19/06/2020 wsws.org  8 min #175623

La parole de jeunes manifestants: violences policières, Covid-19 et élections de 2020

Par nos journalistes
19 juin 2020

Aux États-Unis, l'International Youth and Students for Social Equality (IYSSE) a recueilli des entretiens avec de jeunes travailleurs et étudiants à travers le pays sur les conditions sociales auxquelles sont confrontés les jeunes et les problèmes politiques qui les poussent à entrer en lutte. Les jeunes interrogés se sont déclarés préoccupés par les atteintes aux droits démocratiques, la détresse économique aiguë à laquelle les jeunes étaient confrontés lors de la pandémie de COVID-19 et la guerre impérialiste, entre autres problèmes.

Maria, 21 ans, dont nous avons changé le nom pour sa sécurité, est une récipiendaire du DACA (l'action différée pour les arrivées d'enfance, NDT) vivant à New York et la première de sa famille à obtenir son diplôme universitaire. Ses deux parents sont sans papiers et sont devenus sans emploi à la suite de la pandémie de COVID-19.

«Ma mère, elle nettoie les bureaux, les appartements et, dès que la COVID-19 a commencé, quelques-uns de ses patrons pour les appartements et les immeubles ont commencé à l'appeler et à lui dire qu'ils n'avaient pas besoin de ses services pour le moment parce que c'était dangereux pour leur famille aussi.» Maria a également expliqué que son père, qui est cuisinier, a perdu son emploi pendant la pandémie: «Le restaurant a fermé tout de suite, ils l'ont juste licencié aussi.»

S'exprimant sur les difficultés particulières auxquelles sont confrontés ses parents sans papiers, Maria a déclaré: «Nous ne savons pas quand ma mère retrouvera ces emplois. Elle n'a pas été payée. Elle ne pouvait pas se battre ou demander quoi que ce soit car en tant qu'immigrante, elle n'a aucun droit.»

Parce que les immigrés sans papiers aux États-Unis sont privés de leurs droits fondamentaux au chômage, ses parents ne sont pas éligibles pour recevoir une aide financière. Au moment de cet entretien, les allocations de chômage de Maria sont la seule source de soutien financier pour les cinq personnes de sa famille. «Le peu que je reçois, je suis censé aider ma famille et c'est beaucoup de stress. Nous avons un loyer, nous devons avoir de la nourriture. Être âgé de 21 ans et entretenir à la fois mes parents et mes frères et sœurs est difficile pour moi.»

Les jeunes frères et sœurs de Maria ont souffert de ne pas avoir accès aux ressources technologiques nécessaires pour poursuivre leurs études pendant la pandémie. «Ma sœur est au collège et mon frère au lycée. Nous n'avons qu'un seul ordinateur à nous partager dans notre famille. Nous avons demandé à ma sœur d'obtenir une tablette de son école et elle y travaille.» Maria a pris en charge d'aider ses frères et sœurs à surmonter les difficultés liées à l'achèvement des travaux scolaires en ligne: «L'école a repoussé la date limite pour ses travaux, mais une tablette est différente d'un ordinateur. C'est plus difficile, donc je dois m'asseoir et prendre le temps d'essayer de lui enseigner le matériel. Pour mon frère, il suit des cours AP (Advance Placement, programme offrant des cours de niveau collégial aux élèves du secondaire, NDT). Je dois prendre le temps de parcourir le matériel moi-même pour pouvoir lui enseigner. Nous avons de bons enseignants, mais l'apprentissage en ligne est vraiment difficile.»

Le stress supplémentaire pèse lourdement sur Maria. Lorsqu'on lui a demandé de prendre en charge le ménage, elle a répondu: «Cela me vient constamment à l'esprit. J'ai mon chômage, mais je continue de penser: ''Et si je ne reçois pas mon prochain paiement?''ou, ''Et si je n'y suis plus admissible?'' J'ai l'intention de retourner au travail.... Je sais que j'ai 21 ans, mais je ressens beaucoup de pression parce que je ne pensais pas que je devrais devenir responsable si tôt. J'y pense constamment. Et si mes parents tombent malades? Et alors? Pourrai-je supporter tout cela? J'ai peur, j'imagine. Je ne sais pas ce qui va se passer. Je ne sais pas vraiment comment l'expliquer.»

Anthony, 22 ans, travaille comme charpentier à Jackson, Michigan. Il était au chômage pendant deux mois pendant la pandémie de COVID-19. Lorsqu'on lui a demandé comment la pandémie l'avait affecté et ceux qui l'entouraient, il a répondu: «Cela a touché tout le monde. Une personne de ma famille a fait une surdose de drogue. Elle avait une maladie mentale au départ. Être isolé et ne pas voir sa famille immédiate a non seulement affecté le revenu, mais aussi la santé mentale et amené d'autres problèmes.»

Anthony a critiqué la réponse du gouvernement fédéral, dont la principale préoccupation a été de soutenir Wall Street pendant la pandémie. «La loi CARES a donné à chaque citoyen 1200 $, mais seule une petite fraction de l'argent dépensé est allée aux citoyens.... L'argent aurait dû aller aux travailleurs pour subventionner les paiements de logement, de voiture et l'école. Les gens n'auraient pas dû perdre d'argent parce que le gouvernement ne les avait pas correctement protégés au moment [de l'épidémie de COVID-19].»

Maria a également commenté la loi CARES en disant: «Avec le programme de secours économique [de Trump], j'ai vu que les entreprises hispaniques locales lui montraient plus de soutien. Je vois qu'ils vont être plus favorables à Trump. C'est comme acheter votre vote, certains disent: «Il nous a aidés». Il ne nous a pas aidés! 1200 $, ce n'est rien.»

À titre de comparaison, Maria a souligné les milliards dépensés pour construire un mur à la frontière américaine avec le Mexique. «Cela m'a fait me questionner, ils ont vraiment de l'argent à donner au mur mais pas pour les gens en Amérique?... Cela me fait vraiment me demander quelles sont leurs priorités.»

Ces problèmes sociaux, déjà présents avant le meurtre de George Floyd, ont alimenté la recrudescence spontanée des protestations pour les droits démocratiques. Un autre jeune nommé Anthony, un adolescent de 15 ans originaire de Los Angeles, a déclaré: «George Floyd a été assassiné et nous devons reconnaître l'acte comme tel. Le système actuel établit une discrimination contre les pauvres et de manière disproportionnée contre les Afro-Américains.»

Interrogé sur l'épidémie racialement disproportionnée de meurtres policiers, Anthony a ajouté: «Je suis d'accord avec le World Socialist Web Site que ce n'est pas un combat entre l'Amérique blanche et noire. Le problème est le système lui-même qui est responsable de décennies de violence sanctionnée par l'État contre la classe ouvrière.»

Anthony est un étudiant en deuxième année au lycée. Il a décrit sa radicalisation politique, représentative d'une large couche de jeunes. «La transformation, pour moi, était centrée sur la question de la guerre. Pour des raisons personnelles, je suis profondément antiguerre. Plus je commençais à chercher une idéologie cohérente qui articulerait une perspective antiguerre viable, plus je devenais convaincu que j'étais socialiste. J'en suis venu à la conclusion que c'est le seul système qui peut remplacer le capitalisme et arrêter la guerre.»

Anthony, le charpentier du Michigan, a opposé le caractère multiracial et international des protestations contre la brutalité policière au récit racialiste promu par les médias bourgeois. «Les médias de masse comme CNN, ABC, NBC et des politiciens influents comme Kamala Harris, Nancy Pelosi et Al Sharpton, ces gens continuent le récit selon lequel [la violence policière] est basée sur la race et est basée sur l'esclavage et le racisme institutionnel qui a été perpétré par une race. Ce n'est pas ça. La brutalité policière consiste à empêcher les pauvres de vivre. La police a été créée pour maintenir les travailleurs en ligne, pour arrêter le changement social.... Les travailleurs devraient s'efforcer de comprendre qu'il ne s'agit pas d'un mouvement basé sur une nation ou d'un problème racial. C'est un problème de classe, un problème de classe internationale. Des manifestations ont lieu partout dans le monde.»

Maria, lorsqu'on lui a demandé pourquoi elle pensait que la crise était si intense aux États-Unis, soi-disant le pays le plus riche et le plus puissant du monde, a déclaré: «D'après ce que je comprends, c'est à cause du capitalisme. Je me renseigne et il s'avère que la pandémie est là depuis des mois, mais personne n'a vraiment rien fait. Nous aurions pu éviter cela; nous aurions pu être plus en sécurité.»

Les expériences de ces jeunes coïncident avec celles de millions de jeunes qui sont descendus dans la rue à travers le monde dans les semaines qui ont suivi le meurtre de George Floyd. Les jeunes et les travailleurs recherchent une alternative au système capitaliste.

Dans une autre  entrevue publiée plus tôt sur le WSWS détaillant comment il a été agressé par des responsables des services secrets lors d'une manifestation à Washington DC, George a expliqué son propre développement politique: «J'étais rebuté par la façon dont vous critiquiez Bernie Sanders [ancien candidat présidentiel démocrate et sénateur du Vermont], mais vous avez raison sur la façon dont il essaie de couvrir l'État capitaliste.»

Le lycéen de Los Angeles Anthony a déclaré au WSWS: «Les jeunes ne devraient pas adopter l'establishment démocrate. Les seuls alliés que nous avons sont des membres de la classe ouvrière.»

Interrogée sur la perspective d'une telle rupture révolutionnaire avec la politique bourgeoise, Maria a affirmé: «Pendant ce temps, je pense que beaucoup de gens commencent à réaliser ce qui se passe réellement. Je pense que les gens sont beaucoup plus ouverts d'esprit et poussés à l'action, donc je pense que cela se produit.»

Le menuisier du Michigan, Anthony, a décrit la voie à suivre pour les jeunes travailleurs et les étudiants afin de lutter contre le retour au travail et l'épidémie de meurtre par la police. «Ils devraient former leurs propres organisations pour lutter contre cela.... Évidemment, les politiciens ne sont pas de notre côté. Les dirigeants syndicaux ne sont pas de notre côté. Quelle est la prochaine étape pour vous protéger et protéger vos collègues? Le Parti de l'égalité socialiste appelle à la formation de ces comités de base.»

L'IYSSE appelle tous les jeunes à s'engager dans la lutte pour le socialisme en se tournant consciemment vers la classe ouvrière, seule force révolutionnaire capable de renverser le capitalisme et de mettre fin à la misère sociale qu'il produit.

(Article paru en anglais le 17 juin 2020)

 wsws.org

 Commenter