15/09/2023 francesoir.fr  2min #233856

Quartiers populaires et police : instrumentalisation, stigmatisation ou angélisme ? Un débat exceptionnel entre Hadama Traoré et Bruno Attal

France-Soir

Hadama Traoré et Bruno Attal, sur le plateau de France-Soir.

F. Froger / Z9, pour France-Soir

DÉBAT ESSENTIEL – Il y a des débats qui comptent. Après l'affaire Nahel et les émeutes urbaines consécutives, après les reproches adressés aux forces de l'ordre vis-à-vis du comportement violent de certains de leurs membres durant les manifestations contre la loi réforme des retraites, après l'augmentation des agressions contre la police nationale depuis ces vingt dernières années... Il fallait faire le point, avec une parole libre et sans tabou. Hadama Traoré, ancien responsable jeunesse à Aulnay-sous-Bois, est président du parti "La révolution est en marche". Bruno Attal, ancien policier, actuellement révoqué, est président de l'association "Touche pas à mon flic". Tous deux ont accepté notre invitation à échanger pendant plus d'une heure à propos de la relation entre les habitants des quartiers populaires et la police. (Voir la suite de l'article en dessous de la vidéo.)

 Ouvrir l'iframe

De nombreux thèmes sont abordés : la stigmatisation des jeunes; le sentiment d'injustice de la population dite des quartiers face à des situations vécues comme des drames; les difficultés éprouvantes du travail des forces de l'ordre sur le terrain; l'absence d'une vraie police de proximité; la dénonciation de part et d'autre d'une violence qui se serait banalisée des deux côtés; mais aussi l'instrumentalisation des agents de police par leur administration; le drame du suicide de policiers...

Cet entretien essentiel est une invitation à l'échange plus qu'à la polémique à propos de questions de société, de justice, mais aussi de politique de la Cité.

Le leitmotiv de nos invités a été de s'écouter, dans le respect et la concorde et de laisser de côté le sensationnel.

Ne représentant qu'eux-mêmes en tant que citoyens, avec des positions parfois antagonistes, parfois complémentaires, ceux-ci montrent un attachement volontaire et éclairé à leur pays, dans l'intérêt de la chose publique et du bien-être de sa population.

 francesoir.fr

 Commenter