08/02/2020 wsws.org  7 min #168693

L'Afd d'extrême droite joue le rôle de faiseur de rois lors des élections législatives allemandes

Par Christoph Vandreier
8 février 2020

Pour la première fois depuis la fin du Troisième Reich, un "Premier ministre d'un land [Etat fédéré] a été élu mercredi avec les voix d'un parti fasciste d'extrême droite, l'Alternative pour l'Allemagne (AfD). Une alliance de trois partis : l'AfD, l'Union chrétienne-démocrate (CDU) et le Parti démocrate libre (FDP) néo-libéral, a permis à Thomas Kemmerich, homme politique du FDP, d'occuper le plus haut poste politique de l'État de Thuringe, qui faisait autrefois partie de la République démocratique allemande. Vingt-deux des 45 votes pour le nouveau Premier ministre provenaient de membres de l'AfD, le deuxième plus grand groupe parlementaire du land.

En raison d'énormes protestations dans tout le pays, Kemmerich a annoncé jeudi qu'il allait démissionner. Mais jusqu'à présent, il a refusé de démissionner et reste donc le premier Premier ministre d'un land à s'appuyer sur les votes des fascistes. L'on ne sait pas encore si le Parlement de Thuringe se dissoudra et ouvrira la voie à de nouvelles élections ou s'il votera pour un autre Premier ministre. Kemmerich pourrait rester en fonction pendant des mois encore.

Thomas Kemmerich [Credit: AP Photo/Michael Sohn]

The state head of the CDU, Mike Mohring, initially justified his cooperation with the AfD, saying, "We entered the election on the basis of putting an end to red-red-green (coalition of the Left Party, Social Democratic Party (SPD) and the Greens) and we cannot break our own campaign promise." The German government's Commissioner for East Germany, Christian Hirte (CDU), immediately congratulated Kemmerich and tweeted, "Your election as a candidate for the political centre shows once again that Thuringians have voted against red, red, green."

Le chef de la CDU du land de Thuringe, Mike Mohring, a d'abord justifié sa coopération avec l'AfD en déclarant: «Nous sommes entrés dans les élections sur la base de la fin de la rouge-rouge-vert [coalition du Parti de gauche, du Parti social-démocrate (SPD) et des Verts] et nous ne pouvons pas rompre notre propre promesse de campagne.» Le commissaire du gouvernement allemand pour l'Allemagne de l'Est, Christian Hirte (CDU), a immédiatement félicité Kemmerich et a tweeté: «Votre élection en tant que candidat du centre politique montre une fois de plus que les Thuringeois ont voté contre la rouge-rouge-vert.»

Le leader du FDP, Christian Lindner, a également félicité son «candidat du centre». L'ancien chef de l'agence de renseignement intérieur allemande (Office pour la protection de la Constitution), Hans-Georg Maassen, figure de proue d'une faction d'extrême droite de la CDU, a qualifié l'élection de Kemmerich d'«énorme succès». «L'essentiel est que les socialistes soient partis», a-t-il déclaré.

Le président national de l'AfD, le porte-parole national Jörg Meuthen, a décrit l'élection en Thuringe comme «la première pièce importante de la mosaïque d'un tournant politique fondamental en Allemagne. Le «spectre socialiste» était enfin terminé. En même temps, il a annoncé le droit de l'AfD à occuper des postes ministériels en Thuringe.

Après l'élection du premier ministre Kemmerich, Mohring et ses partis respectifs ont affirmé que leur alliance avec les fascistes n'était pas intentionnelle. En fait, cette affirmation est absurde. Kemmerich n'a participé à l'élection qu'au dernier des trois scrutins, où seule la majorité simple des voix était nécessaire pour la victoire. Le Premier ministre actuel, Bodo Ramelow (Parti de gauche), avait reçu le plus de voix lors des deux tours de scrutin précédents, mais n'avait pas réussi à obtenir la majorité absolue. Ramelow s'appuyait sur les votes de son propre Parti de gauche, des Verts et du SPD, qui ont tous cherché à former un gouvernement minoritaire.

Kemmerich savait qu'il ne pourrait gagner les élections que si l'AfD, la CDU et le FDP votaient pour lui à la quasi-unanimité dans un coup qui avait peu de chances de réussir sans qu'un accord préalable soit conclu. Après avoir annoncé le résultat, l'homme politique du FDP a accepté l'élection immédiatement et, peu après, a prononcé son premier discours en tant que Premier ministre - confirmant ainsi son intention de gouverner en s'appuyant sur les votes de l'AfD.

Même si Kemmerich a dû annoncer qu'il se retirait, la décision des deux partis de former une majorité dirigeante avec l'aide de l'AfD est un tournant historique. Elle confirme que la classe dirigeante en Allemagne a de nouveau recours à des méthodes fascistes et autoritaires pour mettre en œuvre sa politique d'inégalités sociales et de militarisme face à une large opposition populaire.

