Accepter cookie ?
11/01/2021 reseauinternational.net  6 min #184048

Il y a plus de trente ans, le journaliste Jean-Claude Bourret avertissait déjà que nous n'étions pas en démocratie

par Joseph Stroberg.

Il y a plus de trente ans, le journaliste Jean-Claude Bourret avertissait déjà que nous n'étions pas en démocratie et que nous sommes manipulés par les grands groupes financiers internationaux.

Jean Claude BOURRET ancien présentateur TF1 avait vu juste et avait tout compris face à cette manipulation et cette interpénétration entre le pouvoir politique et Pouvoir médiatique #Macron

 facebook.com
source :  Médiapart *

Superbe analyse de Jean-Claude Bourret, un journaliste INDÉPENDANT clairvoyant et honnête... « Démocratie ? »...

... JCB démontre très clairement :

« L'arnaque est énorme et elle est valable dans tous les pays "démocratiques"... «

Démocratie ?

L'arnaque est énorme et elle est valable dans tous les pays « démocratiques ».

Quand tu en prends conscience - car il faut réfléchir et prendre un peu de hauteur - c'est flippant, comme disent les djeuns.

1ère arnaque : la démocratie qui prévoit qu'est élu, et donc représentant du Peuple, celui qui obtient 50% des suffrages + une voix.

Ainsi, s'il y a mille votants, est élu, celui qui obtient au moins 501 voix, c'est à dire la moitié de mille + une.

Première arnaque : en quoi un « élu qui obtient 501 voix, est-il plus légitime que son adversaire qui en a obtenu 499 ? »

Mais l'arnaque démocratique ne s'arrête pas là.

En donnant tous les pouvoirs au vainqueur selon les « normes » imposées par ceux qui nous dirigent, normes, tellement ressassées qu'elles semblent évidentes, et en confiant à l'élu, tous les pouvoirs au détriment du perdant... pendant TOUTE la durée de son mandat, on crée un système potentiel de dictature soft.

On le voit avec le dossier « retraites », ou chacun comprend bien qu'il y a beaucoup d'intérêts cachés - dont ceux des fonds de pension - et qu'il s'agit pour Macron d'exécuter, avant la fin de son mandat, un programme pensé pour lui par des « intérêts » financiers supérieurs.

Mais l'arnaque démocratique est beaucoup plus vaste. Indépendamment de la réflexion qui doit être la nôtre sur le thème : en quoi un « élu » ayant obtenu un peu plus de la moitié des votants est-il légitime à posséder d'un coup tous les pouvoirs, et à prendre toutes les décidions sans consultation du Peuple, pendant toute la durée de son mandat ?

Il y a cette autre question :

Pourquoi les médias - et accessoirement la Constitution - n'exige - t ils pas que l'élu ait obtenu au mois la MOITIÉ des électeurs INSCRITS ?

Car prenez l'élection de Macron, dont chacun, y compris les Macroniens peut constater :

  • que le jeune homme, désigné comme président par BHL alors que Macron, totalement inconnu, venait d'être nommé, ministre de l'Économie (poste clef) sous Hollande, a bénéficié pendant un an d'une hallucinante campagne de presse, faisant la une de dizaines de grands magazines, grâce aux « médias » propriété de ceux qui nous dirigent, sans compter son passage sur les TV propriétés d'amis milliardaires ?
  • que ce même jeune homme, étant devenu l'un des deux finalistes face à Le Pen, cette dernière étant diabolisée, comme son père l'a été pendant 40 ans, étant l'adversaire idéale face à Macron : combien de mes amis ont voté Macron pour faire barrage à Le Pen ?

Et ceux qui nous dirigent espèrent bien nous refaire le coup en 2022, afin de faire réélire leur poulain, qui détruit tous les acquis sociaux pour brader au privé (hôpitaux, SNCF, éducation nationale, forces de l'ordre, retraites, EDF/gaz, Banque de France, industrie pharmaceutique, etc.) Il s'agit là d'une des multiples manifestations de manipulations des peuples, la France n'étant pas, et de loin, la seule à pratiquer cette arnaque : on le voit par exemple aux USA ou seuls sont candidats... des milliardaires !

- Énorme arnaque encore, lorsque l'on entend des députés LREM, nous expliquer qu'il représentent « la majorité » du Peuple, et qu'il sont donc légitimes à mettre en place des réformes - comme les retraites - face à une opposition, nécessairement minoritaire.

- Or le 23 avril 2017, 1er tour des présidentielles, et malgré une énorme campagne de soutien à Macron de la part des TV et magazines, propriétés de ses amis oligarques, Macron n'a obtenu que...18,1% des inscrits, soit 8,6 millions de voix sur 47,5 millions d'inscrits.

Au second tour, grâce à l'épouvantail Le Pen, Macron a obtenu 20,7 millions de votes, soit... 43,6% des inscrits.

Ce qui veut dire que : 56,3% des électeurs n'ont pas voté Macron.

On constate donc cette énième arnaque démocratique... qui ne concerne évidemment pas que Macron, mais TOUS les présidents de la Vème... à l'exception de de Gaulle : tous ont été élus... avec moins de la moitié des électeurs inscrits !

Et on voudra bien m'épargner l'élection de Chirac face à... Le Pen... Je n'oublierai jamais ces jeunes citoyens manipulés, défilant entre les deux tours avec des pancartes « votez escroc, pas facho ! »... C'est à dire que ces jeunes là, connaissaient déjà Chirac à travers de multiples affaires, dénoncées par quelques journaux, mais préféraient un magouilleur à un « fasciste »... On saura plus tard, que Le Pen, présent au second tour, avait soudain eu... très peur de devenir président !

Oui, belle démocratie que la nôtre que l'on peut résumer ainsi :

le système mis en place par l'oligarchie, permet :

  • à des candidats d'être représentants du Peuple avec tous pouvoirs pendant la durée de leur mandat.
  • à des candidats d'être élus avec... moins de la moitié des inscrits.
  • d'éliminer complètement « l'opposition » aux vainqueurs, même si cette opposition représente 49,9% des votants.

La solution,

Elle est technique.

Prenez l'affaire des retraites à laquelle personne ne comprend rien (sauf ceux qui l'ont initiée dans les coulisses du pouvoir) : il suffirait de mettre au point un logiciel inviolable sur les smartphones ou ordinateurs, et de faire un référendum instantané : tu votes oui ou non, en cliquant sur une icône.

Cela permettrait à toute démocratie d'avancer : le pouvoir devrait être très pédagogue avant de lancer un référendum... qui ne couterait rien (pas de milliers d'écoles et de dizaines de milliers de citoyens pour recevoir les votes dans une urne, puis de « dépouiller » les scrutins... et dont les résultats seraient instantanés.

En attendant, via le 49/3 imaginé par Debré pour donner au général de Gaulle les pouvoirs de ses décisions, Macron continue de faire ou ceux qui nous dirigent lui ont dit de faire... ou plutôt... de défaire les acquis de nos anciens.

Jean-Claude Bourret

source :  nouveau-monde.ca

 reseauinternational.net

 Commenter