Pourtant les solutions énergétiques et écologiques existaient déjà

par Kla.TV

S'il y a un sujet qui revient régulièrement depuis plusieurs mois, c'est bien celui de l'énergie. Il faut l'économiser à tout prix, parce qu'elle est chère, rare, mais aussi parce qu'elle pollue. Les Français sont mis sous pression, on sent comme un couteau qu'on nous met sous la gorge.

Pourtant déjà depuis plus d'un siècle des énergies, gratuites pour certaines, et très peu polluantes ont été découvertes. Malheureusement leurs inventeurs ont été censurés, parfois retrouvés morts et leurs inventions n'ont jamais vu le jour. Mais quelles étaient donc ces inventions et énergies merveilleuses ?

kla.tv

Transcription :

Sobriété énergétique, empreinte carbone, loi anti-gaspillage, économies d'énergie, émission de gaz à effet de serre, énergies renouvelables, transition écologique. Depuis quelques mois ce vocabulaire est devenu familier aux Français.

En effet depuis quelques années, à cause du changement climatique, des efforts d'économie d'énergie sont demandés ou plutôt imposés autant aux industriels qu'aux particuliers. De plus cette année a été marquée par le conflit en Ukraine et surtout les sanctions envers la Russie. Les conséquences sont que les prix de l'énergie ont explosé, et le prix de l'électricité s'envole également.

Il faut donc faire des économies, se serrer la ceinture et s'habiller chaudement dans sa maison, tel est le mot d'ordre du gouvernement français. Cet automne Madame Elisabeth Borne, la Première ministre, avait menacé les entreprises de sanctions au cas où elles ne joueraient pas le jeu. La population française était mise en garde : des risques de coupures d'électricité étaient à prévoir cet hiver. De plus, Enedis, le fournisseur d'électricité peut, grâce au compteur Linky, couper la production d'eau chaude pendant une certaine plage horaire. L'idée de couper à distance les box internet la nuit a également été évoquée.

Après tout, que chacun soit sollicité pour réaliser des économies en temps de crise peut partir d'un bon sentiment. Et pourtant, des solutions pour économiser l'énergie existent depuis bien longtemps.

Voici quelques exemples de solutions déjà trouvées et expérimentées :

Si on évoque aujourd'hui le nom de Tesla, la plupart pensent à la marque de voitures électriques d'Elon Musk. Pourtant à l'origine c'était le nom d'un scientifique né en 1856, Nicolas Tesla. Vers 1890 il a découvert que l'énergie électrique pouvait être propagée à travers la Terre et autour de celle-ci dans une zone atmosphérique appelée la cavité de Schumann à environ 80 km d'altitude. Des ondes électromagnétiques de très basses fréquences se propagent pratiquement sans pertes vers n'importe quel point de la Terre. Son idée était que n'importe qui dans le monde pouvait y puiser à condition de s'équiper d'un dispositif récepteur accordé à la transmission d'énergie. Pour le prouver il a allumé 200 lampes (10 000 watts en tout) à 40 km de distance de la source d'électricité, sans fils conducteurs. Il est mort en 1943 ruiné et dans l'indifférence.

Floyd Sweet quant à lui, était un spécialiste du magnétisme et l'inventeur du VTA (vacuum triode amplifier). Tout comme d'autres inventeurs, il a dû subir des menaces, des vols de ses notes. Un jour un homme l'a menacé de mort, lui disant qu'il ne voulait pas voir arriver le VTA sur le marché. Sweet a arrêté ses travaux et les harcèlements ont cessé. En 1930 à Chicago un jeune homme a redécouvert l'énergie libre. Venu à Los Angeles pour faire sa démonstration dans un grand théâtre, il a été agressé et frappé à sa sortie, et mis à mort.

En 1960 l'ingénieur allemand Friedrich Lüling a présenté un moteur magnétique fonctionnant parfaitement pendant 20 ans sans interruption à une vitesse de 290 tr/mn avec un seul jeu d'aimants.

