Accepter cookie ?
25/01/2022 mrmondialisation.org  10 min #201106

Amazonie en danger : « L'agro-industrie, l'un des principaux responsables de la déforestation » - João Ramos

João vit au Brésil, à Rio de Janeiro où il est étudiant dans le domaine de l'environnement. Lors d'une interview accordée à Mr Mondialisation, il nous explique le rôle central de la forêt Amazonienne, son point de vue concernant le capitalocène et ses travers, l'importance de s'engager au sein d'ONG et d'associations brésiliennes afin de défendre les richesses de la nature et ainsi protéger les populations autochtones qui sont des acteurs incontournables de la préservation de l'Amazonie. L'occasion pour lui de dénoncer publiquement le rôle destructeur du gouvernement ainsi que de l'agro-industrie et de l'exploitation de l'or. La déforestation et les feux en Amazonie ne cessent, quant à eux, d'augmenter

Une petite présentation pour nos lecteurs ?

Je m'appelle João Marcelo Quintiliano Ramos. Je vis à Rio de Janeiro. J'ai 30 ans. J'étudie la nature au Brésil et en Amazonie. Je suis actuellement étudiant en master spécialisé en analyse environnementale et gestion territoriale à l'ENCE (l'école nationale des sciences statistiques) de l'IBGE (Institut brésilien de géographie et de statistique). Je pense me spécialiser dans les questions climatiques liées à l'Amazonie. Les études que je poursuivrai me permettront d'en savoir plus sur le réchauffement climatique, la déforestation et les différents outils à mettre en place pour réguler ces catastrophes.

João Marcelo Quintiliano Ramos

Pourquoi pensez-vous que les forêts comme l'Amazonie sont essentielles à nos écosystèmes ?

Nous devons nous rappeler qu'il s'agit du patrimoine naturel de la planète. L'Amazonie dispose de beaucoup d'espace, d'écosystèmes riches et de nombreuses espèces telles que le poisson-bœuf ou le chat japonais Maracajá. L'Amazonie est une source de vastes connaissances et de solutions potentielles à la crise mondiale causée par notre système économique capitaliste et la déréglementation environnementale. Avec la nouvelle pandémie de coronavirus, l'importance des forêts et des milieux naturels est au premier plan. Pour la forêt amazonienne, nous devons nous souvenir non seulement de sa fonction, mais aussi de toutes les forêts qui nous protègent des gaz à effet de serre. Plus les forêts seront maltraitées, plus la crise climatique sera grave.

« L'Amazonie est une source de vastes connaissances et de solutions potentielles à la crise mondiale causée par notre système économique capitaliste et la déréglementation environnementale. »
Source :  flickr

Que pensez-vous de l'avenir de nos sociétés et de notre environnement ?

Il est nécessaire de passer en revue toutes les formes d'impérialisme qui existent dans notre société. Je pense donc qu'avant toute chose, outre le fait de devoir tout réformer, il est nécessaire de construire un système économique basé sur l'égalité. Si nous prenons du recul, l'un des principaux obstacles à l'équilibre environnemental est l'inégalité sociale. Tant que les relations misogynes, racistes et capitalistes prévaudront, nous ne pourrons pas atteindre un avenir durable. Depuis le début du gouvernement Bolsonaro, malgré les lettres ouvertes envoyées à l'assemblée, nous sommes confrontés à une politique de démantèlement et à la volonté manifeste du gouvernement de donner la priorité à l'industrie bovine.

Que peut-on faire aujourd'hui pour mieux protéger les forêts ?

Quand nous nous demandons ce que nous pouvons faire pour protéger les forêts, il existe de nombreuses possibilités. Vous pouvez rejoindre des groupes, des mouvements socio-environnementaux qui défendent la cause écologique comme c'est le cas au Brésil : SOS Mata Atlântica, WWF Brasil, ISA (Instituto socioambiental), Funbio (Fundo Brasileiro para a Biodiversidade).