L'élection évoque des parallèles historiques. Le 23 janvier 1930, un gouvernement de land a été formé en Thuringe, qui, pour la première fois, a inclus le parti nazi d'Hitler. Auparavant, l'élection dans cet Etat était dans l'impasse. Vingt-quatre membres du SPD et du KPD (parti communiste allemand) ont affronté 23 membres de différents partis bourgeois, qui ont ensuite obtenu la majorité pour gouverner avec l'aide des six membres nazis. La participation au gouvernement de Thuringe a contribué de manière significative à relancer la fortune des nazis. Trois ans plus tard, Hitler est devenu chancelier allemand.

L'élection en Thuringe a entraîné un déferlement de colère populaire contre les responsables - et elle est absolument justifiée. Dès que les résultats des élections ont été connus, des milliers de personnes se sont rassemblées dans de nombreuses villes pour manifester devant les sièges du FDP et de la CDU. Rien qu'à Berlin, un millier de manifestants se sont rassemblés devant le siège du FDP.

C'est surtout en raison de cette opposition massive que les présidents de la CDU, Annegret Kramp-Karrenbauer, et de l'Union chrétienne-sociale (CSU), Markus Söder, ont été contraints de prendre leurs distances par rapport à la position adoptée par le groupe parlementaire de la CDU en Thuringe. Pour sa défense, Mohring a toutefois souligné qu'il avait discuté en détail de son action avec la direction du parti national.

Les expressions d'indignation du Parti de gauche, des Verts et du SPD sont dénuées de tout fondement de principe. C'est leur politique de droite de coupes sociales et d'hostilité envers les réfugiés qui a renforcé l'AfD en premier lieu. Depuis que l'AfD a pris des sièges au Bundestag avec 92 députés à l'automne 2017, tous les partis politiques ont travaillé aux côtés des fascistes.

Avec son entrée dans une «grande coalition» avec la CDU et la CSU, le SPD a transformé l'AfD en principal parti d'opposition au Parlement. L'AfD est représenté dans toutes les commissions parlementaires et a ainsi été systématiquement intégré dans le travail du gouvernement. Le député de l'AfD Stephan Brandner, qui a publié des tweets antisémites après la récente attaque fasciste contre une synagogue à Halle, doit sa fonction de président de la commission juridique du Bundestag au chef du groupe parlementaire du SPD de l'époque, Thomas Oppermann, qui a proposé Brandner pour ce poste. Brandner n'a été démis de ses fonctions qu'en novembre dernier, à la suite d'une nouvelle série de tirades fascistes.

D'autres membres de la droite de l'AfD, tels que le raciste néolibéral Peter Boehringer (politique budgétaire) et le voyou reconnu Sebastian Munzenmeier (tourisme), ont été élus présidents de commission au Bundestag avec les voix des partis établis.

La coopération entre tous les partis est particulièrement avancée en Thuringe. Quelques semaines avant l'élection, le chef de la Chancellerie d'État de Thuringe, Benjamin-Immanuel Hoff (Parti de gauche), a déclaré que sur un certain nombre de questions, les partis au pouvoir et l'opposition avaient clairement indiqué qu'ils voulaient trouver des solutions dans l'intérêt du pays. L'échange non partisan a été pratiqué en Thuringe sous la couleur rouge-rouge-vert au cours des dernières années.

Indépendamment des «différentes lignes politiques et idéologiques» poursuivies par les partis, une coopération sélective avec l'AfD sur des questions fondamentales de gouvernement est non seulement possible mais nécessaire, a déclaré M. Hoff, ajoutant cyniquement: «Je ne passerai certainement pas de lois avec M. Höcke dans lesquelles le mémorial de l'Holocauste à Berlin est qualifié de monument de la honte.» Les problèmes de financement municipal peuvent aussi certainement être discutés et résolus avec les politiciens locaux de l'AfD.

L'AfD est le produit d'un glissement vers la droite de l'ensemble de l'élite politique. Elle a été délibérément préparée pour appliquer les politiques de militarisme et de contre-révolution sociale que la classe dirigeante a mises à l'ordre du jour. Ceci est confirmé par le fait que la CDU et le FDP en Thuringe s'appuient sur l'AfD, dont le président du land, Björn Höcke, suite à une décision de justice, peut être qualifié de fasciste

Le danger du fascisme ne peut être arrêté que par la mobilisation indépendante de la classe ouvrière sur la base d'un programme socialiste et non par des appels à la CDU, au SPD, aux Verts, au Parti de gauche ou à tout autre parti bourgeois. L'histoire l'a déjà prouvé, et les développements actuels le prouvent une fois de plus.

(Article paru en anglais le 7 février 2020)

 wsws.org

 Commenter