Les ressources non renouvelables ne s'épuisent jamais vraiment

13-07-2019 lesakerfrancophone.fr 21 min #159122

Par  Joakim Book − Le 3 juillet 2019 − Source  mises.org

Il y a une confusion remarquable dans le débat moderne sur les sources d'énergie. Influencées par des considérations géologiques plutôt qu'économiques, les sources d'énergie et certaines matières premières sont considérées comme « renouvelables » ou « non renouvelables » - et la première est en quelque sorte préférée à la seconde.

Nous avons tous entendu des versions de l'histoire suivante : l'utilisation de sources d'énergie non renouvelables et l'extraction de métaux non renouvelables sont ce qui a propulsé la révolution industrielle et souligné la construction de nos sociétés et économies riches actuelles - mais elles sont physiquement limitées et  finies, elles vont s' épuiser et leur utilisation est «  non durable« (terme dont la  signification est loin d'être claire).

Dans un sens trivial, c'est bien sûr vrai : les  écologistes anticapitalistes ont superficiellement raison quant à l'absence de  Planète B et l'impossibilité d'une  croissance infinie de la consommation matérielle. Mais c'est aussi, comme l'explique  Tim Worstall, « extrêmement insignifiant ». En comparant l'utilisation de ressources limitées à la nourriture dans le réfrigérateur, Worstall fait exploser le « sophisme du petit-déjeuner » - la conviction qu'une fois que nous avons consommé le petit déjeuner d'aujourd'hui du réfrigérateur, il est parti et il n'y a donc plus de petit déjeuner :

Au premier abord, on ne peut qu'être d'accord avec Worstall : prendre le petit-déjeuner signifie qu'il n'y a plus de petit-déjeuner dans le réfrigérateur. Nous sommes également d'accord pour dire que Worstall est fou parce que nous comprenons qu'il y a une vaste industrie qui se consacre uniquement au réapprovisionnement de ce petit déjeuner avant 7 heures le lendemain matin.

Bien sûr, comme la nourriture dans le réfrigérateur, l'utilisation « non durable » des matières premières signifie que nous n'en avons plus. Mais aussi précisément que les aliments dans le réfrigérateur, nous réapprovisionnons les matières premières dont nous avons besoin, ce qui rend la consommation alimentaire « non durable » tout à fait durable. Comment est-ce possible ?

Puisque «  presque personne qui n'est pas économiste croit« à cette notion contre-intuitive, examinons-la plus en détail.

Comment les ressources non renouvelables ne s'épuisent pas

En 1944, les réserves mondiales prouvées de pétrole s'élevaient à  51 milliards de barils de pétrole. En 2018, les réserves mondiales prouvées de pétrole s'élevaient à près de  1 500 milliards de barils (BP estime ce montant à  1 730 milliards), soit environ trente fois plus qu'en 1944, et ce malgré l'appétit vorace de l'humanité pour le pétrole pendant les quelque sept décennies intermédiaires. Quiconque plonge dans la théorie naïve de l'épuisement des ressources doit se demander de manière incrédule : comment cela est-il possible ?

En termes simples : nous en avons trouvé d'autres.

Les marchés dont les droits de propriété sont bien définis utilisent les prix et les motifs de profit pour guider l'allocation des ressources - y compris, dans ce cas, les ressources d'investissement qui servent à la prospection du pétrole ou à l'extraction des métaux dans le sol. Les marchés utilisent les prix pour communiquer des informations sur la disponibilité actuelle et future des matières premières - l' innovation nous permettant de les trouver, de les extraire et de les utiliser plus efficacement et la substitution régulant nos besoins en la matière.

A tout moment, il y a du pétrole en stock, du pétrole dont la présence est prouvée (mais pas encore extrait) dans le sol, des poches plausibles de pétrole et de gaz naturel que les géologues de diverses entreprises prospectent - et un gros morceau inconnu de réserves de pétrole dont personne ne connaît la quantité et la localisation. Toutes ces actions (utilisation, distribution, stockage, extraction, prospection) sont régies et régulées par le prix du marché du pétrole. Si, comme le suggère la théorie de l'épuisement des ressources, nous épuisons nos réserves connues de pétrole et de matières premières, leurs prix du marché augmenteront, ce qui enverrait un signal  acceptable à tous les acteurs du marché. Trois choses se produisent alors :

  1. À des prix de marché plus élevés, des puits auparavant non rentables (ou des poches connues de pétrole qui étaient auparavant trop coûteuses à extraire) deviennent maintenant disponibles. Ils n'étaient pas physiquement disponibles, mais économiquement disponibles, ce qui est vraiment important. Ce que l'on appelle la  révolution du gaz de schistes en est un magnifique  exemple.
  2. Lorsque les prix du marché sont plus élevés, les consommateurs réduisent leur consommation et commencent à rationner le pétrole - peut-être en passant à des voitures plus petites ou en améliorant l'efficacité énergétique de leur maison.
  3. Le  recyclage des matériaux devient une entreprise rentable lorsque les prix du marché augmentent. Le cuivre déjà utilisé dans les lignes électriques pourrait être remplacé par un matériau relativement meilleur marché, tandis que le cuivre lui-même est recyclé pour être revendu à d'autres lignes de production. Cela pourrait ne pas fonctionner aussi bien pour les combustibles comme le pétrole dont la consommation modifie la composition chimique du matériau - bien que les  initiatives de capture du carbone suggèrent que cela pourrait ne pas être  impossible.

