29/06/2020 wsws.org  5 min #176090

Développez la lutte des travailleurs de l'automobile pour arrêter le coronavirus et sauver des vies! Formez des comités de base de sécurité !

Par Comité de base de sécurité de Jefferson North
29 juin 2020

La déclaration suivante a été produite par le Comité de sécurité de la base de Jefferson North (jnapsafety@gmail.com). Le WSWS Autoworker (Bulletin des travailleurs de l'automobile du WSWS) aidera les travailleurs de l'automobile et d'autres travailleurs à établir des comités de sécurité. Contactez l'Autoworker du WSWS par e-mail à [autoworkers@wsws.org.]

Les travailleurs de l'automobile de l'usine d'assemblage Jefferson North (JNAP) de Fiat Chrysler à Detroit prennent position pour défendre nos vies et celles de nos familles.

Jeudi matin, les travailleurs de l'équipe A ont manifesté et fermé la ligne après que de nouveaux cas de COVID-19 ont été signalés dans l'usine. Plus tard dans la journée, l'équipe B a également refusé de travailler jusqu'à tôt vendredi matin, lorsque la direction et les responsables du syndicat United Auto Workers, UAW (Travailleurs uni de l'automobile) ont contraint certains à redémarrer la production.

Des travailleurs assemblent des camions Ford dans l'usine Ford Kentucky à Louisville, KY [source: AP Photo/Timothy D. Easley]

Mais le quart suivant, l'équipe C, a également refusé de travailler vers 3h30 du matin vendredi matin, et les travailleurs ont continué à interrompre la ligne tout au long de vendredi.

Les travailleurs ont pris ces mesures parce que nous ne nous sentons pas en sécurité! Ni la direction ni l'UAW ne nous donnent de véritables informations sur la propagation du coronavirus dans nos usines.

Le retour au travail le mois dernier était totalement prématuré. Nos frères et sœurs avaient déjà subi les conséquences des entreprises et du syndicat qui ont retardé la fermeture jusqu'à la mi-mars, avec des dizaines de travailleurs de l'automobile décédés de COVID-19. Si nous n'avions pas pris de mesures pour les forcer à arrêter la production, combien d'autres seraient morts?

La pandémie n'était pas sous contrôle quand ils nous ont ramenés au travail, et maintenant un nombre record de cas quotidiens sont signalés aux États-Unis. Un nombre record de décès chaque jour va inévitablement survenir à moins que quelque chose ne soit fait.

La seule préoccupation des constructeurs automobiles et du syndicat a été de relancer la production et de s'assurer que les investisseurs continuent de faire des bénéfices et que les dettes des entreprises soient payées, peu importe combien d'entre nous tombent malades et meurent.

Tout ce qu'ils ont dit à propos de notre «sécurité étant la priorité absolue» était un mensonge. Nous ne pouvons pas correctement établir une distance sociale sur la ligne ou pendant les changements de quart de travail, l'usine n'est pas suffisamment nettoyée, ils n'arrêtent pas la production pendant un jour après la confirmation des cas, il n'y a pas assez de gel hydroalcoolique ou de désinfectant pour les mains, et la chaleur et la pénibilité physiques du travail rendent le port de protection EPI presque insupportable.

De nombreux travailleurs de l'automobile ont pris un congé ou sont restés à la maison afin d'éviter de s'exposer au virus dans les usines. Mais les entreprises recrutent rapidement des intérimaires surexploités afin de combler le déficit.

Parce que les entreprises et l'UAW continuent de nous forcer à retourner dans des conditions dangereuses, notre comité formule les demandes suivantes :

1. Les travailleurs doivent être immédiatement informés de tout cas de COVID-19 et des zones affectées. Ces informations ne peuvent être cachées aux travailleurs.

2. Lorsqu'un cas est confirmé, l'usine doit être fermée pendant 24 heures pour un nettoyage en profondeur, non seulement la zone affectée, mais toute l'usine. Un entretien préventif est nécessaire pour assurer un environnement de travail sûr et confortable.

3. La distanciation sociale doit être mise en œuvre lors de l'entrée et de la sortie de l'usine et pendant les pauses pour aller aux toilettes, au déjeuner et autres pauses.

4. La ligne de production doit être arrêtée pendant 10 minutes toutes les heures pour permettre aux travailleurs de retirer leur masque, de se reposer et de se rafraîchir.

5. Les travailleurs doivent avoir des tests réguliers et universels. Les contrôles de température et les auto-évaluations des symptômes ne suffisent pas.

6. Si les conditions ne sont pas sûres, les travailleurs ont le droit de refuser de travailler sans menace de représailles de la part de la direction et du syndicat.

Le comité de base de sécurité de Jefferson North appelle tous les travailleurs de l'automobile et les travailleurs de partout: Si nécessaire, arrêtez la production. Nous avons le droit à un environnement sûr et à ne pas rapporter cette maladie parmi nos proches. Nous méritons cela.

Il y a largement assez d'argent et de ressources pour assurer notre sécurité et lutter contre la pandémie. Le gouvernement a remis des milliards aux entreprises et des milliers de milliards sont donnés au patronat américain dans son ensemble. Cet argent ne doit pas être gaspillé pour les riches. Il doit être réorienté pour répondre aux besoins et à la sécurité des travailleurs.

Les problèmes et les dangers auxquels nous sommes confrontés au JNAP ne sont pas propres à notre usine. De nouveaux cas de coronavirus continuent d'être signalés à Ford, GM et dans les usines de pièces automobiles, ainsi que dans les usines de conditionnement de viande et de transformation des aliments, Amazon et ailleurs.

Tous les travailleurs devraient avoir un environnement où la santé est la priorité. Il n'est pas question qu'on nous tienne dans l'ignorance concernant un virus qui pourrait potentiellement nous tuer. Après une dure journée de travail, nous avons le droit de rentrer à la maison indemnes, sans maladies.

Nous savons que l'UAW ne fera rien pour nous protéger. Sa seule activité c'est d'encaisser notre argent - et des pots-de-vin des entreprises - et soutenir tout ce que la direction impose. Personne ne va nous protéger en dehors de nous-mêmes.

Nous avons commencé cette action, mais nous avons maintenant besoin du soutien des travailleurs de l'automobile et d'autres travailleurs partout dans le monde. Rejoignez-nous et développez cette lutte: partagez cette déclaration. Avancez nos revendications. Formez un comité de base de sécurité dans votre usine et [jnapsafety@gmail.com].

Notre santé ne doit pas être mise en danger pour les profits des grandes entreprises. Nous devons tous nous unir et défendre notre sécurité et celle de nos familles!

(Article paru en anglais le 27 juin 2020)

 wsws.org

 Commenter