Une notice d'information sur la radicalisation envoyée dans plusieurs administrations françaises

05-10-2019 francais.rt.com 4 min #162610

Selon le secrétaire général d'un syndicat policier, un document rappelant les réflexes à observer afin de prévenir la radicalité a été envoyé à plusieurs administrations au lendemain de l'attaque survenue dans la préfecture de police de Paris.

D'après une information de  Franceinfo, un mail de sensibilisation à la radicalisation a été envoyé le 4 octobre à plusieurs services de l'administration française, deux jours après  l'attaque survenue dans la préfecture de police de Paris et au cours de laquelle quatre personnes ont trouvé la mort. C'est ce qu'a révélé le secrétaire général du syndicat Alternative police CFDT, Denis Jacob, au site d'information.

Lire aussi

Tuerie à Paris: après la saisine du parquet antiterroriste, la communication de l'exécutif interroge

Le document de deux pages, relatif au «danger généré par la radicalisation» et destiné à «l'usage des personnels des établissements et des organismes de l'enseignement supérieur et de la recherche» doit tendre «à objectiver la caractérisation du phénomène de radicalisation».

Il définit quatre étapes afin de repérer et de dénoncer de possibles radicalisations : «caractériser», «détecter», «signaler» et «étudier». La notice d'information rappelle également le numéro vert national mis en place afin de prévenir et de porter à la connaissance des autorités ce genre de phénomène : 0800 005 696. «Cela veut dire qu'il y a un problème de radicalisation dans les administrations françaises», a insisté Denis Jacob.

Le 3 octobre, un agent informatique employé de la préfecture de police de Paris  a perpétré une attaque au couteau dans l'enceinte du bâtiment, tuant quatre personnes avant d'être abattu. Le procureur national antiterroriste, Jean-François Ricard,  dont la juridiction s'est saisie de l'affaire, a confirmé, ce 5 octobre, que l'assaillant était converti à l'islam et s'était radicalisé au contact d'individus proches de la «mouvance islamiste salafiste».

 Lire aussi : Habilité secret-défense, le tueur de la préfecture avait accès aux adresses des fonctionnaires

 francais.rt.com

 Commenter