Les réfugiés syriens « abandonnés » au Liban

07-10-2019 reseauinternational.net 7 min #162652

par Andre Vltchek.

Cet article a été publié à l'origine par New Eastern Outlook le 10 mars 2015. Pour une raison quelconque, cet article est absent des résultats de recherche Google. Puisque cet article demeure très pertinent à propos des événements qui se déroulent sur la scène géopolitique aujourd'hui, nous estimons qu'il est possible de le présenter à nos lecteurs une fois de plus. S'il venait à disparaître à nouveau, vous pouvez être sûr qu'il sera republié par NEO une fois de plus, s'il reste d'actualité à ce moment-là.

***

Réfugiés syriens. Ils sont plusieurs millions dans toute la région : en Turquie et en Jordanie, en Irak et au Liban, même en Égypte.
Il est clair qu'une « crise des réfugiés syriens » a été déclenchée par l'Occident et par ses alliés, la Turquie, la Jordanie, l'Arabie Saoudite et le Qatar. Pendant des années, tous ces pays ont travaillé dur pour déstabiliser le gouvernement laïque et socialement orienté de Bachar al-Assad à Damas.

Depuis deux ans, je couvre l'histoire, réalise des documentaires et rédige des reportages sur la soi-disant « opposition syrienne » qui a été recrutée, formée et financée dans des « camps de réfugiés » et des camps militaires en Turquie et en Jordanie. Cette opposition, bien sûr, incluait le fameux État Islamique (ISIS ou ISIL) ou Daesh, ou peu importe comment on veut les appeler.

L'Occident a atteint la perfection en détruisant des pays entiers et en ruinant des millions de vies humaines. Cependant, une fois qu'un pays est écrasé, on sait que les États-Unis et l'Europe se désintéressent des personnes laissées « sous les décombres ».

L'Occident n'est pas intéressé à faire face aux tragédies humaines qu'il déclenche, que ce soit en Irak, en Libye ou en Syrie.

***

C'est l'hiver maintenant ; l'hiver profond et les montagnes au-dessus de la vallée de la Bekaa au Liban sont couvertes de neige. Cette année, l'hiver a été imprévisible. Une semaine, il neige abondamment et la température descend bien en dessous du point de congélation. Puis, quelques jours plus tard, le soleil commence à briller comme si c'était le milieu de l'été. Puis la neige fond et il y a des inondations.

Les Nations Unies manquent parfois d'argent à l'occasion. Elle admet qu'elle peut difficilement subvenir aux besoins de ces deux millions de réfugiés syriens qui se trouvent actuellement sur le territoire libanais. Le Liban est également à court d'argent ou, plus précisément, il n'a pas de liquidités disponibles, quelles qu'elles soient. Son gouvernement est partiellement paralysé. Certains réfugiés syriens vivent dans les villes et les villages, répartis dans tout le pays. Les plus riches peuvent louer des condominiums chics à Beyrouth ; les plus pauvres vivent dans des tentes miteuses, en plein air, sans défense, affamés et effrayés.

La vallée de la Bekaa est l'endroit le plus difficile pour ceux qui ont fui la Syrie déchirée par la guerre. Elle est rurale et rugueuse, et au moins plusieurs fois par an, elle est coupée de la côte en raison de fortes chutes de neige.

Périodiquement, je me rends dans la vallée de la Bekaa pour parler aux réfugiés syriens. Je le fais simplement parce qu'il semble que presque personne d'autre ne le fait. L'ONU amarre ses navires de combat au port de Beyrouth et dorlote des milliers de membres de son personnel sur l'ensemble du territoire libanais. Mais les réfugiés, victimes de la guerre, sont souvent négligés, voire abandonnés.

Ce ne sont pas des guerriers anti-al-Assad purs et durs. La plupart d'entre eux ont traversé la frontière pour entrer au Liban à cause des terribles difficultés que connaît leur pays, difficultés provoquées par l'Occident, par ses alliés et par ses ramifications - les plus terribles organisations terroristes que l'argent puisse acheter.

Contrairement à la Turquie et à la Jordanie, le Liban n'est pas un ennemi de la Syrie. De nombreux Libanais et le Hezbollah mènent actuellement une bataille épique contre l'EI, et même de nombreux membres du gouvernement sont des partisans du gouvernement syrien. Le fait qu'environ deux millions de réfugiés syriens puissent coexister, sans incident majeur, avec seulement 4,3 millions d'habitants dans ce petit pays du Liban, est une preuve évidente de la grande compréhension entre les deux peuples.

Mais à l'heure actuelle, le Liban n'est pas en mesure d'offrir beaucoup plus que sa solidarité et sa terre aux voisins syriens qui souffrent. Il est entendu que l'aide doit venir de ceux qui alimentent la guerre et, par conséquent, transforment des millions de Syriens en réfugiés ou en personnes déplacées à l'intérieur du pays. Mais ce n'est pas le cas, ou ce n'est pas suffisant.

***

Le camp de Mochles 009, entre les villes de Baalbek et Zahle dans la vallée de la Bekaa, est l'un des plus anciens camps de réfugiés syriens au Liban. Ici, au moins 700 personnes sont entassées dans quelques dizaines de vieilles tentes, souvent en lambeaux. J'ai le droit d'entrer dans plusieurs d'entre elles et de voir la misère de mes propres yeux.

Les gens parlent les uns pour les autres :

« L'ONU nous a donné leurs cartes de crédit pour qu'on puisse au moins acheter de l'essence et de la nourriture. Mais les cartes sont soit vides, sans crédit ou avec un crédit partiel de 18 $ US par mois, au lieu de 30 $ US. Cependant, le pire, c'est que beaucoup d'entre nous n'ont jamais été inscrits sur la liste des réfugiés ; certains d'entre nous ne sont pas enregistrés du tout«.

Pour rester au chaud, les gens brûlent du nylon au lieu de carburant. Tout le monde ici est d'accord pour dire que les conditions se détériorent. Les enfants de ce camp ne sont pas scolarisés. Quand les gens tombent malades, ils doivent consulter un médecin privé, car il n'y a pas de poste médical de l'ONU dans le camp.

Récemment, la neige ici était d'un mètre de haut. Puis elle a fondu et les tentes ont été inondées.

« Nous avons peur«, crie l'une des dames, une réfugiée. « Nous avons peur de quitter le camp, d'aller près de la route. C'est parce que beaucoup d'entre nous ne sont même pas enregistrés et que nous ne savons pas ce qui nous arriverait si nous étions pris par les forces de sécurité... Nous sommes des réfugiés, alors pourquoi ne sommes-nous pas traités comme tels ? Et qu'en est-il de nos enfants ? Combien de temps vont-ils rester les bras croisés dans leurs tentes ? Ne devrait-on pas leur donner au moins une éducation de base ?«

***

Juste une semaine avant ma dernière visite dans la vallée de la Bekaa, les États-Unis et la Turquie ont signé un accord pour former et équiper les rebelles syriens. Ils font ça depuis des années, secrètement. Maintenant, ils vont le faire au grand jour. Cet « accord » transformera certainement des millions d'autres Syriens en réfugiés.

source :  BC: Syrian Refugees 'Abandoned' in Lebanon

traduction  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter