La numérisation de l'éducation et de la connaissance : un vol au détriment des citoyens

La numérisation de l'éducation et de la connaissance: un vol au détriment des citoyens

Carlos X. Blanco

L'analyse de la connaissance aboutit au résultat évident suivant, en plein 21ème siècle : la connaissance se meurt. La conception de la science comme savoir est mise à l'écart, voire ridiculisée. Ce qui n'est plus que de la technologie se fait passer pour de la science, tant à l'université que dans l'enseignement secondaire.

Ce qui est dit ici sur l'éducation doit aussi s'appliquer à tout ce qui concerne les allocations budgétaires pour la recherche et le développement de projets. Les investisseurs recherchent la technologie et les "travailleurs de la connaissance" produisent de la technologie, mais pas de la connaissance. La connaissance est réduite au triste statut d'"épiphénomène mental". Déjà en Occident, depuis de nombreuses années, une partie importante de la guilde des "philosophes de la science" (considérablement élargie par les acolytes d'inventions telles que "STS", Science, Technologie et Société) n'a pas été en mesure de produire de la connaissance.

Les héritiers du pragmatisme yankee, ainsi qu'une partie significative du matérialisme (en Espagne, du matérialisme marxiste ou du matérialisme gustavo-buenista) n'ont cessé de mépriser la "connaissance", comprise par eux comme un résidu, un terme mentaliste, un écho de la scolastique. Cette corporation de plus en plus insignifiante de la philosophie, et plus encore celle des philosophes des sciences et des techniques (et des études STS), ont balayé la voie et rendu leur tâche servile et soumise pour que la déesse Technologie l'emporte et que le Système rejette toute visée admirative et humaniste dans les travaux de la science, qu'elle soit pure ou appliquée.

La technologie est née humble, elle est aujourd'hui déesse. Le "discours" sur les "arts appliqués", qui est le sens du mot "technologie", s'est orienté à partir de la révolution industrielle vers une double exploitation : a) l'exploitation des ressources naturelles, et b) la rationalisation du travail productif. La technologie en tant qu'élément de la puissance du capital, et non en tant qu'application de la connaissance dans la sphère de la production manuelle et manufacturière, n'est pas de la connaissance. C'est une application des forces productives à des fins d'exploitation. Il n'y a pas de "savoir technologique", pas plus qu'il n'y a de fer fait de bois. Ce qui était autrefois un savoir, produit par des hommes qui ont usé leurs neurones, brûlé leurs cils, volé leurs heures de sommeil et de loisir, est aujourd'hui "aspiré" par les pompes du Capital et transformé en force d'exploitation. Nous devons commencer à voir le Capital comme une pompe à vide, comme une ventouse aliénante qui fonctionne comme un transducteur : il convertit une modalité énergétique (cognitive) en une autre (production via l'exploitation de la nature et de l'homme).

Aujourd'hui, nous sommes passés d'une production industrielle basée sur la transformation mécanique, chimique et biologique des entités, après l'application de la science dans les chaînes de production des usines, ainsi que dans la mécanisation des campagnes, la conservation des aliments, etc. à une autre phase dans laquelle l'exploitation de la "matière grise" est dominante et se transforme en exploitation au second degré.

C'est ce qui se passe dans le turbo-capitalisme : avant l'exploitation directe des travailleurs manuels et des ressources naturelles, qui se poursuit, il y a l'exploitation des travailleurs intellectuels. L'industrie mondiale a connu un degré élevé de robotisation des processus et de mécanisation des tâches. Après les armées, ce sont les multinationales qui ont copié la structure militaire pour informatiser la production et la gestion (la gestion n'étant qu'un aspect de la production). La conception même des produits et des profils professionnels, ainsi que la séquence et l'organisation de la production ont été médiatisées par l'ordinateur, un dispositif qui a la particularité non pas d'appliquer des forces mécaniques étendues, ou d'économiser le travail de l'homme, comme d'autres machines, mais d'usurper le travail cognitif humain et de le convertir en substance de la valeur d'échange. La "connaissance" ou le savoir personnel n'a guère de place dans le capitalisme informatisé et numérique. Chaque être humain possède son savoir personnel dans le monde pré-numérique et doit faire des efforts pour que les autres l'apprennent et pour que ce savoir soit enseigné. Dans le monde capitaliste numérisé, on assiste à un pillage du savoir personnel.

