18/06/2020 reseauinternational.net  9 min #175573

Déclaration du Ministre russe des Affaires étrangères Sergey Lavrov suite aux entretiens avec son homologue iranien Mohammad Javad Zarif

Mesdames et Messieurs,

La réunion avec mon collègue, le Ministre des Affaires Étrangères d'Iran Mohammad Javad Zarif, a été plus constructive et substantielle que jamais.

Nous avons examiné de manière approfondie l'état actuel et les perspectives des relations russo-iraniennes et avons convenus que notre dialogue politique est resté solide, même dans le contexte du coronavirus, en particulier au plus haut niveau. En février et avril, le Président de la Russie, Vladimir Poutine, et le Président de la République Islamique d'Iran, Hassan Rohani, se sont entretenus par téléphone et ont discuté de l'état de la coopération bilatérale et des perspectives de coopération future dans les affaires régionales et internationales.

Aujourd'hui, nous avons convenu que nos liens commerciaux et économiques se développent vigoureusement, malgré, et contrairement aux sanctions unilatérales et à l'iranophobie que les États-Unis attisent. L'objectif de Washington est clair pour nous : ils essaient d'intimider d'autres pays et de les soudoyer pour qu'ils mettent fin à leur coopération légitime avec l'Iran. Selon la Russie - qui est soutenue par la majorité absolue des membres de la communauté internationale - cette politique est contraire au droit international et aux principes du libre-échange, et constitue une manifestation de concurrence déloyale flagrante.

Nous avons convenu de conjuguer nos efforts pour maintenir une croissance stable du commerce bilatéral et avons constaté des progrès rapides dans plusieurs grands projets qui ont été approuvés ou décrits lors d'une réunion régulière de la Commission Intergouvernementale Bilatérale de Coopération Commerciale et Économique à Ispahan l'été dernier. Nous préparons actuellement la prochaine réunion qui se tiendra en Russie cette année.

Nous nous félicitons de l'intérêt des régions russes pour l'élargissement de la coopération avec l'Iran et prévoyons de l'encourager fortement.

Nous approuvons également l'interaction qui se développe entre l'Iran et l'Union Économique Eurasiatique (UEEA).

Nous constatons une unanimité ou une proximité de positions sur les questions clés, mondiales et régionales. En particulier, nous avons tous deux exprimé notre soutien au renforcement du cadre juridique de la communication interétatique inscrit dans la Charte des Nations Unies, en réaffirmant qu'il est inacceptable d'interférer dans les affaires intérieures d'États souverains.

Nous avons discuté de la situation avec le Plan d'Action Global Conjoint sur le programme nucléaire iranien. Malgré la politique franchement destructrice menée par les États-Unis, nous avons convenu de l'importance de maintenir cet accord comme un facteur majeur du maintien de la sécurité internationale.

Nous avons procédé à un échange de vues sur le processus de paix syrien et avons réaffirmé notre position commune selon laquelle les accords conclus selon le format d'Astana n'ont pas d'alternative, en particulier la composante antiterroriste ainsi que le respect inconditionnel de la souveraineté et de l'intégrité territoriale de la Syrie. Nous avons discuté de la nécessité de stabiliser la situation sur le terrain, de poursuivre le redressement de la Syrie après le conflit, de faciliter le retour des réfugiés et des personnes déplacées syriens et de fournir une aide humanitaire aux personnes qui en ont besoin.

Avec nos amis iraniens, nous continuerons de coordonner nos approches en Afghanistan afin de parvenir, dès que possible, au lancement de processus de paix tels que la réconciliation nationale et la restauration d'un Afghanistan pacifique et indépendant, un pays qui ne représenterait aucune menace de terrorisme, de trafic de drogue ou d'autres menaces.

Aujourd'hui, nous signons un document important - la déclaration de la Fédération de Russie et de la République Islamique d'Iran sur le renforcement du rôle du droit international. Nous considérons que cette déclaration est très pertinente dans le contexte d'un certain nombre de pays qui tentent constamment de promouvoir le concept erroné d'un « ordre international fondé sur des règles », qui sape les pierres angulaires de la justice et du respect mutuel que nos prédécesseurs ont posées comme fondements du droit international et de la Charte des Nations Unies.

