12/11/2020 chroniquepalestine.com  16 min #181577

France : le grand bond en arrière démocratique

L'image du CRS, en pleine contorsion, a connu des centaines de détournements sur Twitter - Twitter/@bobardkor

Par  Hassina Mechaï

La défense de la république et de ses valeurs est-elle devenue le prétexte en France à une réaction politique qui sape précisément ces mêmes valeurs et cette même république, entendue aussi comme vivre-ensemble pacifique ?

Sidération et chagrin en France. Le sang avait à peine séché, celui de  Samuel Paty, comme celui des victimes de  Nice. Les larmes, non. Mais les mots n'ont pas tardé là où il aurait fallu d'abord faire silence et deuil.

Matinales radios et TV du 30 octobre. Sur Europe 1, le maire de Nice, Christian Estrosi, demande à changer la Constitution, à sortir des lois de la paix pour refuser le droit aux « ennemis du droit ». Sur CNews, le député Les Républicains (droite) Éric Ciotti réclame « un Guantánamo à la française ».

Un  éditorialiste « encharpé » préconise, lui, de « changer les règles de droit qui font qu'on ne peut pas accuser quelqu'un de faits qu'il n'a pas encore commis ». Auparavant, il avait glissé qu'il fallait « profiter » de la tragédie de la mort de Samuel Patty pour reprendre les dispositions de la loi Avia  censurées par le Conseil constitutionnel.

Marine Le Pen est dépassée sur son tropisme idéologique. La classe politique française, à peu d'exceptions près, a réussi l'exploit de se placer à la droite du Rassemblement national (extrême droite). Au bord du gouffre politique.

Dé-démocratisation et hyper-républicanisme

Assistons-nous en France à une dé-démocratisation, ou démantèlement systématique des lois fondatrices de la République ? Celles-là même qui se sont sédimentées à travers des siècles de luttes progressistes et démocratiques qui ont assuré à la société civile une autonomie face à la puissance publique ?

Dans un mouvement inverse, la  dé-démocratisation, selon sa théoricienne Wendy Brown, consiste « à vider la démocratie de sa substance sans la supprimer formellement ».

Plus précisément, elle est définie par le philosophe Étienne Balibar comme « à la fois la montée des mécanismes autoritaires et sécuritaires, la perte de légitimité et de représentativité des institutions parlementaires, et le déplacement des centres de pouvoir réel hors d'atteinte du contrôle et de l'initiative des citoyens ».

Cette dé-démocratisation semble se faire au nom de la défense de la république. En cela, elle est un mouvement réactionnaire que nous nommerons « réaction républicaine » ou hyper-républicanisme.

Cette dé-démocratisation est portée par un courant intellectualo-politico-médiatique français qui, au nom de la « lutte contre l'extrémisme » (ou « islamisme », « séparatisme », « communautarisme ») et de « la défense de la république » et de la liberté, développe un argumentaire contraire précisément aux idéaux défendus.

En double-pensée (doublethink) théorisée par Orwell, les lois républicaines de libertés diverses sont alors sapées au nom de la défense de la république. Cette réaction se construit en France contre les personnes assimilées à une identité musulmane, les habitants des quartiers populaires, et déborde désormais plus largement contre tous ceux qui contestent cette vision.

Une législation liberticide

Sur le plan législatif, pendant que sont réclamés les « droits » de « blasphémer » ou de « caricaturer », d'autres droits et libertés publiques, acquis de haute lutte contre la puissance publique, sont menacés.

Serait-ce pur cynisme que d'imaginer que plus sont agités et brandis comme fondamentaux ces « droits » de blasphémer et caricaturer, plus les droits qui font lien, contre-pouvoir et société civile, sont sapés ? Car quid de la liberté de manifester, de se réunir, de la protection de sa vie privée, des droits de défense, de la liberté d'enseignement et d'éducation ?

Lire également :  France : l'inculture d'un président cache mal un racisme d'État

Observez le projet de loi dite « contre le séparatisme ». Si la loi sur la laïcité de 1905 pose le principe de la « neutralité » des services publics, donc de ses agents, en matière religieuse, la loi sur le « séparatisme » entend étendre ce principe aux entreprises délégataires de service public comme la RATP, EDF, Paris Aéroports, la SNCF. Autrement dit, leurs employés, bien que n'étant pas fonctionnaires, seront soumis au même principe de neutralité religieuse.

Va-t-on vers une laïcité qui perdra l'esprit de liberté qui l'anime depuis toujours ? Que penser en effet des attaques récentes contre l'Observatoire de la laïcité, et plus précisément son rapporteur général Nicolas Cadène ?