Nous avons également les plus grands organismes représentatifs de l'environnement au Brésil tels que l'ICMBIO (Instituto chico Mendes de conservação da Biodiversidade) et l'IBAMA (Instituto Brasileiro do Meio Ambiente e dos Recursos Naturais Renováveis). Comme ils sont sous le contrôle du gouvernement, la répression est si forte qu'il leur est difficile de revendiquer pleinement leurs idéaux. Nous le voyons avec les derniers licenciements massifs durant le mandat du ministre Ricardo Salles. En s'impliquant dans ces associations, le groupe peut revendiquer directement auprès des pouvoirs publics et affronter les entités privées qui interfèrent dans l'écosystème. En tant qu'individu, il est également possible de surveiller ce que nous consommons et de chercher des alternatives, d'utiliser notre pouvoir de décision pour ne pas financer les grandes entreprises qui profitent de la déforestation.

Les cultures ont pris la place de la forêt amazonienne. Source :  commons.wikimedia.org

Que pensez-vous de la situation en Amazonie ?

Depuis le début du gouvernement Bolsonaro au Brésil, les anciens occupants du ministère de l'environnement ont envoyé une lettre ouverte, protestant contre la direction de l'actuel ministre, Ricardo Salles. Il est très impliqué dans l'agrobusiness.

Ce n'est qu'une continuité car, sous le gouvernement précédent, il y avait déjà la construction alarmante de la centrale de Belo Monte : une centrale électrique qui se trouve sur les rives du Xingu. Les poissons se sont éloignés de ce lieu de vie. C'est pour cette raison que les populations indigènes ne peuvent plus se nourrir et accéder à leurs zones de vie, ce qui a entraîné divers conflits et impacts environnementaux dans toute la région.

Aujourd'hui, nous assistons à une aggravation de ces conflits, principalement due à des forces politiques destructrices. Le commerce légal et illégal de l'exploitation aurifère a eu des effets dévastateurs non seulement sur l'environnement physique, mais surtout sur les populations autochtones, avec la propagation du nouveau coronavirus. Des gardiens de la forêt luttent contre la destruction de l'Amazonie mais sont accusés à tort par le président d'être à l'origine de la déforestation. Alors que ce sont ces gardiens qui affrontent les incendies.

Le président brésilien Jair Bolsonaro lors d'une conférence de presse au sommet du G20 à Osaka, Japon, le 29 juin 2019. REUTERS/Jorge Silva

La déforestation de l'Amazonie est-elle en augmentation ?

Depuis les années 1960, il y a eu la révolution verte et c'est là qu'est apparue la question de l'agrobusiness qui est devenue problématique. Ce qui a favorisé l'augmentation de la déforestation. L'agriculture et le bétail constituent une grande menace pour la vie de ce biome. Au Brésil, la population assiste quotidiennement à la publicité constante qui anime cette économie, dont le slogan est : "L'agro est technique, l'agro est pop, l'agro est tout". Nous ne pouvons pas imaginer à quel point cela interfère négativement avec cet écosystème. L'agro-industrie est aujourd'hui l'un des principaux responsables de la déforestation de la forêt amazonienne au Brésil.

Quel est votre rôle dans la préservation de l'Amazonie ?

Je suis impliqué depuis six ans. Plus j'en apprends sur la forêt, plus j'ai envie de m'engager dans la préservation de l'Amazonie. Par mes attitudes, mes connaissances scientifiques, je m'engage à protéger cette forêt. Je pense jouer un rôle politique et social face aux problèmes. Par conséquent, mon objectif est de diffuser des connaissances scientifiques sur les questions liées à la préservation de l'environnement et de savoir comment communiquer sur ce qui se passe sur le territoire amazonien.
Je publie également des articles sur la justice environnementale. Je les écris avec d'autres étudiants et un scientifique appelé Ivan de l'Université de Tolima en Colombie. Je travaille sur le capitalisme et l'Anthropocène.

Quelles sont les richesses de l'Amazonie qui, selon vous, doivent être préservées ?