De manière générale, je pense que notre réunion a été très opportune. Je remercie mon collègue et ami d'avoir accepté notre invitation et d'être venu en Fédération de Russie pour cette conversation très productive.

Question : Mohammad Javad Zarif a mentionné les efforts des États-Unis pour renouveler l'embargo sur les armes à l'Iran en faisant pression sur l'ONU et le Conseil des gouverneurs de l'AIEA. Comment décririez-vous les actions des États-Unis dans ce domaine ? Que peuvent faire la Russie et l'Iran ensemble au sein des organisations internationales pour contrer les actions injustes et illégales des États-Unis ?

Sergeï Lavrov : Le Plan d'Action Global Conjoint (JCPOA) pour régler la question nucléaire iranienne et la Résolution 2231 du Conseil de Sécurité des Nations Unies, qui l'a approuvé, forment un seul ensemble.

Lorsque nos collègues américains ont officiellement mis fin à leur participation au JCPOA par le biais d'instructions et de décrets exécutifs, ils ont également perdu les opportunités et les droits des pays signataires qui sont basés sur le respect honnête du JCPOA et scellés dans la résolution 2231. Tout en essayant d'empêcher les autres pays du JCPOA de remplir leurs obligations envers l'Iran, les États-Unis veulent également punir Téhéran en encourageant des initiatives illégales et absolument injustifiées, notamment celles liées à l'embargo sur les armes. Je pense que c'est une tentative futile et qu'elle n'a aucun avenir dans le contexte du droit international. Nous utilisons toutes les possibilités offertes par le droit international pour faire en sorte que la justice soit rendue.

L'ensemble des obligations de l'Iran et des autres pays du JCPOA en font partie intégrante. Ce paquet ne peut être divisé, ne laissant que les obligations de Téhéran et essayant d'empêcher l'Europe, la Russie, la Chine et tous les autres pays de maintenir des liens commerciaux et économiques légitimes avec l'Iran. Je suis sûr que cela est évident pour quiconque possède une connaissance, même rudimentaire, du droit international.

Je peux vous assurer que nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour empêcher la destruction des accords incorporés dans le JCPOA. Si le plan ne s'inscrit pas dans la logique de l'actuelle administration américaine, qui le considère comme un « mauvais accord », elle a le droit de le penser. Mais Washington n'a pas le droit de punir l'Iran en spéculant sur l'autorité du Conseil de Sécurité de l'ONU ou en essayant d'exercer une influence sur lui, ainsi que, dans une certaine mesure, sur le Secrétariat de l'ONU. Le dernier rapport du Secrétaire Général des Nations Unies, Antonio Guterres, sur la mise en œuvre de la résolution 2231 va bien au-delà de la compétence du Secrétariat des Nations Unies en la matière. Et le fait que le rapport ait été divulgué aux médias occidentaux presque simultanément à sa publication suscite de nombreuses questions, comme le rapport du Directeur Général de l'AIEA, Rafael Grossi, qui a été illégalement divulgué aux médias alors que le Conseil des Gouverneurs de l'AIEA en discute encore.

À mon avis, ces actions visent à créer des prétextes qui peuvent justifier des attaques injustifiées contre l'Iran. Je pense que ceux qui orchestrent, encouragent et lancent de telles attaques agissent sans scrupules et de manière extrêmement déshonorante.

Monsieur Lavrov, avez-vous reçu une réponse à votre lettre adressée au Secrétaire Général des Nations Unies, Antonio Guterres, et aux membres du Conseil de Sécurité des Nations Unies, dans laquelle vous les priez instamment d'empêcher les Américains d'utiliser le mécanisme disponible pour réintroduire des sanctions sévères contre l'Iran ? La Russie croit-elle que les pays du JCPOA, en particulier le Royaume-Uni, agiront ensemble pour perturber les plans américains ?