Il avait été donné comme «  remplacé » sous prétexte d'une laïcité « d'apaisement » et « de défense des musulmans » qui déplairait au sommet de l'État. Pourtant, nombre d'associations et acteurs de la société civile ont souligné le travail impeccable de l'Observatoire, conforme à l'esprit et la lettre de la loi de 1905.

De glissement en glissement, arriverons-nous à une inversion étrange de la laïcité, qui fera de ce principe non pas la neutralité de l'État en matière de religion, mais une aseptisation religieuse de l'espace public, une neutralité religieuse des citoyens dans ce même espace et une neutralité religieuse non pas seulement des services publics mais de tout service au public (donc, les entreprises privées également) ?

Une telle éventualité ferait de l'État l'arbitre et le juge du degré de religiosité acceptable ou pas dans cet espace public.

À l'assaut des grandes lois républicaines

Quid également de la loi de 1901 sur les associations ? Emmanuel Macron, lors de son  discours contre le « séparatisme » le 2 octobre dernier, a déclaré : « Les associations doivent unir et non fracturer la nation. »

Le levier de l'argent est alors utilisé puisque toute subvention publique sera conditionnée à la signature d'une « charte de la laïcité » par laquelle les bénéficiaires s'engageront à mettre en œuvre, en une formulation floue, les « valeurs de la République ».

Or, est-ce au gouvernement de dire ce que doivent faire les associations, au risque de remettre en cause cette liberté qui reste fondatrice de la société civile ? Et la liberté d'association n'est-elle pas précisément l'une de ces « valeurs » républicaines ?

Toujours dans ce discours, et toujours sous prétexte de lutter contre le « séparatisme », le président français a annoncé que sauf dérogation médicale, l'instruction en famille serait désormais interdite. Là encore, c'est une des grandes lois républicaines, celle de 1882 qui fonde l'enseignement public en France, qui est malmenée.

Cette loi prévoit en effet la possibilité de l'enseignement privé et parental. Silence présidentiel cependant concernant la loi Debré, qui subventionne l'enseignement privé souvent confessionnel.

Toujours dans le cadre de ce projet de loi, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a annoncé que le délit de séparatisme punirait de cinq ans de prison celles et ceux qui refusent de se faire soigner par un médecin d'un autre sexe. Le libre choix du médecin par son patient est pourtant inscrit dans le  code de déontologie médicale (art. 6).

Autre questionnement, le ministre de la Justice pourrait envisager de modifier la loi de 1881 sur la liberté de la presse pour en sortir les délits d'incitation à la haine. Cela permettrait de poursuivre pénalement des citoyens pour des délits de parole, la loi 1881 offrant en effet un régime de protection particulier à la liberté d'expression.

En outre, le « nouveau schéma national de maintien de l'ordre », publié le 16 septembre, pose désormais que « le délit constitué par le fait de se maintenir dans un attroupement après sommation ne comporte aucune exception, y compris au profit des journalistes ou de membres d'associations ».

Ce texte, destiné aux gendarmes et policiers, est déjà contesté par une grande partie des journalistes, qui s'inquiètent de leur liberté de couvrir les manifestations. Liberté de la presse, droit à l'information et liberté de manifester sont simplement mis à mal.

Un renforcement de l'architecture sécuritaire

Autre texte qui inquiète fortement associations et responsables de la société civile, la proposition de loi relative à la  sécurité globale. Selon l'étude minutieuse effectuée par La Quadrature du Net, « son article 21 veut déréguler l'utilisation des caméras mobiles portées par les forces de l'ordre. Son article 22 veut légaliser la surveillance par drone. Son article 24 veut interdire au public de diffuser l'image de policiers ».

La Quadrature du Net dénonce notamment l'approche « confrontationnelle » de cette proposition de loi, qui « vise avant tout à dissuader la population de participer à des manifestations, que ce soit par épuisement psychologique des participants (pratique de la  nasse, blocage ou filtrage des entrées et sorties du parcours, gazage, fouilles au corps, comportements injurieux) ou par des violences physiques (LBD, grenades, charges) ».

Lire également :  Soumaya présente le point de vue des victimes de l'état d'urgence

L'article 21 de cette proposition permettra l'utilisation de caméras mobiles par les forces de sécurité avec la possibilité d'une transmission « en temps réel au poste de commandement ». Se pose forcément la question d'une analyse en temps réel des images par des logiciels de reconnaissance faciale. Donc un fichage facile des manifestants, qui pourront par la suite être empêchés de se rendre à d'autres manifestations.

Enfin, l'article 24 propose d'interdire au public de diffuser « l'image du visage ou tout autre élément d'identification d'un fonctionnaire de la police nationale ». Or, sans ces images diffusées en France, pas d'affaire Benalla, pas de débats autour des violences policières ( Burger King, croche-pied à  Geneviève Legay,  estropiés et éborgnés).

