soldats à 0 troupe avait le potentiel d'économiser entre 210 et 386 milliards de dollars sur quatre ans. Ce montant ne comprenait pas seulement les coûts directs de la guerre, mais aussi les augmentations des budgets de base et de la sécurité intérieure, les obligations supplémentaires liées aux anciens combattants et aux invalides, ainsi que les intérêts sur tout ce qui précède. Avec plus de 80 % des troupes terrestres maintenant retirées par rapport à 2019, une grande partie de ces économies est en passe d'être réalisée.

Mais pas toutes. Cette estimation supposait également que le retrait se poursuivrait, ne laissant qu'une force résiduelle de 1 000 soldats - ou rien du tout. Tous les paris sont ouverts si Biden décide d'ignorer la date limite du 1er mai ou pire, de faire complètement machine arrière et d'augmenter les troupes au sol au nom de la sécurité du pays.

En reprenant les chiffres de cette analyse précédente, on peut se faire une idée de ce que ce changement de cap coûterait au cours des deux prochaines années. En supposant que l'administration Biden poursuive sur la voie actuelle et maintienne une présence de 2 500 soldats sur le terrain au cours des deux prochaines années, il en résulterait des coûts budgétaires supplémentaires compris entre 33 et 49 milliards de dollars, par rapport à un retrait total. Par rapport à une force résiduelle de 1 000 soldats, le maintien du statu quo coûterait encore 7 à 10 milliards de dollars supplémentaires pour les deux prochaines années.

Bien entendu, il n'est pas non plus garanti que Biden maintienne le même niveau de troupes. Pour un autre point de comparaison, il est intéressant d'examiner une estimation des coûts si l'administration Biden décide de doubler le nombre actuel de troupes à 5 000, en maintenant ce niveau jusqu'à l'exercice 2023. Dans ce scénario, nos actions pourraient coûter entre 66 et 98 milliards de dollars, par rapport à un retrait total, et entre 39 et 59 milliards de dollars par rapport à une présence plus minimale des troupes. Tous ces coûts comprennent les dépenses de guerre directes, les augmentations prévues du budget de base, l'augmentation des traitements d'invalidité et de santé mentale pour les anciens combattants et, bien sûr, les frais d'intérêt prévus pour les emprunts nécessaires à ces dépenses.

Il est facile d'oublier qu'une action aussi simple que le maintien des troupes sur le terrain peut avoir des conséquences dramatiques au niveau national. Outre l'augmentation du nombre de victimes parmi les Américains et les Afghans, le report des plans de départ du pays entraîne également un coût fiscal substantiel à un moment où le budget fédéral est déjà mis à rude épreuve par la réponse des États-Unis à la pandémie.

Lors de sa première conférence de presse publique la semaine dernière, le nouveau secrétaire à la Défense, Lloyd Austin, a déclaré : « Nous sommes conscients des échéances imminentes, mais nous voulons procéder de manière méthodique et délibérée. » Bien vu, mais comme le chroniqueur du Washington Post David Ignatius l'a dit récemment, même si le coût du maintien d'une petite force « semble relativement faible c'est Biden qui devra écrire une lettre de condoléances à la famille du premier Américain qui mourra sous sa présidence. »

Après 20 ans, le temps est venu depuis longtemps de sauver nos vies et notre argent, et de nous retirer d'Afghanistan une fois pour toutes.

Source :  Responsible Statecraft, Jonathan Bydlak, 08-03-2021

Traduit par les lecteurs du site Les Crises

 les-crises.fr

 Commenter
Se réfère à : 1 article