Sergueï Lavrov : Je n'ai pas encore reçu de réponse à la lettre que j'ai envoyée au Secrétaire Général des Nations Unies, Antonio Guterres, ni à la lettre adressée au Président du Conseil de Sécurité des Nations Unies pour distribution aux pays membres. Je pense que les arguments avancés dans la lettre sont assez sérieux. La lettre fait cinq pages. J'espère qu'ils analysent la lettre et que les arguments et les faits étayés qui y sont inclus seront minutieusement examinés et soutenus.

Je ne peux pas me porter garant des autres pays du JCPOA, principalement les pays européens qui subissent la pression des États-Unis, une pression qui comprend des méthodes déloyales telles que des menaces dans les domaines de la coopération commerciale et économique, ainsi que dans d'autres domaines des différents liens entre les pays de l'OTAN. Il est évident pour tout le monde que ceux qui se rangent du côté des États-Unis, même si c'est partiellement, n'ont aucun argument légitime pour justifier leurs actions. Je suis sûr que, même si d'autres pays du JCPOA décident de s'opposer aux plans américains, ces plans ne seront pas mis en œuvre parce qu'ils n'ont aucun fondement en droit international.

M. Lavrov, quand les frontières seront-elles réouvertes ? Les entreprises et les touristes subissent d'énormes pertes en raison de la fermeture des frontières.

Sergueï Lavrov : La question de la relance des liens dans le commerce, l'économie, ainsi que dans la culture, le tourisme et d'autres domaines ne relève pas de la compétence du Ministère des Affaires Étrangères. Il serait irresponsable de notre part d'assumer les pouvoirs des agences qui sont responsables de la sécurité épidémiologique de la nation.

Aujourd'hui, nous avons l'occasion de tenir une réunion en personne, mais dans le respect des mesures de sécurité. Quant à savoir quand ce régime redeviendra standard, cela dépend des autorités épidémiologiques.

Le prochain sommet d'Astana se tiendra-t-il avant la reprise des réunions de la Commission Constitutionnelle annoncée par votre collègue, le Ministre turc des Affaires Étrangères Mevlut Cavusoglu, lors de la conférence de presse d'hier avec le Ministre iranien des Affaires Étrangères Mohammad Javad Zarif ? Quel est l'impact de l'expérience réussie de la Russie en matière de maintien de la paix en Syrie sur la situation en Libye ?

Sergey Lavrov : Aujourd'hui, nous avons réaffirmé l'accord entre les trois présidents du format Astana selon lequel le prochain sommet se tiendra à Téhéran dans un délai qui sera déterminé par un certain nombre de facteurs, notamment l'évolution de la situation concernant le coronavirus. Nous avons soutenu la proposition de tenir une vidéoconférence avant la réunion en personne des trois dirigeants. Nous nous mettrons d'accord sur sa date assez rapidement et ferons une annonce.

On peut affirmer sans risque de se tromper que la vidéoconférence avec les trois dirigeants aura lieu avant que l'envoyé spécial du Secrétaire Général des Nations Unies pour la Syrie, Geir Pedersen, ne convoque le groupe de rédaction de la Commission Constitutionnelle.

Quant à appliquer notre expérience du maintien de la paix en Syrie à d'autres pays de la région, je pense que c'est une possibilité. L'essence de notre expérience est une vérité très simple : il faut impliquer toutes les parties au conflit, les encourager à se réunir, à s'asseoir à la table des négociations sans conditions préalables artificielles et à commencer à négocier. Nous avons suivi cette ligne depuis le début, tant dans la crise syrienne que dans nos démarches pour soutenir le règlement libyen. Malheureusement, au début du conflit libyen, lorsque le Conseil de Sécurité des Nations Unies a examiné et adopté des décisions appropriées en 2015, divers acteurs extérieurs ont tenté de promouvoir les intérêts d'une partie libyenne au détriment de l'autre. Par conséquent, tous les accords et les conférences organisés dans différents pays ont échoué. J'espère que cette expérience sera prise en compte par les participants à la conférence de Berlin sur le règlement libyen, qui a après tout développé des approches approuvées par tous les acteurs extérieurs. Il ne reste plus qu'à convaincre les parties en Libye de s'asseoir et de commencer à parler. C'est ce que nous faisons maintenant, également en contact avec nos collègues turcs, comme cela a été annoncé récemment.

source :  mid.ru

traduit par  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter