Homards, grands crus... : quand Rugy organisait des «dîners privés» luxueux sur des fonds publics

10-07-2019 5 articles francais.rt.com 9 min #158974

François de Rugy et son épouse sont épinglés par Mediapart pour des «dîners privés» luxueux, organisés aux frais de l'Assemblée nationale lorsqu'il en était le président. L'intéressé a assuré que ces réunions faisaient partie de son «travail».

«Il n'y a pas eu de dîners entre amis» à l'Hôtel de Lassay de Paris, a martelé ce 10 juillet à l'occasion du compte rendu du conseil des ministres, François de Rugy, à propos de la polémique dont il est l'objet depuis la publication d'une enquête de Mediapart. Le ministre de la Transition écologique et solidaire «conserve bien évidemment la confiance» du président et du gouvernement, a également fait savoir la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye.

Élysée (retweet) 10/07/2019 14:32:22 133 79  2304499/290
EN DIRECT | Compte-rendu du #ConseildesMinistres du 10 juillet 2019 par @SibethNdiaye, porte-parole du gouvernement, avec @FdeRugy et @BrunePoirson.

Dans article en ligne publié plus tôt ce même jour,  Mediapart révèle comment, alors qu'il était président de l'Assemblée nationale,  François de Rugy a organisé, aux frais du contribuable, ce que le site d'information qualifie «de somptueuses agapes entres amis dignes de grands dîners d'Etat». Etayée par des photos, des documents, ainsi que des témoignages recueillis par Mediapart, l'enquête montre également comment Séverine de Rugy, l'épouse de l'actuel membre du gouvernement, par ailleurs journaliste chez nos confrères de Gala, a aidé à organiser ces «dîners de grand standing».

De fastueuses réceptions

Lors de ces réceptions dédiées à l'occupant du perchoir, qui comptaient entre dix et 30 convives dans les salons de l'hôtel de Lassay dans le 7e arrondissement de Paris, le personnel était réquisitionné et servait homards, champagne et grands crus issus directement de la cave du palais Bourbon, comme le prouvent des clichés mis en ligne par Mediapart. La bouteille la plus chère apparaissant sur ces photos, un Château Cheval Blanc 2001 d'après le site, se monnaye à 550 euros l'unité.

Mediapart a mis au jour une dizaine de dîners privés de ce type entre octobre 2017 et juin 2018. Les invités, issus du monde de la communication, du journalisme, du cinéma, de la télévision ou de la finance, recevaient un carton d'invitation «imprimé sur du papier luxueux []... Le tout noué par une jolie cordelette rouge», selon le site d'investigation. Les invités bénéficiaient en outre, d'après Mediapart, de tout l'apparat réservé aux invités les plus prestigieux : verres en cristal, porcelaines, petites cuillères en or, chandeliers ou encore vaisselles haut de gamme.

Dîners de travail ou soirées privées ?

Lire aussi

Quand Schiappa accusait Lagarde de «détournement de fonds publics»... avant de supprimer son post

Contacté par Mediapart, le cabinet de François de Rugy a répondu,  par écrit, présentant ces dîners comme «informels», arguant d'opportunités pour l'ancien président de l'Assemblée de «rencontre [avec] des représentants de la société civile pour nourrir sa réflexion et son action». Interrogée par le média, Séverine de Rugy confirme que la majorité des convives appartenaient à son cercle «amical» et qu'elle effectuait elle-même un «filtre relationnel». Elle ajoute néanmoins qu'il y était toujours question «de politique».

Présent à l'un de ses dîners, Jean-Michel Aphatie confie à Mediapart ses doutes à propos du caractère professionnel de ce type d'événement. «J'ai participé à un dîner une fois, à l'automne 2017. C'est une invitation qui m'est parvenue par ma femme [une amie de Séverine de Rugy]. J'ai hésité à y aller parce que si le déjeuner est un espace de travail, le dîner est un espace ambigu. Là, j'ai dit oui... J'ai vite compris que cela n'avait pas beaucoup de sens d'être là pour moi. Ce n'est pas un dîner de travail. Et si c'était à refaire, non, je ne le referais pas», explique le journaliste.