Là encore, ces mesures menacent directement les libertés de manifester, de s'attrouper, de circuler, les droits à la sécurité, à la sûreté et à l'intégrité physique. Avec l'utilisation des drones, c'est aussi une vision en gestion et ingénierie humaine qui est promue - ce qu'on aurait qualifié auparavant de méthodes contre-insurrectionnelles, la technique « dronique » et de logistique avancée en plus.

La liberté académique en question et soumise à la question

Côté université, dans une  interview au magazine d'extrême droite Valeurs actuelles, Emmanuel Macron prétendait : « Le monde universitaire a été coupable. Il a encouragé l'ethnicisation de la question sociale en pensant que c'était un bon filon. Or, le débouché ne peut être que sécessionniste. »

Le ministre de l'Éducation, Jean-Michel Banquer, a depuis fustigé à son tour un « islamogauchisme » qui « fait des ravages à l'université » et dont les adeptes seraient « les complices intellectuels du terrorisme ».

Faut-il faire un lien entre ces sorties officielles et la loi de programmation de la recherche pour laquelle le Sénat vient d'adopter un amendement à son article premier : « Les libertés académiques s'exercent dans le respect des valeurs de la République », « au premier rang desquelles la laïcité » ?

Un possible coup de canif à la liberté académique portant sur les recherches, les enseignements et ce qui est exprimé sans subir de pressions ou menaces pour les universitaires, enseignants comme étudiants.

Dès après l'attentat de Nice, un conseiller de l'exécutif a  donné le ton : « Ce sera la question de la campagne présidentielle de 2022 : quelle place la société est-elle prête à faire à l'arbitraire pour se protéger d'un danger encore plus arbitraire. » Nous voilà avertis
Réaction, marranisme et maccarthysme républicains

Par quelle formidable tour de passe-passe en vient-on à défendre en France la liberté en demandant explicitement la sortie de l'État de droit ? À prétendre défendre la laïcité en transformant la neutralité religieuse de l'État en neutralité de l'espace public sinon des individus dans ce même espace public ?

À condamner tout « communautarisme » tout en maintenant une vision communautaire des individus, les musulmans de France étant sommés à chaque attentat de ne pas « en être » et de condamner de façon communautaire des actes qu'ils condamnent comme citoyens ?

Étonnante France où la parenthèse sécuritaire ouverte avec l'état d'urgence se prolonge en rabotage de l'État de droit.

Le préambule de la Constitution de 1958 pose dès son article 1 alinéa 1 que la France est « une République indivisible, laïque, démocratique et sociale ». L'ordre des attributs républicains est en soi intéressant. Là se situe peut-être l'une des lignes de démarcation qui coupent la France.

Deux projets de société s'esquissent : une république qui serait avant tout indivisible et laïque versus une république avant tout démocratique et sociale. Or Régis Debray  avertissait déjà : « On peut se dire républicain sans se conduire en démocrate. »

Dans ce climat, pourquoi cette réaction républicaniste s'est-elle emparée du mot « islam » pour en faire un bélier contre toutes les valeurs qu'elle prétend défendre ? À quoi sert « l'islam » comme signifiant vide ?

Est-il un prétexte à la paresse de journalistes qui préfèrent emplir plateaux de vitupérations et réponses faciles plutôt que de travailler les dossiers en complexité ? Est-il le voile à l'absolue impuissance de politiques à faire vivre la fonction publique quand si peu de pouvoir leur est encore laissé ? Un moyen de creuser un sillon électoral ? Le prétexte au renforcement d'un État légalo-sécuritaire alors que le pays va au-devant de turbulences économiques potentiellement déstabilisatrices et porteuses de contestations populaires ?

Lire également :  Islamophobie, le mal français ?

Sur la base d'un primat à la laïcité et l'indivisibilité, observe-t-on l'apparition d'un  fondamentalisme laïciste et républicaniste d'autant plus dangereux qu'il nie une réalité : celle de la banalité de la présence des musulmans en France, qu'ils soient français ou pas ?

Dans la réalité sociologique, le musulman est aussi celui qui soigne, enseigne, conduit, conseille, expertise, travaille, fait société. Sous prétexte de lutte contre des « ismes » divers (islamisme, radicalisme, séparatisme, communautarisme), ces réactionnaires républicanistes créent des schismes au sein même de la société française. Car c'est encore là un paradoxe, leurs prétentions universalistes fractionnent et fracturent la société française.