Actuellement, les organisations mondialistes directement impliquées dans la "gouvernance mondiale" et qui servent d'écran et de masque pour cacher les grandes entités prédatrices de la finance et de la production (principalement l'UNESCO, mais il y a aussi toute une forêt d'acronymes), s'obstinent à imposer un agenda de numérisation qui ne se limite plus exclusivement aux chaînes de production, au marketing, au recrutement et à la formation de la main d'œuvre, etc. Le système impose la numérisation à partir de la base reproductive même de la main-d'œuvre.

L'éducation numérisée, contre toute évidence scientifique, est extrêmement nocive pour les enfants et les mineurs. Ils deviennent techno-dépendants (en Espagne, surtout des téléphones portables), ce qui les détourne des contenus académiques qu'ils devraient acquérir sérieusement et rigoureusement pour devenir des personnes critiques et responsables. Nous assistons à un processus de "gamification" : il s'agit d'un anglicisme absurde qui consiste à transformer l'éducation en jeu (game), c'est-à-dire à la banaliser au point d'en faire une formation consumériste des masses, afin qu'elles se lancent tôt et sans capacité élective, dans la consommation de "produits" numériques qui alimentent les grands secteurs des GAFAM et toute l'industrie cyber-électronique qui leur est liée.

Évidemment, ce processus de dégradation planifiée et imposée de l'éducation doit être interprété en termes de lutte des classes.

La numérisation de la production et de la reproduction (lire, dans ce dernier chapitre reproductif, l'éducation) est en train d'être imposée à la planète. Qui l'entreprend ? Une super-élite mondiale qui, dans une large mesure, se réservera les méthodes classiques d'apprentissage, à savoir la mémoire, la résolution rationnelle de problèmes, la compréhension écrite et la maîtrise des mathématiques. Les masses ne pourront rien faire de tout cela, elles seront étrangères à ces capacités. Les enfants de la super-élite mondiale, en revanche, seront élevés dans l'école classique et auront le privilège de pouvoir opter pour des études supérieures véritablement formatrices et habilitantes, plus adaptées à leur intelligence et à leurs intérêts, et avec une éducation classique dans les sciences et les humanités, réservée à un petit nombre, il y aura des rejetons qui remplaceront un jour les mandarins plus âgés de l'élite capitaliste. Seuls les quelques élus recevront une véritable éducation. Les autres recevront un papillon gamifié et numérisé. Le reste, l'immense majorité de l'humanité, à force de digitalisation forcée, deviendra du bétail humain qui ne sait rien de rien et qui aspire à la retraite avant même d'avoir travaillé : on le voit déjà en Espagne aujourd'hui avec les réformes successives initiées avec la LOGSE -1991- et l'impulsion obsessionnelle donnée à la digitalisation en cette "ère Sanchez".

Le turbo-capitalisme n'admet plus les "peuples", n'admet plus la "classe ouvrière", ne tolère plus le "savoir populaire". Le capitalisme dans sa phase actuelle a besoin, en plus de travailleurs "formés", de consommateurs également "formés". Les lois elles-mêmes cessent de parler de connaissances et se réfèrent à des compétences, des normes d'apprentissage et d'autres concepts stupides conçus pour des singes et non pour des enfants, membres de l'espèce humaine.

Notez que la formation des masses, désormais assimilées à du bétail de consommation, consiste en la gestion d'applications, souvent duplicatrices (version payante, version gratuite), au profit d'un secteur privé multinational, étranger à la puissance publique. L'éducation, de la maternelle et du primaire à l'enseignement supérieur, est ainsi privatisée de manière irrépressible et secrète. Presque aucune institution éducative publique ne conçoit ses propres outils et plateformes numériques, ils sont empruntés ou "suggérés" par les grands fournisseurs de logiciels, presque aucune institution officielle d'éducation et de recherche ne fonctionne indépendamment des entreprises privées qui, généralement liées de manière ombilicale à la Silicon Valley, ont mis la main sur l'éducation publique et l'utilisent comme source de données et foyer de consommation.