J'assume totalement qu'un prédisent de l'Assemblée nationale, comme un ministre, rencontre, dans un cadre informel []... des responsables d'entreprises, de la culture, de l'université

Questionné au sujet de l'enquête de Mediapart ce 10 avril sur France Inter, François de Rugy a précisé : «J'assume totalement qu'un prédisent de l'Assemblée nationale, comme un ministre, rencontre, dans un cadre informel []... des responsables d'entreprises, de la culture, de l'université []... J'assume que ma femme ait participé à l'organisation de ces dîners. Je me défendrai et je défendrai ma femme parce que je n'accepte pas qu'on nous attaque, nous n'avons rien à nous reprocher ni elle, ni moi.» Il a également tenu a insisté sur le fait que ces réunions faisaient partie de son «travail» de président de l'Assemblée nationale.

La réponse de @FdeRugy à l'article de @Mediapart sur ses réceptions en tant que président de l'Assemblée nationale : "Je n'accepte pas qu'on nous attaque moi et ma femme, nous n'avons rien à nous reprocher, ni elle ni moi" #le69inter

En 2017, François de Rugy avait été contesté pour l'organisation, le 17 décembre 2017, du déjeuner de son mariage dans ce même hôtel de Lassay. Il avait alors affirmé avoir pris en charge tous les frais du repas. Par ailleurs, le ministre ne manque pas une occasion de militer pour une République plus transparente afin que les politiques s'interrogent sur leur propre mode de fonctionnement, comme l'illustre son choix de discuter avec des Gilets jaunes fin 2018, discussion organisée par  Le Parisien.

 Lire aussi : LREM accusé de détournement de fonds publics sur la base d'une note de l'Assemblée

 francais.rt.com

 Proposer une solution

Articles associés plus récents en premier
17-07-2019 reporterre.net 11 min #159266

François de Rugy démissionne après six jours de tempête

Mardi 16 juillet, François de Rugy a présenté sa démission au Premier ministre. Le ministre de la Transition écologique s'estime victime d'un « lynchage médiatique » et a déposé plainte en diffamation contre Mediapart. Il a été remplacé, dans la soirée, par la ministre des Transports Élisabeth Borne. Voici le résumé de l'affaire, et des quelques jours qui ont bousculé le gouvernement.

la ministre des Transports Elisabeth Borne] a été nommée ministre de la Transition écologique et solidaire tout en gardant ses responsabilités initiales.|

15-07-2019 reseauinternational.net 10 min #159175

Les grandes bouffes

Les macroniens ça ose tout, c'est d'ailleurs à ça qu'on les reconnait.

Dernière preuve en date, l'affaire de Rugy. Médiapart nous apprend en effet qu'avec son épouse, journaliste à Gala (Gala est le journal qui dit tout haut ce que les autres journaux pensent tout bas...), ils ont offert avec l'argent du contribuable des repas pantagruéliques à leurs amis. Dans le Satiricon de Pétrone, c'étaient des tétines ou des vulves de truies farcies arrosées avec de grands crus de Falerne; chez François de Goulet de Rugy, lors de ses banquets organisés dans les salles somptueuses de l'Assemblée nationale, c'étaient des « homards géants », dit-on, donc probablement péchés au large de Flamanville dans la Manche, non loin du réacteur nucléaire que l'on sait, le tout arrosés avec de grandes bouteilles de bordeaux millésimées.

15-07-2019 reporterre.net 9 min #159172

Le point sur l'affaire de Rugy : les homards qui ne passent pas

Le ministre de la Transition écologique est entrainé dans un maelström, depuis mercredi 10 juillet. Ce jour-là, Médiapart a révélé que, président de l'Assemblée nationale, M. de Rugy avait tenu une dizaine de dîners luxueux sur fonds publics. Voici le résumé de l'affaire, et de quelques jours qui ont bousculé le gouvernement.

dans une vidéo:video], en parlant du « château » : « Avec son côté aristocratique, le château descend pour vous expliquer comment on va faire de l'écologie dans le pays. » Le match de boxe continue quand M.

14-07-2019 reseauinternational.net 4 min #159142

Querelle de homards et avis de tempête !

par Jacques MYARD

A la veille de notre fête nationale, un sentiment de plus en plus prégnant saisit les Français de tout bord : « ça va mal se terminer » !

- Sur le plan intérieur l'affaire des homards discrédite encore un peu plus le gouvernement et les politiques dans leur ensemble, dans un amalgame où tout se mêle, l'opinion publique se laissant pilotée par quelques gourous