Un universalisme si particulier

Cette réaction républicaniste prétend s'opposer au communautarisme au moyen de l'« universalisme ». Sauf que cet universalisme peut parfois se saisir comme un particularisme qui a réussi.

L'histoire est traversée d'« universalismes » qui n'étaient au fond que des impérialismes. C'est tout autant au nom d'un « universel » que l'Église catholique (mot dont la racine grecque signifie précisément universel) pourchassa juifs, musulmans, hérétiques et sorcières. Toutes les figures de l'altérité qui contredisaient ce « grand tout » uniforme.

Cet universalisme républicain verse-t-il dans la même pulsion inquisitoriale ? Dans un « républicano-maccarthysme », selon l' expression du politologue Jean-François Bayart, qui souligne : « Que le terme plaise ou non, il y a bien une islamophobie d'État en France ». Avant lui, Emmanuel Todd avait perçu dans les manifestations pour  Charlie la persistance de ce qu'il a nommé un « catholicisme zombie ».

Certes, la chose publique ou res publica s'est extraite de la religion, mais pas de la sacralité. Une sacralité séculière, avec sa martyrologie, ses cérémoniaux, sa liturgie et son bréviaire. Ainsi qu'avec ses hérétiques et ses blasphèmes.

Pour les musulmans de France, à l'occasion d'une Reconquista républicaine, l'avenir sera-t-il un néo-  marranisme républicain qui obligera les musulmans à effacer sur eux jusqu'à la trace la plus ténue de toute pratique religieuse ? Jusqu'à s'effacer de l'espace public, en retrait physique et citoyen ?

Comparaison n'est pas raison, mais cette injonction à l'effacement du religieux peut s'entendre aussi, par exemple, dans cet encart  diffusé sur les réseaux sociaux par le ministère de l'Intérieur : « Radicalisation violente, islamisme Si vous avez un doute sur une personne de votre entourage » ; s'ensuit un numéro vert et cet ajout : « En cas d'urgence, appelez le 17 ! » (point d'exclamation en prime). Est-ce là un appel à la délation qui laisse tout un chacun juge de la religiosité, donc de la dangerosité, de son voisin ?

La faillite des clercs

Cette réaction républicaine a aussi ses clercs. La  tribune d'universitaires parue dans Le Monde a ainsi apporté son soutien à Jean-Michel Blanquer, qui avait parlé d'un « islamogauchisme » faisant « des ravages à l'université ». Cette tribune appelle à la création d'une « instance chargée de faire remonter directement les cas d'atteinte aux principes républicains et à la liberté académique ».

« Un intellectuel, affirmait le philosophe Herbert Marcuse, est quelqu'un qui refuse d'établir des compromis avec les dominants. » Le milieu intellectuel français vit dans le souvenir de l' affaire Dreyfus, durant laquelle le terme même d'« intellectuel » est né. C'est là pourtant une rente symbolique qui n'en finit pas de se démonétiser.

Dès les années 20 et 30, Julien Benda expliquait dans son livre La Trahison des clercs comment les intellectuels prônaient l'ordre et un État fort au nom de valeurs prétendument universelles mais éminemment nationalistes dans leur essence.

La cléricature intellectuelle avait également été dénoncée par Paul Nizan dans  Les Chiens de garde. L'intellectuel récusait la croyance selon laquelle ces intellectuels penseraient pour le bien commun, rappelant que comme tout un chacun, ils sont le produit d'un environnement social contingent qui influe sur leur production intellectuelle.

Tout autant, ils sont les gardiens d'un ordre qui les rassure, comble, honore. Un ordre qu'ils n'ont aucun intérêt à voir contesté, sinon disparaître.

Là encore, la « république » est devenue le prétexte à cette « libido réactionnaire » que Daniel Lindenberg avait analysée dans son pamphlet Le Rappel à l'ordre : enquête sur les nouveaux réactionnaires. L'historien détaillait au scalpel des idées ces intellectuels persuadés d'être encore « de gauche », mais qui exprimaient au fond un rejet de l'antiracisme, des droits de l'homme, de l'islam, du métissage, de l'égalité. In fine, de la démocratie ?

* Hassina Mechaï est une journaliste franco-algérienne qui vit à Paris. Diplômée en droit et relations internationales, elle est spécialisée dans l'Afrique et le Moyen-Orient. Ses sujets de réflexion sont la gouvernance mondiale, la société civile et l'opinion publique, le soft power médiatique et culturel. Elle a travaillé pour divers médias français, africains et arabes, dont Le Point, RFI, Afrique magazine, Africa 24, Al Qarra et Respect magazine. Son compte  Twitter.

5 novembre 2020 -  Middle East Eye

 chroniquepalestine.com

 Commenter
Se réfère à : 2 articles