Une autre grande richesse est la désormais célèbre "terra-preta-de-indio" ; nom donné pour caractériser la terre noire du territoire amazonien. L'Amazonie possède un sol sablonneux, sans lequel le développement agricole ne serait pas possible dans des conditions normales. Dans ce cas, la "terra-preta-de-indio" est le résultat d'un agrégat à forte teneur organique, riche en nutriments, qui a un impact positif. Il permet à la forêt de se protéger du cycle de rétroaction du sol : lorsque les feuilles, le bois et les arbres tombent au sol, l'action du climat, comme la chaleur et la pluie, provoque un processus de dégradation de la matière. Les nutriments sont envoyés par la pluie vers le sol, le nourrissant. Le facteur climatique de l'Amazonie contribue à la dégradation de ce sol, qui est détruit par le réchauffement climatique. Il existe également des  fleuves aériens "volants" qui sont d'une grande utilité pour maintenir la question de l'eau et du climat, notamment en Amérique du Sud.

Nous entendons régulièrement parler de gardes indigènes qui ont été tués. S'agit-il d'un problème récurrent ?

La lutte contre les populations autochtones dure depuis la colonisation. Mais depuis Bolsonaro, c'est pire. En 2018, le président a martelé qu'il n'y aurait pas un pouce de terre pour les populations autochtones. L'année dernière, plusieurs gardiens autochtones ont été assassinés, comme Paulo Paulino Guajajara de l'ethnie Guajajara. Le gouvernement actuel a considérablement augmenté le  nombre d'assassinats de peuples indigènes. L'ONU, cependant, a souligné que "les peuples autochtones sont  les meilleurs gardiens des forêts", un contre-pouvoir important face au capitalisme.

Conférence de presse organisée par Amnesty International pour la défense des indiens du Brésil. Source :  flickr

Comment les peuples autochtones s'organisent-ils pour faire face au rouleau compresseur industriel et politique ?

Les peuples indigènes s'organisent dans des mouvements sociaux comme l'APIB (Articulation des peuples indigènes du Brésil), ainsi que le Conseil missionnaire indigène. Chaque année a lieu l'événement ATL (Acampamento Terra Livre) où se rencontrent les peuples indigènes de tout le Brésil. Aujourd'hui, les peuples se battent contre les grandes entreprises et les sociétés, en plus de la question du covid-19. Nous sommes confrontés à une augmentation du nombre de feux de forêt et de meurtres.

Saviez-vous que les drones sont utilisés pour surveiller la déforestation ?

Non. Je sais que la technique de télédétection est largement utilisée. Vous pouvez voir les images issues de la surveillance de la végétation, de l'utilisation des sols et des impacts des catastrophes naturelles. Il me semble que ces drones sont accessibles aux personnes qui ne maîtrisent pas ces techniques de géo-information.

Que pensez-vous de l'utilisation de ces nouvelles technologies pour observer l'Amazonie ?

Je pense que ces nouvelles technologies comme les drones et autres satellites d'observation, sont très importantes. Actuellement, nous avons permis le lancement du satellite "Amazonia 1", créé à 100% sur notre territoire national, avec des techniques brésiliennes. Comme cela a déjà été dit à propos des drones, les satellites sont très importants pour surveiller l'étendue des forêts et aider à contenir la déforestation et les incendies.

Amazonia 1 Source :  commons.wikimedia.org

Merci à João pour nous avoir accordé cet entretien.

Audrey Poussines

Sources

Vidéo : Ágora Abrasco Panel - Pandémie en Amazonie : crise et chaos

 Un aperçu de la traçabilité de la filière bœuf au Brésil (article en portugais)

 Amazonia 1, le premier satellite national d'observation de la Terre lancé avec succès (article en portugais)

 Ailton Krenak : la prochaine mission du capitalisme est de se débarrasser de la moitié de la population de la planète (article en portugais)

Portail du  Ministère de la Science, de la Technologie et de l'Innovation brésilien

 Répertoire des groupes de recherche - Lattes de l'Institut national de recherche amazonienne

 mrmondialisation.org

 Commenter