14/09/2020 francais.rt.com  3 min #179232

Décès de Bernard Debré : pluie d'hommages dans la classe politique française

L'ancien ministre et ex-député de droite Bernard Debré est décédé à l'âge de 75 ans d'un cancer. Nombreux politiques ont rendu hommage à l'urologue.

Bernard Debré appartenait à l'une des illustres familles du gaullisme et de la Ve République.  Cet ancien ministre de la Coopération et député de droite (RPR, UMP puis Les Républicains), a succombé à l'âge de 75 ans d'un cancer, le 13 septembre.

Sa mort a immédiatement suscité des hommages. Le président de la République, Emmanuel Macron a écrit sur Twitter : «De l'hôpital à la politique, Bernard Debré fut toute sa vie un homme d'action. Les Français perdent un engagé, qui, en héritier du gaullisme, n'hésitait jamais à sortir des cadres et à dire le vrai dès qu'il s'agissait de l'intérêt du pays. Pensées à sa famille et à ses proches.»

De l’hôpital à la politique, Bernard Debré fut toute sa vie un homme d’action. Les Français perdent un engagé, qui, en héritier du gaullisme, n’hésitait jamais à sortir des cadres et à dire le vrai dès qu’il s’agissait de l’intérêt du pays. Pensées à sa famille et à ses proches.

Le député Les Républicains (LR), Julien Aubert, a déclaré avoir appris «avec tristesse le décès de [son] collègue Bernard Debré». «C'était un homme droit qui n'avait pas la langue dans sa poche, un grand médecin, un gaulliste. Toutes mes condoléances à ses proches», a-t-il ajouté.

J’apprends avec tristesse le décès de mon collègue Bernard Debré. C’était un homme droit qui n’avait pas la langue dans sa poche, un grand médecin, un gaulliste. Toutes mes condoléances à ses proches. ⁦@Republicains_An⁩
L'ancien ministre Bernard Debré est mort
Urologue de formation, Bernard Debré fut notamment ministre de la Coopération sous François Mitterrand. Il est mort à l'âge de 75 ans.
 voir

La présidente de la Région Ile-de-France, Valérie Pécresse (Libres), a rendu hommage à sa «parole tellement libre, son humour tranquille, son dévouement à ses patients, son engagement pour une certaine idée de la France [qui] en faisait un personnage singulier en politique».

Immense tristesse à l’annonce de la disparition de mon ami Bernard Debré. Sa parole tellement libre, son humour tranquille, son dévouement à ses patients, son engagement pour une certaine idée de la France en faisait un personnage singulier en politique.
Mort de Bernard Debré : la fin d'un mandarin rebelle
VIDÉO. Urologue, ministre, député, jumeau de l'ancien président de l'Assemblée nationale, fils de Michel Debré, il fut le trublion d'une droite qu'il aimait secouer.
 voir

L'ancien sénateur UDI, Yves Pozzo di Borgo, a pour sa part tweeté : «Bernard mon ami Bernard ! Je suis effondré !»

L'ancien ministre et professeur Bernard Debré est mort
Bernard mon ami Bernard !
Je suis effondré !
Mort de Bernard Debré : la fin d'un mandarin rebelle
VIDÉO. Urologue, ministre, député, jumeau de l'ancien président de l'Assemblée nationale, fils de Michel Debré, il fut le trublion d'une droite qu'il aimait secouer.
 voir

La présidente du Rassemblement national, Marine Le Pen, a également présenté ses condoléances : «Bien que menant des combats différents des nôtres, Bernard Debré n'en était pas moins un éminent médecin et représentant d'une famille illustre de notre histoire institutionnelle. À toute sa famille et à ses compagnons de route, je présente mes sincères condoléances.»

Bien que menant des combats différents des nôtres, Bernard Debré n'en était pas moins un éminent médecin et représentant d'une famille illustre de notre histoire institutionnelle.
À toute sa famille et à ses compagnons de route, je présente mes sincères condoléances. MLP

A gauche aussi, Bernard Debré était respecté. Le maire socialiste de Paris Anne Hidalgo considère qu'il «était aussi un élu parisien engagé». «Sa belle personnalité, son esprit républicain son intelligence et son humour resteront dans nos cœurs. J'adresse toutes mes condoléances à sa famille et à ses proches», a-t-elle ajouté.

Bernard DEBRÉ était aussi un élu parisien engagé. Sa belle personnalité, son esprit républicain son intelligence et son humour resteront dans nos cœurs . J’adresse toutes mes condoléances à sa famille et à ses proches .
Mort de Bernard Debré : la fin d'un mandarin rebelle
VIDÉO. Urologue, ministre, député, jumeau de l'ancien président de l'Assemblée nationale, fils de Michel Debré, il fut le trublion d'une droite qu'il aimait secouer.
 voir

Le député et Premier secrétaire du parti socialiste Olivier Faure estime que «Bernard Debré était l'un de ces hommes dont chacun peut s'accorder à dire qu'il était un homme de bien». «Courtois, fin, drôle, humain et amical. Sincères condoléances à sa famille et ceux qui l'ont accompagné et aimé», a-t-il poursuivi en message sur les réseaux sociaux.

J’apprends avec émotion son décès. Bernard Debré était l’un de ces hommes dont chacun peut s’accorder à dire qu’il était un homme de bien. Courtois, fin, drôle, humain et amical. Sincères condoléances à sa famille et ceux qui l’ont accompagné et aimé.
L'ancien député et ministre Bernard Debré est mort
L'homme politique Bernard Debré, qui fut député et ministre, est mort à l'âge de 75 ans, selon des informations du "Point" confirmées à Europe 1. Il était le frère de Jean-Louis Debré, ex-président de l'Assemblée nationale et du Conseil constitutionnel. 
 voir

Le maire adjoint communiste de Paris, Ian Brossat, voyait en Bernard Debré «un adversaire respectable» et rappelle une anecdote de ses «camarades» du VIe arrondissement de Paris : «Mes camarades qui vendaient le muguet le 1er Mai à l'angle de la rue de Buci et de la rue de Seine me racontaient que Bernard Debré le leur achetait avec une régularité de métronome.»

Mes camarades du 6e arrondissement qui vendaient le muguet le 1er Mai à l'angle de la rue de Buci et de la rue de Seine me racontaient que Bernard Debré le leur achetait avec une régularité de métronome.
Un adversaire respectable.

Bernard Debré était aussi un grand nom de la médecine : professeur d'université, il fut chef du service d'urologie de l'hôpital Cochin, à Paris, où fut notamment soigné le président François Mitterrand.

 Lire aussi Le monde rend hommage à l'ancien président Jacques Chirac

 francais.rt.com

 Commenter