Un autre exemple assez significatif est celui du thorium, un combustible alternatif découvert à la fin du XIXe siècle. Les centrales au thorium étaient déjà connues dans les années 40. Elles ont l'immense avantage d'être sans danger : il y a moins de danger de pollution qu'avec n'importe quelle autre usine chimique. On affirme que le thorium serait rare, alors qu'il y a du thorium partout sur la Terre. La France en a même « stocké sous hangar » pour des milliers d'années et des réserves minières existent en Bretagne. On prétend également que les centrales au thorium ne seront opérationnelles que dans 50 ans, alors qu'elles sont déjà en fonction en Inde. Et en Belgique le projet MYRRHA (multi-purpose hybrid research reactor for high-tech applications) teste le fonctionnement d'un réacteur au thorium qui n'a pas besoin d'uranium 235 ou de plutonium 239 pour démarrer. Le thorium est donc une solution plutôt écologique et peu coûteuse.

Un autre projet qui n'a jamais vu le jour est celui des ingénieurs d'Audi qui, en 1989, ont présenté une berline à la 2ème chaine de télévision allemande. À la demande d'Audi, ce reportage a été surveillé par le contrôle technique allemand afin que personne ne puisse prétendre qu'il s'agissait d'un faux test. Ce véhicule ne consommait que 1,76 l aux 100 km. Cet essai a été réalisé sur un parcours réel de 4800 km à travers l'Europe. Cette voiture n'est jamais arrivée sur le marché.

Et pour terminer on ne peut pas passer sous silence l'obsolescence programmée, c'est-à-dire... la destruction programmée. L'exemple le plus symbolique étant celui de l'ampoule de Livermore en Californie qui fonctionne depuis plus de 100 ans.

Le constructeur automobile Ford avait également déjà inventé au début du siècle dernier une voiture quasi inusable. Mais « un produit qui ne s'use pas est une tragédie pour les affaires », lisait-on en 1928 dans une revue spécialisée. Donc peu à peu on a contraint les ingénieurs à créer des produits qui s'usent plus vite.

En 1924 fut fondé secrètement à Genève le cartel Phoebus composé notamment de Philips, Osram et General Electric ; leur but était de contrôler la production mondiale des ampoules et de se partager le gâteau du marché mondial. Les entreprises se voyaient sanctionnées si les ampoules fonctionnaient au-delà de ce qui était exigé. La France a été le premier pays au monde à interdire l'obsolescence programmée en 2015 ; malgré tout cela ressemble à une hypocrisie au regard de ces inventions qui déjà au début des années 1900 pouvaient durer pour ainsi dire à l'infini. À plus forte raison cela pourrait et surtout devrait être les exemples à imiter aujourd'hui puisque l'objectif est d'économiser l'énergie et de réduire les émissions de CO2 responsables du réchauffement. Or la production de tous nos appareils ménagers, voitures, machines, etc... demande beaucoup d'énergie, que ce soit le pétrole, l'électricité ou le gaz ; sans parler du transport de tous ces matériaux pour les acheminer vers les consommateurs et ensuite... leur destination finale. Et même si le recyclage est perçu comme vertueux, il n'en reste pas moins énergivore.

Comme nous l'avons démontré, les solutions énergétiques et écologiques existent déjà. Malheureusement celles qui ont été mentionnées et bien d'autres ont un point commun : c'est d'avoir été cachées volontairement au public, censurées, le nom de Nicolas Tesla a même été rayé des livres d'histoire, des scientifiques ont été assassinés. Et aujourd'hui nous sommes contraints de payer l'énergie de plus en plus chère, les entreprises sont sommées de réduire leur dépense... Ceux qui nous cachent les solutions quasi gratuites et écologiques, durables, sont les mêmes qui sanctionnent, nous pressent comme des citrons, nous obligent dans un avenir proche à acheter des véhicules très chers, poussent des entreprises à mettre la clé sous la porte. Si le cartel Phoebus n'existe plus aujourd'hui, c'est seulement qu'il a changé de nom.

source :  Kla.TV

 reseauinternational.net

 Commenter

Référencé par :

1 article