Un récent article de Bloomberg  résume ce point :

Les économistes nous apprennent que les ressources ne s'épuisent pas comme ça. Au fur et à mesure que quelque chose se raréfie, son prix augmente, ce qui déclenche la recherche de nouveaux approvisionnements ou la découverte de produits de remplacement.

S'il est vrai que la Terre en tant que telle contient une quantité  limitée de pétrole, de cuivre ou de minerai de fer, dont la fraction réellement découverte est inconnue - et doit l'être, du moins jusqu'à ce que nous ayons trouvé la dernière goutte disponible. Mais même si tout le stock mondial de pétrole ou de cuivre était soigneusement assemblé en une seule grande piscine fixe, comme le supposait  Harold Hotelling en 1931, nous ne serions pas encore à court de pétrole. Le deuxième point ci-dessus, à savoir travailler comme il le fait par le  biais du mécanisme des prix, fonctionnerait toujours et rationnerait soigneusement notre utilisation tout en encourageant l'adoption de produits de substitution.

... Mais les énergies renouvelables le font

Le contraste remarquable à cet égard est le respect souvent accordé aux énergies dites renouvelables, c'est-à-dire les sources d'énergie qui ne s'épuisent pas. L'exemple idéal est le soleil, qui n'arrête pas d' envoyer à la Terre plus d'énergie que nous n'en aurons jamais besoin. D'autres exemples incluent l'exploitation des processus naturels, allant des marées interminables de l'océan ou du souffle du vent ou de l'activité volcanique à la croissance des forêts ou à la reproduction des animaux. Certaines d'entre elles sont véritablement « renouvelables » en ce sens que leurs sources ne s'épuisent jamais (vent, thermique, océan, soleil), mais elles sont accompagnées de problèmes  bien connus de capture, d'échelle, de stockage et de distribution.

D'autres sources d'énergie renouvelables s'épuisent ; les rivières  asséchées ont ruiné les barrages hydroélectriques renouvelables construits sur elles ; les forêts, appelées euphémiquement « biomasse », sont abattues et « brûlées de manière renouvelable » pour servir de combustible - mais compter sur elles comme source d'énergie moderne signifie une déforestation complète, et donc aucune forêt à couper demain ; la  chasse à la baleine a atteint sa limite écologique « renouvelable » en 1860, lorsque les baleines facilement  accessibles ont été éliminées (lire : elles sont mortes). Même le vent, source d'énergie inépuisable, peut se heurter à des contraintes similaires. Sans tenir compte des problèmes techniques de stockage et de distribution mentionnés plus haut, il faudrait près de 500 millions d'éoliennes 3MV standard pour que l'énergie éolienne couvre 10% des besoins énergétiques mondiaux actuels, soit 1200 fois plus d'éoliennes que le  monde actuel, à un  facteur de capacité de 35%. L'espace physique  non renouvelable pourrait s'épuiser.

Ainsi, bien que nous ayons une planète physiquement finie et une quantité géologiquement limitée, disons, de  métaux des terres rares (ou ce que la  dernière mode de l' hystérie environnementale peut faire apparaître), le point économique à retenir est que les ressources non renouvelables  ne sont pas épuisées. Dans son très populaire livre The Ultimate Resource de 1981, Julian Simon a changé à jamais la façon dont beaucoup de gens pensent aux ressources et aux matières premières. Simon a fait remarquer que

Au cours de l'histoire, jusqu'à maintenant, le cuivre et d'autres minéraux sont devenus moins rares plutôt que plus rares, comme l'implique la théorie de l'épuisement... les ressources naturelles ne sont pas finies dans un sens économique significatif, aussi ahurissant que cela puisse être.

L'évaluation de Simon il y a presque quarante ans est toujours d'actualité aujourd'hui : les matières premières sont devenues  plus abondantes et non plus rares, contrairement à ce que les théoriciens de l'épuisement voudraient vous faire croire. Alors que les sources d'énergie renouvelables s'épuisent - souvent en raison de l' insuffisance des droits de propriété - les ressources non renouvelables ne s'épuisent pas. La conclusion d'un siècle et plus d'extraction de matières premières peut donc se résumer comme suit :  brûlez tout ce que vous voulez - nous en trouverons plus.

 Joakim Book est diplômé en économie de l'Université de Glasgow et étudie actuellement à l'Université d'Oxford. Il écrit régulièrement dans  Life of an Econ Student.

Note du Saker Francophone Il est toujours intéressant de lire des positions différentes pour jauger du débat. Cet article est particulièrement intéressant de la part d'un site promouvant la vision libérale du monde. Il est à noter qu'il passe à côté de pas mal de points soulevés par  Gail Tverberg notamment, la baisse tendancielle des découvertes malgré l'augmentation des budgets de recherche, l'effet ciseau, l'idée que le système politique et financier va rester stable... On vous invite aussi à lire l'[https://www.institutdeslibertes.org/energie-et-economie

Traduit par Hervé, relu par San pour le Saker Francophone

 lesakerfrancophone.fr]

 Proposer une solution