La prise en charge par les États de l'enseignement public, gratuit et universel, a été partout perçue comme un acquis, un progrès. Sous les idéaux des Lumières, mais aussi sous les valeurs fondamentales du socialisme, l'objectif à atteindre par tous les pays du monde était le suivant : que le peuple ose savoir (Sapere Aude, devise des Lumières et de Kant). Que les classes paysannes et ouvrières aient les moyens et le temps de s'éduquer et d'éduquer leurs enfants, d'atteindre un niveau de connaissance égal, jamais inférieur, à celui de la bourgeoisie, tel était l'objectif. Mais aujourd'hui, le turbo-capitalisme s'emploie à creuser un fossé large et infranchissable entre la super-élite mondiale et une vaste masse non qualifiée, qui ne recevra même pas une formation élémentaire pour pouvoir utiliser (valoriser) sa force de travail. La masse sera socialisée par des appareils mobiles et toute une pléthore de dispositifs de contrôle bio-cybernétique. Il y aura un "profil" numérisé de chaque personne dans lequel les États, larbins de la super-élite mondiale, connaîtront à la perfection l'état de santé, sexuel, financier et consumériste de chaque individu. L'humanité sera réduite à un "parc" de loisirs, avec des entités zoologiques humaines, mais déshumanisées et numériquement dépendantes de l'enchevêtrement des fournisseurs d'applications.

Au fond, comprendre la numérisation de l'éducation et de la vie humaine dans son ensemble est une tâche simple à la lumière de la lutte des classes et de la transformation du capitalisme en turbo-capitalisme. Ce système ne peut exister avec des limites. C'est l'hybris, c'est l'audace orgueilleuse et débridée. C'est une marchandisation ou une réification universelle. Le système est une gigantesque machine réductrice et transductrice : il cesserait de fonctionner s'il admettait toute sphère non susceptible d'être valorisée. Le corps humain et les relations sexuelles sont déjà devenus un élément fondamental du marché : traite des êtres humains, "régularisation" de la prostitution, utérus de substitution, prothèses et chirurgies diverses pour "changer" de sexe, pornographie, tourisme pédophile international, trafic d'organes, harcèlement sexuel au travail sous peine de licenciement, droit de pernulation à l'université, etc. Mais le turbo-capitalisme ne se contente pas du corps, du sexe et des organes. La vie de l'esprit est marchandisée. Les processus de vampirisation du savoir humain et son automatisation au profit des entreprises sont accélérés.

Par exemple : lorsque, dans les cours de formation des enseignants, ceux-ci sont "invités" à partager leurs tâches et travaux numérisés, à s'habituer aux "environnements collaboratifs", à échanger des "productions" entre égaux, il est rarement expliqué ce qui se cache derrière ce prétendu socialisme numérique (la culture dite des "Creative Commons", ou l'escroquerie) : des entreprises puissantes à qui l'on a confié gratuitement tout le travail préalable de conception et de développement d'applications qu'elles proposeront ensuite au marché dans leurs deux versions types, la "premium" (payante) et la gratuite, qui n'est jamais gratuite car elle a bénéficié de l'esclavage numérique jamais reconnu par les économistes.

Aujourd'hui, la lutte des classes est plutôt un "massacre de classe". C'est un processus de prédation obscène, nu, sans complexe. Elle aggrave l'exploitation du travail salarié. Il s'agit d'un vol non seulement du surplus, non seulement de la plus-value émanant directement de l'exploitation des forces de travail transformatrices. Il s'agit du vol de la connaissance au sein d'un marché qui n'est pas seulement une pléthore de biens interchangeables, mais une richesse de données, de connaissances, de compétences, d'expériences. Les prédateurs (GAFAM et autres entreprises technologiques transnationales) obtiennent leur matière première gratuitement. Le peuple, réduit de plus en plus à une masse d'individus déclassés, est dépouillé des moyens de son auto-émancipation, il devient dépendant, technoconsommateur et techno-dépendant.

Ainsi, le savoir se meurt. Et seule la technique, c'est-à-dire la transformation universelle en marchandise, règne en maître. L'homme est déjà une marchandise.

Carlos Javier Blanco

carlosxblanco@yahoo.es

 euro-synergies.hautetfort.com

 Commenter