La société de la peur

05-10-2019 reseauinternational.net 7 min #162583

par Marcelo Colussi.

La peur paralyse. Ce n'est pas nouveau du tout. Nous le savons tous immémorialement, et ceux qui exercent une partie du pouvoir, en plus de le savoir, l'utilisent.

La peur implique quelque chose d'irrationnel, quelque chose de primaire ; la logique de la « bonne pensée » y perd sa suprématie. Quelqu'un qui a peur est la proie des réactions les plus viscérales, les plus impensables, laissant totalement de côté les décisions raisonnées, froides et logiques. Utiliser ces circonstances en fonction d'un projet hégémonique est une chose bien connue dans l'histoire : celui qui commande profite de la peur de l'autre pour exercer son pouvoir. C'est clairement un mécanisme pervers, mais qui a dit que la perversion ne fait pas partie intégrante de l'humain ?

Aujourd'hui, dans notre société hypertechnocratique, la gestion des émotions, en termes de peur, est un élément d'une importance capitale pour le maintien du système. Et évidemment, si quelqu'un gère et manipule cette peur, ce n'est pas le citoyen ordinaire. Le citoyen ordinaire, c'est celui qui la subit, il est l'objet de la manipulation. C'est ce que l'académie étatsunienne appelle « l'ingénierie humaine ».

Dans la société technotronique, le cap sera tracé par la somme du soutien individuel de millions de citoyens non coordonnés qui s'inscriront facilement dans le rayon d'action de personnalités magnétiques et attractives, qui exploiteront efficacement les techniques les plus efficaces pour manipuler les émotions et contrôler la raison, a déclaré un des principaux représentants de cette ligne de pensée, Zbigniew Brzezinsky, un polonais étatsunien.

Ces techniques - de plus en plus raffinées et efficaces, soit dit en passant - répondent, pour leur part, à un projet de domination mondiale. (La religion existe depuis que le premier hypocrite a trouvé le premier imbécile, dit Voltaire. Les religions ne sont rien de plus qu'un ensemble de superstitions utiles pour garder les peuples ignorants sous contrôle, a commenté le théologien Giordano Bruno), aujourd'hui c'est l'industrie des médias (notre « religion » moderne) qui le fait.

Mais aujourd'hui - et c'est ce que nous voulons souligner - la gestion de cette peur a pris des dimensions énormes. Les êtres humains vivent non seulement effrayés par les éléments naturels que nous ne manipulons pas, comme cela a toujours été le cas (catastrophes, mort, incertitude sur le destin), mais nous souffrons, de plus en plus, devant les « catastrophes » humaines. Mais plus encore, ce qui rend la situation encore plus pathétique, cette peur est induite rationnellement par un projet déterminé de domination.

Aujourd'hui, nous n'avons plus peur des esprits ou des démons en liberté (les religions sont en retrait dans un monde de plus en plus technocratique). Aujourd'hui, nous craignons... le terrorisme (dans les pays du Nord) ou la délinquance (dans le Sud appauvri).

Bien que les motifs de nos terreurs, si nous les analysons de manière exhaustive, ne soient pas précisément ces nouvelles peurs diffuses, mais la perception que nous en avons.

Maintenant, la perception que nous avons d'elles est ce que les médias de masse nous construisent. Presque toutes les perceptions du monde que nous avons nous sont données - imposées par ces médias.

Demandez au lecteur à quoi ressemble un sous-marin, par exemple, à l'intérieur. En général, tout le monde donne à peu près la même réponse : un panneau de contrôle, des leviers, des panneaux avec des lumières, des marins qui reçoivent des ordres, un capitaine qui commande un périscope, etc. D'où vient cette « connaissance » ? Des centaines, voire des milliers de fois, nous avons été bombardés de ces images.

D'où viennent nos craintes paralysantes de terrorisme ou de criminalité endémique ? D'après les matrices médiatiques qui nous ont déjà été imposées, tous les terroristes musulmans assoiffés de sang sont-ils prêts à retirer une bombe de leurs vêtements, tous les jeunes des quartiers pauvres sont-ils prêts à nous menacer avec un couteau ? Évidemment que non. Mais ce sont les imaginaires qui nous ont été imposés.

Il ne fait aucun doute que le monde n'est pas un lit de roses : il y a partout des morts dues à des actes de violence. Bien sûr, des bombes explosent et il y a des vols à main armée ; bien sûr, il y a des actes suicidaires, généralement appelés « terroristes », et bien sûr, il y a des crimes de rue, des vols à main armée et des « zones rouges » où même la police n'entre pas, ce qui est nouveau ! Deux personnes sur la planète meurent chaque minute d'une arme à feu. De toute évidence, ce n'est pas le paradis. Mais selon des études cohérentes, pas moins de 2 000 personnes meurent chaque jour dans le monde par manque de nourriture, et plus de 1 000 par manque d'eau potable, alors que le « terrorisme » toujours mal défini et imprécis provoque en moyenne... 11 morts par jour.

On a peur des choses dont on nous dit d'avoir peur. Et curieusement, ces craintes semblent être manipulées : dans le Nord du monde, les gens sont paranoïaques au sujet du prochain acte terroriste, qui proviendra probablement d'un groupe dit « fondamentaliste islamique ». La mort d'une personne aux mains, par exemple, d'un mari jaloux ou d'un paranoïaque délirant, est déjà présentée comme une attaque terroriste, donnant lieu à une hypermilitarisation de la vie quotidienne... et à des guerres préventives (qui, curieusement, sont toujours menées contre des pays qui ont du pétrole dans leur sous-sol).

Au Sud, dans les pays pauvres et où la vie est quotidiennement violée par les balles, la faim et le manque d'eau potable, on vit de façon paranoïaque avec la délinquance qui peut apparaître dans tous les coins. Mais comme l'a dit un dirigeant communautaire d'un quartier pauvre d'un pays d'Amérique latine :

« Toute la question des maras [gangs de jeunes] a été beaucoup exagérée par les médias ; ils ont beaucoup à voir avec cette question, parce qu'ils la surdimensionnent. En réalité, la situation n'est pas aussi chaotique qu'on le dit. Vous pouvez marcher dans la rue, mais le message est que si vous marchez, vous vous ferez agresser. Il vaut mieux ne pas bouger de la maison«.

À un moment ou à un autre sur la planète dont le slogan est le suivant : de la maison au travail et du travail à la maison, les mauvaises frayeurs qui circulent (terroristes ou délinquants musulmans) nous traquent, nous rendent la vie impossible, nous dévorent. Malheureusement, l'ingénierie humaine sait ce qu'elle fait... et elle parvient à nous faire taire.

Garder les populations terrifiées est une bonne affaire (pour ceux qui sont au pouvoir, bien sûr). Jamais aussi opportunes que maintenant les paroles de Domitila Barrios, leader autochtone de Bolivie, à propos de tout cela :

« Notre principal ennemi n'est pas l'impérialisme, ni la bourgeoisie ni la bureaucratie. Notre principal ennemi est la peur, et nous la portons à l'intérieur. La peur est une réaction psychologique très normale dans certaines situations ; la peur peut être pathologique dans certains cas (névroses phobiques, par exemple). Mais la peur dont nous parlons ici (contre le « mauvais musulman » ou le « criminel qui nous traque derrière chaque arbre ») est une pure invention de l'ingénierie humaine, préparée à partir d'un projet de domination : est-il temps d'ouvrir nos yeux ?«

Source :  La sociedad del miedo

traduction  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter
 Se réfère à : 1 article